summer wars

All posts tagged summer wars

Sur le TeamSpeak de Nanami :

<Tinky> Salut tout le monde !

<AxelTerizaki> Tinky !

<Tinky> Axel ! Ca va ?

<AxelTerizaki> Oui et toi ?

<Tinky> Tranquille !

<AxelTerizaki> Dis moi Tinky, tu as pas oublié que tu devais faire un article pour les prochaines poules du grand tournoi des mamans ?

<Tinky> Oh… PUTAIN §§

Cette semaine c’est donc moi, Tinky [->], qui a la lourde tâche de présenter les poules du Grand Tournoi des Mamans, puisque le maître des lieux préfère passer son week-end à jouer à League Of Legends et s’occuper de son chat. J’espère que mes présentations vous plairont, malgré le fait qu’elles ont été un peu faites à l’arrache !

Avant de continuer, je vous livre les résultats des poules précédentes :

Poule 3  : 

  • Julia Murai (GTO) : 20% avec 38 voix
  • Ama (Shuffle) : 31% avec 59 voix
  • Rosa (Umineko) : 27% avec 51 voix
  • Nancy (Read or Die) : 22% avec 44 voix
Victoire bien large de Rosa et Ama. Les fandoms ont parlé, même si Julia avait quand même de beaux atotus pour elle…
Poule 4 : 
  • Sayoko (Mahoraba) : 25% avec 40 votes
  • Hatsuho (Onegai Teacher) : 27% avec 44 votes
  • Miyuki (Bakuman) : 15% avec 25 votes
  • Milia (Macross) : 33% avec 54 votes
Tetho ayant bien fait osn travail, ses deux favorites l’emportent même si Sayoko a fait une jolie percée. Comme quoi… 🙂

 

POULE 5 

Medusa (Soul Eater)

Une des première puissante vilaine de la série, Medusa est à l’origine du duo Chrona/Ragnarok, qui sont les résultats de certaines de ses expériences. Avec ses airs de sorcière redoutable et malfaisante, Medusa fait office de “maman” un peu spécial pour le coup ; après, étant donné la fanBase assez conséquente de Soul Eater qui traîne sur la blogosphère otaque française, je ne me fais pas énormément de soucis pour elle… *regarde du côté de l’usine à problèmes*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belmer (One Piece)

Au départ officier dans la marine, Belmer (qui est une vrai dure à cuire) va un jour trouver deux nourrissons après une terrible bataille : elle décide alors de les ramener sur son île natale pour les élever comme ses propres filles ; ces deux demoiselles qui ne sont alors que des bébés sont donc Nami et Kojiko.

Belmer est une mère pleine de volonté, qui élèvera Nami et Kojiko durement certes, mais avec amour, jusqu’à sa fin qui est absolument déchirante. (mais bon, je ne vous en dirai pas plus : si vous voulez savoir ce qui arrive à Belmer, lisez ce chef-d’oeuvre qu’est One Piece.)

Inutile de préciser qu’en tant que grand fan de One Piece, Belmer est ma favorite pour cette poule. 😀

Fanart par Shainareth

Nanoha (Nanoha StrikerS)

Pardon ? Nanoha une maman ? Mais où, quand, comment ? Et puis je ne connais pas cette série, là, Nanoha StrikerS. C’est un doujin de gros dégueulasse avec Nanoha en MILF, c’est ça, hein ? Bref, passons à la prochaine maman.

(voilà, comme ça un certain fanboy de la franchise ne viendra pas me faire chier sur IRC ww)

nanoha

Sakae (Summer Wars)

Malgré son grand âge, Sakae est toujours le capitaine du bateau de la famille Jinnouchi, et force est de constater qu’elle tient la barre plutôt fermement. Une maman/grand-mère sympathique, qui ne brille cependant pas énormément dans le film, puisqu’elle est à mon goût trop mise en retrait. Dommage.

POULE 6

Lisa (Ponyo sur la falaise)

Miyazaki a toujours mis en scène dans ses films des personnages très humains, et Lisa n’échappe absolument pas à la règle.

Lisa est une figure maternelle très forte, qui entretient une relation mère-fils avec Sôsuke qui est très touchante (c’est d’ailleurs un des thème du film), et qui en plus de cela est une femme moderne, forte, qui n’hésite pas à engueuler son mari dès qu’il la laisse seule avec son petit garçons pendant trop longtemps.

Une très belle maman en somme, qui mérite amplement de gagner ce tournoi et de foutre une raclée à toutes les autres mères de la terre, nah !

