valkyria chronicles

All posts tagged valkyria chronicles

On approche de la fin de l’année, et il est temps pour moi de regarder en arrière pour voir ce que j’ai pu regarder depuis cet été. Ce billet, pour ceux qui ne seraient pas encore habitués aux rubriques de Meido-Rando, est là pour parler des séries que j’ai finies, afin de réviser ou accentuer mon jugement initial, ou bien poru parler de ces séries que j’ai vues mais dont je n’ai aps fait de billet, par manque de temps ou par manque d’envie aussi (ça arrive.) Je profiterai probablement de la semaine prochaine pour vous faire la même chose mais sur les manga, car il y aura de la matière… Bizarrement, je lis plus de manga que je ne regarde d’anime, mais je blog plutôt sur les animes que les manga. Encore un des grands mystères de la vie.

  • Koe de Oshigoto : Oh oui, je commence fort. Vous la sentez ma grosse OAV? Quelqu’un a cru que c’était une bonne idée de faire une OAV de ce manga pourtant assez limite, mais fortement drôle pour peu qu’on soit amateur de seiyuu (les doubleurs et doubleuses de dessins animés) et de ecchi. L’OAV tente ainsi de reproduire quelques chapitres du manga où l’héroine va être trainée de force par sa grande soeur à son boulot pour y faire doubleuse de jeux hentai. Comme la jeune fille est plutôt du genre pure et innocente, cela provoque bien entendu des gags à gogo et plein d’embarras. Là où l’OAV fait fort, c’est que pour illustrer certaines “scènes”, ils y mettent les moyens : animation très très explicite (malgré la censure, faible). Au final, c’est une OAV pour les fans et rien que pour eux. Je vous encourage à vous procurer le manga (non édité en France malheureusement) pour vous faire une idée.
  • Summer Wars : Je ne vais probablement pas en surprendre beaucoup mais j’ai beaucoup aimé ce film, à la fois touchant, simple et efficace et non dénué d’un peu d’humour. Pour peu qu’on soit geek en plus de ça, c’est un vrai régal. Bien sûr le film de Hosoda n’est pas dénué de défauts mais se laisse bien regarder malgré un début un peu lent.
  • Redline : Alors là, comment dire… C’est simple, je n’avais pas été autant scotché à mon fauteuil de cinéma depuis belle lurette. Redline, c’est tout simplement le Gurren Lagann des courses automobiles. C’est violent, rapide, riche, bourrin, délirant et complètement bluffant. Je vais pas sortir mon dictionnaire des synonymes mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque tellement ce film m’a fait plaisir. Projeté lors du festival des Utopiales à Nantes en Novembre, il a remporté d’ailleurs le Prix du Public au festival… ça veut tout dire. En sortant de la salle je n’avais qu’une envie : le revoir. Je l’ai toujours, d’ailleurs. Normalement, Kaze a choppé la licence, mais n’a encore rien annoncé officiellement. A suivre, donc.
  • Le Roi des Ronces : J’en profite pour enchaîner sur Le Roi des Ronces / King of Thorn. Projeté aussi pendant les Utopiales, ce long-métrage m’a laissé une impression assez mitigée. Le début à la Resident Evil était assez prometteur mais passé les deux tiers du film, le tout se perd dans différentes directiosn sans qu’on sache trop où le réalisateur voulait en venir. Il en résulte un film assez brouillon à l’animation pas si impressionnante, à l’utilisation de 3D un peu quelconque malgré un scénario de base accrocheur. Dommage quoi. Bon en même temps c’est du Sunrise, ça explique pas mal de trucs.
  • Le Professeur Layton et l’Eternelle Diva : J’ai bien aimé les jeux sur Nintendo DS. Je me demandais curieusement ce que ça donnerais en animé, et bien que le début soit tout à fait dans le ton, le film (sorti chez Kaze, au passage) a un bon gros problème de rythme et n’est pas aussi impressionnant graphiquement que je ne l’aurais initialement pensé. Une adaptation du premier jeu (l’étrange village) aurait peut-être été plus intéressante…
  • Yosuga no Sora : Vous avez vu cet enchaînement complètement osé ? Yosuga no Sora c’est l’anime choc de cette saison, principalement pour ses scènes osées très très explicites, où l’on se demande comment ça peut passer à la télé (même tard la nuit). Ce n’est ni plus ni moins qu’une adaptation d’un eroge comme un autre, et même si le character design et l’ambiance en font un titre qui se démarque des autres adaptations de jeux érotiques, ça reste très moyen scénaristiquement (surtout, super prévisible.) Chose amusante, les scénaristes n’essayent même pas d’assembler un peu les routes entre elles pour former un tout cohérent, là on vous explique clairement une fois un des arcs terminé que “on revient en arrière à un point donné” histoire de repartir sur une autre route, et donc une autre fille. A regarder pour le rire (et les scènes hentai) plus qu’autre chose.
