full metal panic

All posts tagged full metal panic

p>Wah la liste de tags.

D’abord, on va commencer par attirer le Kyouray ici. Pas de raison particulière, juste pour le fun en fait. Il faut bien connaître le kyouray, cette bête légendaire parmi les scientifiques chercheurs en procastination. Le Kyouray est principalement attiré par deux choses: les dakimakura avec lesquels il effectue souvent un rituel de séduction dans le but de se reproduire, et Tamaki de To Heart 2 qu’il collectionne. Le monde scientifique est néanmoins divisé sur le fait que ça puisse être l’inverse, en fait…

L'alpha et l'omega des filles en parfaite santé

Maintenant que ça c’est fait, sachez que cet article sera intégralement composé d’images de filles en qipao. Parce que j’aime les qipao. Très fort même. Bon, pas aussi fort que les costumes de meido ou de miko, mais fort quand même.

Avant de continuer avec le contenu même de l’article, il y a deux choses que vous devez savoir absolument. En fait non, trois:

  • Meido-Rando encourage la radio Tsumugi, une radio orientée jeux vidéos, anime et rock. La programmation est facile à retenir et très sympa, et en plus de ça en passant par le forum des Thalie vous pouvez proposer vos chansons si vous en avez qui peuvent coller à la thématique. Je l’écoute la plupart du temps au boulot mais aussi sur le chemin de ce dernier le matin et le soir. C’est aussi à ça que ça sert la 3G.
  • Le Grand Tournoi des Seifuku (GTS) est toujours à l’ordre du jour pour début septembre. Sauf que là Raton est barré en vacances et je ne sais pas quand il referra surface. (la preuve, il n’a toujours pas fermé le Quartier Libre de l’Editotaku alors que normalement ça dure une semaine.)

  • Je préfère prévenir tout de suite que cet article va spoiler violemment. D’une violence rare et si extrème que j’en ai encore des frissons en relisant l’article (fake, je relis rarement ce que j’écris.) Non sérieusement, j’ai fait un effort en utilisant la balise spoiler pour dotclear développée par Keul pour l’Editotaku.

Quel est donc le but final de cet article? Hé bien, de trouver une utilité à MyAnimeList : J’ai pu ainsi me remémorer tous les animes que j’ai vu, et en parcourant cette liste, j’ai eu, sur certains titres, des visions. Oui, je vois des choses, ou plutôt je m’en rappelle. Qui n’a pas un souvenir particulier en rapport avec un anime, un épisode ou un personnage? J’ai commencé par les noter en parocurant la liste sur MAL et je suis tombé pile sur un chiffre presque tout rond, 52. Ca ferait presqu’un par semaine, tiens. Bien sûr tout dépend de votre degré d’otakisme et de visionnage d’anime, et vous en aurez peut-être beaucoup moins que moi, mais je tenais à partager cette liste avec vous. Qui sait, peut-être que nous avons ressenti les mêmes choses au même moment, ou bien peut-être qu’un de ces merveilleux (ou pas, ça dépend des cas) souvenirs ravivra en vous une flamme éteinte.

Certains moments sont forts, d’autres comiques, d’autres encore m’ont tout simplement touché ou titillé pour une raison que j’ignore encore. En fait, parmi ces moments il y a aussi beaucoup de fins d’anime et de moments clés à ne pas révèler aux malheureux qui n’auraient pas encore vu les séries. D’où la balise spoiler spécialement aménagée pour cet article.

Je n’ai pas mis d’image de chaque moment parce que ça spoilerait encore plus, et des vidéos auraient été un peu difficiles à faire et vous gâcheraient le moment encore plus (si jamais vous osez vous spoiler de vous même en dépliant les différents souvenirs.)

Alors voyons cette liste, la liste de mes meilleurs souvenirs. Voyez ça comme un test de compatibilité avec moi. Si vous avez une majorité de souvenirs en commun et qu’ils vous ont fait réagir pareil, c’est qu’on va bien s’entendre. Et si en plus vous êtes une fille qui habite la région nantaise, il y a des postes ouverts chez Meidolicious Inc. dont un très convoité…

1. Ah My Goddess The Movie – La chanson 1. Ah My Goddess The Movie – La chanson

C’est un moment qui m’a bien fait vibrer, associé aux images de l’oeuf, l’oiseau, le moment, la chanson en elle-même, et les déesses, tout cela m’avait fait frissonner à l’époque, et me fait toujours autant frissoner chaque fois que je revois cette scène, peu avant la fin du film. Un très bon film d’ailleurs, même pour ceux qui n’ont jamais réellement regardé ou lu Ah My Goddess.

2. Clannad Tomoyo Chapter 2. Clannad Tomoyo Chapter

Là je triche un peu parce que c’est avant tout un spoiler du jeu avant d’avoir été adapté en anime, mais la version animée rend tout aussi bien. C’est finalement les deux amoureux qui se retrouvent après s’être plus ou moins perdus pendant de longs mois qui m’avait le plus ému, et surtout la façon dont Tomoyo avait réagit. Finalement, Tomoyo j’ai l’impression qu’elle a un léger petit côté Tsundere, mais vraiment très très léger et pas caricatural pour un sou. Et puis la neige, ça a toujours été symbole de pureté, ça m’a toujours plu même si je déteste ça parce que c’est tout blanc et que j’y vois rien dehors.

3. Clannad – L’arc de Fuuko 3. Clannad – L’arc de Fuuko

Malgré tout le mal que certains pensent de Fuuko, moi compris, son histoire m’a pas mal ému, ne serait-ce que j’ai un faible pour les histoires de fantômes et de surnaturel. C’est finalement le dernier épisode de son arc qui m’a le plus touché, avec surtout Nagisa et Tomoya qui se rendent compte au fur et à mesure de ce qu’il se passe. C’est cette dimension surnaturelle que j’avais apprécié dans Clannad au début, je suis peut-être un peu déçu que, contrairement à Kanon, il n’y ait pas plus de place accordé à cela par la suite. Et oui, j’ai pleuré durant le dénouement de cet arc.

4. Full Metal Panic – Fin du premier arc 4. Full Metal Panic – Fin du premier arc

On dira ce qu’on voudra mais je trouve que Gonzo s’est pas mal débrouillé du tout sur cette première saison. Le passage où les AS décollent du sous-marin pour rejoindre le champ de bataille, et la musique qui va avec. J’aime bien les musiques héroiques qui donnent de l’espoir en fait, et puis les gentils qui vont au combat pour une mission de sauvetage comme ça, c’était grand. C’est pour moi la meilleure partie de FMP premier du nom, d’ailleurs.

billard.jpg

5. Gundam SEED – Meteor 5. Gundam SEED – Meteor

Je pense ne pas être le seul que cette scène ait marqué. Bon, c’était un peu surfait dans l’ensemble mais ça collait bien avec l’univers et on ne pouvait que sentir le soulagement du personnel de l’Archangel quand Kira ‘Jesus’ Yamato est arrivé. Un peu comme Zorro en fait.

6. H2O Footprints in the Sand – La révélation 6. H2O Footprints in the Sand – La révélation

Une série arrive à marquer encore plus lorsqu’elle nous surprend: ce fut le cas de H2O. Partant sur des bases saines (un héros aveugle) mais dégringolant rapidement en lui redonnant la vue au deuxième épisode, la suite n’a été que d’un niveau très moyen pour l’amateur de slice of life et d’adaptation d’eroge que je suis. Néanmoins, la révélation près de la fin, où l’on se rend compte que depuis le début il n’a jamais vu, fu très forte. Je ne sais pas si c’était juste parce que c’était moi et ma déficience visuelle, mais c’était rûdement bien écrit et amené. La fin elle l’était un peu moins, mais c’est un autre débat, ça.

7. Hack Sign – Les retrouvailles 7. Hack Sign – Les retrouvailles

Hack Sign avait été relativement moyen aussi. Joli, envouteur presque, mais il y avait ce petit quelque chose qui poussait à continuer. La scèene de fin où Tsukasa reconnaît son amie en chaise roulante alors qu’ils ne s’étaient jamais vus hors du jeu m’avait laissé un excellent souvenir.

8. Hand Maid May – Souvenirs 8. Hand Maid May – Souvenirs

Une série relativement moyenne mais bien foutue pour l’époque techniquement. Hand Maid May c’était surtout un des premiers animes de meido en 2000-2001, l’âge d’or des animes de meido. La fin était déjà assez touchante avec May qui perd la mémoire et a oublié tout de son maître, mais on a l’impression fugace qu’à la toute fin, May se souvient quand même de tous ses bons moments passés avec son maître. Quand je vous dis que les meido c’est le bien!

9. Happy Lesson – Réveil 9. Happy Lesson – Réveil

Relativement moyen aussi, la première OAV d’Happy Lesson m’avait laissé une grande impression de what the fuck, où le héros sort de chez lui et qu’il a 5 "mamans-profs" qui lui souhaitent une bonne journée. Hé, elles sont prof, elles devraient pas être prêtes avant lui pour aller à l’école?

garter.jpg

10. Higurashi no naku koro ni – La malédiction d’Oyashiro-sama 10. Higurashi no naku koro ni – La malédiction d’Oyashiro-sama

Si je devais nommer un des passages qui m’avait le plus marqué, ça serait difficile, mais je me souviens de tas de moments terribles. Higurashi aura atteint son but: marquer les esprits, que ce soit le moment où Rika place le manche du couteau contre le mur et se frappe la tête contre pour se tuer, ou bien quand Satoko arrive a s’échapper avant que Hinamizawa ne soit complètement décimé, pour ensuite mourir d’une crise cardiaque, un epu façon film d’horreur en fait: il fallait qu’elle meure.

11. Hitohira – La voix de Nono 11. Hitohira – La voix de Nono

Hitohira m’a laissé un excellent souvenir pour une petite série sur un sujet pourtant pas tant exploité que ça: le théatre. En l’occurence, dés le début de la série, on apprend que Nono, la sempai qui veut faire vivre le petit club de théatre secondaire de l’école a un problème à la gorge et ne peut pas parler fort au risque de perde définitivement la voix. Cela lui arrivera par moments durant la série (c’est dommage en plus, elle est doublée par Ayako Kawasumi-sama). Le moment où l’héroine s’en rend compte était vraiment fort, puisque le téléspectateur s’en rend compte en même temps qu’elle, et pour quelqu’un comme moi qui ait aussi des tas de choses qu’il aimerait faire mais ne peut pas physiquement le faire, ça marque.