Ponyo, ponyo, ponyo sakana no ko!

Chitose (CLAMP)

La gentille de mère de deux enfants, qui vit dans le monde des bisounours et qui est toute meugneuuuuneeuuuh !

Les fanboyz de CLAMP et les Axel sauront apprécier cette maman, je pense. (même si c’est Lisa qui va gagner !)

Eureka (Eureka SeveN)

[13:00:54] <Tinky> Pour ceux qui ont vu Eureka Seven (oui, faut que je m'y mette T_T)
[13:01:13] <Tinky> comment est Eureka en tant que maman ?
[13:02:41] <nyo> Tinky: c'est une maman
[13:02:44] <nyo> il lui arrive des choses
[13:02:46] <nyo> (pas droles)

J’ai rigolé comme un con. Merci nyo.

Sinon, il paraît que c’est un très bon personnage et une maman très intéressante. A vous de croire les fanboys de la série ou pas… :p

Chigusa (Shakugan no Shana)

Une maman intelligente, qui aide souvent Shana dans ses passionnantes *baille* aventures.

Bref, votre vote vaut mieux que ça. (et un troll express pour la poule 6, un !)

Et voilà, c’est tout pour cette semaine ! Sur ce, je vous souhaite un bon vote, et rendez-vous la semaine prochaine pour la suite qui sera présenté par l’ami Sirius.

On approche de la fin de l’année, et il est temps pour moi de regarder en arrière pour voir ce que j’ai pu regarder depuis cet été. Ce billet, pour ceux qui ne seraient pas encore habitués aux rubriques de Meido-Rando, est là pour parler des séries que j’ai finies, afin de réviser ou accentuer mon jugement initial, ou bien poru parler de ces séries que j’ai vues mais dont je n’ai aps fait de billet, par manque de temps ou par manque d’envie aussi (ça arrive.) Je profiterai probablement de la semaine prochaine pour vous faire la même chose mais sur les manga, car il y aura de la matière… Bizarrement, je lis plus de manga que je ne regarde d’anime, mais je blog plutôt sur les animes que les manga. Encore un des grands mystères de la vie.

