epic win

All posts tagged epic win

Vous excuserez s’il manque des lettres, le clavier du Macbook Pro de Darksoul est un peu vieux et il a du mal.

Vous excuserez aussi s’il manque des photos : les photos sont généralement interdites là où j’ai été. Je devrais pouvoir récupérer quelques photos mais elles serviront uniquement pour l’histoire de Blind Spot, et n’ont pas a être rendues publiques, malheureusement.

Au commencement

Il y a Blind Spot, l’histoire que j’écris en ce moment, et depuis 2006 déjà, même si mon implication dans la Brigade SOS Francophone m’a randement ralenti. le livre sera publié en début d’année prochaine si tout va bien, avec plusieurs tomes (dispos au même moment, c’est pas comme si tout ne sera pas déjà écrit d’ici là.)

Histoire de spoiler un poil même si c’est dans le synopsis: l’héroine veut devenir seiuu, car j’adore les seiyuu (c’est un brin simpliste, je sais.) mais voilà, seiyu c’est difficile, et on ne connait pas tout du métier. Bien sûr il y a les articles, la page wikipedia, des interviews, mais… ça manque cruellement de vécu, et surtout on ne pet pas reproduire la vie d’une seiyuu juste avec ces bribes d’informations.

C’est avec cette démarche que je suis venu au Japon en ce mois de Mai 2013 : limite, je n’y vies pas pour le tourisme, je n’y viens pas pour faire des emplettes, j’y viens pour faire des recherches pour mes écrits.

L’entrevue

Et donc, via un subtil jeu de relations, j’ai pu obtenir une interview d’un des directeurs de l’agence Atomic Monkey. Ce nom ne vous dit probablement rien, mais Atomic Money a quelques doubleurs de renom : ne serait-ce que Tomokazu Sugita (doubleur de Kyon) ou Miki Nagasawa (Maya Ibuki dans Evangelion.)

Histoire de bien présenter, j’étais armé de deux prototypes du livre de Blind Spot, de mon éditrice et illustratrice Rosalys ainsi que de @AliceSutaren que j’ai présenté comme mon assistante, et de Darksoul pour la partie traduction.

Je ne vais pas faire de retranscription de l’interview, notamment parce que je vais utiliser les informations dans le roman, mais sachez que de nombreuses questions ont été abordées, notamment sur le parcours d’un seiyuu, comment on rentre dans le milieu, quelles seraient les difficultés pour une malvoyante, comment se passent les castings, les enregistrements, quels types de travaux un seiyuu peut faire… Miki Nagasawa nous a rejoint en cours de route pour répondre à des questions un peu plus “sur le terrain”. J’y ai par exemple appris les differentes façons de réaliser un doublage d’anime, comment se passe exactement un casting, quelles types d’écoles de seiyuu sont disponibles, etc.

J’aurais pu demander une photo commémorative de moi lui offrant une bouteille de vin, mais j’étais réellement tellement sur mon nuage qe j’avais du mal à penser calmement. J’adore réellement le boulot de seiyuu, je trouve qu’ils participent énormément à la qualité d’une série et qu’ils s’investissent à fond dans leur job. Pouvoir exprimer ça en vrai fut très intimidant, même si je ne suis pas un aussi grand fan de Miki Nagasawa que d’Ayako Kawasumi par exemple.

Je peux au moins raconter quelques anecdotes, comme sur Evangelion ou Hideaki Anno était très pointilleux sur certains doublages. Des scènes qui duraient même pas 5 minutes ont pris facilement 3 heures parce que le réalisateur n’est jamais content. (la scène de l’étranglement par exemple…) Ou quand Shinji est immergé dans le LCL pour la première fois, la doubleuse de ce dernier s’est tellement investie dans ce moment qu’elle a dû aller à l’hopital. Ils ont cru qu’elle avait inhalé des gaz d’incendie !

le cours

Miki Naasawa nous a ensuite invités à observer son cours qu’elle donne à des apprentis doubleurs. Etant une veteran maintenant, elle peut se le permettre. Nous avons observé le cours qui se déroulait dans une salle d’entrainement de danse, en gros, depuis un petit salon situé en hauteur de la salle, exprès pour les observateurs. Ce fut particulièrement passionnant : entrainement à la prononciation de virelangues (les virelangues japonais sont particulièrement nombreux et retors), mises en scènes fictives, travail de la voix… Le plus impressionnant était surtout que les gens étaient tous motiés à aprendre, et qu’il y avait une bonne mixité entre garçons et filles. Cela ressemblait plus à des travaux dirigés qu’à un cours magistral. Leur motivation faisait plaisir à voir.

