suzuka

All posts tagged suzuka

Un dimanche soir sur IRC:

20:56:37 @AxelTerizaki nyoronyolo, t’es là?
20:56:58 nyoronyolo ja?
20:57:16 nyoronyolo waddya want sir?
21:00:01 @AxelTerizaki nyoronyolo, tu avais pas accepté avec cdt de faire un billet pour le tournoi des tsundere?
21:00:45 nyoronyolo euh si t’avais pas précisé pour quand
21:01:12 nyoronyolo dans 5 secondes tu vas me dire "pour dans 3h" ? :p
21:01:21 @AxelTerizaki nyoronyolo, ce soir ça te branche?
21:01:24 @AxelTerizaki 😀
21:01:27 nyoronyolo hahaha

Voilà dans quel contexte ce billet est écrit par mes mains habilement baladeuses, c’est donc avec une pizza non finie que je me lance dans ce défi qu’Axel me lance, à savoir écrire en moins de 3h parce qu’il faut prévoir du temps pour qu’il repasse derrière pour censurer faire des commentaires sur ce que j’ai écrit. C’est donc dans l’urgence que je vous livre ce billet qui ne sera néanmoins pas dénué de PASSION.

J’y compte bien. Je sais qu’on a tous été occupés avec la CJE et la PASSION qui nous a animés ce vendredi 31 Octobre. Mais il faut retourner bosser, et faire des posts pour le tournoi de Tsundere 🙂

Donc avant de commencer à parler du match à venir, qui s’annonce particulièrement épique, non pas parce que c’est moi qui m’occupe de l’annoncer mais … si en fait, revenons d’abord sur celui de cette semaine qui a été relativement mouvementé, ou peut-être pas en fait. Sans plus tarder voici les résultats :

Match 5:

  • Nagi : 54,99% à 435 voix
  • Kaoru : 45,01% à 356 voix

Après s’être fait éliminée une première fois avec Shana, Rie Kugimiya (qu’on appellera affectueusement Kugimin) remporte haut la main ce match avec une certaine avance sur sa rivale, ici Kaoru dont la présence à ce stade de la compétition a été remis en question maintes fois. Ma foi étant fan de Kugimin mon opinion est bien sur biaisée mais même sans ça je remettais déjà en question la présence de Kaoru surtout qu’à cause d’elle Madoka n’a pas pu passer, enfin bref le résultat est assez clair, cela dit on notera une baisse de tension depuis le dernier match qui avait quand même eu un nombre de votes assez conséquent. Axel tu peux nous donner les chiffres depuis ton lit une fois que t’auras arrêté de faire mumuse avec ton dakimakura ?

Haha 🙂 Bon en effet il y a une légère baisse de PASSION tension, mais je note quand même que Kaoru s’est carrément bien battue contre Nagi qui est un des poids lourds de ce tournoi. Faisons-lui honneur.

Match 6:

  • Kyou : 39,95% à 318 voix
  • Kaname : 60,05% à 478 voix

La victoire écrasante de Chidori est sans appel. Il se peut que la relative "jeunesse" de Kyou par rapport à Kaname a été un handicap majeur dans ce match. Le harisen a été plus fort que le dictionnaire dans ce cas là. Il faut croire que les délicieuses cuisses de Kyou n’ont pas suffit à combler l’écart de popularité, ainsi que Ryou Hirohashi même si je dois reconnaître que Satsuki Yukino est un bon poids lourd aussi de ce côté là -qu’on retrouve également dans Clannad dans le personnage de Misae Sagara-.

Oui, surtout que les otake de tout poil ont la mémoire courte: Kyou est d’une grande violence, et pourtant, dans la scène de la remise de sport, hein… Enfin bon, Kaname a peut-être moins de passes deredere mais assure côté tsuntsun. Et puis, elle arrive à mater un soldat. C’est pas rien.

C’est sans plus tarder que nous allons attaquer les matchs de cette semaine :

8èmes de Finale, Match 7 :

Haruhi

A ma gauche se trouve Haruhi qu’on ne présente plus. Une déesse pour certains, la figure du mal pour d’autres et une source importantes de fantasmes pour beaucoup, saura-t-elle encore une fois écraser ses rivales et continuer sur sa lancée ? La réponse est "surement" mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, les surprises arrivent toujours au moment où l’on s’y attend le moins; de plus, sa côte de popularité soit un peu en baisse, ceci dû à un manque de renouveau que ce soit du côté des Light Novels ou d’une nouvelle saison pour l’anime; n’oublions pas non plus que sa présence dans ce tournoi a été le sujet de nombreux débats et trolls mais comme le temps me manque gravement je ne pourrais pas m’étendre davantage sur ce sujet (avoue Axel tu m’as pris court pour que je ne puisse pas disserter sur cette question !) et ce sera donc à tout un chacun de juger pourquoi il vote ou non pour Haruhi. En dépit de ces quelques points noirs, Haruhi reste un poids lourd (et ce qualificatif peut prendre tous les sens que vous voulez) de ce tournoi et abattre une entité divine n’est pas chose aisée. Note: attention, on me souffle dans l’oreillette qu’un mouvement néo-sectaire ayant pour idole Haruhi se propage en France et est particulièrement actif lors des conventions alors faites très attention à vous et n’oubliez pas de … hein euh qui êtes vous … non je refuse de faire ça … ah non pas les fe. Votez Haruhi.

C’est bien. Bon, Haruhi normalement devrait écraser Haruko, mais je suis sûr que certains vont vouloir me donner tort…

Haruko

Le printemps et nos belles années (enfin pour la plupart) sont derrières nous mais c’est avec une certaine nostalgie que certains retrouveront Haruko de FLCL -si vous n’avez pas encore vu cette série, arrêtez la lecture de ce billet et filez voir ça !- qui aura encore une fois fait remettre en question l’éligibilité de certains personnages dans ce tournoi. Cependant, ce qui est fait est fait et il est trop tard pour changer tout ça et Haruko semble être devenue malgré elle le cheval de bataille de la ligue anti-Haruhi qui … coupure momentanée du lien avec l’…You will be assimilated. Resistance is futile.reprise des communications … et c’est donc pourquoi mesdames et messieurs que vous devez criiiic voter Haruhi /criiiiic. FLCL a eu succès notoire fut-un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, mais est-ce que cela sera suffisant face à la religion montante qu’est le Haruhi-isme, est-ce que la nostalgie de la série de la Gainax suffira à faire face à la fraîcheur et jeunesse de la Kyoto Animation ? C’est à vous, chers lecteurs d’y apporter la réponse !