  • Koe de Oshigoto : Oh oui, je commence fort. Vous la sentez ma grosse OAV? Quelqu’un a cru que c’était une bonne idée de faire une OAV de ce manga pourtant assez limite, mais fortement drôle pour peu qu’on soit amateur de seiyuu (les doubleurs et doubleuses de dessins animés) et de ecchi. L’OAV tente ainsi de reproduire quelques chapitres du manga où l’héroine va être trainée de force par sa grande soeur à son boulot pour y faire doubleuse de jeux hentai. Comme la jeune fille est plutôt du genre pure et innocente, cela provoque bien entendu des gags à gogo et plein d’embarras. Là où l’OAV fait fort, c’est que pour illustrer certaines “scènes”, ils y mettent les moyens : animation très très explicite (malgré la censure, faible). Au final, c’est une OAV pour les fans et rien que pour eux. Je vous encourage à vous procurer le manga (non édité en France malheureusement) pour vous faire une idée.
  • Summer Wars : Je ne vais probablement pas en surprendre beaucoup mais j’ai beaucoup aimé ce film, à la fois touchant, simple et efficace et non dénué d’un peu d’humour. Pour peu qu’on soit geek en plus de ça, c’est un vrai régal. Bien sûr le film de Hosoda n’est pas dénué de défauts mais se laisse bien regarder malgré un début un peu lent.
  • Redline : Alors là, comment dire… C’est simple, je n’avais pas été autant scotché à mon fauteuil de cinéma depuis belle lurette. Redline, c’est tout simplement le Gurren Lagann des courses automobiles. C’est violent, rapide, riche, bourrin, délirant et complètement bluffant. Je vais pas sortir mon dictionnaire des synonymes mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque tellement ce film m’a fait plaisir. Projeté lors du festival des Utopiales à Nantes en Novembre, il a remporté d’ailleurs le Prix du Public au festival… ça veut tout dire. En sortant de la salle je n’avais qu’une envie : le revoir. Je l’ai toujours, d’ailleurs. Normalement, Kaze a choppé la licence, mais n’a encore rien annoncé officiellement. A suivre, donc.
  • Le Roi des Ronces : J’en profite pour enchaîner sur Le Roi des Ronces / King of Thorn. Projeté aussi pendant les Utopiales, ce long-métrage m’a laissé une impression assez mitigée. Le début à la Resident Evil était assez prometteur mais passé les deux tiers du film, le tout se perd dans différentes directiosn sans qu’on sache trop où le réalisateur voulait en venir. Il en résulte un film assez brouillon à l’animation pas si impressionnante, à l’utilisation de 3D un peu quelconque malgré un scénario de base accrocheur. Dommage quoi. Bon en même temps c’est du Sunrise, ça explique pas mal de trucs.
  • Le Professeur Layton et l’Eternelle Diva : J’ai bien aimé les jeux sur Nintendo DS. Je me demandais curieusement ce que ça donnerais en animé, et bien que le début soit tout à fait dans le ton, le film (sorti chez Kaze, au passage) a un bon gros problème de rythme et n’est pas aussi impressionnant graphiquement que je ne l’aurais initialement pensé. Une adaptation du premier jeu (l’étrange village) aurait peut-être été plus intéressante…
  • Yosuga no Sora : Vous avez vu cet enchaînement complètement osé ? Yosuga no Sora c’est l’anime choc de cette saison, principalement pour ses scènes osées très très explicites, où l’on se demande comment ça peut passer à la télé (même tard la nuit). Ce n’est ni plus ni moins qu’une adaptation d’un eroge comme un autre, et même si le character design et l’ambiance en font un titre qui se démarque des autres adaptations de jeux érotiques, ça reste très moyen scénaristiquement (surtout, super prévisible.) Chose amusante, les scénaristes n’essayent même pas d’assembler un peu les routes entre elles pour former un tout cohérent, là on vous explique clairement une fois un des arcs terminé que “on revient en arrière à un point donné” histoire de repartir sur une autre route, et donc une autre fille. A regarder pour le rire (et les scènes hentai) plus qu’autre chose.
  • Valkyria Chronicles : Après avoir fini le jeu vidéo, je me suis dit que j’allais jeter un coup d’oeil à l’anime. Si le début est relativement fidèle au jeu vidéo, ça bifurque pas mal passé la moitié de la série, et pas toujorus dans la bonne direction. Bon là au omins on ressent un peu mieux l’attitude émo des personnages quand l’un de leurs proches tombe au combat, mais quand même… On appréciera plutôt le fanservice ambiant pour les fans du jeu ou la façon dont l’anime met un peu plus en avant les généraux de l’Empire ennemi de Gallia. A part ça, l’animation est standard, et le tout se laisse regarder, même si Alicia est carrément insupportable à partir d’un moment et qu’on a envie de secouer Welkin un peu beaucoup.
  • Strike Witches : Une envie curieuse m’a pris un soir et je me suis enchaîné les deux saisons de cette série plutôt surprenante au final. Je m’attendais à un déluge de fanservice à base de petites culottes, je n’ai pas été trop déçu du voyage, mais j’ai aussi pu apprécier les personnages fort attachants et l’humour subtil de quelques épisodes. Au final je pense ne pas avoir perdu mon temps car j’ai passé un bon moment en compagnie de ces jeunes filles pleines de PASSION et qui ne connaissent ni jupes ni pantalons.
  • Seikimatsu Occult Gakuen : Occult Academy (son p’tit nom) semblait bien parti. Une histoire originale, un charadesign atypique et une animation plutôt bonne, mais il a pêché par un manque de rythme et une fin rushée. On lui accordera néanmoins quelques points pour son humour assez délirant au final, pour peu que l’on se prenne au jeu, et surtout grâce à Maya. DAT ASS.
  • Ore no Imouto… enfin Oreimo quoi : S’il fallait faire un top des héroines d’anime les plus irritantes, Kirino arriverait en excellente position. Je n’ai d’habitude rien contre les personnages tsundere (qui sont d’abord très pénibles puis deviennent très mielleuses) mais là elle pousse le bouchon un peu loin. Fort heureusement l’anime est sauvé par du contenu hyper reférentiel pour n’importe quel otaku qui se respecte. Je me suis pris des tas de réflexions sur l’épisode 9 où l’on m’a dit “J’ai eu l’impression de te voir en Kirino.” Sur le coup je n’ai pas trop sû si je devais le prendre bien ou pas… Mais je m’en souviendrai, Shikaze. Toujours est-il que Oreimo est un excellent pour peu qu’on accepte de laisser son cerveau à l’entrée et de le reprendre en partant. Reste à savoir comment ça va se terminer (et chose amusante, nous aurons droit à plusieurs fins, d’après une récente interview du staff.)
  • Amagami SS : L’anime romance et sentiments de la saison. Encore une fois les réalisateurs ont décidé de nous faire le coup des arcs multiples sans liens entre eux, même si pour un fois cela sert plutôt bien la série puisque cela nous permet d’avoir plusieurs mini-histoires de quelques épisodes. Amagami SS s’en sort plutôt bien en fait avec des dialogues fort sympathiques et surtout des héroines qui ont du charme. Si ça vous rappelle Kimikiss ~Pure Rouge~, c’est normal, ne vous en faites pas. Bien sûr certains arcs se valent plus que d’autres, et je dois avouer que mon préféré reste sans nul doute le premier avec la pétillante Haruka. C’est typiquement le genre d’anime às e regarder avec une tasse de chocolat chaud et un bon goûter devant soi.
  • The World God Only Knows : Apparement attendu par plein de monde sauf moi, j’ai été agréablement surpris par cette série au scénario amusant et aux personnages attachants. Bien sûr ça ne casse pas trop pattes à un canard, mais on passera quand même un bon moment dessus avec ses nombreux délires sur les jeux de drague  même si onr egrettera que chaque fille “capturée” perde la mémoire. Ca aurait été tellement plus drôle si elles s’étaient souvenues de tout, ce qui aurait rendu la tâche bien plus ardue pour notre héros au fil du temps…

