muteki kanban musume

All posts tagged muteki kanban musume

Bon, vous êtes chauds ce soir?

*bruit de foule en délire*

Parfait, car ce soir, c’est le coup d’envoi du Grand Tournoi des Mamans, le quatrième tournoi sur Meido-Rando après le Grand Tournoi des Maids, le Grand Tournoi des Tsundere et le Grand Tournoi des Seifuku. En quoi consiste ce tournoi pour ceux qui débarquent? Avant l’été, il a été question de choisir les 32 participantes, toutes des mamans d’exception (ou pas) dans les animes que nous avons regardé. Dans un premier temps, il s’agira d’élire pour chaque poule (2 poules par semaine) votre maman préférée. Les deux premières de chaque poule se retrouveront pour les phases finales (avec des huitièmes de finales) dans un mois. Les votes démarrent le dimanche soir à minuit et se termine au même moment la semaine suivante. Pas la peine d’utiliser des proxy pour voter en masse, il y aura un épluchage minutieux des votes au fur et à mesure de la semaine.

On va donc commencer la présentation des mamans des poules 1 et 2. Il reste une place pour les présentations de la semaine prochaine, les poules 5 et 6 et 7 et 8 sont reservées par Sirius et Tinky déjà.

Allez, en piste !

 

Poule 1

Haruko (Air TV)

haruko

Pour les moins malins, il s’agit du personnage tout à droite. Si si j’vous jure.

N’ayant pas vu la série, je ne peux hélas pas dire grand chose sur Haruko à part ce qu’on m’en a dit : Haruko n’est pas la vraie mère de Misuzu mais sa tante. Néanmoins, elle va s’occuper d’elle comme d’une fille après avoir eu un peu peur d’elle. Elle boit beaucoup et aime la moto, ce qui ne fait pas toujours très bon ménage.

  • Sens des responsabilités : C
  • MILFness : A
  • Cuisine : inconnu
  • Tâches ménagères : inconnu
  • Combat : inconnu

Makiko Onimaru (Muteki Kanban Musume)

makiko

Makiko est la mère de Miki dans Muteki Kanban Musume, plus connu chez nous sous le nom de Noodle Fighter. Elle tient le restaurant familial et exploite sa fille en la faisant bosser en tant que serveuse et livreuse de ramen à domicile. Sa force est inversement proportionnelle à sa beauté. (sans blague, elle dérouille sa fille à chaque occasion, comme le montre ce screenshot)

  • Sens des responsabilités : A
  • MILFness : F
  • Cuisine : SSS
  • Tâches ménagères : inconnu
  • Combat : SSS

Chichi (Dragon Ball Z)

chi-chi

Je n’ai rien suivi à DBZ. Dans mon adolescence, j’ai regardé Sailor Moon et je n’aimais pas Dragon Ball Z, je le dis ici et maintenant.

Enfin, d’après mes informateurs, Chi-chi est surtout une Maman Poule de premier ordre, qui a fait de son fils une loque humaine en tentant de le protéger de tout et rien. Elle sait néanmoins se bastonner si besoin et prend son rôle de mère très au sérieux.

  • Sens des responsabilités : A
  • MILFness : C
  • Cuisine : inconnu
  • Tâches ménagères : inconnu
  • Combat : B

Sazae (Sazae-san)

sazaesan1

Puisque ce personnage n’est là que pour faire plaisir à ce vieil élitiste de Rukawa, je vais laisser Tetho s’exprimer, vu qu’il est le seul par ici à avoir vu au moins un épisode de cette série qui tourne sur les chaines japonaises depuis plus de 30 ans. (Si si, ça passe encore, y’a des nouveaux épisodes.)

[21:45:34] <Tetho> heu c'est une mère de famille
[21:45:40] <Tetho> et... heu...
[21:45:44] <Tetho> il lui arrive des trucs .
[21:45:50] <Tetho> (pas drôles)

Ca devrait suffire.

  • Sens des responsabilités : inconnu
  • MILFness : F
  • Cuisine : inconnu
  • Tâches ménagères : inconnu
  • Combat : inconnu
Et voici pour la poule 1, en avant pour la 2 !

Poule 2

Yui Ikari (Evangelion)

yui

 

Yui fait partie de ces personnages emblématiques des mamans des années 90 avec son rôle dans Evangelion, même si on ne la voit réellement que lorrs d’un épisode flashback (et même pas en tant que mère.) Néanmoins, le fandom s’accorde à penser qu’elle était très importante pour son fils Shinji et que malgré son travail elle faisait certainement une très bonne mère (sûrement très absente aussi, mais bref.)