12. I my me strawberry eggs – La rédemption 12. I my me strawberry eggs – La rédemption

C’était marrant comme fin pour IMMSE. J’avais beaucoup aimé le non happy end en quelque sorte qui sortait de l’ordinaire, et le discours de Hibiki à la fin, malgré l’outrage public qu’on lui avait fait subir, était pas mal touchant, surtout quand les élèves se sont rendus compte qu’en fait Hibiki les avait toujours bien traîtés. Ca fait du bien de se sentir soutenu, hein?

13. Initial D – Pleins phares! 13. Initial D – Pleins phares!

Initial D a beau être doté d’un character design douteux, il filait néanmoins bien la pèche avec sa musique eurobeat, et les courses étaient assez palpitantes malgré la 3D pas toujours du meilleur goût. Du coup après l’astuce de la roue dans le vide pour doubler l’adversaire, je ne m’attendais plus à rien, jusqu’au 4th Stage où Takumi éteint ses phares en pleine nuit pour éviter de se faire voir de son adversaire et le doubler alors que celui-ci ne s’y attend pas du tout. J’étais là en train de manger (je mange souvent en regardant ce genre d’animes où on peut débrancher son cerveau 20 minutes) et je me souviens avoir arrêté de manger quelques minutes le temps de voir ce qui allait se passer après. C’était couillu quand même.

14. Irresponsible Captain Taylor – Garde à vous 14. Irresponsible Captain Taylor – Garde à vous

Vers la fin de la série, la flotte humaine et les aliens s’affrontent face à face, mais plutôt que de se tirer dessus, ils ne font que se regarder droit dans les yeux par vaisseaux interposés. Ils ont même été jusqu’à matérialiser la tension pendant un tel moment par des éclairs un peu partout, c’était assez inattendu et c’est un de mes meilleurs souvenirs de cette série de space opera. Quel dommage qu’il n’y en ait plus tellement de nos jours.

hatsune_miku.jpg

15. Kaleido Star – What about my star? 15. Kaleido Star – What about my star?

Une série assez familiale que j’avais beaucoup apprécié (encore un rare Gonzo réussi d’ailleurs) pour ses personnages attachants et ses histoires et son monde originaux. Ca m’a tellement plu que j’ai pleuré à la fin de la première saison quand Layla, sachant pertinamment que le numéro légendaire lui grillerait l’épaule définitivement, elle l’a fait quand même pour Sora… Ca avait bien entendu bouleversé Sora autant que moi, je vous avoue. J’ai remis le couvert à la fin de la Saison 2 quand Layla après avoir permis à Sora en l’entraînant de faire le numéro angélique avec Leon, sort à Sora (haha) : "Sora, tu n’es plus seulement mon espoir, tu es aussi ma fierté." Ah, rien que de m’en rappeler, j’en tremble encore.

16. Kamichu – chuuuuuu! 16. Kamichu – chuuuuuu!

Bon c’était que le début mais ça m’avait bien marqué cette ambiance kawaii-tout-plein(tm) avec cette dose d’humour sur le toit de l’école. Kami…chu!

17. Kannazuki no Miko – Le… euh… on va appeler ça l’évènement. 17. Kannazuki no Miko – Le… euh… on va appeler ça l’évènement.

Pour ceux qui auront vu l’anime vous allez bien entendu voir de quoi je parle: le viol d’Himeko. Alors ouais, c’est peut-être bien malsain mais c’est tellement rare et inattendu dans un anime, et en plus de ça entre deux filles (Mai Hime a remis le couvert quelques années plus tard). Et puis Chikane était doublée par Ayako Kawasumi. Ayako Kawasumi + miko + soujou ai = $$$. Ca manquait de maids quand même.

18. Kare Kano – La rencontre, et la course poursuite 18. Kare Kano – La rencontre, et la course poursuite

Je triche un peu y’a deux souvenirs pour Kare Kano.

Le premier épisode de Kare Kano m’avait laissé bouche bée. Il plaçait vraiment bien les personnages et était à mourrir de rire. On ne peut pas en dire autant du reste de la série mais même si globalement j’avais pas aimé Kare Kano plus que ça, rien que le premier épisode est un délice à revoir. Pour ce qui est de la scène de poursuite, c’est simple: quand Yukino voit sa photo déchirée et jetée dans l’incinérateur par la petite peste de service, la poursuite dans l’école en résultant était tout simplement épique.

19. Kimi ga nozomu eien – L’accident 19. Kimi ga nozomu eien – L’accident

Dois-je vraiment développer? En fait j’avais fait un article à ce sujet il y a longtemps. Oui, je suis toujours autant marqué par l’accident d’Haruka, et je trouve que c’est une des scènes qui m’a le plus marqué dans ma vie d’otaku.

hetalia_moe_moe_kyun.jpg

Source: ????

20. Kokoro Toshokan – La bibliothèque ne doit pas fermer! 20. Kokoro Toshokan – La bibliothèque ne doit pas fermer!

Cette série si douce et gentille profiati d’une bande son excellente. La petite Kokoro vit avec ses deux soeurs dans une bibliothèque à la montagne près d’une petite ville. Le truc c’est que vers la fin de la série, Kokoro apprend que la bibliothèque familiale où elle vit et travaille va fermer faute de subventions par la ville. Tous les personnages secondaires rencontrés jusqu’ici l’aideront à se rendre à la mairie, en moto, en mongolfière… et en faisant sa requête au maire, Kokoro s’aperçoit que la populace de la ville s’est amassée devant la mairie pour plaider en sa faveur et ne pas fermer la bibliothèque. C’était réllement magique de voir une petite fille comme ça être soutenue par tous les citadins pour qu’elle garde sa bibliothèque avec ses deux grandes soeurs. Bouh, c’était émouvant.

21. La Blue Girl – Mon premier hentai 21. La Blue Girl – Mon premier hentai

Bah quoi? C’est un souvenir émouvant comme un autre, merde.

22. Love Hina Christmas Special – Déclaration 22. Love Hina Christmas Special – Déclaration

Le Christmas Special, une OAV de Love Hina, est la seule partie animée de la série a ne pas avoir d’équivalent en manga. Keitaro qu’on croyait jusque là invincible, se casse finalement une jambe après que Naru (que j’aimais déjà fort fort) le fasse voler de nouveau. Un peu abattu, il ira quand même lui acheter un cadeau de noel, et elle tentera de le suivre dans Tokyo pour le retrouver sur fond de Winter Wish de Yonekura Chihiro. Elle le loupera, mais trouvera quand même son cadeau, et alors qu’elle est interviewée par une journaliste le soir de Noël et où sa tête est retransmise sur sur les télés de la ville et les grands écrans sur les immeubles, où Keitaro pouvait la voir. Et là elle lui annonce qu’elle veut aller à Toudai avec lui, et enfile le manteau qu’il lui a offert devant les cameras. Waaaah! Et dire que j’ai matté ça pour la première fois en plein cours en BTS, j’avais l’air fin à me cacher derrière mon écran pour cacher mon émotion.

23. Lucky Star – La mère de Konata 23. Lucky Star – La mère de Konata

Comme j’ai un petit faible pour le surnaturel, comme je l’ai écrit dans mon souvenir de Clannad, il est naturel que j’aie fondu comme neige au soleil devant la scène vers la fin de la série, où la mère de Konata apparaît en fantôme. C’était simple et émouvant, je n’ai rien d’autre à dire dessus.

24. Maburaho – Noooooooooooooon 24. Maburaho – Noooooooooooooon

Anime moyen en soi, Maburaho avait tout de même un concept rigolo pour lui. Dans un monde bourré de magie seul le héros a un potentiel magique ultra limité mais ultra puissant aussi, surtout que si on utilise tous les sorts de notre potentiel de magie, on meurt. Et le héros n’a que 3 sorts en réserve depuis qu’il est né alors que la majorité des gens en ont des centaines de milliers. Du coup les trois héroines se battent pour pouvoir faire des enfants avec lui, mais ça n’arrivera pas: il utilisera son dernier sort pour sauver Yuna, sa promise, et passera plus de la moitié de la série sous forme de fantôme. Fait marquant s’il en est, la scène où cela se produit était tout aussi terrible.

nekogirl.png

Source : ????

25. Mahoromatic – Revenons ici l’an prochain! 25. Mahoromatic – Revenons ici l’an prochain!

Mon article sur le sujet

Je pourrais parler des fins de la série, mais ça serait trop classique. Si je ne dois citer qu’un moment, c’est dans la saison 1 lors du festival de la ville, où Suguru, ignorant tout de Mahoro, lui annonce un jovial "Revenons ici l’an prochain!" faisant immédiatement perdre à Mahoro tout sourire: car elle sait qu’elle sera morte avant. Ca m’avait traumatisé à l’époque, surtout le changement de visage de Mahoro au moment où Suguru dit ça…

26. Nadesico – Le film 26. Nadesico – Le film

Une série et un film qu’il faudrait que je rematte un jour, définitivement. Néanmoins, s’il y a bien un truc qui m’a marqué dans la série, ça reste bel et bien le film, qui prenait à contre pied tous les fans de l’époque. Là où la série originale était plutôt légère avec un peu d’action, le film était sombre, voire dur, même. Mais incroyablement jouissif quand même, surtout pour les fans de Ruri.

27. Myself Yourself – L’opening et les tendances de Hoshino 27. Myself Yourself – L’opening et les tendances de Hoshino

Un peu de la même façon qu’avec Nadesico, Myself Yourself commençait somme toute sur des tons légers et de comédie romantique, pour progressivement dériver vers du drame en règle. Un peu trop peut-être, mais la surprise la plus totale, c’était quand même Hoshino qui passe en mode yandere pour… la jumelle du groupe! C’est dangereux les amours lesbiens, Kannazuki no Miko l’a déjà prouvé.

28. Nadia – L’île 28. Nadia – L’île

Passage décrié à juste titre dans la série, c’est néanmoins un passage qui m’a marqué dans la série à cause de son changement assez radical de ton avec le reste. Pas déplaisant en soi, c’est juste qu’on se demandait "mais qu’est-ce que ça vient faire ça?" sans compter que ça ne faisait pas avancer grand chose dans l’histoire. Enfin, c’était Nadia quoi, on en mange sans fin.