Je n’aime pas FLCL, et Haruko, par extension. Si on me demande pourquoi Haruhi est dans ce tournoi, je répondrai par pourquoi Haruko est dans ce tournoi. L’un dans l’autre ça va donner un match sympa en fin de compte.

8èmes de Finale, Match 8 :

Louise

Nous retrouvons une fois de plus Kugimin qui endosse cette fois le rôle de Louise qui, encore une fois, possède toutes les caractéristiques d’une tsundere moderne, néanmoins notons quand même l’existence d’un assez large nombre de personnes qui lui vouent une haine sans nom et on risque de voir pas mal de votes "contre" elle. Cela dit, elle reste quand même un adversaire de taille à en juger par le nombre de fans de Rie Kugimiya ainsi que la présence de pas mal de gens qui aiment les DFC sans oublier que Zero no Tsukaima en dépit d’un intérêt tout relatif reste quand même une série très populaire.

Perso Louise ne me fait ni chaud ni froid. Un peu énervante, mais de là à parler de haine, faut pas déconner… Le DFC c’est bien. Mahoro m’a appris à aimer le DFC. Après, moi je dirais, écoutez votre PASSION.

Suzuka

De l’autre côté et en tant que dernière finaliste de ces 8èmes de finale, se trouve Suzuka dont la série a pu jouir d’une certaine relativité mais est-ce que cela sera suffisant face à la très lourde machine Kugimin (une chaîne de fabrication en masse de personnages tsundere) ? Ma foi j’en doute mais comme je l’ai mentionné plus haut, le nombre de personnes qui détestent Louise et/ou Rie Kugimiya n’est pas à négliger, il se pourrait qu’on ait certaines surprises à l’issue de ce match.

Suzuka a au moins le mérite d’être plutôt réaliste, ce que ne peut pas prétendre sa concurrente. Et puis je suis sûr qu’elle va ramasser plein de votes anti-louise…

Donc rendez-vous dimanche prochain pour les résultats finaux épurés de tout faux votes (proxies, IP étrangères, rajout de votes dans la DB à la main pour Haruhi, etc etc) et n’oubliez pas de voter pour AH NON PAS CETTE FOIS ! votre tsundere (?) préférée.

That’s all folks.

P.S : si vous lisez ce billet, c’est que je suis mort ou en fuite. A l’heure actuelle, je suis poursuivi par des Haruhi-istes convaincus qui cherchent à m’abattre avec comme motif : hérésie de ma part. Merci de ne pas écrire le mot PASSION sur ma tombe et dites à … en fait non j’ai personne à qui dire que je l’aime.

Gentlemen.

Ici Shikaze, en direct de la colonie spatiale la plus proche, pour vous annoncer les résultats du dernier Concours Epique organisée par ce bon vieil Axel Terizaki.

Ici Axel, et Je suis pas si vieux que ça, non mais! Je tiens également à préciser que tous les liens de cet article ont été validés par le Comité Pour la Préservation de vos Points de SAN. (CPPPS)

Sans plus attendre, les résultats en détail, avant qu’elles ne soient commentées par Shikaze et moi-même.

Poule 3:

  • Haruhi : 329 voix / 34,96%
  • Kyou : 298 voix / 31,67%
  • Naru : 194 voix / 20,62%
  • Kaori : 120 voix / 12,75%

Poule 4:

  • Yamada : 41 voix / 4,79%
  • Shana : 379 voix / 44,28%
  • Lina : 129 voix / 15,07%
  • Eri : 307 voix / 35,86%

En ce qui concerne les résultats des poules précédentes, je pense que personne ne sera étonné du fait que pour la poule 3, une pseudo-déesse ai remporté une des deux places. Bien entendu Kyou et sa tendre et délicieuse chair fraiche se hisse aussi sur ce podium. Il faut croire que l’extrême violence des deux autres candidates, à savoir Kaori et Naru, a rebuté pas mal de monde.

Je sais pas vous, mais personnellement, devoir avoir une constitution surhumaine à la Ryô ou Keitaro, ça m’inspire pas si il faut ça pour survivre les avances de ces dames.

En ce qui me concerne, je me désole quelque peu de la défaite de Naru: pour moi il s’agissait d’une des tsundere les plus intéressantes de cette poule, mais on dirait que son âge (Naru date de 2000 quand même!) et surtout ses deux principales concurrentes l’ont mise en difficulté. Le même sort sera-t-il reservé à Asuka la semaine prochaine ?

Pour la poule 4, oserai-je avouer que ce résultat ne me paraît que somme toute très logique ? Car si l’on devait faire le portrait d’une Tsundere ‘classique’, Eri et Shana sont loin, mais LOIN devant les deux autres. En effet, plus qu’une Tsundere, Lina est avant toute une héroine de type action, alors que les Tsunderes sont généralement plus considérées comme telles par rapport à leurs romances. Et Lina et la romance,… Yamada ? Se reporter au commentaire de mega69 sur la personne, je crois que ça résume bien la situation.

Passons donc maintenant à la présentation des poules de cette semaine :

Poule 5

Itsukushima Takako (Otome wa boku ni koishiteru)

Takako-deredere.jpg

Takako, à gauche sur cette image, est une digne représentative de l’archétype dit Hime-Sama, c’est à dire la jeune fille de bonne famille qui a été élevée de manière à exacerber sa propre importance. Elle va bien entendu tomber sous le charme de l’héroi-heuuuu, du héros de la série, que l’on peut voir à droite sur l’image. J’avoue ne pas particulièrement connaitre cette jeune fille par manque de visionnage de la série, donc je laisse à Axel le soin de rajouter quelques infos au besoin.

Takako est sans conteste l’une de mes favorites de ce tournoi: elle a tout d’une tsundere, depuis les origines (fille de bonne famille) jusqu’à sa manière de parler. Bien qu’ayant perdu contre le héros au titre de "onee-sama" de l’école, elle le détestera jusqu’à ce qu’il lui sauve la vie et lui évite une humiliation en public lors d’une scène de théatre. Son passage de la phase tsuntsun à la phase deredere est tout simplement parfaite.