  • Sens des responsabilités : B
  • MILFness : B
  • Cuisine : inconnu
  • Tâches ménagères : inconnu
  • Combat : SSS

Ren Seto (Seto no Hanayome)

ren

Sirène et femme d’un grand Yakuza sous-marin, Ren sait se défendre et surtout aime sa fille et sait tenir tête à son mari quand celui-ci va un peu trop loin et fait son papa poule envers San. Une mère redoutable dont il faudra peut-être se méfier… Et puis vous savez ce qu’on dit sur les sirènes…

  • Sens des responsabilités : A
  • MILFness : B
  • Cuisine : inconnu
  • Tâches ménagères : inconnu
  • Combat : A

Akiko (Kanon)

akiko
Akiko sera sans doute l’une des favorites du tournoi. Mère de la cousine du héros dans Kanon (et donc sa tante, faut suivre.) Akiko travaille on ne sait où et s’occupe plutôt bien de la maison (vu qu’il n’y a jamais un coin sale ou mal rangé, on se doute qu’elle s’en sort bien). Sa cuisine est également excellente, sauf si l’on apprécie pas sa confiture “spéciale” radioactive. Elle s’est occupée de sa fille Nayuki toute seule dés sa naissance.

  • Sens des responsabilités : A
  • MILFness : A+
  • Cuisine : A (F si on prend en compte sa confiture)
  • Tâches ménagères : A
  • Combat : F

Akiho Nogizaka (Nogizaka Haruka no Himitsu)

akiho

Akiho est la voix de la raison face au père de Haruka, un peu comme l’est Ren avec le père de San dans Seto no Hanayome. Immensément riche, se balladant très souvent en yukata, elle semble s’inquiêter pour sa fille mais fait confiance à son prétendant apprenti otaku. Une mère sans aucun doute redoutable, mais arrivera-t-elle a s’imposer face aux autres de sa poule ?

  • Sens des responsabilités : A
  • MILFness : A-
  • Cuisine : inconnu (elle a des maids)
  • Tâches ménagères : inconnu (elle a des maids)
  • Combat : C+
Faites vos jeux, rien ne va plus !

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, voici le moment que vous attendiez tous, le Grand Tournoi des Maids reprend de plus belle.

Après des résultats de poule tantôt surprenants, tantôt courrus d’avance, voici enfin le moment clé, les éliminatoires. Quelle Meido remportera la coupe? Sans plus attendre, voici les rencontres prévues.

MAIDz.jpg

Agrandissez l’image au besoin. (merci à Bithow pour le coup de main)

Nous allons donc commencer par deux duels:

  • May vs Maria
  • Emma vs Megumi

Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler leurs caractéristiques que vous trouverez aisément ici pour May et Megumi, pour Emma, et enfin pour Maria.

Mais bien sûr, pour vous remettre bien tout ça en mémoire, je vous propose quelques images des meidos de ce round!

Emma:

gtm_8emma.jpg

Megumi:

gtm_8megumi.jpg

May:

gtm_8May.jpg

Maria:

gtm_8maria.jpg

Que la meilleure meido gagne!

6 mois presque après mon premier catch-up, comprenez par rattrapage, je vous présente le second. Pour les deux du fond qui ne suivent pas ou les autres qui ont pris le train en route, je fais un rapide commentaire sur les séries qui ont progressé depuis ma review initiale de chacun d’eux. C’est aussi l’occasion de présenter rapidement des séries que je regarde mais qui pour une raison X ou Y n’ont pas eu droit à leur billet dédié.

  • Aria The Animation / Natural : Un billet viendra bientôt tellement j’ai apprécié cette petite série tranquille sans prétention aucune.
  • Yoake mae yori ruri iro na Crescent Love : Le concept est toujours aussi mignon, mais la qualité de l’animation est proche du médiocre. Je regarde uniquement parce qu’il y a Feena (je viens même d’acheter une figurine) et aussi parce que je veux savoir comment ça finit. Les personnages sont assez attachants dans l’ensemble, l’histoire quoi que classique est sympathique, mais alors l’animation… KyoAni, venez réparer ça!
  • Happiness! : Je me suis arrêté au 3ème épisode. Ca en dit long sur ce que j’en pense.
  • Kamisama Kazoku : Un manque d’intêret certain pour une série somme toute moyenne mais distrayante. Il faudrait peut-être qu’un jour je me mette à récupérer les derniers épisodes. La faute à des fansubs très très lents. Ca sent la petite série sans grand budget alors qu’il y a plein de possibilités. En manga ça doit sûrement être bien sympa.
  • Muteki Kanban Musume : La série a su maintenir un rythme de croisière sans failles et reste de bonne qualité du premier jusqu’au dernier épisode. Du grand délire sans fanservice, c’est tout à fait possible. Et puis, Miki saoule est à la fois craquante et effrayante. Clairement l’une des séries les plus sous-estimées de cette année.
  • Otome wa boku ni koishiteru : Après avoir découvert les CG hentai du jeu du même nom, il m’était difficile de regarder la série sans espérer voir Mizuho passer une folle nuit d’amour avec Mariya et/ou Shion. A la place, j’ai été exposé à du fanservice parfois loliesque. Beaucoup plus digeste que Strawberry Panic, j’adore tout particulièrement l’ending vraiment super marrant. En tous cas, à condition d’aimer le style, c’est tout à fait regardable et même amusant.
  • Ouran High School Host Club : Oui je sais je suis à la bourre. Une excellente série pleine de délires en tous genres. Jamais une pause, et j’ai beaucoup aimé la relation entre les garçons et Haruhi au final. Bon c’est sûr il faut aimer le style et l’humour très japonais…
  • Negima!? : La “nouvelle” saison de Negima a débuté et c’est un peu beaucoup étrange. J’ai vraiment du mal à me faire au nouveau design parfois bien modifié, et surtout à la réalisation. Il paraît que SHAFT est resté sur Pani Poni Dash! en faisant cette saison de Negima. Je leur souhaite un jour de faire le deuil de cette série. En attendant ça laisse Negima!? avec une sensation bizarre. Le fanservice est presque totalement absent, pas mal d’éléments ont changé, le tout va beaucoup plus vite… Au moins, les OAV Spring et Summer sont vraiment rigolotes et touchantes, du pur bonheur.
  • Tokimeki Memorial : Un savant mélange d’humour déjanté et de romance pour cet anime harem pour une fois pas comme les autres. C’est suffisament délirant pour sortir du lot et des bishoujo suffisament mignonnes pour faire de Tokimeki Memorial un bon plan pop-corn cette saison.