  • Valkyria Chronicles : Après avoir fini le jeu vidéo, je me suis dit que j’allais jeter un coup d’oeil à l’anime. Si le début est relativement fidèle au jeu vidéo, ça bifurque pas mal passé la moitié de la série, et pas toujorus dans la bonne direction. Bon là au omins on ressent un peu mieux l’attitude émo des personnages quand l’un de leurs proches tombe au combat, mais quand même… On appréciera plutôt le fanservice ambiant pour les fans du jeu ou la façon dont l’anime met un peu plus en avant les généraux de l’Empire ennemi de Gallia. A part ça, l’animation est standard, et le tout se laisse regarder, même si Alicia est carrément insupportable à partir d’un moment et qu’on a envie de secouer Welkin un peu beaucoup.
  • Strike Witches : Une envie curieuse m’a pris un soir et je me suis enchaîné les deux saisons de cette série plutôt surprenante au final. Je m’attendais à un déluge de fanservice à base de petites culottes, je n’ai pas été trop déçu du voyage, mais j’ai aussi pu apprécier les personnages fort attachants et l’humour subtil de quelques épisodes. Au final je pense ne pas avoir perdu mon temps car j’ai passé un bon moment en compagnie de ces jeunes filles pleines de PASSION et qui ne connaissent ni jupes ni pantalons.
  • Seikimatsu Occult Gakuen : Occult Academy (son p’tit nom) semblait bien parti. Une histoire originale, un charadesign atypique et une animation plutôt bonne, mais il a pêché par un manque de rythme et une fin rushée. On lui accordera néanmoins quelques points pour son humour assez délirant au final, pour peu que l’on se prenne au jeu, et surtout grâce à Maya. DAT ASS.
  • Ore no Imouto… enfin Oreimo quoi : S’il fallait faire un top des héroines d’anime les plus irritantes, Kirino arriverait en excellente position. Je n’ai d’habitude rien contre les personnages tsundere (qui sont d’abord très pénibles puis deviennent très mielleuses) mais là elle pousse le bouchon un peu loin. Fort heureusement l’anime est sauvé par du contenu hyper reférentiel pour n’importe quel otaku qui se respecte. Je me suis pris des tas de réflexions sur l’épisode 9 où l’on m’a dit “J’ai eu l’impression de te voir en Kirino.” Sur le coup je n’ai pas trop sû si je devais le prendre bien ou pas… Mais je m’en souviendrai, Shikaze. Toujours est-il que Oreimo est un excellent pour peu qu’on accepte de laisser son cerveau à l’entrée et de le reprendre en partant. Reste à savoir comment ça va se terminer (et chose amusante, nous aurons droit à plusieurs fins, d’après une récente interview du staff.)
  • Amagami SS : L’anime romance et sentiments de la saison. Encore une fois les réalisateurs ont décidé de nous faire le coup des arcs multiples sans liens entre eux, même si pour un fois cela sert plutôt bien la série puisque cela nous permet d’avoir plusieurs mini-histoires de quelques épisodes. Amagami SS s’en sort plutôt bien en fait avec des dialogues fort sympathiques et surtout des héroines qui ont du charme. Si ça vous rappelle Kimikiss ~Pure Rouge~, c’est normal, ne vous en faites pas. Bien sûr certains arcs se valent plus que d’autres, et je dois avouer que mon préféré reste sans nul doute le premier avec la pétillante Haruka. C’est typiquement le genre d’anime às e regarder avec une tasse de chocolat chaud et un bon goûter devant soi.
  • The World God Only Knows : Apparement attendu par plein de monde sauf moi, j’ai été agréablement surpris par cette série au scénario amusant et aux personnages attachants. Bien sûr ça ne casse pas trop pattes à un canard, mais on passera quand même un bon moment dessus avec ses nombreux délires sur les jeux de drague  même si onr egrettera que chaque fille “capturée” perde la mémoire. Ca aurait été tellement plus drôle si elles s’étaient souvenues de tout, ce qui aurait rendu la tâche bien plus ardue pour notre héros au fil du temps…

Et voilà pour le Anime Catch-up de cet hiver. Je ne change pas trop mes habitudes de visionnage comme vous pouvez le voir… Une fois les quelques séries en cours terminées, je vais pouvoir m’atteler au revisionnage de Haruhi en Blu-Ray. J’ai regardé quelques épisodes rapidement et y’a pas à dire, même l’upscale de la saison 1 de 2006 vaut le détour. Ca explose de couleurs vives, c’est fluide, fin, et on prend un grand plaisir à revoir la série cette fois dans l’ordre chronologique. Notez que je changerai peut-être d’avis après avoir maté Endless Eight une seconde fois. Si j’arrive à résister à l’envie d’appuyer sur avance rapide.