Asahina Suzuka (Suzuka)

Suzuka-Zettai.jpg

Suzuka, de la série éponyme, est une athlète accomplie. Pour être plus précis, c’est une spécialiste du saut en hauteur. Or, comme tout bon personnage sportif, elle a tendance à être BEAUCOUP trop concentrée sur son sport, et pas tant que ça sur les relations humaines. Arrivée du boulet de service qui possède des capacités sportives insoupçonnées, blablabla, etc…. Ce personnage est agréablement rafraichissant à mon gout car, bien que Tsundere, Suzuka reste quand même vachement plus normale dans ses réactions que la plupart des Tsundere de ce tournoi. Un peu de réalisme et de délicatesse dans ce monde de brute, ça ne fait jamais de mal.

Comme le dit mon confrère Shikaze, Suzuka a le mérite d’être plus que réaliste dans son évolution au cours de la série. L’animé reste relativement moyen comparé au manga (s ion exclut les premiers tomes plein de fanservice qui sert à rien.)

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 50/50
  • Violence level : D
  • Bonus : Athlète, Mauvaise en cuisine (MOEEEEE), souvent en petite tenue

Miyazawa Yukino (Kareshi Kanojo no jijou)

Karekano_011.jpg

Haaaa, Yukino. Madame "Mon égo est tellement gros qu’il menace de se transformer en trou noir". Cette fille est une mégalo de 1ère catégorie. mais à coté de ça, elle part tellement souvent dans ses délires intérieurs qu’elle en devient drôle. A noter que c’est aussi une des rares Tsundere restant en tant que tel, sans passer en mode deredere permanent, après qu’elle se soit mis ensemble avec son homme. C’est aussi une tête de classe, ce qui va bien de pair avec sa mégalomanie galopante. Somme toute, une jeune fille très bien.

Le problème, c’est qu’elle a pas mal de concurrentes dans ce tournoi. Va-t-elle pouvoir se hisser au sommet de sa poule ?

Nadia (Fushigi no umi no Nadia)

nadia1.jpg

Nostalgie, quand tu nous tiens. Nadia est la petite pointe d’exotisme au milieu du reste. Non seulement de par son aspect, mais aussi du à son passé, totalement inconnu. Orpheline, elle a été élevée comme artiste de cirque, ce qui lui donne des capacités physiques assez impressionnantes. Il n’y a qu’à voir les acrobaties qu’elle fait régulièrement. Par contre niveau tempérament, aieaieaie… On ne contredit PAS la madame si on tient à ses tympans, le pauvre Jean en sait quelque chose.

Nadia? Un coup de coeur quand j’étais gamin. Maintenant, je ne sais pas trop, il faut dire qu’elle a de sérieuses concurrentes dans sa poule également. Si mes souvenirs sont bons, je crois qu’elle est également archi-nulle en cuisine.

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 60/40
  • Violence level : C
  • Bonus : C’est un secret (de l’eau bleue).

Poule 6

Cagalli Yula Athha (Gundam SEED)

cagalli3.jpg

Cagalli. Votez pour elle. Shikaze vi Britannia vous l’ordonne !

Ha-hum.

Passons l’accès de fanboyisme pour allez un peu plus dans le vif du sujet, voulez-vous ?

Cagalli est la princesse de la nation d’ORB, sorte d’équivalent à la Suisse dans Gundam Seed, mais en beaucoup mieux armé. Pourtant, à la voir, elle a plutot tout du garçon manqué que de la princesse. La 1ère fois ou Kira la voit en robe, il aura d’ailleurs la réaction de demander "Mais t’es une fille ?!?". Inutile de vous dire qu’une sérieuse engueulade s’ensuit. En plus d’une éducation politique du à son statut de princesse, Cagalli est aussi une militaire avertie. Tout au long de la série, on peut la voir participer à diverses opérations de résistance, que ce soit à grands coups de couteau, fusil, lance-roquettes, Skygrasper ou bien Mobile Suit. C’est une princesse dont vous ne voulez PAS qu’elle vous tombe dessus. Encore que, vu le résultat, Athrun serait sans doute capable de dire le contraire.

Ah bon, Athrun n’est pas gay? Ahem. Cagalli n’est pas un personnage qui m’a marqué autant que Flay ou Lacus. Allez savoir pourquoi… Je crois en fait que je ne suis pas attiré par les garçons manqués. Néanmoins, avec son fort caractère, elle a toute sa place dans ce tournoi.

Ayukawa Madoka (Kimagure Orange Road)

madoka1.jpg

Madoka, aussi connue sous le nom de Sabrina de Max et compagnie dans notre beau pays, est, avec Nadia, la seconde représentante de "Nostalgie,quand tu nous tiens" de ces poules. Ce qui, pour les jeunes élevés à grand coup de Club Do, représente un certain plus affectif. C’est une loubarde avertie, n’hésitant pas à jouer des poings autant que du saxophone, mais qui reste malgré tout une personne très gentille. Son plus gros problème est en fait d’être amoureuse du même homme que sa meilleure amie, d’où son action en tant que Tsundere envers l’élu de son coeur.

Définitivement un emblème pour beaucoup, Madoka est une tsundere pure souche, comme on en fait plus. Si vous arrivez à terminer le manga au demeurant très moche (car forcément très vieux) vous vous apercevrez qu’elle sait se défendre. La question est de savoir si elle va se manger le même destin tragique que Kaori ou Lum…

Kamiya Kaoru (Rurouni Kenshin)

kaoru1.jpg

Kaoru est actuellement l’instructrice et Maitre du dojo Kamiya Kasshin-Ry?, qui est une école qui se base sur la protection, et non sur l’attaque. Et la seule personne qualifiée dans ce style est une Tsundere qui passe son temps à taper sur son homme et son disciple. Haaa, ironie, quand tu nous tiens…

Ceci étant dit, lors des quelques combats où elle participe, on peut voir que, bien qu’elle ne soit pas au niveau des héros, elle se place tout de même à un très haut niveau de maitrise de son art. A noter que, comme beaucoup de Tsundere, ses talents culinaires sont une infraction aux divers traités de Genève.