J’vais p’têt faire un manga catch-up un de ces jours tiens…

Tiens, ça faisait longtemps un anime qui ne se prend pas au sérieux.

Après avoir lu les review plutôt rigolotes de Jason sur son blog Anime on my Mind d’où j’ai encore une fois sauvagement et honteusement extrait quelques screenshots, ainsi que du post de Raton à ce sujet. Muteki Kanban Musume est, comme il l’a si bien expliqué, l’histoire de l’invicible fille sandwich, mais sans le sandwich.

Miki est en fait la fille de la gérante d’un magasin de ramen dans une petite rue commerciale. Son travail consiste donc à servir les clients, à faire des livraisons et à attirer les clients en faisant un peu de pub dans la rue. Jusqu’ici rien de bien folichon, sauf que Miki est assez… comment dire… violente?

Miki poutre tout sur son passage, et ne recule devant aucun défi. Au lieu de ça, elle les prend en pleine tronche. Apparement douée en arts martiaux (il faut bien que jeunesse se passe), malheur à celui ou celle qui osera l’empêcher de faire sa livraiosn ou bien faire du mal à quelqu’un alors qu’elle passe tout près. Miki est en effet une fille avec un bon fond, qui souhaite faire de ce monde un monde meilleur. Comment voulez-vous résister?

En quoi consiste l’histoire de Muteki Kanban Musume alors? Il n’y en a pas, pas du tout même. L’humour et les contorsions de visage des personnages justifient à eux seul de regarder ce pur bol de délire comme on en fait plus. Le mélange combat complètement loufoques et humour rappellera probablement des souvenirs de Sexy Commando à certains.

Enfin, il y a quand même un semblant d’intrigue. Miki a une rivale:

Il s’agit de Megumi, la kanban musume d’en face, qui elle est là pour une boulangerie. Bien évidemment cette dernière voue une haine sans merci pour Miki, qui semble-t-il n’arrêtait pas de l’embêter quand elle était petite. C’est pourquoi elle a appris l’art ancestral du lancer de craies afin de pouvoir terasser Miki.

Megumi est habillée en maid typique. +50 points.

Les combats sont plutôt bien chorégraphiés et l’animation ne souffre que de peu de défauts. Bien évidemment, ça sent l’anime au budget pas super élevé, mais les animateurs ont su tirer parti du manque de moyen pour se donner un style très lisible et agréable. On sent bien les coups et l’humour, même pendant les combats est omniprésent. Du pur délire, comme je le disais tout à l’heure.

Là où ça devient très drôle, c’est que la seule chose capable de terasser Miki… C’est sa mère 🙂 Telle mère telle fille, comme on dit.

Bien sûr, il existe tout un tas d’autres personnages aussi drôles les uns que les autres dans un style qui leur est propre: l’épicier d’à côté, le chien adversaire préféré de Miki et qui lui donnera du fil à retordre…

Chaque épisode est une tranche de rigolade et de violence bon enfant causant des fissures dans le sol et dans les murs. Il est assez difficile de dire ce qui va se passer et les tronches des personnages, complètement exaggérés, aident vraiment à renforcer cette atmosphère d’idiotie totale. Miki est stupide, Miki est impulsive, mais Miki est invincible!

Même l’opening, qui fait penser à un anime de fight post-apocalyptique, est un délice tellement il parodie un genre auquel il n’appartient définitivement pas. On sent que les créateurs se sont bien amusés.

Clairement une bonne petite série délire à regarder le cerveau débranché. Du très divertissant pour cet été 🙂