5 comments on “Bonjour, ici le temps qui passe : (l’anime de) Haruhi Suzumiya a 10 ans.

  1. Dur pour les feels le topic bilan sur Tanime 2010 effectivement. Cette convention était tellement bonne, sur tous les aspects (même hors Haruhi en ce qui me concerne). Je me rappelle parfaitement de la queue avec les « 35 » (on t’oubliera jamais #36 tmtc) pour la dédicace, ou les chorégraphies complètement fumées du dimanche matin (coucou Zettai).
    La nostalgie coule pas mal au long de l’article, et c’est assez contagieux. J’aurais aimé vivre un événement de l’intérieur, comme vous l’avez fait via l’asso, ça devait être de bons moments.

  2. En dehors de endless8 (joyaux de l’animation japonaise), tout ce que je retiendrais de Haruhi sera mon experience à la brigade sos.

    Cette seconde famille, avec ces figures d’autorité, ces gens qu’on aime bien detester, ces gros dramas mais surtout ce sens de l’unité et cette PASSION (et Sanji).
    De l’été du divorce de mes parents ne me restent que les bons souvenirs de ces journées à coudre des brassards en vue de la JE ou à répéter le kumikyoku avec des gens si peu mélomanes.
    J’ai pu voyager jusqu’en Ecosse grâce à la fuckin brigade, juste pour voir la disparition.

    Cette expérience dans le milieu du fanzinat qu’on m’a permi d’avoir malgré mon jeune age à l’epoque (signer une autorisation parentale pour staffer bonjour), et qui m’a apportéetant de choses qui me servent encore maintenant, que ce soit en terme technique (les fonds perdus ça ne s’oublie jamais) ou dans la logistique et le dialogie obligatoire créa/non-créa qui doit s’opérer pour produire quelque chose qui vaille le coup.

    Une grande partie de mon cercle d’amis et de connaissances découle presque directement de la brigade : des ex-membres, des thalistes et tout ce qui s’en rapproche.
    Même mon parcours scolaire et professionnel n’aurait pas été pareil sans sedeto comme Senpai à la brigade. Je n’aurais sans doute pas été à Pivaut, et n’aurai pas rencontré celle qui partage aujourd’hui ma vie

    Même si j’ai fini par quitter le navire comme pas mal de monde et que j’ai fais partie des personnes avec qui le fossé générationnel a été un soucis, je considererai toujours la brigade comme un des piliers de mon adolescence et de ma construction personnelle. Et même si le chemin est encore long, si jamais un jour j’arrive à gagner ma vie en tant que créa et à m’épanouir, ça sera surement aussi grâce à ces gens un peu fous qui m’ont collés un sticker sur le tshirt au détour d’une allée de Japan Expo, l’air de dire « dis, tu veux rejoindre ma brigade ? « 

  3. Toutes ces années, tant d’évènements, de drama, d’engueulades, de rencontrent et j’en passe.
    Tout arrive trop vite dans ma tête, impossible de mettre tout ça en ordre.

    Que du feels et des années merveilleuses

  4. Merci Axel pour m’avoir remémoré ces événements!!!

    Je me suis un peu éloigné déjà avant l’apparition de l’association mais je garde un souvenir impérissable de la Japan Expo 2008 et de tous les événements qui s’y sont passés, le collage de stickers (j’en ai encore d’ailleurs ;-))

    Je suis beaucoup moins présent sur les forums car justement, beaucoup moins de temps à disposition avec la vie active et également d’autres hobbys qui me prennent un temps fou.

    Je reste néanmoins Haruuhiste dans l’âme et je pense que c’est le plus important, garder les meilleurs moment en mémoire et des fois vouloir revenir en arrière pour les revivre…

    En tout cas merci pour avoir créé tout ceci (à toi et aux autres) et j’espère vraiment avoir l’occasion de vous revoir une fois! (DIfficile du lieu ou je suis)

    A+

    Kuroneko

  5. Même si ça n’a pas été aussi marquant pour moi que pour toi, SHNY a également un peu changé ma vie.
    J’en avais déjà parlé sur mon blog, mais à l’époque ( 2007), je venais d’enchainer les déceptions « animéesques ». J’ai toujours été assez difficile et je ne trouvais plus mon bonheur dans la japanim’. Les animes que je regardais étaient au mieux sans intérêt, au pire mauvais. Je pensais même que ça venait de moi, que j’étais peut être trop âgé pour continuer à regarder des dessins animés japonais.

    J’ai laissé une dernière chance à SHNY sans en attendre grand chose. Et j’ai absolument adoré. Durant les 14 épisodes (que j’ai regardé dans l’ordre chronologique, ne me lapidez pas !), j’ai redécouvert une passion que je croyais éteinte.

    Je n’ai pas du tout apprécié la seconde saison, j’ai adoré le film mais même si aujourd’hui je ne mate plus que 2-3 animes par an, on peut dire que SHNY a sauvé la part otaku qui sommeille toujours en moi.

Laisser un commentaire