C’est exactement la réflexion que j’allais faire. Le problème de Kaoru c’est que sa phase deredere ne se manifeste que quand son homme n’est pas dans les parages…

  • Rapport Tsuntsun / deredere : 70/30
  • Violence level : A+
  • Bonus : Kenjutsu, Kimono

Louise Francoise Le Blanc De La Valliere (Zero no Tsukaima)

louise17.jpg

Louise La Zero. Mage du Vide. Maitresse. Autant de noms par lesquels Louise Francoise Le Blanc De La Valliere est connue. Sous ces multiples alias se cache une loli au tempérament aussi explosif que ses sorts. A sa décharge, Saito, EST un gros pervers qui mérite régulièrement les corrections qui lui sont infligées. D’un autre coté, Louise est BEAUCOUP trop rapide à sortir la cravache, et je parle littéralement. A noter aussi que ses accès de violences sont aussi du au fait que, comme Saito le lui a déjà fait remarquer, Zero s’applique aussi à la taille de sa poitrine, ce qui la complexe. BEAUCOUP. Perso, quand je vois ça, je me dis qu’elle se fait du souci pour pas grand-chose.

Louise est également doublée par la talentuse Rie Kugimiya, à qui l’on doit la voix de nombreuses tsundere renommées, avec en tête Shana qui s’est déjà qualifiée. Louise est définitivement la favorite de sa poule, et c’est mérité.

Vous vous demandez sûrement pourquoi aucun post sur la nouvelle saison d’animés n’a encore vu le jour dans ces colonnes. La raison est simple: je suis en train de regarder en ce moment tout Battlestar Galactica jusqu’à la fin de la saison 3, alors forcément à coup de 45 minutes par épisode, c’est très long, mais très prenant. Enfin, je dois de toutes façons commencer à regarder rapidement quelques séries comme Kyouran, Kamen no Maid guy, Kanokon ou encore Kurenai et Code Geass 2…

Pour ceux qui nous ont rejoint récemment, "catch-up" signifie rattrapage en anglais, et est un type de billet où je donne mes impressions rapides sur l’évolution de telle out elle série. Parfois ce sont même des séries dont je n’ai pas parlé sur Meido-Rando, à cause de la flemme ou bien parce que la série n’en valait pas spécialement la peine.

Le dernier catch-up datant d’Aout 2007, il était temps de faire le point.

  • Angel Heart : Après autant de volumes (22 il me semble) on pourrait se demander comment Tsukasa Hojo arrive à continuer à sortir des histoires. Pourtant il montre tous les signes d’un auteur qui s’essoufle: intrigues recyclées, concepts qui reviennent souvent comme le travestissement, la drogue, ou encore les personnages dont le design est carrément repompé d’ailleurs. Vous ne trouvez pas que Glass Heart ressemble grâve à Shion de Family Compo vous? Malgré tous ces poitns négatif, c’est toujours aussi superbe visuellement et agréable à suivre.
  • Fushigi Yuugi : La légende de Genbu : La seconde ‘saison’ de Fushigi Yuugi reste égale à elle-même : une sorte d’aventure shoujo. Sauf que comme Tsukasa Hojo, Yuu Watase continue à faire des dessins superbes et une hsitoire qui se laisse lire bien que parfois un peu complexe, surtout que les tomes sont facilement espacés de six mois. Mais ne crachons pas trop dans la soupe, car la sortie des versions françaises colle de près à celles japonaises, c’est assez rare pour être souligné. Ah oui et Takiko est quand même bien meilleure héroine que Miaka, y’a pas à dire.
  • Girls Bravo : Je prends souvent les mangas de séries que j’ai déjà vues, parfois par simple curiosité, parfois parce que je les aime vraiment énormément. Pour Girls Bravo c’était plutôt la curiosité, et ça fait bizarre de revoir des passages qu’on a vu en anime mais sans vapeur cette fois. Ca reste un manga plaisant qui se prend pas au sérieux et bourré de fanservice. Pas indispensable donc.
  • Unbalance x Unbalance : Toujours aussi sympa à lire, ce manwha contant les relations ambigues entre une prof et l’un de ses élèves reste bien dessiné. C’est étrangement l’un des mangas que j’attends le plus lors de mes livraisons, sans que je ne puisse exactement expliquer pourquoi. Au niveau de l’histoire, ça continue à avancer avec son lot habituel de nouveaux personnages secondaires, de révélations et de résolutions prises par les héros. C’est certain que ça casse pas des briques mais ça reste vraiment agréable à lire
  • Ah My Goddess : Alors là comment dire… Avec des histoires toutes plus anecdotiques les unes que les autres, aucun avancement dans le scénario et des dessins que je trouvais limite plus beaux y’a 15 ans, Ah My Goddess s’essouffle gravement. Ils pourraient ouvrir un maid café de déesses que ça relancerait à peine l’intêret, c’est vous dire. Le problème avec de longues séries comme ça, c’est qu’on hésite à arrêter car on veut connaître la fin, même si dans 50 ans on y sera encore. Comment AMG pourrait-il finir, tiens?
  • Suzuka : A ne pas confondre avec la charmante et pétillante présentatrice de Nolife, Suzuka suit les grandes lignes de l’anime (ou plutôt l’inverse) sans vraiment de différences fracassantes. J’aurais préféré quand même que le manga avance plus vite, car présentement on se retrouve seulement environ au 13ème épisode de la série (estimation à la louche). Malgré des bouches un peu bizarres, c’est toujorus aussi bien dessiné.
  • Monsieur est servi / Hanaukyo Maid Tai : HMT arrive à sa conclusion au bout de 12 ou 13 volumes (là comme ça je me souviens plus) et il va être très difficile d’en faire des éloges. Pour l’histoire, j’ai découvert HMT en anime, quand c’était le studio m.o.e. qui s’en occupait, en 2001. Ils avaient pris pas mal de libertés avec l’idée initiale, faisant de Taro un clone avant l’heure du héros de Girls Bravo. Taro était allergique aux filles, sauf à Mariel. Le tout était très léger et plein d’humour (sans compter que dés le deuxieme épisode, les triplettes nymphomanes réveillent leur maître par une gâterie au lit, si si je vous jure.) et ne se prenait pas au sérieux pour deux sous. Depuis m.o.e. a coulé sans terminer la série (inachevée abruptement au 15ème épisode) et un autre studio a repris le flambeau pour sortir "La vérité", plus fidèle au manga. Le problème c’est que le manga est mauvais. Il se prend au sérieux et tente d’inventer une histoire complètement capilotractée à base de clones de Mariel et de Taro qui ne sont pas ce qu’ils croient être. En plus de ça la fin est tout sauf convaincante, bref pour moi c’est une grande déception et je garderai la première saison inachevée comme souvenir de HMT.
  • Emma : Toujours aussi bien dessiné et agréable, l’immersion est telle qu’une fois le manga refermé, on se rappelle soudainement qu’on est au XXIème siècle. C’est un manga de maid mais sans fanservice, où la romance prime et où on sent que l’auteur s’est très bien docuemntée sur l’époque. Ca change des habituels mangas se déroulant au japon, ancien ou présent. Bref, c’est toujours aussi bon.
  • He is my master : La version manga est relativement anecdotique par rapport à l’anime du même nom. Bref, si vous avez déjà vu l’anime, passez votre chemin.
  • Keroro Gunso : Vu le nombre d’épisodes et le succès de la série, on peut se douter que les scénaristes ne chôment pas, et en effet on trouve toujours un délire à exploiter avec Keroro et sa troupe. C’est tellement délire qu’on se demande bien comment ils vont arriver à envahir la terre. Bref, les tomes se suivent et ne se ressemblent pas, il y a juste la couverture que je trouve absolument hideuse, mais ça me regarde, ça.
  • Love Collage : LC est l’autre manga de l’auter de Midori no Hibi (Midori Days de part chez nous). Le héros est un fétichiste de parties bien différentes chez les femmes. Il aime certains types de jambes, de poitrines, de voix, de cheveux… C’est un pervers, mais un pervers noble comme on dit. Et il va tomber sur une pension avec quelques résidentes qui bien sûr auront chacune un élément qui lui plait. A noter également qu’un autre personnage est fan de maids. C’est donc sur l’avis éclairé de Rosalys que je me suis plongé dans ce manga sans prétention qui se laisse lire, malgré de super gros clichés du style harem par moments. Je pense néanmoins que le héros a plus d’un tour dans son sac… A suivre, donc.
  • Highschool girls : Toujours aussi vulgaire, toujours aussi débile, je continue néanmoins à lire pour voir jusqu’où ça peut aller. Ce qui est sûr c’est qu’on ne croit pas un seul instant que les jeunes japonaises puissent être comme des mecs, mais en fille. C’est pas possible.