29. Evangelion – Dance like you want to win 29. Evangelion – Dance like you want to win

Si Eva m’a marqué au point de m’en faire écrire des fanfics , une scène dont je me souviendrais toujours, c’est bien l’épisode 9 où Shinji et Asuka doivent bouger en synchro totale. Une scène mémorable et bourrée d’action comme seul Gainax sait en faire.

ponytail.jpg

30. Dominion Tank Police – Les mines phalliques 30. Dominion Tank Police – Les mines phalliques

Drôle à souhait (avec les doublages fr qui vont bien, pour une fois), Dominion Tank Police fourmille de scènes excellentes, mais celle qui m’avait le plus fait rire, c’est bien les "mines" plates qui une fois gonflées ressemblent à des penis et font se renverser les tanks de la police. Du grand n’importe quoi comme je les aime.

31. Noir – Premier contact 31. Noir – Premier contact

Le premier contact avec Noir se fut à Epitanime 2001, l’âge d’or de la convention où celle-ci passait encore du fansub pendant les nocturnes. Du coup on a eu droit à Noir, Mahou Senshi Riui, Angelic Layer et d’autres, et c’était énorme. Mais Noir, c’était envoutant. La musique qui tue, l’ambiance qui déchire, et la chorégraphie des combats qui surprend et qui a la classe. Difficile de ne pas aimer, et puis c’était le premier anime uqe je voyais qui se passait en France.

32. Onegai Teacher – Marrions-nous! 32. Onegai Teacher – Marrions-nous!

Mizuho. Robe de mariée. Les robes de mariée ça m’a toujours fait un petit effet, et si on combine ça au concept de la série… Bon et je vous parle même pas de l’OAV complètement abusée pour l’époque. Mais qu’est-ce que c’était fun!

33. Green Green – L’ours 33. Green Green – L’ours

Un grand moment de n’importe quoi dans cet anime tiré d’eroge qui ne se prend pas au sérieux, où le katamari pervers du groupe se retrouve nez à truffe avec un ours, et hum… je vous laisse deviner ce qui lui arrive, du coup. Encore plus fun si vous connaissez la chanson de l’ours pédé. L’opening vaut également le coup d’oeil.

34. Onegai Twins – Karen qui pleure sur les genoux de son frère 34. Onegai Twins – Karen qui pleure sur les genoux de son frère

Une scène tout simplement hilarante où Miina apporte du thé à Maiku dans sa chambre alors qu’il laisse Karen pleurer la tête sur ses genoux. Imaginez la scène, vous entrez et vous voyez votre frère qui est assis sur son lit avec une fille la tête entre ses jambes en train de pleurer. Ouais, vous vous faites l’idée que Miina s’est faite en voyant ça. Et le pire, c’est qu’une scène de ce style, on en trouve dans des tas de films pour adolescents américains, mais ça passe tellement mieux en anime, avec les gros blancs , le plateau qui tombe, bref…

strike_witches.jpg

35. Otome wa boku ni koishiteru – Roméo et Juliette 35. Otome wa boku ni koishiteru – Roméo et Juliette

La pièce jouée par Takako et Mizuho était sympa. Ce qui l’était plus, c’était Mizuho sauvant Takako de l’humiliation que lui aurait procuré le fait d’être a moitié nue sur scène en la couvrant avant que le public ne puisse bien voir et l’embrassant pour la faire taire. Comment conquérir une tsundere en dix leçons, quoi.

36. Read or Die – Vol au dessus de New York 36. Read or Die – Vol au dessus de New York

Le passage où Yomiko construit un avion en papier géant avait quelque chose de magique. On se doutait qu’elle avait de grands pouvoirs avec le papier, mais à ce point c’était simplement extravagant. Et Yomiko avait sacrément la classe.

37. REC – Une bonne actrice doit savoir simuler 37. REC – Une bonne actrice doit savoir simuler

REC fait partie des animes dans mon panthéon, mais l’épisode où Aka doit doubler un anime hentai la gène horriblement, et elle va même jusqu’à en matter pour voir comment les doubleuses comédiennes de doublage ont fait avant elle. Le plus fun est que son petit copain, Matsumaru, est au courant et propose de "l’aider", la gênant encore plus. Ah, je craque…

38. Sailor Moon – Sacrifices 38. Sailor Moon – Sacrifices

Ca remonte à loin, j’avais 14-15 ans à l’époque, j’étais jeune et con. Maintenant je suis juste un peu moins con, mais qu’importe. J’avais beaucoup aimé le dernier épisode de la première saison où les senshi meurent une à une pour ensuite réapparaître pour aider Sailor Moon à vaincre le mal. Ouais j’étais aussi vachement fleur bleue à l’époque. Je le suis toujours un peu aussi, en fait.

39. School Days – Chou 39. School Days – Chou

Chou de Amano Tsukiko m’avait fait trembler, avec les images qui vont bien. Je triche un peu en fait car du coup là je parle du jeu School Days plutôt que l’anime, mais comme les deux se rejoignent niveau contenu… Pour voir l’AMV en question, c’est . Il va sans dire que, comme pour Higurahsi, n’importe qui ne connaissant pas School Days est royalement pris au dépourvu. C’est p’têt pour ça que ça m’a marqué.

two.jpg

40. Shakugan no Shana – Deredere 40. Shakugan no Shana – Deredere

Si y’a bien unt ruc de satisfaisant dans un anime avec une tsundere, c’est bien quand la tsundere en question passe en mode deredere, et pour ça dans Shakugan no Shana, il faudra attendre presque toute la série pour la voir s’accrocher au héros. C’était super mignon en soi, et c’est le bon souvenir que je garde de cette série avant les melonpan.

41. Shuffle! – Attention derrière toi c’est affreux! 41. Shuffle! – Attention derrière toi c’est affreux!

L’aspirateur! J’ai oublié de l’éteindre!

Ahem…

Kaede fut pour moi l’une des premières yandere que j’ai connues, et ça fait un choc la première fois. Du coup on s’en souvient et on ne regarde plus jamais les amies d’enfance comme avant. Plus jamais.

42. Sister Princess – La chanson de Noel 42. Sister Princess – La chanson de Noel

Anime tranche de vie sans grand intêret finalement (à part d’avoir 13 soeurs plus moe les unes que les autres) mais dont certaines scènes m’avaient bien fait plaisir. Parmi elles, celle où les soeurs ont préparé une chanson pour le héros pour Noël. Elle était cool cette chanson et le pire c’est que je l’ai jamais retrouvée dans aucune OST.

43. Slayers – Prochain essai 43. Slayers – Prochain essai

(oh je sais c’est nul.)

La fin de Slayers Next reste pour moi le meilleur souvenir de la série, où Lina térasse Phibrizo et où elle est subitement habitée par Lord of Nightmares. Et puis y’a eu le baiser avec Gourry aussi, juste après…

44. Star Ocean EX – Les lapins! 44. Star Ocean EX – Les lapins!

Un truc qui m’a toujours marqué dans cette série très moyenne qu’était Star Ocean EX: A la fin de l’épisode 1 il y a des lapins. Et au second épisode, on voit les mêmes lapins sauf qu’ils se sont multipliés entre temps. On a longtemps blagué là-dessus avec quelques amis.

zettaishougeki.jpg

45. Stratos 4 – La station 45. Stratos 4 – La station

Finalement c’était le truc dont les filles de Stratos 4 avaient toujours rêvé sans jamais pouvoir l’atteindre parce que leurs sempai étaient déjà sur place: pouvoir aller sur la station orbitale même si c’était pour une mission. Du coup ça a donné un final super sympa pour une bonne pétite série qui me restera longtemps en tête pour son opening et ending cools à souhait.

46. Gurren Lagann – Kamina 46. Gurren Lagann – Kamina

Beaucoup garderont en souvenir de Gurren Lagann Libera me’ from hell, la chanson du combat de fin et son côté épique, mais finalement moi c’est plutôt la mort de Kamina qui me revient à l’esprit quand je pense à Gurren Lagann. C’était couillu, bien amené, et ça n’a pas servi à rien. Du grand Gainax quoi.

47. Haruhi Suzumiya – Live Alive 47. Haruhi Suzumiya – Live Alive

Vous ne pensiez tout de même pas que j’allais abandonner celle qui m’a donné la foi? Le premier souvenir qui me vient de la saison 1 de Haruhi, c’est sans conteste Live Alive et le concert de ENOZ, God Knows. Ca m’avait tellement secoué que j’ai coupé la raw que je regardais à cet endroit pour la montrer à Darksoul en lui disant "Ca, ça ira dans le Toyunda!" (le Toyunda étant le logiciel de Karaoke d’Epitanime). Il va sans dire que l’interessé n’y vit aucune objection.

48. Stellvia – Welcome! 48. Stellvia – Welcome!

Stellvia, c’était sympa aussi, et je me souviens avoir adoré l’ambiance rien qu’au premier épisode, avec Shippon qui voit tous les peitts vaisseaux s’envoler de Stellvia à leur arrivée pour dessiner un "Welcome to Stellvia" dans l’espace. Ca faisait bien chaud au coeur et ça avait une putain de gueule.

49. Vandread Second Stage – Le bébé d’Ezra 49. Vandread Second Stage – Le bébé d’Ezra

Autre grand anime des années 2000 et 2001, Vandread avait mis les héros de la série devant un accouchement pendant un combat, et ça avait donné un épisode remarquable et très touchant, avec les héros qui se débattaient dans l’ascenseur bloqué pour donner naissance au bébé et les autres dans l’espace en train de se fighter qui ont regagné leur moral une fois les cris du bébé passés sur la radio de tout le monde.

eventail.jpg

50. Yakitate Japan – Croissant? 50. Yakitate Japan – Croissant?

Une blague d’anthologie, tellement énorme que c’est ce qui me restera à jamais dans Yakitate Japan, où Azuma se voit annoncer qu’il devrait faire des croissants, mais ne connaissant pas le mot, demande qui est Kurowa-san. Si vous n’avez pas compris, dites lentement "croissant."

51. Crescent Love – Le concours de cuisine 51. Crescent Love – Le concours de cuisine

Tellement bourré de QUALITY ce passage qu’il restera à jamais gravé dans ma mémoire. La preuve? Cette image. Vous allez comprendre ce que je voulais dire par QUALITY. A gauche, la série télé originale, à droite, la version DVD.

52. UFO Princess Wakyure – Les nekogirls 52. UFO Princess Wakyure – Les nekogirls

Ou plutôt ce qui les a popularisées. Il faut dire que voir une armée de nekogirls obéir au doigt et à l’oeil de la nekomeido de service, ça marque, ça m’avait même poussé à regarder la série. Il m’en faut peu hein,mais ça vous le saviez déjà.

Voilà donc toutes les choses qui m’ont plus ou moins marqués: concepts, moments, personnages… Je suis sûr que vous en avez des tas que vous avez partagé avec moi, ou d’autres auxquels je n’aurais paspensé ou que je n’ai pas vus. Libre à vous de reprendre le concept de ce billet ou de poster vos impressions dans les commentaires.

