umineko

All posts tagged umineko

La nouvelle vient de tomber : Ryukishi07, l’auteur des jeux Umineko no naku koro ni et de Higurashi no naku koro ni sera présent à Epitanime 2012 pour dédicaces et conférences sur la scène dôjin au Japon.

La news sur le site d’Epitanime.

Bien que n’étant pas un grand grand fan de ces univers (même si je les ai appréciés) je ne peux que soutenir la venue de Ryukishi07, puisqu’elle est organisée dans l’esprit « fan » comme l’était la venue de Noizi Ito en 2010 à la même convention. En ce sens, une collecte de dons a été mise en place pour que les fans puissent offrir à leur auteur préféré un mémorable voyage à Paris, comme ce fut le cas il y a deux ans avec la Brigade SOS Francophone et l’illustratrice de Haruhi.

Alors si vous êtes un tant soit peu fans, faites comme moi et allégez-vous de quelques euros pour faire un don. Tous les détails sont sur le lien de la news sur le site d’Epitanime. Pour le moment, seul Paypal est disponible comme moyen de paiement, mais le virement bancaire pourrait bientôt l’être également.

Sacrée nouvelle en tous cas !

Salut c’est Amo.

 

 

Je m’occupe donc de rédiger les deux premiers duels parce que Axel m’a payé une pizza tout à l’heure après que j’ai joué à SES jeux sur SA xbox avec SA manette en buvant un verre de SON orangina tout en téléchargeant des animes avec SA connexion. C’est pas facile de vivre chez lui, je vous assure ! Bref, je n’ai pas envie d’implorer votre pitié plus longtemps: passons au concours en lui-même. Sinon je vais avoir des problèmes.

 

ROSA VS LISA

 

C’est le premier match de cette semaine et dieu sait que j’y ai une favorite. Il oppose donc Ushiromiya Rosa d’Umineko No Naku Koro Ni et Lisa de Ponyo sur la falaise. Je veux pas spoiler d’ailleurs, mais je sais que la gagnante de ce duel a un prénom qui termine par « sa. »

Comme tous les membres de la famille Ushiromiya, Rosa a quelques petits problèmes d’argent et a quelques traumatismes de jeunesses car eh, pas facile d’être la fille d’Ushiromiya Kenzo ! Mais Rosa a quelques spécificités qui rajoutent encore plus de charme à sa vie pourrie: elle est beaucoup beaucoup plus jeune que ses frères et sa soeur (et a donc passé son enfance à se faire manipuler la trogne et à prendre pour les autres), le jour où un homme lui a fait un enfant bah il s’est barré, elle a un peu assistée à une mort brutale et sanguinolente pendant son adolescence ET en plus son enfant vit un peu dans son monde. Il n’est pas facile d’être Ushiromiya Rosa !

Ok, on peut résumer le perso à ses quelques baignes mais c’est une mère malgré tout aimante, qui à plusieurs reprises se montre affreusement désolée par ses actes et qui ne contrôle plus totalement sa colère, elle même alimentée par le stress qu’elle semble subir quotidiennement. Et puis, eh, vous connaissez beaucoup de mamans qui maîtrisent le fusil de chasse comme des divinités dans le but de protéger leurs filles ? Si ça ce n’est pas une authentique preuve d’amour MATERNEL.

 

J’avais bien aimé Ponyo mais j’ai des souvenirs vagues de Lisa… Je me souviens qu’elle conduit sa voiture un peu comme une chef et qu’elle sait lire le morse, ce qui n’est pas donné à tout le monde ! Pour le reste, c’est votre personnage féminin Ghibli habituel: forte, indépendante… bref l’égale d’un homme quoi.