Business is business

Durant ces deux hures de cours, nous avons notamment pu discuter avec le directeur en question de l’agence, et l’idée est née qu’un drama CD voire un audiobook de Blind Spot pourraient être réalisables. Bien sûr il ne s’agit que d’idées, mais ce fut bien reçu, et Atomic Monkey possède une filiale en France avec laquelle je pourrai travailler afin de faire un audiobook français et japonais, et parel pour un drama CD. Le pire étant que Miki Nagasawa s’est montrée très intéressée par faire un personnage de Blind Spot. Ca reste un accord de principe, mais l’intention est belle et bien là.

Tout cela va se faire, bien sûr, dés qu’une traduction japonaise de Blind Spot existera. Et elle existera.

Décrocher la lune, ou presque

Le lendemain, je n’ai pas rencontré Ayako kawasumi comme je le voulais. Cependant, son manager a bien voulu nous recevoir. Le directeur d’Atomic Monkey nous a acompagnés, et j’ai pu expliquer ce qu’était Blind Spot, qu’Ayako kawasumi a involontairement donné son prénom à l’héroïne, et c’est ainsi qu’on a pu parler du futur potentiel drama CD. Il faut savoir que rencontrer une seiyuu, c’est prendre de son temps, et donc de l’argent qu’elle ne gagnera pas. Par contre, si on y va avec un projet sous le bras, avec quelque chose à lui proposer, là tout de suite, la rencontre a plus de chances d’aboutir : en l’occurence je venais avec un truc concret sous le bras : mon tome de Blind Spot, mais aussi ma propre personne. Cela a vraiment fait réfléchir son manager et il a trouvé l’histoire particulièrement originale et intéressante… ce qui, si on lit entre les lignes, signifie qu’on a son accord de principe également pour qu’Ayako Kawasumi y joue un rôle, que ça soit Ayako elle-même ou sa mère (ce qui serait, somme toute, cocasse.)

La rencontre fut finalement assez brève, mais intense : c’est avant tout une rencontre pour faire connaissance. Et transmettre une bonne bouteille de Cognac à Ayako Kawasumi. Ouais.

Et après ?

Je suis ressorti en planant de ces deux jours, avec des idées plein la tête, l’inspiration nécessaire pour écrire ce qu’il me reste à écrire, et surtout une motivation du tonnerre !

Après, il reste à sortir les livres, faire une traduction anglaise, puis japonaise, et en même temps, voire si on fait une adaptation de plusieurs passages de l’histoire pour le Drama CD, ou bien si j’écris une petite histoire inédite pour celui-ci. Ca s’annonce mega-chouette tout ça.

Même si ces deux jours ne sont pas des epic win a proprement parler, du niveau de Noizi Ito ou autre, cette-fois ci ils me touchent particulièrement, un peu comme ma rencontre avec Ditama en 2008.

Prochain objectif : l’anime ! Ha ha, je plaisante… ou pas ?

Et pourtant…

Aujourd’hui j’étais à un nomikai (une beuverie quoi) avec mes camarades de voyages mais en bien belle compagnie: Yoshitoshi Abe (Lain, Haibane Renmei), Murata Range (Last Exile), Tensai Okamura (Darker than Black, Wolf’s Rain), Bow Ditama (Mahoromatic, Kiss x Sis, Juden-chan…), des gens de Wanibooks, une seiyuu de Lain, et des auteurs de doujinshis variés qui sont venus se greffer à la beuverie. On a bu et mangé dans un restaurant plutôt classe, du genre qu’on voit lors des réunions dans les animes quoi.

IMG_0241.JPG

Ce fut l’occasion pour moi de faire distribution de carte de visites généralisées. Bon j’ai dû expliquer pourquoi l’envers de ma carte haruhi.fr indiquait mon adresse mail en @haruhi.net, mais ne vous en faites pas, une meido sera fouettée comme il se doit pour cette erreur 😀

Bref on s’est fait servir des plats à nos tables et pendant qu’on mangeait les dicussions commençaient. J’étais avec Shikaze et Fakia, un ami de Darksoul, et nous avions Murata ainsi que Ryoutarou Kajino, qui a réalisé un film avec des illustrations de Murata dedans. Très sympa, on a discuté de Haruhi (il m’a demandé ce que je pensais du premier épisode de la seconde saison, ce à quoi j’ai expliqué que Kadokawa avait un peu abusé sur la communication autour de la série). Il a pu voir le clip de la JE 2008 de la Brigade SOS qui était sur mon iPhone, et ça lui a bien plu.