Ce jeu traînait sur mon étagère depuis que j’avais acheté ma PS3, c’est à dire Décembre 2009… J’avais a peine commencé les deux premières missions, trouvant le jeu assez quelconque et lent, mais en fait, j’ai été sôt. Que j’ai été sôt, bordel !

ME0001016690_2

Valkyria Chronicles est donc un tactical RPG action signé SEGA. Il a une suite (sur PSP) que je testerai peut-être ici, et une autre suite encore (sur PSP aussi) ainsi qu’un anime. Pour les habitués au genre tactical, dire “tactical action” ça paraît un peu ridicule et barbare, mais en fait il y a réellement une bonne idée là dedans.

ME0000973802_2

Bon, y’a pas à chier, l’histoire est quand même très très bateau. Elle tendrait même à faire rire n’importe quel historien, puisque d’après les producteurs du jeu, il était question de montrer aux Japonais comment la seconde guerre mondiale pouvait être mais façon… japonaise. Alors oui, ça ne veut rien dire, mais imaginez-vous juste un conflit armé d’un pays envahi (Gallia) par le vlain empire qui bave sur les ressources naturelles abondantes de ce petit pays, savoureux mélange des clichés entre les Pays-Bas, la Belgique et la Suisse.

L’histoire est donc celle de Welkin, un étudiant en biologie qui va se faire accuser d’espionnage par une petite patrouille de Gallia aux abords de sa ville de campagne, Bruhl. Bruhl se fait justement envahir rapidement par l’Empire ennemi, et Welkin va devoir se sortir de là tout en prenant ses jambes à son cou avec sa demi-soeur Isara, ingérieur de génie qui est également une Darcsen, un peuple opprimé dans le monde pour avoir soi-disant déclenché une catastrophe et rayé de la carte des villes entières. Il va être accompagné d’une des soldats en patrouille autour du village, qui est celle qui l’a justement accusé d’espionnage, j’ai nommé la boulangère aux deux couettes, Alicia.

Grâce à un peu de skill en stratégie, Welkin va aider les villageois à s’enfuir tout en ralentissant les troupes impériales, à bord du tank légué par son père ancien héros de guerre et retapé par Isara, j’ai nommé l’Edelweiss. Suite à ça, ces deux-là vont rejoindre la milice de Gallia qui sera chargée de faire tout le sale boulot pour que l’armée espère un jour contrecarrer l’empire et repousser son invasion…

Bref vous l’aurez deviné, Valkyria Chronicles c’est la guerre européenne romancée à la japonaise, avec des personnages hauts en couleur, de la 3D en cel shading avec un filtrage d’effet crayonné sur l’intégralité de l’image pour lui donner un style anime historique plutôt réussi. Ca a totalement son charme et pour peu qu’on ne prenne pas trop tout ça au sérieux, ça se laisse jouer sans soucis. Bon bien sûr, certains aigris grinceront des dents devant tant de naiveté de la part des personnages lors de certaines situations parfois pourtant très graves (je pense au camp de Darcsens incendié par l’empire, ce qui devrait attribuer un point Godwin dans votre esprit pour avoir pensé à la même chose que moi devant cette scène.)

ME0000997210_2

Enfin, heureusement que le gameplay est d’une solidité à toute épreuve derrière: l’histoire est découpée par épisodes composé de scènes que l’on parcourt dans un livre en tournant les pages. Il y a des petites scènes avec principalement du dialogue, et d’autres avec un peu plus d’action, mais il y a également des batailles qu’il faudra remporter pour gagner. Le livre vous permet également de consulter des données sur les personnages, l’armement, les médailles reçues, mais aussi de revenir au QG pour y changer vos soldats, votre équipement, faire des recherches pour l’améliorer, utiliser les points d’XP glanés pendant les combats pour améliorer les classes de personnages une à une, ou encore consulter les dernières nouvelles du front…