En fait je regardais mon arrivage de mangas l’autre jour, et je me disais "Mince alors j’en achète quand même beaucoup tous les mois" et puis après, je me suis rendu compte que je lis beaucoup plus de séries en manga que je ne regarde d’anime.

Et comme je fais des Anime Catch-Up de temps en temps, autant décliner ça en manga pour changer. C’est donc parti!

  • Blood Alone – Pas grand chose à ajouter par rapport à ce que j’ai pu dire dans ma review initiale. Les tomes sortent au compte gouttes et le 4 n’est prévu que pour fin août.
  • Angel Heart : C’est du Tsukasa Hojo, c’est donc supra beau, assez drôle et bien foutu. Par contre c’est sûr que par rapport à City Hunter c’est un peu moins leché niveau intrigu eet scénario, mais ça se laisse suivre vraiment aisément.
  • Ichigo 100% : Bien que je l’aie déjà lu en scantrad il y a très très longtemps, j’étais convaincu lors de l’achat du premier volume que je le relirais très volontiers tellement ça m’avait plu. En fait j’avais tort. Au bout de quelques volumes j’ai décroché devant la faible qualité d’impression qui rend le tout difficile à lire pour moi. (sans parler du lettrage absolument atroce.) Et franchement "le nouveau Video Girl Ai" (dixit Tonkam, l’éditeur) ? Faut arrêter de nous prendre pour des cons. Ichigo 100% est un harem avec des personnages attachants, mais ça s’arrête là. Le héros est bien aussi con qu’une quille.
  • Pretty Face : Malheureusement, Pretty Face a subi presque le même sort qu’Ichigo 100% à mes yeux. Ceci dit, l’histoire est quand même rigolote et bien faite, même si on aurait aimé que ça avance un peu plus vite. C’est quand même à mille lieues du genre de manga qui dure 20 volumes.
  • Onegai Teacher : J’ai toujours l’impression que les mangas vont plus loin que les animes. Malheureusement pour moi, pour OT, le manga ne pousse pas spécialement plus loin que l’anime et reste destiné aux fans purs et durs de la série. Je pense que vu l’esthétisme de Mizuho-sensei (c’est pour la différencier de Mizuho-oneesama que je dis sensei.) le manga aurait mérité un dessin plus soigné que ça.
  • GunSmith Cats BURST : On prend les mêmes et on recommence./ Des années après GSC premier du nom on nous sert une suite qui n’en est pas vraiment une: c’est plus une extension de ce que l’on connait déjà. Courses-poursuites parfaitement rendues, gunfights et enquêtes dangereuses sont au rendez-vous. C’est toujours aussi bien dessiné et l’auteur maîtrise son sujet (en tous cas, ça se sent.) Rien à redire donc, si vous avez aimé GSC, c’est une valeur sûre.
  • Negima : Je suis très tolérant vis-à-vis des mangas de Ken Akamatsu notamment grâce au véritable coup de coeur que j’ai eu avec Love Hina en 2000. Ah, le bon vieux temps des fansubs Anime-Factory et de Tenba-chan… Mais je m’égare. Negima en manga, c’est un peu du grand n’importe quoi qui se barre dans tous les sens, la faute à un nombre TROP important de personnages accompagnant Negi. Je ne sais pas trop ce que Akamatsu a voulu faire, mais pour moi, c’est difficile à suivre passé les 4-5 premiers volumes qui sont plutôt plaisants à dévorer. C’est drôle, bien dessiné, mais s’il y a un truc que Akamatsu ne sait pas dessiner, c’est bel et bien les scènes d’action. Dommage, car Negima est pas mal bourré de combats magiques.
  • Ah My Goddess : L’une des histoires tellement vieilles qu’on réalise qu’on a grandi avec quand on voit ses premiers volumes au label de "Manga Player" (en faillite puis racheté par une boite qui deviendra Pika.) Bref, AMG est comme beaucoup de séries à rallonge et possède ses hauts et ses bas. Le problème c’est qu’en ce moment on est dans la partie "basse" alors qu’on a été servi pendant une dizaine de volumes précédents par plusieurs chapitres excellentissimes. La question qu’on se pose c’est "Quand est-ce que ça va se finir?" et non "Comment?"
  • Step up love story : Encore une de ces séries extra longues. Le problème de Step Up, c’est que ça traine bien trop en longueur. Certes il y a des petites avancées scénaristiques ici et là mais bon… Ca reste un bouquin de cul. Un manga hentai quoi. Rien de bien vulgaire quand même, mais là où les premiers volumes étaient plutôt mignons et les idées de chapitres bien amenées, au bout de 20 volumes on sent que ça s’essoufle violemment. Ma main innocente continue néanmoins à l’acheter avant que mon cerveau ne réalise que je viens de l’ajouter à mon panier d’un clic de souris. Saleté de main.
  • L’homme du train : A ne pas confondre avec le Garçon du Train (voir plus bas), les deux histoires sont pourtant presqu’identiques, mais le manga est différent. Bref, l’Homme du Train représente la version la plus adulte et la moins nunuche à mes yeux de ce conte de fées moderne qu’est "Densha Otoko". En gros, "Hermes" n’est pas trop conne et en pince visiblement aussi pour le héros. Aucune embuche, aucun suspense, mais ça se laisse lire juste pour le plaisir de savoir comment ils ont adapté ça. C’est ce que j’attends d’un manga par rapport a une série télé, en l’occurence.