 

 

SANAE VS MEME

Eh ! Kyoto Animation Vs Shaft ! Visual Novel Vs Light Novel ! Sanae de Clannad Vs Meme de Denpa Onna ! Ce combat est lourd en symbolique, précieux à nos yeux et doit donc forcément être pris de la manière la plus sérieuse possible. Même si bon, vu ses résultats au premier tour, Sanae part un peu favorite. Mais eh, si vous soutenez une autre candidate toujours en lice, votez stratégie ! Car Sanae en moins, c’est un adversaire redoutable de sorti. Et puis Meme est une alternative convenable.

 

Bon Clannad c’est une comédie romantique de qualité, on est un peu tous d’accord là dessus (sauf les deux du fond qui vivent en autarcie) et le personnage de Sanae est, un peu à l’image de la série, sympathique. On a pas grand chose à lui reprocher, elle est rigolote, elle fait des pains et elle porte un maillot de bain scolaire durant un des épisodes, ce qui est tout à son avantage.

 

Denpa Onna j’ai maté le premier épisode avant les vacances d’été et j’étais un peu totalement en mode totalement rien à foutre totalement méprisant. Parce que ouais, bon, faut pas déconner, c’était un peu chiant et tout ça MAIS EH Y’AVAIT TOUWA MEME. Avec sa paire de miches, son comportement aguicheur et son caractère excentrique, elle sauvait au minimum 5% de l’épisode et depuis, je vis dans l’espoir un peu fou qu’un jour, je me connecterais à mon site de hentai préféré, et que je serais noyé sous une trentaine de doujinshi Denpa Onna avec Meme. Parce que Erio et son futon, on s’en fout. Et ça tombe bien, Meme aussi s’en fout <3.

Par contre je materais pas le reste de la série juste pour ses beaux yeux, faut pas rigoler non plus, j’ai des trucs plus importants et beaucoup plus intellectuels à regarder. Genre Boku Wa Tomodachi ga Sukunai.

 

 

Donc voilà, bonne semaine à vous, et que le pavé du bonheur ne se détériore pas sous vos pas, et que  le soleil soit toujours avec vous. Et tout ça.

Je vous spoile Umineko en vous racontant la fin: Shannon devient l’une des machines du Mahoro Network.

shannon.JPG

Elle remplace Feena (Athlon 64 3000+ avec 512 Mo de RAM et une Geforce 6100) en tant que media center. Feena commençait à avoir un peu de mal avec la HD, en fait. Mais avec sa sortie HDMI, son Dual Core et sa Geforce 9100 embarquée, cette petite Shannon va efficacement remplacer Feena pour faire du karaoke, mater des animes tranquillement dans le canapé, ou bien du Stepmania. Je dis "va" car il faut encore que j’installe son OS, ses données, et tout le reste.

Elle est égalment fournie avec sa propre télécommande mais bon j’en avais déjà une de toutes façons. Qui plus est, l’iPhone peut également faire télécommande et on peut même selectionner depuis l’iPhone ce qu’on veut regarder en parcourant les animes disponibles sur le réseau, ils s’affichent alors sur la télé devant vos invités ébahis devant un tel concentré de technologie.

Pour la partie logicielle, je recommande XBMC. XBMC est un media center originellement prévu pour Xbox première du nom, mais étant donné la qualité du soft, et l’état vieillissant de la Xbox 1, les développeurs ont décidé de porter leur bébé sous Linux, MacOS X et Windows (comme ça y’en a pour tout le monde.) Très complet, ultra fonctionnel, gère même les sous-titres des MKV, je pense pouvoir affirmer que c’est le meilleur logiciel libre de media center, à des années lumières de MythTV et son usine à gaz, par exemple.

Dommage que j’aie une bande d’ahuris qui viennent squatter chez moi ce week-end, sinon je m’en serais donné à coeur joie. Ahem.

Mince, mine de rien le tout dernier anime catch-up, série de billets où je fais une brève description des séries que j’ai vues et finies récemment, date de l’an dernier. Pourtant j’en ai vu des trucs entre temps…

…ou pas tant que ça en fait: malgré de nombreux avis positifs sur certaines séries, je n’ai jamais réellement réussi à m’y intéresser, et j’ai fini par suivre maximum deux ou trois animes par saison plutôt que dix.