IMG_0240.JPG

Je vous rassure, Corsaire et SHikaze ont de meilleures photos 🙂

Après ça, l’un de nos hôtes prend le micro et nous demande de nous présenter chacun notre tour. C’est là qu’on en apprend plus sur chaque persone, ce qu’il a fait et qui il est. Du bien beau monde en perspective, et Shikaze et moi nous présentons au final (on était au bout de la chaîne en fait.)

Donc moi je me suis présenté comme le danchô de la brigade SOS Francophone, que j’aimais également les meido et que c’était la faute de Ditama (ce qui a bien faitrire tout le monde) et j’ai dit que j’étais un fan de Tomoyo de Clannad aussi. L’une des personnes me demande quel perso Moe en ce moment je préfère, ce à quoi je réponds bien évidemment Akiyama Mio. Là, éclat de rire et l’un des auteurs de doujins (si mes souvenirs sont bons) m’a fait "Hé pas touche, c’est déjà ma femme à moi!" ce à quoi j’ai répondu par l’intermédiaire de Darksoul qui a devancé mes pensées "Attention je vais vous provoquer en duel!" 😀

Bref, ensuite tout le monde a un peu bougé de table plus ou moins, surtout corsaire et darksoul qui se baladaient et j’ia pu aggriper Darksoul pour qu’il m’aide à poser des questions à la charmante seiyuu de Lain en face de moi. Comme vous le savez je m’intéresse beaucoup au monde du doublage et je leur ai ainsi expliqué le principe de Blind Spot et j’ai pu donc poser des tonnes et des tonnes de questions sur cet univers si particulier et sur l’avenir d’Ayako: quels genres de problèmes elle pourrait rencontrer avec son handicap, quelles études elle doit suivre, comment ça se passe pour les auditions, bref, beaucoup, beaucoup d’informations pendant 30-45 minutes se sont échangées. Vous voyez, cette recherche d’informations fait aussi partie de mon investissement dans Blind Spot, c’est vraiment le genre de questions que je me posais avant d’aborder cette tranche de vie d’Ayako, et au final rencontrer une vraie seiyuu m’a permis de savoir tout ce que je voulais sur le sujet (et lui avouer que je suis fan de Ayako Kawasumi au passage, héhé.)

Entre temps, Corsaire me négocie un dessin sur shikishi par Ditama Bow. Miam. Les autres feront leurs petits dédicaces ici et là, moi je ne pouvais pas trop en demander plus!

IMG_0245.JPG

Plusieurs personnes nous quittent pour l’after, qui se fera au Karaoke. Je rappelle brièvement le principe du karaoke à la japonaise pour les deux du fond: on est dans une salle privée, avec un super écran, des grosses enceintes, deux botins gros comme des annuaires avec l’index des chansons (des anisongs et des chansons plus communes) et une télécommande tactile pour commander de la bouffe ou des boissons ainsi que les morceaux.

IMG_0243.JPG

Allez je vous le donne en mille: on a fait du Pegasus Fantasy, God Knows, l’op de Clannad et Clannad AS, Motteke Sailor Fuku, des trucs que je connais pas, Tori no Uta (l’op de Air TV), et nos hôtes japonais nous ont sciés sur Cagayake Girls et Don’t be Lazy (op et ending de K-On) avec en plus pour bien nous achever Lalaika et du Touhou par IOSYS. On a même eu droit à une version metal high speed de l’opening d’Eva. . Ah ouais et l’otakette du groupe qui nous a bien surpris sur l’opening de Bokusatsu Tenshi Dokuro-chan… on aurait cru entendre une vrai chanson, c’est vous dire.

IMG_0242.JPG

Après un truc genre 3 heures de Karaoke on se sépare tous et on tente de rentrer. Je dis bien tenter parce que bon, certains d’entre nous étaient qaund même bien atteints par l’alcool (faut dire on leur a fait gouter de la gentianne…) et ça se sentait dans leur démarche.

Bref ce fut l’éclate totale entre japonais et français, et j’ai eu en cadeau par les auteurs de doujinshis et autres des doujins de Haruhi et même un doujin H de Lucky Star ma foi d’un fort beau gabarit.

Alors maintenant la question se pose, que va-t-il encore m’arriver dans les 3 prochains jours avant mon départ?

P.S. : Je suis aussi allé visiter le studio d’animation de Bones y’a deux jours. Et j’ai vu comment ils coloriaent des images de FMA brotherhood. Et j’ai pu poser la question maudite: pourquoi y’a eu quatre fucking episodes de résumé sur Wolf’s Rain? Haha.