  • Say Love : Say Love se termine d’une façon un peu décevante à mes yeux surtout avec tout le potentiel qu’il y avait au départ. Ca reste néanmoins fort agréable à lire malgré un dessin parfois inégal. Au moins, en 6 volumes, ça ne traîne pas comme certaines séries romantiques.
  • GCU : Comment dire. D’un côté on a un Step Up Love Story qui reste un manga hentai derrière ses aspects mignons, et de l’autre on a GCU, tout aussi hentai si ce n’est plus, avec des délires de son auteur à la place. Bon ça se laisse lire, c’est moins joli à mes yeux que Step Up, mais les histoires des différents personnages rencontrés sont parfois assez intéressantes, au fil des volumes.
  • Mahoromatic : Oui bon bah, je vais pas m’étendre 107 ans, je pense que ma bibliothèque prouve assez bien mon fanboyisme de Mahoromatic: j’ai les mangas japonais (avec la Mahoro en crystal incluse dans le dernier volume), en anglais et bientôt en français. Alors soyons clairs, les couvertures japonaises sont géniales, les américaines sont moyennes, mais alors les couvertures françaises… Au secours quoi. Où sont passés le relief, les 4ème de couverture dépliables avec des zoulis dessins et tout et tout? Enfin, heureusement que l’histoire reste toute aussi sympa. A ceux qui n’ont pas aimé la fin de la série (2ème saison notamment), je vous conseille vivement le manga qui vous fera sûrement changer d’avis par des derniers volumes assez dark…
  • Kashimashi: Un manga tout aussi loufoque que la série, plutôt bien dessiné, et qui va plus loin (pas très difficile vu comme c’était court.) Peu de volumes disponibles pour l’instant, mais ça se laisse lire comme dans du beurre. (ahem.)
  • Monsieur est servi : Difficile de se prononcer là. C’est bourré de maids, donc ça devrait me plaire, et pourtant ça reste super moyen. Un sursaut d’intêret est survenu vers le milieu de la série lorsque le scénario s’est un peu étoffé, avant de retomber comme une crèpe qu’on aurait loupée en la faisant sauter dans la poele. Rendez-nous la première série animée aussi, bon sang, avec Taro qui vomit partout!
  • Emma : C’est joli, c’est propre, c’est doux et bien raconté… Un amour impossible dans l’Angleterre du début du siècle dernier. S’ils pouvaient sortir la suite rapidement, ça serait encore mieux, tiens.
  • Genshiken : Ah, Genshiken, le manga sensé être pour nous les otakus. Bourré de références, drôle à souhait et plutôt agréable à lire, Genshiken n’est pas bien long en plus, ce qui ne gâche rien (vous en avez pas marre vous des séries en 50 volumes?). La série animée lui rend justice, vous auriez donc tort de vous priver.
  • Le Garçon du Train: J’en parlais plus haut avec l’Homme du Train. Le Garçon du Train est donc la version shoujo: des visages ronds, des icônes de chats partout pour désigner les anonymous de 2ch. Hermes est d’une nunucherie à toute épreuve, encore pire que celle de la série TV, c’est dire.
  • Full Metal Panic : Quel dommage que le manga n’aille pas plus loin que la première saison servie par Gonzo + quelques passages de Fumoffu. Il va falloir se rabattre sur les romans pour en savoir plus. Le dessin un peu bizarre au départ se laisse néanmoins oublier au profit d’une histoire bien racontée. Peu de surprises cependant pour ceux qui auront vu FMP! et Fumoffu.
  • High School Girls : Ou, si vous préferez "La vulgarité au féminin". Si si, je vous jure que c’est possible. Ca cause régles, poils pubiens, mensurations, sexe, défloration, petits copains, que des trucs de filles quoi qui vous feront pousser des "WTF!" à maintes reprises. Le pire, c’est que comme pour Step Up, ma main achète avant que mon cerveau réagisse. Il va vraiment falloir que je fasse quelque chose…
  • Pink Diary : Pas grand chose à ajouter par rapport à ma review. Le volume 6 sort à la fin de ce mois. Apparement l’auteur n’a pas prévu beaucoup de tomes, ce qui est une bonne chose pour ce genre d’histoires.
  • Unbalance x Unbalance : Surpris par le premier tome, j’ai été encore plus surpris par le second qui prend à contre-pied tous les clichés possibles et arrive à faire douter le lecteur. Du très bon, bien dessiné, et le pire c’est que ça avance bien. Vivement la suite.
  • Suzuka : J’aurais déjà abandonné le manga si je ne savais pas un peu ce qui allait se passer. Et contrairement à nombre de séries animées adaptées en manga (ou inversement) ici le manga arrive à se démarquer de la série animée avec un graphisme correct et une mise en scène un poil différente. Et à ça on peut ajouter une dose de ecchi supplémentaire par rapport à l’anime. Bref, si el début peut sembler très lent et peu intéressant, ça se développe tout doucement.
  • Asagiri Pretresses de l’Aube : Faut que j’en parle de ça mais ça va venir, ça va venir… A défaut d’être bien dessiné, c’est assez fun et sympa à suivre pour le moment.
  • Keroro Gunso : Du délire en barres de 100. Les grenouilles extra-terrestres veulent nous envahir, mais heureusement qu’on a nos usines Bandai sur Terre. Vu la longueur de la série j’ai tout de même un peu peur que ça traine, justement, mais l’avenir me prouvera peut-être (voire certainement) le contraire vu la popularité de Keroro.