ME0000997212_2

Les combats justement, se déroulent dans des cartes fermées mais assez grandes. Suffisament pour vous occuper facilement une heure chaque fois (il y a une bataille par chapitre, parfois deux, et quelques batailles bonus. Vous pouvez également refaire certaines d’entre elles pour gagner des sous et de l’expérience.)
On commence par assister à un briefing qui nous explique les enjeux du combat, d’où vient l’ennemi et votre objectif. Après, à vous de choisir et de placer vos troupes (en général 9 ou 10 soldats parmi votre stock) selon les besoins de la mission. Vos soldats sont répartis en cinq classes :

  • Scouts : Pas super bien armés ni résistants, ils se baladent néanmoins aisément sur la carte, sont pratiques pour capturer des bases ennemies, aller récupérer un allié blessé au combat ou ce genre de choses.
  • Trooper : Bien résistants aux balles, les troopers sont armés d’une mitrailleuse (plus tard d’un lance-flamme en option) mais ils ne se déplacent pas forcément aussi vite que les scouts.
  • Lancer : Les Lancer sont des troupes anti-char et anti-blindage. Ils sont équipés d’un lance-roquettes et se déplacent très lentement, mais ils résistent aussi bien aux tirs de mortier.
  • Ingénieur : Ce n’est pas vraiment un classe d’attaque… Aussi bien armé qu’un scout, mais se déplaçant un poil plus lentement, l’ingénieur peut désarmer les mines sur son chemin et SURTOUT réparer l’Edelweiss. Car si vous perdez votre tank, la partie est finie.
  • Sniper : Je vais pas vous faire un dessin, mais bon… Les snipers sont lents mais peuvent allumer les ennemis à une bonne distance. Idéaux dans les zones bien ouvertes.

Une fois tout ce petit monde placé la partie commence. On possède un certain nombre de points de commandement qui symbolisent le nombre de déplacements que l’on peut faire effectuer à nos personnages dans un tour de jeu. Le déplacement de l’Edelweiss ou plus tard du Shamrock prendront néanmoins deux points au lieu d’un, et l’utilisation d’Ordres consommera un nombre variable de points de commandement. Les ordres sont des bonus (on pourrait dire des sorts) applicables sur une unité ou plusieurs parfois pour augmenter leurs stats, comme leurs dégats, leur résistance, leur niveau d’évasion…

C’est lorsque l’on choisit une unité à déplacer que le mot “action” prend tout son sens, car on la déplace en temps réel sur le terrain. A la manière d’un Eternal Sonata qui avait lui aussi une jauge d’action en plein combat, cette jauge se consomme au fur et à mesure que l’on se déplace. Une fois en position, on peut tirer avec son arme, balancer une grenade ou se soigner (ou encore soigner quelqu’un) éventuellement. On peut après se redéplacer s’il nous reste un peu de cette jauge d’action, ce qui est pratique pour les opération “hit & run” qui consistent à se déplacer à portée d’un ennemi, l’allumer puis se casser en vitesse… Notez que la console n’hésitera pas un seul instant à faire de même.

Terminer le déplacement d’une unité consomme un point de commandement, mais pas de panique, vous pouvez réutiliser un point sur la même unité pour la faire agir de novueau. Cependant, son arme pourra ne pas avoir assez de munitions pour jouer plus de X fois par tour de jeu, et sa jauge d’action commencera déjà bien entamée chaque fois que vous reselectionnerez la même unité.

Notez que des perosnnages principaux comme Welkin, Alicia, Rosie ou Largo offrent un point de commandement supplémentaire s’ils sont déployés sur le champ de bataille.

ME0000973801_2

Si l’un de vos personnages tombe au combat, vous pouvez le récupérer en touchant son corps avec une autre unité. Cela appellera la charmante infirmière blonde qui viendra récupérer votre soldat inconscient pour le remettre sur pied au tour suivant. Cependant, si vous laissez votre personnage inconscient 3 tours, ou si une unité ennemie le touche, alors ce soldat est définitivement perdu, façon Fire Emblem. Bien moins impitoyable que ce dernier, comme vous pouvez le voir, ce système vous laisse votre chance pour récupérer un soldat que vous aimez bien. Cela ne vaut pas pour les personnages principaux par contre, qui ne meurent pas même si un ennemi les touche lorsqu’ils sont inconscients.