”Tetho speaking.”

Axel speaking. Je me remets tout doucement d’une opération chirurgicale qui consistait à m’enlever un kyste dans le bas du dos. Je vous explique pas comment j’ai du mal à rester assis trop longtemps, à m’allonger ou à me lever. Et je suis en arrêt de travail pendant facilement encore un mois (extensible selon l’état de la plaie, chouette.). Je vous passe les détails un peu gore sur la taille de la plaie (du genre qui fait la taille d’un pouce… Ah merde je l’ai dit.) et ça explique pourquoi la semaine dernière j’ai lâchement laissé l’une de mes maids s’occuper du tournoi. Qu’elle me pardonne.

Je vais profiter de cette tribune que m’offre l’ami Axel pour vous parler non pas de l’homoérotisme freudien dans ”Berserk”, ni d’a quel point Char est incroyablement GAR dans ”Gundam The Origin” 11, mais bel et bien des tsunderes, Vu que nous avons encore l’attention des médias sur nous (on les connais, pendant la finale ils ont déjà rangé la moitié du matos pour rentrer au plus vite).

Le concept de la tsundere n’a au fond rien de bien nippon(Pon Pon !), le coup de la nana qui passe son temps à s’engueuler avec un mec avant de tomber amoureux de lui c’est vieux comme Mathusalem et universel, pourtant on a jamais qualifié la princesse Leia de tsundere ! L’apparition des premières (que ce soit Sayaka, Madoka ou Lamu, peu importe) était donc naturel et sans aucune visée de créer une mode. Mais avec le temps le concept s’est décalé et on est passé à des personnages à personnalités bipolaires parfois totalement caricaturales (bien aidées par des grognasses comme Kugimiya Rie à la voix). Aujourd’hui dès qu’un perso féminin ose s’affirmer un peu face à un mâle bien mou elle est classée tsundereJe me joint donc à Minoru Shiraishi, philosophe et analyste des médias du XXIeme siècle, pour dire qu’il faut revenir à l’origine de la tsundere, bien plus crédible que la parodie d’elle même qu’est devenu la chose !! Mais bon, faut croire que ça vend puisque pas mal de monde s’est jetté sur Toradora justement pour ça…

Sinon, dans la série "comment traduire le terme en français ?" j’ai bien aimé le "menstruée" proposé par Rukawa qui dénote bien l’aspect hautement féminin de cette tare mentale, Mais le "capricieuse" (en référence à Orange Road) de Ialda est plus élégant et rappelle que souvent femme varie et bien folle qui s’y fie…

Oui bon, je n’aime pas trop le terme menstruée, même si ça me parait bien plus proche au niveau comportement.

Bilan des 2eme quarts de finale :

Bon, à l’heure où ces lignes sont rédigées le duel Nagi vs Haruhi est très très serré. Ça bascule régulièrement d’un coté ou de l’autre selon les votes et nul doute que ça le fera jusqu’à la fin, bref je suis bien coincé pour savoir sur qui j’écris moi… (une égalité ça serait drôle tiens) Il semble évident que Nagi à profité des votes anti-Haruhi, que ce soit par des personnes lasses du boucans générés par les fans ou bien des fans qui refusent de voire le danchô catégorisée tsundere. Bref la série de Keyani continue de faire réagire les fans et ça c’est bien.

Ce fut rude, mais voici les résultats.

  • Nagi : 49,67% à 519 voix
  • Haruhi : 50,33% à 526 voix

Un vote semblable à celui du PS cette semaine (suivi un peu l’actu quoi…) mais il n’y aura pas re-vote, le recomptage s’est fait normalement et bien sûr vers la fin c’était bien la fête du slip niveau proxys. Proxy qui ont bénéficié aux deux candidates avec un petit plus pour Nagi. En tous cas, Haruhi a bien failli perdre, et m’est d’avis que Asuka sera celle qui la fera tomber cette fois.

De l’autre coté Chidori à mis la raclée de la race de sa môman à la chose rosée qui l’a bien cherché. Et tant mieux pour la suite du tournoi.

  • Louise : 34,52% à 330 voix
  • Kaname : 65,48% à 626 voix

De même, si jamais Haruhi va en finale, je vois très bien Kaname lui tenir tête et la térasser. Ouais, un Haruhi/Kaname, je vois ça très bien… Par contre, avec la défaite de Louise et Nagi, ça sonne la défaite de la fanbase Kugimiya. Comme quoi, tout peut arriver au tournoi des Tsundere.

On attaque donc les demis-finales, fini de rire, maintenant c’est du sérieux parceque se faire éliminer à se niveau de la compétition ce serait vraiment échouer dans la dernière ligne droite, juste avant le sprint final.

tsun-tournoi-demifinales-1.png

Demi Finale 1 :

Sôryû Langley Asuka

Asuka.jpg

(Asuka, prète à se faire 3 anges dès le matin)

Pilote de l’Evangelion unité-02 c’est une battante, une vraie, Toute sa vie se résume à être la première, autant dire qu’elle en veut et qu’elle ne compte pas laisser la 1ere place lui échapper ! Mais si par malheure elle échouait et se retrouvait en petite finale ce serait le drame car elle risquerait de s’éffondrer et de ne plus être capable de rien faire…

Même à ce niveau du tournois c’est une favorite, Evangelion est une série dont la popularité ne se dément pas malgré les années qui passent. Et nul doute que le futur Evangelion 2.0 où apparaitera enfin Asuka va bien aider la popularité de la miss. Mais personellement je dois avouer qu’Asuka est loin d’être mon perso féminin d‘Eva, pas plus que Rei, Misato, Ritsuko et Maya, moi dans Eva le perso que je préfère c’est Yui. Mais j’aime bien Asuka quand même, ne serait-ce que parce que dans SRT Alpha elle était craquée.

Points forts : Enorme fanbase, personnage culte, pilote un robot

Points faibles : Cache un sacré traumatisme qui une fois révélé défait tout le personnage.

Contre :

Suzumiya Haruhi

Haruhi.jpg

(Haruhi Zi Suzumiya ordone que vous votiez pour elle !)

Encore une fois je vais profiter de cette tribune pour remettre dans le droit chemin les brebies égarées. N O N Haruhi n’est pas une déesse, ni LA Déesse, loin de là. En fait le status divin d’Haruhi (n’oublions pas que ce n’est pas Haruhi qui est Dieu mais Dieu qui est Haruhi, la différence sémantique fait tout) n’est qu’une pièce d’un gigantesque puzzle où elle est tour à tour la source d’une explosion d’informations, l’origine d’une rupture du continum espace-temps, une brèche entre les dimensions et bien d’autres que nous n’avous probablement pas encore découvert. Selon le paradigme la nature d’Haruhi change et oublier cela c’est comme dire que la lumière n’est qu’une onde ou qu’une particule, ça empèche de comprendre la base même des fondements fondamentaux de notre réalité.

Reste le débat de sa tsundereitude, chaque avis se défend, mais je serais plus de ceux qui pensent qu’elle à une simple personalité bipolaire doublée qu’une maniaco-dépréssion plus qu’une vrai personalité de tsundere. Reste que c’est malgé tout un excélent personage dont la bonne humeure est contagieuse 🙂

Points forts : Fanbase démesurée, personnage irrésistible, si vous ne votez pas pour elle l’univers va disparaitre !!!!

Points faibles : le TSH (Tout Sauf Haruhi), status de tsundere discutable.

Demi Finale 2

Tôsaka Rin

Rin.jpg

Le nekomimi ou comment rendre agréable n’importe quoi (c’est ça ou un robot géant)

Bon, là je suis un peu coincé, je suis un Type-moon fanboy mais j’aime pas Rin (j’aurais préféré que Ryôgi Shiki soit la représentante de Type-Moon). En fait je ne suis pas sensibles à ses charmes, j’aime pas les Ojô-sama (sauf Nanami dans Utena), le zettai ryouiki me laisse de marbre, ses deux nattes aussi et comme tous les persos féminin de son jeu elle aurait mieux fait de Fate/stay in the kitchen… Mais je lui reconnais quand même le fait qu’elle est une très grosse bosseuse (et les efforts ça paye !) ainsi que le fait qu’elle a éduqué Shirô en lui expliquant que le thé en sachet mais c’est de la M E R D E les enfants !!

Points forts : Perséverante, est bien éduquée, grosse fanbase.

Point faible : Le reste.

Contre

Chidori Kaname

Chidori.jpg

(La routine habituelle pour Chidori…)

Là on arrive à mon point faible, les tsunderes ne sont pas trop ma tasse de thé (peut-être parecque justement elle sont en sachet), mais Chidori c’est autre chose. Déjà son couple avec Sôsuke rapelle des classiques comme Tom Jerry, les voire se chamailler est un plaisir de tout instant tant, et même avec la meilleure volonté du monde, ce dernier passe son temps à être à coté de la plaque. Mais Chidori est aussi atlétique, hyper douée (de par sa nature de whispered elle sait tout ou presque du lambda driver et des arm-slaves), toujours prète à aider, la seule personne capable de gérer Sôsuke… Par contre elle a aussi un caractère atroce et ne manque pas de faire preuve de mauvaise foi et de vanité, à moins qu’en fait ça ne cache autre chose…

Points forts : N’a pas peur des paramilitaires cinglées, génie, pleine de bonne volonté.

Points faibles : Sale caractère (mais vraiment), passe son temps à se faire enlever.

-J’en profite pour signaler que chez Amo un des meilleurs générique de l’histoire de l’animation jp, Sore ga Ai deshô l’op de Full Metal Panic ? Fumoffu, se fait larger par des trucs largement moins bien (même si bien quand même), donc tant que vous en êtes à aller voter, allez sauver l’honneur des gouts musicaux de la blogosphère anime francophone-

Bonus :

Comme on est sur Meido-rando je ne pouvais décament passer ici sans poster un truc en rapport avec les maids. Voici donc une courte histoire que Kaoru Mori (auteur de ”Emma” et ”Shirley”) a posté sur son blog. On y trouve tout le charme des histoires de la madame, même si ça appelle une suite qui ne vrendra probablement jamais. La traduction est de votre serviteur avec l’aide de DarkSoul (qu’il en soit encore remercié).

maid_1s.jpg maid_2s.jpg maid_3s.jpg

J’étais tranquillement installé devant ma télé, confortablement endormi et profitant de mes vacances bien méritées quand des maids ont défoncé la porte de mon appartement et m’ont forcé à venir avec elles. Malheureusement pour moi, elles n’étaient pas venues pour m’annoncer que mes 16 années de virginité allaient se conclure, mais pour que je vienne vous présenter la suite du Grand Tournoi des Tsundere organisé par leur maître. Et elles maîtrisaient le kung-fu. Juré. Passons aux résultats de cette semaine, j’aimerais pouvoir rentrer chez moi avant qu’il ne fasse nuit.