Et voilà. Je vous avais dit que je lisais plein de trucs moi en ce moment 🙂

J’ai décidé de faire un petit résumé des séries que je regarde en ce moment, déjà à un état bien avancé (une petite dizaine d’épisodes) et celles qui se sont terminées récemment. C’est parti pour un tour!

  • Disgaea : Ah, comment ne pas afficher ma déception devant cet anime? Le jeu était d’un humour ravageur, complètement second-degrétesque, Flonne et Etna étaient parfaites. Là, malgré un teaser en début de saison assez prometteur “Au nom de l’amour, je dois vous tuer!“, la série est en fait très plate, destinée aux enfants, et le scénario ne suit en rien ce qui se passe dans le jeu. Vous me direz que c’est tant mieux car ça promet des surprises, mais le scénario du jeu était simplement parfait, avec une fin terrible et des passages drôles et d’autres plus dramatiques. Bah, je verrai plus tard si ça s’améliore…
  • Fate Stay Night : L’aventure continue avec un épisode 20 un peu léger et un 21 avec un peu plus de punch, la série s’enchaine plutôt bien. Je n’ai pas joué au jeu, donc les surprises m’attendent encore, mais le tout est plutôt bien ficelé.
  • Full Metal Panic OAV – Un jour dans la vie de Tessa : Sublime, excellent, drôle, très drôle, un peu de ecchi (après tout, ça passe pas à la TV les OAV), le tout avec une réalisation soignée, vraiment du bon boulot de la part de Kyoto Animation. Dommage cependant, pas de Chidori à l’intérieur. Sinon c’est du FMP à 100%.
  • Joshikosei : Oui, je continue à regarder d’un oeil distrait quand ça sort. C’est le type même de l’anime popcorn qui se regarde sans trop se fouler. Faut quand même s’accrocher un peu, car ça repousse toutes les limites de fanservice que j’aie vu jusqu’à présent. Gainax a du mouron à se faire.

En parlant de Gainax justement, il se trouve qu’ils vont faire la nouvelle saison de Negima avec l’aide de SHAFT (REC, Mahoromatic, Konomini, et quelques autres trucs). J’ai hâte de voir ce que ça va donner.

  • Kashimashi : Faut que je récupère les derniers épisodes, visiblement ça a eu un bon succès au Japon cet anime, de ce que je me souviens avoir vu à Akiba.
  • Lemon Angel Project : J’ai lâche prise. La réalisation est pas terrible, et bien que le design soit réussi, j’arrive pas à suivre.
  • School Rumble S2 : Du pur bonheur en bâtonnets de 100kg. J’en veux encore, j’en veux encore, j’en veux encore. Je ferai un billet très bientôt sur la série, c’est promis.
  • You’re under arrest : Oui, entre temps je rattrape des séries que je n’avais jamais vues, et YUA est plutôt plaisant à regarder. Les premières OAV sont sublimes, le film est bien mais sans plus, la première saison est très laide (surtout très vieille) graphiquement, et la seconde saison est plutôt sympathique. Ca c’est du résumé hein? Non, ce que je regrette surtout c’est que quand même, entre la première et seconde saison, l’histoire avance de quelques années (la lycéenne Saori devient policière au début de la saison2) et RIEN ne se passe entre Miyuki et Ken pendant ce temps… argh!
  • Soul Link : En fait, le début était très fade. Oui, super fade même. Lent, inintéressant, du Stellvia en moins coloré. Et puis en fait, tout a été mis en place pour un bon thriller spatial, et l’histoire avance convenablement d’un épisode à l’autre. Je me demande néanmoins si ça va durer sur 26 épisodes ou simplement 13-14. Pour le moment, c’est un bon trip qu’on nous offre, loin de l’atmosphère légère de Shuffle!
  • Strawberry Panic : Je sais pas, ça doit pas être mon genre d’anime même si j’aime bien le concept. C’est juste… et puis la réalisation fait vachement datée quand même. J’ai quand même remarqué un truc marrant: il n’y a AUCUN personnage masculin dans la série.
  • Suzuka : Oui, la fin de Suzuka date un petit peu beaucoup mais je ne me souviens plus trop si j’en ai parlé ici. L’anime a une fin en soi, un peu décevante, car elle laisse sur sa fin. C’est le jeu de tous les animes sentimentaux de toutes façons. Love Hina, Ai Yori Aoshi… on ne verra jamais leur fin en anime. Pour ça il faut lire le manga. J’ai le droit de dire que c’est n’importe quoi?
  • Yakitate Japan! : En fait passé l’arc de la Coupe de Monaco, la série devient un peu beaucoup énormément très très répétitive. Je ne dis pas que les auteurs font de leur mieux pour nous pondre quelque chose de nouveau chaque fois, mais il y a quand même un certain motif dans tous les épisodes qui se répète comme un épisode de Detective Conan. Oui, vous avez saisi l’idée. Ceci dit, ça reste toujours agréable à regarder et on laisse échapper quelques sourires à certains moments.
  • Karin : Aaah, Karin. Une série que j’ai trouvée vraiment sympathique et agréable à regarder. La fin ne m’a pas déçu: elle était juste. L’anime étant assez léger et se moquant de lui-même par endroits, ça se ressent toujours à la fin et on a pas un énorme tournant vers les 3 ou 4 derniers épisodes. Du tout bon donc.
  • To Heart 2 : J’ai a peine commencé. Si vous n’avez pas aimé To Heart premier du nom, passez votre chemin immédiatement. C’est la même chose sauf qu’on change l’année de production, la réalisation et les personnages. Exit Akari, et place à deux amies d’enfance du héros. Rien ne remplacera quand même Akari et Hiroyuki. Surtout Hiroyuki, en fait. Il était tout simplement terrible dans To Heart. Bon là par contre les “atouts” de Tamaki sont pour le moins… attrayants. Je continue à regarder doucement.
  • The Melancholy of Haruhi Suzumiya : Et je garde le meilleur pour la fin. Que dis-je le meilleur, la plus grande surprise de cette année, incontestablement. Tout dans cette série, de la réalisation au concept, en passant par le design, l’histoire et les personnages, est bien foutu. Une fois tout en place, j’ai jamais vu un anime marrier aussi bien la vie à l’école, l’humour et la SF depuis Onegai Teacher, en fait. Du grand art, et pour une fois, l’anime rend justice au roman, que vous pouvez lire en anglais par là. Je vous le recommande chaudement d’ailleurs. Le pire, c’est que l’engouement pour cette série est assez inexplicable: ça doit être l’effet Haruhi, sans aucun doute. Moi en tous cas, je suis conquis, et je vous encourage à vous la procurer chez a.f.k. A noter que le groupe de fansub français Nerae a commencé avec le premier épisode déjà.