Les soldats n’ont pas vraiment de niveau à proprement parler. C’est leur classe qui a un niveau que vous améliorerez au QG grace aux points d’XP acquis au combat. Ca permet donc de mettre à jour tous vos scouts d’un seul coup. Les soldats sont différenciés par leurs “Potentials”, des perks propres à chacun, pas forcément tous avantageux, mais avec lesquels il faudra jouer. Par exemple
“Desert Allergy” qui est assez équivoque, ou “City Kid” qui rendra plus à l’aise un soldat sur les routes pavées, ou bien encore “Lonely” qui donnera un malus à votre personnage s’il se retrouve tout seul au milieu de nulle part. Ces perks se déclenchent sous certaines conditions, et d’autres se déclenchent vaguement aléatoirement, comme “Extra Shot” ou “Resist Crossfire” pendant le combat. Le genre de trucs qui fait plaisir quoi.

Perdre un soldat particulier n’est donc pas si handicapant, sauf si vous aimez bien sa bouille. A ce niveau les développeurs ont réalisé un très bon boulot puisque chaque personnage a son chara design bien huilé, n’a pas l’air générique du tout et même si ils ne font pas partie de l’histoire pricnipale, chaque soldat est bien différent d’un autre et facilement reconnaissable de loin. Bref, du bon boulot qui permet au joueur de s’approprier les soldats qu’on lui propose pour renforcer l’attachement qu’il doit avoir à chacun d’eux. Cela rend leur perte en combat bien plus terrible qu’on ne le pense.

me0000997211_2

Une fois votre phase de jeu terminée, c’est à l’adversaire de jouer. Tout comme vous il peut se déplacer, agir, possède des points de commandement, donne des ordres, appelle des renforts depuis les bases qu’il a capturées (chose très pratique pour déplacer une unité rapidement d’un point à l’autre de la carte, d’ailleurs). Surtout, pendant cette phase, vos unités placées tireront sur l’adversaire s’il s’approche trop près. Le placement de vos soldats à couvert peut donc être primordial pour défendre une position. Ou simplement faire chier.

Le découpage en épisodes ou chapitres permet de se fixer un moment où arrêter sa partie et sauvegarder, ce qui n’est pas si mal au final, même si ça retire un peu d’immersion quand on est renvoyé au “livre” qu’on parcoure pour changer de scène à chaque fois…

Le plus gros problème du jeu se situe dans sa difficulté. Non que les combats soient difficiles en soit : je ne m’en suis voulu qu’à ma propre bétise à chaque fois qu’un combat tournait mal pour moi, et le fait de pouvoir rappeler des renforts en pleine bataille permet de ne pas tout gâcher, mais le véritable problème, et force du jeu, c’est qu’aucune batailel ne ressemble à une autre. On est sans cesse surpris et mis dans une situation différente, avec parfois des objectifs bien différents ou des petits changements qui permettent de rendre chaque bataille unique en son genre. C’est génial, sauf que la mécanique du jeu et la façon dont les briefings sont fait ne vous permettent pas de savoir ce genre de choses à l’avance. Il n’y a pas de conseils permettant de savoir qu’il y aura tel type d’unités en face, et même avec un déploiement de soldats polyvalent, on perd facilement un tour à les faire rentrer dans un camp pour en rechercher de nouveaux plus adaptés à la situation. De la même manière, un évènement en plein milieu de la bataille peut changer toute la donne et si vous n’y êtes pas du tout préparé, vous allez forcément perdre. Ce qui a donné qu’au final, j’ai souvent dû faire les batailles deux fois : la première en découvrant ce qu’il s’y passe et en me plantant lamentablement, et la seconde en me préparant correctement cette fois. C’est un peu frustrant, mais on s’y fait au final.

me0001016690_2

Là du coup, je vais me lancer sur le second volet sur PSP, histoire de la dépoussierer un peu (la pauvre, je n’ai pas du la toucher depuis facilement deux ans). J’ai également commencé à toucher à l’anime, et mis à part son charadesign beaucoup plus rond (mais auquel ons ‘habitue) il est indéniable que la série a été pensée pour les fans du jeu… mais pas pour les fans d’Alicia, qui est devenue une vraie tsundere en passant en anime.

Valkyria Chronicles a donc été un vrai plaisir à parcourir, avec des combats bien jouissifs, beaucoup plus de possibilités qu’il n’y paraît et surtout des personnages très très attachants, qu’ils soient principaux ou secondaires. La courbe d’apprentissage est très bonne puisqu’on vous permettra d’accéder aux différents volets du gameplay au fur et à mesure, un peu comme un Tales of Vesperia, sauf qu’ici il n’y a pas autant d’éléments à assimiler (dans Vesperia ça devenait vraiment bourratif au bout d’un moment.)

Si vous n’avez pas encore de PS3, sachez que ce jeu et Disgaea 3 valent à eux tout seuls l’achat de la console pour les amoureux de tactical RPGs.

me0000962847_2