Genre tu as besoin d’un couvre-feu, toi, Arez

Comme prévu, Akane a très logiquement éliminé Takako, dont on se demande encore ce qu’elle foutait là, et je suppose qu’Axel va vouloir mettre les résultats détaillés.

Takako s’est tout de même mieux battue que Urumi: elle a en effet réussi à rattraper un peu son retard vers les 38% mais est retombée ensuite à son rhythme de croisière. Dommage pour elle, c’est Akane, l’une des tsundere old-school, qui se qualifie. Akane rencontrera donc Rin en quart de finale

Résultats Match 3

  • Akane : 65,07% à 447 voix
  • Takako : 34,93% à 240 voix

Le match entre Asuka et Shana fut quand à lui beaucoup, mais alors beaucoup plus tendu. Mais au terme d’une semaine de suspense, de hargne et de votes par proxy, c’est Asuka qui se qualifie pour les quarts de finale.

De peu: ce qui fut assez drôle c’est que des proxy ont d’abord fait pencher la balance vers Asuka, puis vers Shana, comme si la personne (que je soupçonne être une seule personne) avait eu un changement d’avis. Du coup, Asuka va rencontrer Eri. J’ai même eu vent que les Type-mooniens sont allés voir les Evangéliens pour former une alliance anti-Shana. On dirait que ça a proté ses fruits, mais je crois plutôt que les Type-mooniens ont juste voulu fournir la vaseline pour mieux prendre les Evangéliens par derrière, les fourbes. A noter aussi que quelqu’un de l’école centrale de Paris a tenté à la dernière minute de faire voter toutes ses machines online. Asuka n’avait néanmoins pas besoin de ça pour gagner… Dommage pour Shana: m’est d’avis qu’elle aurait mérité de finir en quart ou en demi-finale vu son potentiel.

Résultats Match 4

  • Asuka : 50,15% à 509 voix
  • Shana : 49,85% à 506 voix

Si cette semaine ne connaîtra certainement pas autant de tension, cela ne veut pas forcément dire qu’elle en sera pour autant inintéressante. La preuve avec les affiches de cette semaine.

Tableau de gauche – Match n°5 – Nagi (Hayate no Gotoku) contre Kaoru (Kenshin)

Nagi et un petit porteur

Nagi de Hayate no Gotoku. Elle est sortie de la très tendue poule 2, ou elle et Urumi ont réussi l’exploit d’éliminer la bien trop populaire Kallen du bien trop populaire Code Chiasse Geass. A part ça, c’est une loli, elle a beaucoup d’argent et Hayate no Gotoku est une série sympathique.

Pas beaucoup regardée malheureusement, mais Nagi est doublée par la (trop) célébrissime doubleuse de Shana, Louise, etc. Du coup, son tempérament de tsundere est complètement assumé. Le problème c’est qu’elle n’a que ça pour elle. Moi j’aurais plutôt tendance à voter pour Kaoru, quand même.

Kaoru au pied du mur

Kaoru, de Rurouni Kenshin est la rescapée de la poule 6, ou elle a ramassé les miettes de Louise. Non seulement c’est une tsundere, mais en plus elle a des armes tranchantes. Moi je dis faites gaffe.

C’est également une autre tsundere old school, avec Akane et Asuka. Ce que je peux dire c’est qu’on va vite savoir laquelle de elle ou Nagi va remporter la victoire, et très vite…

Tableau de droite – Match n°6 – Kyou (CLANNAD) contre Kaname (Full Metal Panic)

Kyou, surprise de voir la nouvelle valeur de son portefeuille

Kyou, de Clannad. Elle était dans la poule de Haruhi, et le lobby Kyoto Animation a décidé de faire passer les deux. C’est un personnage. Et il lui arrive des trucs. Après je n’ai pas vu Clannad alors je n’ai absolument aucune idée de ce qu’il faut dire. Axel ?

Kyou est une tsundere qui balance des dictionnaires sur les gens. Elle fait mal, très mal, et en plus elle a une soeur jumelle, donc possibilité de twincest/threesome des plus alléchants. Et elle a de délicieuses cuisses. Need I say moar?

Kaname, une valeur comme ça

Chidori Kaname, de Full Metal Panic. Et la, je vais répéter ce que raton me dit, puisqu’il est en train de me menacer avec le même éventail qu’elle manie avec maestria. (Et qui n’est pas un harisen). Elle est en bikini dans le premier épisode de Fumoffu?, et ça devrait être une raison suffisante pour vous faire voter pour elle. Sinon, y’a le Bonta-kun aussi. Votez pour elle.

Mon vote ira à Chidori, personellement. Une grande tsundere dont le maniement de l’éventail en papier ferait fuire n’importe qui. Il faut dire qu’elle a de quoi s’énerver avec un compagnon comme Sousuke. Une valeur sûre du Tsunderisme en tous cas.

EDIT d’Axel: Je m’étais planté dans les quart de finale: ça sera Akane/Rin et Asuka/Eri

– Axel ?
Raton ?
– Interro surprise : tes persos préférés dans les animes.
– Facile : Mahoro, Naru, Asuka, Haruhi
– … soit une meido et trois tsundere.
– Pourquoi tu demandes ça ?
– L’an dernier, il y a eu le grand tournoi des meido, ton énième façon de rendre hommage à Mahoro. Et nous sommes actuellement en grand tournoi des tsundere. Avec ça, tu fais d’une pierre trois coups, hein ?
– Certes oui.
– En tout cas, il faut croire que les tsundere sont plus à la mode, tant ce concours marche mieux que le précédent… Avant, les lecteurs de l’éditotaku imposaient les votes les plus tordus, et maintenant, toutes les consignes de vote sur le site se font étaler par d’autres sites qui ont leurs propres appels au vote. Et c’est cool, parce qu’on découvre plein de sites qu’on ne connaissait pas.
– Tant mieux, non ? Ca laisse augurer d’un tournoi avec un plus grand échantillon de réponses, donc avec une gagnante qui sera la vraie et ultime Tsundere…
– Vraiment ? D’aucuns pensent que les critères de tsunderisme sont complètement oubliés dans ce concours, et que les gens votent juste pour la fille la plus populaire.
– Alors personne ne lit ces présentations que je me fatigue tant à faire ?
– Ou que tu te fatigues tant à sous-traiter à Shikaze ou moi…Et je ne parle même pas des incessants débats sur "celle-là n’est pas une tsundere !"
– Ce qui veut dire que celui/celle qui nous lit a déjà voté pour le nom qui sonne le mieux à ses oreilles, et promène ses yeux sur ce texte juste parce qu’il/elle s’ennuie au boulot ?
– Nan, ça c’est pour mon site qui est écrit en noir sur fond blanc. Les lecteurs disent que le boss croit qu’ils lisent un fichier Word.
– Hey, lectorat ! Vote pour la meilleure Tsundere, pas la nana la plus jolie !
– Je ne sais pas s’ils t’écoutent… La poule 5 fait gagner cette cruche de Takako (Otome Wa Boku…) et Suzuka de l’oeuvre éponyme, qui est une tsundere industrielle et sans originalité. Les perdantes sont les gainaxiennes Nadia et Yukino (KareKano), et ça me fait mal aux seins. Dans l’ensemble, les votes n’ont pas vraiment eu de retournement de situation pendant la semaine. T’as les stats précises ?

Poule 5
  • Takako – 182 voix / 26,3%
  • Suzuka – 201 voix / 29,05%
  • Yukino – 132 voix / 19,08%
  • Nadia – 177 voix / 25,58%

– Et en poule 6, victoire de Louise avec un score brejnévien et Kaoru (Kenshin) ramasse les miettes. Comme cette dernière est surnommée "tanuki musume", je ne me plains pas. Cagali (Goundame Chide) et Madoka (Kimagure Orange Road) restent sur le carreau. Le score n’était pas trop serré, non ?

Poule 6
  • Cagalli – 88 voix / 12,75%
  • Madoka – 118 voix / 17,1%
  • Kaoru – 141 voix / 20,43%
  • Louise – 343 voix / 49,71%

– Bon, on fait les présentations des nouvelles prétendantes au trône. Puisque j’écris les bonus, ça va un peu avoir un rapport avec le tsun et le dere. On commence avec…

Poule 7

Asuka (Evangelion)

– :3
– A-t-on besoin de présenter un des grands coups de coeur d’Axel ? Rousse, intelligente, excitée en permanence. Je suis Ayanamiste, et par extension, préfère Yuki à Haruhi, Vénusia à Phénicia ou Exelen à Mega69.
– Tu vas pas te faire des copines sur ce coup-là.
– J’y suis pour rien si tout le monde n’a pas vu Goldorak. Et si tu essayais de me convaincre de voter pour Asuka ?
– Bon les gens, faut que vous sachiez un truc. Asuka c’est le premier amour de ma vie. Mais avec Kaname, j’hésite… Cependant, malgré son âge déjà bien avancé, Asuka a toutes ses chances contrairement aux autres ‘anciennes’ qu’étaient Kaori, Madoka ou encore Lum et qui ont péri au combat. Et puis sa doubleuse a fait du porno, ça compte ça, Raton ?
– Je me souviens surtout de son rôle dans Battle Royale : c’est elle dans la vidéo de tutorial au début du film.

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 80 / 20
  • Violence Level : C sans Eva-02, S avec Eva-02
  • Bonus : pilote de mecha nerveuse, rousse avec le caractère qui va avec, joue à Dance Dance Revolution mais tape l’autre joueur. Deredere : vous embrasse quand elle s’ennuie.

Kaname (Full Metal Panic)

– :3
– Raton ?
– Là. Elle. Ma favorite de ce concours. Kaname Chidori. Elle n’est jamais tsuntsun sans raison, elle est forte mais on doit la protéger contre un enjeu qui la dépasse, mais elle arrive à vivre normalement son caractère de tsundere grâce à nous. Et quand elle veut qu’on remarque son coté deredere, elle va dans un parc d’attactions ou sur la plage avec un bikini blanc. Votez pour elle, s’il vous plait. N’est-ce pas, Axel ?
– Je dois me rendre à l’évidence et rejoindre l’avis du Raton: Kaname est un poids lourd. Pas dans le sens  centimètre cube, mais parce qu’elle a absolument tout pour elle. Et puis elle appartient à une série tip top qui a été graciée par Kyoto Animation (tout du moins, dans ses saisons 2 et 3). Moi je dis, votez pour elle, ça coule de source.