Et voilà pour le Anime Catch-up de cet hiver. Je ne change pas trop mes habitudes de visionnage comme vous pouvez le voir… Une fois les quelques séries en cours terminées, je vais pouvoir m’atteler au revisionnage de Haruhi en Blu-Ray. J’ai regardé quelques épisodes rapidement et y’a pas à dire, même l’upscale de la saison 1 de 2006 vaut le détour. Ca explose de couleurs vives, c’est fluide, fin, et on prend un grand plaisir à revoir la série cette fois dans l’ordre chronologique. Notez que je changerai peut-être d’avis après avoir maté Endless Eight une seconde fois. Si j’arrive à résister à l’envie d’appuyer sur avance rapide.

(quelle originalité dans le titre, je sais.)

Hé oui, déjà 5 ans…

summer_wars.jpg

Que de temps passé à vous présenter des meido en guise de fillers (comme des fillers de n’importe quel shonen à succès, en fait) et de parler de ce qui me plaît et de ce qui m’arrive dans la sphère otaku / jeux vidéos… Cependant, comme vous aurez peut-être remarqué, les Maid of the Day ne sont plus postées avec cette régularité stricte qu’il y avait avant, et mes critiques d’anime se limitent souvent à un ou deux titres maximum par saison.

haruhi.png

La faute? Peut-être une qualité globale des animés du moment qui ne me convient pas, ou bien le fait que je n’arrive pas à trouver chaussure à mon pied. Que j’aie des goûts bizarres, ça me regarde hein, moi au moins j’assume, mais c’est plus un souci d’avoir trouvé un série qui me donne suffisament envie d’écrire dessus, qui déclenche en moi cette PASSION qui nous anime tous.

sora_no_woto.jpg

Le début de la fin? Sûrement pas! J’ai toujours foi en l’animation japonaise, n’en déplaise à certains, et je sais que je trouverais toujours des séries et des jeux vidéos dont j’aurai envie de parler, entre autres choses. C’est juste que, jusqu’à Epitanime 2010, voire la Japan Expo, il risque d’y avoir moins d’article qu’il n’y a six mois sur Meido-Rando. Avec les préparatifs pour la venue de Noizi Ito et les différentes activités et stands qu’on essaye de mettre en place avec Epitanime, puis pour la Japan Expo, je n’ai même plus le temps de me consacrer à Blind Spot. Pour info, le chapitre 8 est fini mais pas corrigé. La la la~

Donc la PASSION est toujours là, elle est juste occupée ailleurs mais toujours dans l’otakusphère.