Etant donné l’activité proliférante (erm) des fansubbers en ce moment, j’ai décidé de commenter un peu l’avancement de certaines séries que je regarde encore, ou que j’ai lâchées. Après tout, les premières impressions c’est bien mais ça ne fait pas tout.

Amaenaide yo!

Plutôt déçu par cette série qui s’annonçait assez marrante et ecchi comme il le falait. Finalement les persons sont tous sans profondeur, et l’humour est très lourd à force. C’est dommage, un peu de varietés aurait été bien. Il faut quand même avoir vu au moins le premier épisode pour ne pas mourir idiot.

Okusama wa joshikusei

“Ma femme est une lycéenne” m’a laissé la même impression que Amaenaide yo! de ne pas aller suffisament en profondeur. On ne sait même pas comment les deux protagonistes se sont rencontrés et en sont arrivés à leur situation, et le découpage de chaque épisode, en deux petites histoires, rend le tout très saccadé et pas très intéressant. Ca a très bien marché pour Full Metal Panic Fumoffu, mais pour Ichigo 100% et Okusama wa joshikusei, c’est plutôt raté. Réellement dommage, je suis sûr que la série a un bon potentiel en manga.

Ichigo 100% OAVs

Alors là, c’est peut-être la plus grosse déception. C’est à se demander ce qui peut bien passer par la tête des gens chez Madhouse. Les 3 premières OAVs suivaient plutôt bien le manga et apportaient chacun leur petit plus à l’histoire, même tout petit. Par contre les deux dernières, à part introduire Kozue dans l’histoire, elles n’apportent strictement rien, et se permettent même d’être tout bonnement ridicules en ne suivant pas le mangas (L’OAV 5 est royalement médiocre)

Suzuka

Bon, ne soyons pas déçus par tout, il y a quand même Suzuka qui reste un anime plutôt sympa et sentimental, sans être lent à mourir. Je trouve juste dommage que Yamato soit un sale petit con qui n’y connait rien aux filles.

Yakitate Japan!

Toujours aussi bon, toujours aussi fort, toujours aussi doux et croustillant. L’épisode 45 se paye même le luxe d’être un peu ecchi, que du bonheur en boite. A noter que le manga est sorti en France ce mois-ci

Karin

J’en parlerai lors d’un prochain billet avec des screens. C’est une petite série qui a l’air fort sympathique au demeurant 🙂

Voilà pour le résumé des séries en cours 🙂

Suzuka m’avait plutôt laissé de marbre même si quelques épisodes passés, ça remontait un peu dans mon estime .

Mais là, là… Après l’épisode 13, je crois qu’il est difficile de cacher mon enthusiasme pour la série. C’était mal parti, mais ça se développe plutôt bien, ça donne même une brise d’air frais sur le genre…

Pour ne pas trop spoiler, plus d’infos après le lien.

Continue Reading

C’est vrai quoi, un anime aux airs de Love Hina avec du sport, qui eut cru ça possible? Pourtant, l’histoire s’écarte très rapidement du boxon de Love Hina en se concentrant principalement sur le triangle amoureux Suzuka-Yamato-Honoka. Comme d’habitude quoi, rien que du classique.

Donc qu’est-ce qui peut me faire continuer à matter cet anime ? Hé bien tout simplement parce qu’il y a une miko. Bon ça va hein, vous devriez me connaître maintenant 🙂

C’est la camarade de classe de Yamato, Honoka Sakurai. Elle semble être une amie d’enfance avec lui ou quelque chose comme ça et en pine visiblement pour lui. Comme toutes les miko elle est bien entendue douce et innocente… Complètement irrésistible!

“Hé… c’est mon verre… serait-ce un baiser indirect?”

Hahaha, si c’est pas une des constantes des animes/mangas romantiques ça…

Bon trève de plaisanterie, si je suis toujours Suzuka, c’est également parce que les design des personnages sont plutôt agréables à l’oeil, ce qui est plutôt rare de nos jours. Néanmoins, l’histoire a intêret à prendre un bon coup de pied aux fesses dans les prochains épisodes, sinon ça va vite devenir très lourd, vu que pas grand chose ne se passe.

Suzuka

Je n’attendais pas grand chose de cet anime.

Oh, c’est pas qu’un anime harem de plus ne me fasse plus aucun effet, c’est juste que au fur et à mesure du visionnage, j’ai été happé par des spectres de Love Hina: le héros qui habite une pension pour filles, le fait qu’il flashe sur l’une d’elles mais que celle-ci le repousse aussi sec, mais aussi…

londe alcoolo empruntée à Tina de Ai Yori aoshi, et la fille à lunettes aux gros seins et un peu timide… Bon faut vraiment que je vous fasse un dessin? ça sent le réchauffé!

Seulement voilà, y’a quand même une idée fort intéressante dans tout ça. Notre héros va faire donc la connaissance de l’héroine, Suzuka, qui est une athlète ma foi d’un fort beau gabarit, qui s’amuse au saut en hauteur. Elle est vachement bonne (en athlétisme hein, bande de pervers…) et a fait un petit record dans son école en sautant au dessus de 1m69. Elle forme donc tous les espoirs de ses camarades de classe, professeurs, et connaissances.

Voilà en gros pour l’intrigue de base. Tout ce que je peux vous dire, c’est que pendant 19 minutes, l’anime m’a laissé totalement de marbre. Générique bof, designs bof, histoire bof, humour bof, clichés bof, et puis lors de la dernière minute, il se passe un truc dont je ne vais évidemment pas vous parler… Mais vous verrez bien 🙂 Une excellente surprise en tous cas, et ça m’a donné envie d’en savoir plus. A suivre, donc, mais pas trop quand même.