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 60 / 40
  • Violence Level : A
  • Bonus : arme distinguée (un Harisen), déléguée de la classe (en charge de la discipline). Deredere : assuré par son Bonta-kun en peluche.

Natsumi (Keroro Gunso)

– Tu crois qu’elle a une chance ?
– Elle est loli et quand elle revêt son armure pour casser des dents, elle fait des bruits de Gundam. Ah, et sa copine de classe est dans SoulCal’ IV.
– Et sa mère… :3
– Mais comment une Tsundere pareille peut sortir d’une maman aussi cool ?
– Sa mère est éditrice dans un magazine de mangasses, ceci explique cela…

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 90 / 10
  • Violence Level : B
  • Bonus : Mecha-armor Gundamesque, fournie avec sa grenouille de combat tout aussi nerveuse et rouge, et nom d’un chien elle est déjà plus normale que les 3/4 de magiciennes guerrières divines génétiquement modifiées de ce tounoi d’excitées. Ce qui en dit long sur la japanime, ou sur nous qui aimons ça, j’en sais rien.

Mei-Ling (Card Captor Sakura)

– Tiens, la caution Clamp du concours. Moi je dis, elle passe pas les éliminatoires.
– Allons, elle aussi est loli, mais aussi chinoise, avec les costumes made in Clamp qui vont bien, elle doit bien avoir un qipao – et c’est un perso secondaire ! Tout le monde aime les persos secondaires !
– Hey, on n’est pas dans Naruto, là. Naruto, l’anime où tous les fans n’ont rien à fiche du perso principal et où tous les fandoms s’intéressent aux quidams qui apparaissent pendant une fraction de seconde quelque part au milieu de 200 épisodes !
– J’ai dit la même chose à ta mère hier soir. Mais j’ai remplacé "perso principal" par "raton" et "quidam" par "moi".
– TU DIS CA A TOUT LE MONDE MAMAN J’AI PERDU TOUT AMOUR-PROPRE
– Enfin pour la caution Clamp, on a vu ce que ça a donné avec Karen de Code Gayass.

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 66,6 / 33,4
  • Violence Level : D
  • Bonus : Meilleure que vous en kung-fu, mais elle ne s’en sert pas sur vous pour autant parce que ça ne serait pas honorable. Apparait tard dans la série, donc relance votre intérêt si Nakuru Akizuki ne vous fait rien, confirmant par ailleurs que vous êtes lolicon et que vous ne méritez pas de vous reproduire. Ah, et elle peut vous brancher avec les soeurs de Li Shaolan. Coté deredere assuré par la pâtisserie.

Poule 8

– Et pour la huitième et dernière poule ?
– Va y avoir du sport, avec du rétro qui côtoie du très récent, et de la Tsundere de haut niveau.

Haruko (FLCL)

– J’ose croire que Haruko de FLCL n’a pas besoin de présentation, et si vous ne la connaissez pas, l’intégrale en DVD est à 30€ chez Dybex. Mystérieuse au lieu d’être incompréhensible, énergique au lieu d’être excitée, et manipulatrice au lieu d’être diabolique.
– Selon mes statistiques, c’est la tsundere qui a le switch le plus rapide de l’histoire entre tsun et dere, dans le premier épisode : Naota se prend un coup de guitare électrique en pleine poire, et elle va immédiatement l’embrasser.
– C’était du bouche-à-bouche pour le réanimer.
– Sujet à débat.
– Elle a surtout un nombre assez impressionnant de costumes pour une OAV de 6 épisodes : infirmière, meido (surtout dans le mangasse), bunny-girl… Haruko a aussi une apparition dans Tengen Toppa Gurren Lagann, quasiment un bonus en soi.
– Asuka aussi !
– Et toutes deux se font éclater la mâchoire par Yoko.
– Haruko est un perso typique de la Gainax : décomplexée, avec son propre agenda et vraiment imprévisible. Les passages éclair entre tsun et dere, c’est idéal pour se faire des fans. Sans parler de son robot de service…
– Je dois admettre ne pas garder un souvenir impérissable de FLCL, à vot’ bon coeur, les gens.

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 70 / ??
  • Violence Level : B+
  • Bonus : Arme originale (une Rickenbacker), véhicule original (Vespa jaune dont la vitesse augmente la force du coup de guitare), caractère original ("DAI-CON-FIVE !"). Deredere incalculable car imprévisible, mais quand il arrive, elle peut vous faire manger votre oeuf au plat sans utiliser de couvert. Okay, après y’a du jaune d’oeuf partout mais c’est chaud comme la braise.

Akane (Ranma 1/2)

– Mmmh l’image, mouais… Bien mais p’têt trop dere du coup non ? En fait quand je choisis des images en général pour ce tournoi, j’essaye de trouver des images qui montrent le côté tsuntsun plutôt.
– Ben, justement je pensais montrer plus le coté deredere, tant le coté tsuntsun occupe toujours la majorité du temps… On en oublie le dere parfois, quoi.
– Vu comme ça je suis ok.
– Et pis zut quoi, j’aime pas le tsuntsun.
– Là, c’est la caution Rumiko Takahashi du tournoi… Impossible de présenter Akane: comme Haruko elle n’a pas besoin de présentation. Le truc, c’est va-t-elle arriver à s’imposer et briser la malédiction qui pèse sur les persos les plus anciens ?

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 65 / 35
  • Violence Level : A
  • Bonus : Meilleure que vous en judo. A toujours une théière à portée de main, qu’elle utilise aussi bien pour vous frapper (tsun) que pour vous venir en aide (dere). Scénario super long, donc il y a du temps pour laisser bourgeonner le dere.

Klan (Macross Frontier)

– Ah zut, je n’ai pas encore vu Macross Frontier.
– En fait c’est simple, elle a deux modes : soit elle est en micronisée (taille loli), soit elle est macronisée (taille mecha). Y’a pas de demi-mesure, et en mode macro elle a des boobs… gros comme ça. Tu pourrais t’asseoir sur le téton.
– Elle peut changer d’apparence physique ?
– Ouais.
– Et pour le tsuntsun et deredere, ça change selon son apparence ?
– Non. C’est une tsundere classique en fait, elle est même pas violente, elle a juste un sale caractère.
– Et le dere ?
– Elle est amoureuse d’un pilote un peu coureur de jupons sur les bords mais lui avouera jamais, sauf…
– Tu vas spoiler ?
– Ouais.
– Et c’est bien Macross Frontier ? Parce que si c’est nul on spoile sans vergogne, hein.
– Non, c’est cool. C’est pour ça que je vais rien dire en fait. Les fans savent déjà. Ce qui est bien avec Klan, c’est qu’elle peut plaire à plusieurs publics à la fois.

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 80 / 20
  • Violence Level : B-
  • Bonus : C’est une loli ET une oppai, deux en un comme le shampooing ! Boobs ajustables, pilote de mecha, se déshabille dans les moments les plus mal choisis. Non, ça n’a rien à voir avec son caractère de tsundere, mais c’est rigolo.

Asuna (Negima)

– Ken Akamatsu au premier degré. Love Hina était une parodie des jeux de drague et des harem anime, sauf que le public a fini par prendre la blague au sérieux. Il a changé de ligne et a fini l’histoire le plus sérieusement du monde. Le problème, c’est que ses oeuvres suivantes étaient dans le même trip psychotique du "faisons des histoires sérieuses avec des persos délirants !"
– Mais non, Negi Ma est une parodie assumée de Harry Potter…
– … avec des culottes !
– L’anime a quelque chose de navrant : la première mouture, Negima! , réalisée par le studio Xebec, était désastreuse, et la deuxième série a été confiée aux coyotes de Shaft, qui ont pondu Negima!? .
– Shaft, qui a aussi réalisé Sayonara Zetsubô-sensei… Mais pourquoi tu parles de ça ?
– T’as remarqué combien le générique de Negima!?, avec les bureaux partout, aurait tout aussi bien pu remplacer celui de Zetsubô ? Les mêmes blagues vicieuses avec jupes qui glissent et sous-entendus saphiques, les numéros, les ombres chinoises…
– On parle pas trop d’Asuna là.
– Parce qu’il n’y a rien à dire dessus… C’est une Narusegawa bis avec des clochettes dans les cheveux. Ne votez pas pour elle.
– Ca c’est vite dit, Raton. Même si Negima reste une série pas top (pour le fan de Love Hina que je suis) Asuna ne se résume pas à une Naru à clochettes. Ceci étant dit elle peut être aussi chiante que cette dernière.

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 85 / 15
  • Violence Level : B
  • Bonus : Clochettes (comme le chat, on sait quand elle arrive pour éviter un mauvais coup), énergie ++, QI — . Sérieusement, votre cuillère à café sucré est plus intelligente et vous donnera tout autant de peps pour les 26 minutes à venir.

– Ils ont déjà voté, hein ?
– Sans doute. La semaine prochaine, nous aurons donc deux gagnantes pour chaque poule, soit 16 demoiselles. Elles feront chacune un duel, soit huit combats. La sélection sera aléatoire, mais Axel vous en parlera plus en détail la semaine prochaine. Les tête-à-tête se poursuivront jusqu’aux deux finales – grande finale, 1ère et 2ème place et petite finale pour décider de la médaille de bronze. Bref, de quoi s’occuper jusqu’à votre calendrier de l’Avent.
– N’essayez pas de voter plusieurs fois sur le même ordinateur ou la même connexion Internet, j’ai pris des précautions…
– … mais pensez à en parler à vos amis, sur IRC et sur vos forums et blogs de choix ! Et si vous n’avez pas déjà voté, n’oubliez pas : choisissez la meilleure tsundere, pas la demoiselle la plus populaire. Merci de nous avoir lus, et bonne semaine à vous !

En fait je regardais mon arrivage de mangas l’autre jour, et je me disais "Mince alors j’en achète quand même beaucoup tous les mois" et puis après, je me suis rendu compte que je lis beaucoup plus de séries en manga que je ne regarde d’anime.

Et comme je fais des Anime Catch-Up de temps en temps, autant décliner ça en manga pour changer. C’est donc parti!