Et si on abordait des sujets plus joyeux comme, par exemple, ce qui a marqué l’année passée?

k-on.jpg

K-On tout d’abord, puis la saison 2 de Haruhi dans la foulée, avec en sus mon second voyage au japon et ma rencontre avec Noizi Ito, ou encore mon escale à Hong Kong les mois de Avril-Mai 2009 furent plein d’émotions pour moi et peut-être aussi un peu pour les lecteurs de ce blog. Bien que K-On soit un grand vide scénaristique (tellement que quand on ouvre la boite des Blu-Ray ça fait un appel d’air) c’était juste 20 minutes de bonne humeur par semaine, et ça suffisait à faire rayonner ma journée. Parfois, ce sont les plaisirs les plus simples qui sont les meilleurs.

kampfer.jpg

Il y a eu bien entendu aussi Haruhi saison 2, avec ses Endless Eight de folie. Endless Eights qui d’ailleurs étaient absolument épiques à suivre sur le channel IRC de Haruhi.fr puisque chacun d’entre nous jouaient à trouver les différences entre chaque épisode, tel un jeu engagé entre nous et les animateurs, quand ce n’était pas nos espoirs vains d’une fin abrégée avant le huitieme épisode. Un exemple de cette folie? Par ici. Je comprends après qu’on ai pu ne pas apprécier la blague, mais pour moi c’est juste tellement osé que ça en est bon. A chacun sa came, comme on dit.

mahoro.jpg

Après, l’été fut moins torride, mais néanmoins rigolo avec le très sympa Princess Lover et ses personnages originaux et à la plastique généreuse. Dommage que l’anime fut si court et qu’il y eut certains ratés dans l’animation. Je pourrais aussi vous parler de Eva 2.0 vu à Nantes lors des Utopiales, Eden of the East, Dream C Club, les spéciaux de Mahoromatic, Kampfer, Summer Wars ou Sora no Woto, et vous auriez mes animes marquants de Mars 2009 à Mars 2010. Ouais j’en entends déjà certains rigoler dans un coin. Surtout les trolls bien baveux qui empestent sur le channel IRC de l’Editotaku.

k-on_2.jpg

Pour les futurs projets de Meido-Rando, cette année il y en a trois. Tout d’abord un que je vous révèlerai la semaine prochaine, un autre qui est une migration vers WordPress, et un dernier qui est de faire un Grand Tournoi des Mamans, plus court et intense que le longuet tournoi des Seifuku de cette année. En parlant de projets, Nanami avance toujours. L’aggrégateur de blogs promis en janvier prend du tard, mais c’est pas comme si on était pas déjà habitués avec l’ami Keul. Faut bien avouer qu’il fait un très bon boulot, malgré l’adversité et en étant seul. D’ailleurs, si vous voulez aider pour coder, faire un design ou ce genre de choses, n’hésitez surtout pas à me contacter, on est toujours preneurs de main d’oeuvre. Nanami est plus un projet de la Brigade SOS Francophone (et de l’Otakusphere en général), en fait. En parlant de brigade, sachez qu’on lui prépare un joli site. Enfin joli, un truc fonctionnel sous Joomla quoi.

princess_lover.jpg

Toujours est-il que les années s’entassent derrière Meido Rando, et pourtant je continue sur ma lancée, en espérant vous offrir encore cette année, outre des jolies meido, des articles rafraichissants à défaut d’être de qualité. Au final, j’ai l’impression d’écrire ici de la même façon que j’aime voir des animes: peu importe la qualité de l’ensemble ou la pertinence de certains posts, l’important c’est de se faire plaisir à soi-même en écrivant, c’est ça qui m’a toujours motivé à écrire mes premières fanfictions sur Evangelion, ou à écrire Blind Spot ou faire ce blog. C’est la même chose avec un anime. Peu importe qu’on vous dise que la qualité est à chier, que l’histoire ne vaut rien ou que c’est moé à en vomir: tant que ça vous a plu, c’est le principal. C’est ça, la PASSION, la vraie. Celle qui fait qu’au final, otakus de tous bords, qu’on soit mechaphile, shoujophile, amateur de shonens interminables, Haruhiiste, Kyoanitard, Typemooniste ou adorateur de SHAFT et Akiyuki Shinbo, on est tous fans d’anime. Et ça c’est important de ne pas le perdre de vue.

dream_c_club.png

Merci à tous mes frères et soeurs bloggueurs et bloggueuses, malgré nos différences et ce qu’on peut en dire, j’ai toujours l’impression qu’on forme une communauté. Merci également à tous les visiteurs pour votre soutien, et vos commentaires.

Et enfin, merci à Meido-Rando, sans lequel je n’aurais jamais pu monter Haruhi.fr, je n’aurais pas renoué avec Raton-Laveur et rejoint l’otakusphère, sans lequel je n’aurais pas connu mes meido d’élite, ou encore sans lequel je ne serais pas autant PASSIONné par l’anime et le manga et la "culture visuelle moderne japonaise", comme certains disent.

Joyeux anniversaire Meido-Rando!

birthday.jpg