  • Blood Alone – Pas grand chose à ajouter par rapport à ce que j’ai pu dire dans ma review initiale. Les tomes sortent au compte gouttes et le 4 n’est prévu que pour fin août.
  • Angel Heart : C’est du Tsukasa Hojo, c’est donc supra beau, assez drôle et bien foutu. Par contre c’est sûr que par rapport à City Hunter c’est un peu moins leché niveau intrigu eet scénario, mais ça se laisse suivre vraiment aisément.
  • Ichigo 100% : Bien que je l’aie déjà lu en scantrad il y a très très longtemps, j’étais convaincu lors de l’achat du premier volume que je le relirais très volontiers tellement ça m’avait plu. En fait j’avais tort. Au bout de quelques volumes j’ai décroché devant la faible qualité d’impression qui rend le tout difficile à lire pour moi. (sans parler du lettrage absolument atroce.) Et franchement "le nouveau Video Girl Ai" (dixit Tonkam, l’éditeur) ? Faut arrêter de nous prendre pour des cons. Ichigo 100% est un harem avec des personnages attachants, mais ça s’arrête là. Le héros est bien aussi con qu’une quille.
  • Pretty Face : Malheureusement, Pretty Face a subi presque le même sort qu’Ichigo 100% à mes yeux. Ceci dit, l’histoire est quand même rigolote et bien faite, même si on aurait aimé que ça avance un peu plus vite. C’est quand même à mille lieues du genre de manga qui dure 20 volumes.
  • Onegai Teacher : J’ai toujours l’impression que les mangas vont plus loin que les animes. Malheureusement pour moi, pour OT, le manga ne pousse pas spécialement plus loin que l’anime et reste destiné aux fans purs et durs de la série. Je pense que vu l’esthétisme de Mizuho-sensei (c’est pour la différencier de Mizuho-oneesama que je dis sensei.) le manga aurait mérité un dessin plus soigné que ça.
  • GunSmith Cats BURST : On prend les mêmes et on recommence./ Des années après GSC premier du nom on nous sert une suite qui n’en est pas vraiment une: c’est plus une extension de ce que l’on connait déjà. Courses-poursuites parfaitement rendues, gunfights et enquêtes dangereuses sont au rendez-vous. C’est toujours aussi bien dessiné et l’auteur maîtrise son sujet (en tous cas, ça se sent.) Rien à redire donc, si vous avez aimé GSC, c’est une valeur sûre.
  • Negima : Je suis très tolérant vis-à-vis des mangas de Ken Akamatsu notamment grâce au véritable coup de coeur que j’ai eu avec Love Hina en 2000. Ah, le bon vieux temps des fansubs Anime-Factory et de Tenba-chan… Mais je m’égare. Negima en manga, c’est un peu du grand n’importe quoi qui se barre dans tous les sens, la faute à un nombre TROP important de personnages accompagnant Negi. Je ne sais pas trop ce que Akamatsu a voulu faire, mais pour moi, c’est difficile à suivre passé les 4-5 premiers volumes qui sont plutôt plaisants à dévorer. C’est drôle, bien dessiné, mais s’il y a un truc que Akamatsu ne sait pas dessiner, c’est bel et bien les scènes d’action. Dommage, car Negima est pas mal bourré de combats magiques.
  • Ah My Goddess : L’une des histoires tellement vieilles qu’on réalise qu’on a grandi avec quand on voit ses premiers volumes au label de "Manga Player" (en faillite puis racheté par une boite qui deviendra Pika.) Bref, AMG est comme beaucoup de séries à rallonge et possède ses hauts et ses bas. Le problème c’est qu’en ce moment on est dans la partie "basse" alors qu’on a été servi pendant une dizaine de volumes précédents par plusieurs chapitres excellentissimes. La question qu’on se pose c’est "Quand est-ce que ça va se finir?" et non "Comment?"
  • Step up love story : Encore une de ces séries extra longues. Le problème de Step Up, c’est que ça traine bien trop en longueur. Certes il y a des petites avancées scénaristiques ici et là mais bon… Ca reste un bouquin de cul. Un manga hentai quoi. Rien de bien vulgaire quand même, mais là où les premiers volumes étaient plutôt mignons et les idées de chapitres bien amenées, au bout de 20 volumes on sent que ça s’essoufle violemment. Ma main innocente continue néanmoins à l’acheter avant que mon cerveau ne réalise que je viens de l’ajouter à mon panier d’un clic de souris. Saleté de main.
  • L’homme du train : A ne pas confondre avec le Garçon du Train (voir plus bas), les deux histoires sont pourtant presqu’identiques, mais le manga est différent. Bref, l’Homme du Train représente la version la plus adulte et la moins nunuche à mes yeux de ce conte de fées moderne qu’est "Densha Otoko". En gros, "Hermes" n’est pas trop conne et en pince visiblement aussi pour le héros. Aucune embuche, aucun suspense, mais ça se laisse lire juste pour le plaisir de savoir comment ils ont adapté ça. C’est ce que j’attends d’un manga par rapport a une série télé, en l’occurence.
  • Say Love : Say Love se termine d’une façon un peu décevante à mes yeux surtout avec tout le potentiel qu’il y avait au départ. Ca reste néanmoins fort agréable à lire malgré un dessin parfois inégal. Au moins, en 6 volumes, ça ne traîne pas comme certaines séries romantiques.
  • GCU : Comment dire. D’un côté on a un Step Up Love Story qui reste un manga hentai derrière ses aspects mignons, et de l’autre on a GCU, tout aussi hentai si ce n’est plus, avec des délires de son auteur à la place. Bon ça se laisse lire, c’est moins joli à mes yeux que Step Up, mais les histoires des différents personnages rencontrés sont parfois assez intéressantes, au fil des volumes.
  • Mahoromatic : Oui bon bah, je vais pas m’étendre 107 ans, je pense que ma bibliothèque prouve assez bien mon fanboyisme de Mahoromatic: j’ai les mangas japonais (avec la Mahoro en crystal incluse dans le dernier volume), en anglais et bientôt en français. Alors soyons clairs, les couvertures japonaises sont géniales, les américaines sont moyennes, mais alors les couvertures françaises… Au secours quoi. Où sont passés le relief, les 4ème de couverture dépliables avec des zoulis dessins et tout et tout? Enfin, heureusement que l’histoire reste toute aussi sympa. A ceux qui n’ont pas aimé la fin de la série (2ème saison notamment), je vous conseille vivement le manga qui vous fera sûrement changer d’avis par des derniers volumes assez dark…
  • Kashimashi: Un manga tout aussi loufoque que la série, plutôt bien dessiné, et qui va plus loin (pas très difficile vu comme c’était court.) Peu de volumes disponibles pour l’instant, mais ça se laisse lire comme dans du beurre. (ahem.)
  • Monsieur est servi : Difficile de se prononcer là. C’est bourré de maids, donc ça devrait me plaire, et pourtant ça reste super moyen. Un sursaut d’intêret est survenu vers le milieu de la série lorsque le scénario s’est un peu étoffé, avant de retomber comme une crèpe qu’on aurait loupée en la faisant sauter dans la poele. Rendez-nous la première série animée aussi, bon sang, avec Taro qui vomit partout!
  • Emma : C’est joli, c’est propre, c’est doux et bien raconté… Un amour impossible dans l’Angleterre du début du siècle dernier. S’ils pouvaient sortir la suite rapidement, ça serait encore mieux, tiens.
  • Genshiken : Ah, Genshiken, le manga sensé être pour nous les otakus. Bourré de références, drôle à souhait et plutôt agréable à lire, Genshiken n’est pas bien long en plus, ce qui ne gâche rien (vous en avez pas marre vous des séries en 50 volumes?). La série animée lui rend justice, vous auriez donc tort de vous priver.
  • Le Garçon du Train: J’en parlais plus haut avec l’Homme du Train. Le Garçon du Train est donc la version shoujo: des visages ronds, des icônes de chats partout pour désigner les anonymous de 2ch. Hermes est d’une nunucherie à toute épreuve, encore pire que celle de la série TV, c’est dire.
  • Full Metal Panic : Quel dommage que le manga n’aille pas plus loin que la première saison servie par Gonzo + quelques passages de Fumoffu. Il va falloir se rabattre sur les romans pour en savoir plus. Le dessin un peu bizarre au départ se laisse néanmoins oublier au profit d’une histoire bien racontée. Peu de surprises cependant pour ceux qui auront vu FMP! et Fumoffu.
  • High School Girls : Ou, si vous préferez "La vulgarité au féminin". Si si, je vous jure que c’est possible. Ca cause régles, poils pubiens, mensurations, sexe, défloration, petits copains, que des trucs de filles quoi qui vous feront pousser des "WTF!" à maintes reprises. Le pire, c’est que comme pour Step Up, ma main achète avant que mon cerveau réagisse. Il va vraiment falloir que je fasse quelque chose…
  • Pink Diary : Pas grand chose à ajouter par rapport à ma review. Le volume 6 sort à la fin de ce mois. Apparement l’auteur n’a pas prévu beaucoup de tomes, ce qui est une bonne chose pour ce genre d’histoires.
  • Unbalance x Unbalance : Surpris par le premier tome, j’ai été encore plus surpris par le second qui prend à contre-pied tous les clichés possibles et arrive à faire douter le lecteur. Du très bon, bien dessiné, et le pire c’est que ça avance bien. Vivement la suite.
  • Suzuka : J’aurais déjà abandonné le manga si je ne savais pas un peu ce qui allait se passer. Et contrairement à nombre de séries animées adaptées en manga (ou inversement) ici le manga arrive à se démarquer de la série animée avec un graphisme correct et une mise en scène un poil différente. Et à ça on peut ajouter une dose de ecchi supplémentaire par rapport à l’anime. Bref, si el début peut sembler très lent et peu intéressant, ça se développe tout doucement.
  • Asagiri Pretresses de l’Aube : Faut que j’en parle de ça mais ça va venir, ça va venir… A défaut d’être bien dessiné, c’est assez fun et sympa à suivre pour le moment.
  • Keroro Gunso : Du délire en barres de 100. Les grenouilles extra-terrestres veulent nous envahir, mais heureusement qu’on a nos usines Bandai sur Terre. Vu la longueur de la série j’ai tout de même un peu peur que ça traine, justement, mais l’avenir me prouvera peut-être (voire certainement) le contraire vu la popularité de Keroro.

Et voilà. Je vous avais dit que je lisais plein de trucs moi en ce moment 🙂

J’ai décidé de faire un petit résumé des séries que je regarde en ce moment, déjà à un état bien avancé (une petite dizaine d’épisodes) et celles qui se sont terminées récemment. C’est parti pour un tour!

  • Disgaea : Ah, comment ne pas afficher ma déception devant cet anime? Le jeu était d’un humour ravageur, complètement second-degrétesque, Flonne et Etna étaient parfaites. Là, malgré un teaser en début de saison assez prometteur “Au nom de l’amour, je dois vous tuer!“, la série est en fait très plate, destinée aux enfants, et le scénario ne suit en rien ce qui se passe dans le jeu. Vous me direz que c’est tant mieux car ça promet des surprises, mais le scénario du jeu était simplement parfait, avec une fin terrible et des passages drôles et d’autres plus dramatiques. Bah, je verrai plus tard si ça s’améliore…
  • Fate Stay Night : L’aventure continue avec un épisode 20 un peu léger et un 21 avec un peu plus de punch, la série s’enchaine plutôt bien. Je n’ai pas joué au jeu, donc les surprises m’attendent encore, mais le tout est plutôt bien ficelé.
  • Full Metal Panic OAV – Un jour dans la vie de Tessa : Sublime, excellent, drôle, très drôle, un peu de ecchi (après tout, ça passe pas à la TV les OAV), le tout avec une réalisation soignée, vraiment du bon boulot de la part de Kyoto Animation. Dommage cependant, pas de Chidori à l’intérieur. Sinon c’est du FMP à 100%.
  • Joshikosei : Oui, je continue à regarder d’un oeil distrait quand ça sort. C’est le type même de l’anime popcorn qui se regarde sans trop se fouler. Faut quand même s’accrocher un peu, car ça repousse toutes les limites de fanservice que j’aie vu jusqu’à présent. Gainax a du mouron à se faire.

En parlant de Gainax justement, il se trouve qu’ils vont faire la nouvelle saison de Negima avec l’aide de SHAFT (REC, Mahoromatic, Konomini, et quelques autres trucs). J’ai hâte de voir ce que ça va donner.

  • Kashimashi : Faut que je récupère les derniers épisodes, visiblement ça a eu un bon succès au Japon cet anime, de ce que je me souviens avoir vu à Akiba.
  • Lemon Angel Project : J’ai lâche prise. La réalisation est pas terrible, et bien que le design soit réussi, j’arrive pas à suivre.
  • School Rumble S2 : Du pur bonheur en bâtonnets de 100kg. J’en veux encore, j’en veux encore, j’en veux encore. Je ferai un billet très bientôt sur la série, c’est promis.
  • You’re under arrest : Oui, entre temps je rattrape des séries que je n’avais jamais vues, et YUA est plutôt plaisant à regarder. Les premières OAV sont sublimes, le film est bien mais sans plus, la première saison est très laide (surtout très vieille) graphiquement, et la seconde saison est plutôt sympathique. Ca c’est du résumé hein? Non, ce que je regrette surtout c’est que quand même, entre la première et seconde saison, l’histoire avance de quelques années (la lycéenne Saori devient policière au début de la saison2) et RIEN ne se passe entre Miyuki et Ken pendant ce temps… argh!
  • Soul Link : En fait, le début était très fade. Oui, super fade même. Lent, inintéressant, du Stellvia en moins coloré. Et puis en fait, tout a été mis en place pour un bon thriller spatial, et l’histoire avance convenablement d’un épisode à l’autre. Je me demande néanmoins si ça va durer sur 26 épisodes ou simplement 13-14. Pour le moment, c’est un bon trip qu’on nous offre, loin de l’atmosphère légère de Shuffle!
  • Strawberry Panic : Je sais pas, ça doit pas être mon genre d’anime même si j’aime bien le concept. C’est juste… et puis la réalisation fait vachement datée quand même. J’ai quand même remarqué un truc marrant: il n’y a AUCUN personnage masculin dans la série.
  • Suzuka : Oui, la fin de Suzuka date un petit peu beaucoup mais je ne me souviens plus trop si j’en ai parlé ici. L’anime a une fin en soi, un peu décevante, car elle laisse sur sa fin. C’est le jeu de tous les animes sentimentaux de toutes façons. Love Hina, Ai Yori Aoshi… on ne verra jamais leur fin en anime. Pour ça il faut lire le manga. J’ai le droit de dire que c’est n’importe quoi?
  • Yakitate Japan! : En fait passé l’arc de la Coupe de Monaco, la série devient un peu beaucoup énormément très très répétitive. Je ne dis pas que les auteurs font de leur mieux pour nous pondre quelque chose de nouveau chaque fois, mais il y a quand même un certain motif dans tous les épisodes qui se répète comme un épisode de Detective Conan. Oui, vous avez saisi l’idée. Ceci dit, ça reste toujours agréable à regarder et on laisse échapper quelques sourires à certains moments.
  • Karin : Aaah, Karin. Une série que j’ai trouvée vraiment sympathique et agréable à regarder. La fin ne m’a pas déçu: elle était juste. L’anime étant assez léger et se moquant de lui-même par endroits, ça se ressent toujours à la fin et on a pas un énorme tournant vers les 3 ou 4 derniers épisodes. Du tout bon donc.
  • To Heart 2 : J’ai a peine commencé. Si vous n’avez pas aimé To Heart premier du nom, passez votre chemin immédiatement. C’est la même chose sauf qu’on change l’année de production, la réalisation et les personnages. Exit Akari, et place à deux amies d’enfance du héros. Rien ne remplacera quand même Akari et Hiroyuki. Surtout Hiroyuki, en fait. Il était tout simplement terrible dans To Heart. Bon là par contre les “atouts” de Tamaki sont pour le moins… attrayants. Je continue à regarder doucement.
  • The Melancholy of Haruhi Suzumiya : Et je garde le meilleur pour la fin. Que dis-je le meilleur, la plus grande surprise de cette année, incontestablement. Tout dans cette série, de la réalisation au concept, en passant par le design, l’histoire et les personnages, est bien foutu. Une fois tout en place, j’ai jamais vu un anime marrier aussi bien la vie à l’école, l’humour et la SF depuis Onegai Teacher, en fait. Du grand art, et pour une fois, l’anime rend justice au roman, que vous pouvez lire en anglais par là. Je vous le recommande chaudement d’ailleurs. Le pire, c’est que l’engouement pour cette série est assez inexplicable: ça doit être l’effet Haruhi, sans aucun doute. Moi en tous cas, je suis conquis, et je vous encourage à vous la procurer chez a.f.k. A noter que le groupe de fansub français Nerae a commencé avec le premier épisode déjà.

C’est avec une très légère appréhension que je commençais, il y a quelques mois, Full metal Panic – The Second Raid (J’aime Wikipedia.) Que penser d’une série qui, lors de sa première saison, avait laissé une impression bonne mais pas top, notamment avec un rhythme d’intrigue sacadé et une action molassonne, puis lors de sa seconde saison, m’a totalement fait rire aux éclats à me rouler par terre? Fumoffu, la seconde saison, est de loin la meilleure considérée par les fans de la série, grâce à son humour décapant développant les passages hilarants de la première saison avec Sousuke à l’école.

En voyant la tête de l’opening, le ton était donné, ça allait être mechas et action à fond. Les deux premiers épisodes me l’ont en tous cas confirmé. Reste que la pillule est certainement bien mieux passée qu’en 2002 lors de la première saison, notamment grâce à une technique améliorée, et surtout parce que le studio d’animation chargé de The Second Raid est Kyoto Animation, le même que celui qui nous a pondu Fumoffu, contrairement à GONZO qui s’était chargé de la première saison. Et ça se sent tout de suite. C’est bon, c’est net, ça amuse, et c’est tout ce qu’on demande.

On a la le trio de héros de notre série. Je vais résumer vite fait pour les ignorants qui n’auraient pas encore goûté à la série:

Sousuke Sagara, jeune soldat oeuvrant au sein d’une équipe de mercenaires appellée Mithril, totalement indépendant d’aucun gouvernement, va être chargé de protéger la jeune et jolie Chidori Kaname (à gauche). Cette dernière serait en effet la cible d’un kidnapping de la part du KGB, mais ça, on ne sait pas encore pourquoi (et je vous rassure, on le découvre assez vite.)

Jusque là pas de soucis, Sousuke, sa supérieure sexy Melissa Mao et son collègue ladykiller Kurz Weber (heureusement que ses talents de dragueur sont inversement proportionnels à ses talents de sniper) vont tous trois partir en mission au Japon pour protéger Chidori à coup de micros cachés, de filature, et, pour mieux la protéger, d’un transfert arrangé de Sousuke en tant que lycéen dans l’école de Chidori.

Mais le hic, c’est que Sousuke n’est pas du tout fait pour la société japonaise. Ayant grandi parmi les champs de batailles au moyen-orient, et une fois lâché dans la nature au Japon, il se débrouille TRES mal. Sortant son flingue à tout va chaque fois qu’il croit Chidori menacée alors que ce n’est pas le cas, il va vite se faire taper sur les doigts et Chidori va le prendre pour un débile profond très rapidement.

Mais, comme vous vous en doutez, arrivera le moment où Sousuke va se rendre très utile, lorsque Chidori sera effectivement menacée. L’humour principal de la série vient du décalage permanent entre comment Sousuke se comporte en société, tel un alien en milieu hostile. Là où c’est encore plus drôle, c’est à quel point cela est exaggéré dans Fumoffu, et chaque épisode est un grand bol de rire.

Qui est la jeune fille à droite vous allez me demander? Hé bien il s’agit de Theresa Testarossa, communément appellée Tessa par les gens qui la connaissent. Cette jeune fille de 16 ans (comme Chidori et Sousuke) n’est ni plus ni moins que la capitaine du sous-marin d’où opére Sousuke, et bien qu’elle occupe un poste aussi important à un si jeune âge, elle est pourtant douce et frèle, mais terriblement déterminée. Son génie tactique en temps de crise donne des frissons dans le dos. Elle partage également le secret de Chidori…

Pour en revenir donc à The Second Raid, la série marche sur les traces de la première saison, sans pour autant sombrer dans le tout-action bien relou. On assistera à des scènes un peu plus “adultes” (pas exactement ce que vous pensez bande de pervers.) et vraiment très bien réalisées, ne serait-ce que l’angoisse de Chidori a l’idée d’être seule, la scène où elle tente de lui couper les cheveux, ou bien lorsque Sousuke rencontre une prostituée au look très familier (je n’en dis pas plus) à Hong-Kong.

Bref, la série surprend et bien, l’action est bonne, les épisodes filent trop vite, on a même droit à un peu de ecchi pour faire passer le tout. Non sérieusement, voilà une saison incontournable, même pour ceux qui n’ont pas aimé la première, car elle corrige bien ses défauts.