  • Toradora : Une série avec des hauts et des bas. Ami a été par exemple très longtemps insupportable à mes yeux avant de devenir plus intéressante. Globalement il y a eu évolution des personnages et plutôt que de céder dans la comédie facile on a eu droit à des développements originaux et bien amenés. Clairement une excellente série de 2008, et faut bien avouer que Taiga est une tsundere tout à fait supportable.
  • Spice and Wolf S2 : On prend les mêmes et on recommence. Dommage que la surprise de la saison 1 se soit estompée, Cela n’enlève néanmoins en rien le potentiel moeconomique de la série. Holo est toujours aussi agréable et la dynamique du "couple" qu’elle forme avec Lawrence continue de fonctionner.
  • Saki : Une série qu’il faudrait que je finisse un jour, ne serait-ce que pour la haute dose de WTF qui s’en dégage, et les matchs qui me font un peu penser à ce qu’on pouvait voir dans Prince of Tennis niveau exaggération. Comme quoi le mahjongg ça peut être fun, et puis le "nopan" aussi.
  • Princess Lover : Un harem qu’il est bien et qui ne rime pas forcément avec médiocrité. Un héros qui se distingue par son caractère original. Non franchement, Princess Lover avait tout d’un grand; Un peu dommage qu’il devienne si sérieux vers le dernier tiers de sa courte existence. Espérons une seconde saison toujours aussi bien réalisée (si on excepte la honte de l’épisode à la fête foraine avec les textures de chemises dignes des meilleures colorations de manga des années 90…) Ca restera quand même un bon souvenir de 2009.
  • K-On : Souvent décrié a cause du hype qu’il a suscité, contrairement à Kannagi dont le soufflet était retombé aussi sec, re-regarder un épisode de K-On m’apporte toujours autant de sourire sur le visage pendant 20 minutes. Non, franchement, K-On respirait à fond la fraîcheur et la joie de vivre, quitte à dégouliner un peu trop de bons sentiments de temps en temps, mais merde quoi! Ca nous change de tous ces animes sérieux et pompants, dans K-On on se laisse aller, on débranche son cerveau et on s’asseoit dans son canapé pour 13 épisodes de détente mignonne à croquer. Ouais et puis Mio quoi, et Azusa, voilà. L’anime de 2009 pour moi, avec Endless Haruhi, bien sûr.
  • Haruhi Saison 2 : Ou 1.5 ou peu importe, Je vais pas m’étendre sur le sujet, d’autres l’ont fait mieux que je ne pourrais jamais le faire. Sachez juste que mon adoration de La Déesse reste inébranlable malgré Endless Eight. Là où certains pourront gémir rien que de penser à regarder 8 fois le même épisode ou presque, j’ai préféré y voir un coup artistique osé et que peu de studios auraient eu les burnes de faire. Si ça n’a pas servi la série comme il le faudrait, ça a au moins eu le mérite de faire parler pendant deux mois de Endless Eight, et ça reste très cohérent, finalement, avec la diffusion d’une série comme Haruhi, faite pour dérouter le spectateur et l’interpeller. La question maintenant c’est qu’est-ce qui va nous tomber dessus la prochaine fois?
  • Hayate no Gotoku : Faudrait que j’arrive à écrire un billet dessus, mais c’est trés difficile tellement la série est touffue. Grand n’importe quoi multi-référenciel, Hayate no Gotoku a ses hauts et ses bas. Notez que je n’ai regardé que la première saison pour le moment, et je verrai pour la deuxième une autre fois. Evidemment, Maria is love, et je comprends un peu mieux pourquoi elle a gagné le Grand Tournoi des Maids il y a 2 ans. Hinagiku est plutôt sympa aussi :3.
  • CANAAN : Pas pu supporter plus de 3 épisodes. C’est pas parce qu’il a écrit Nasu sur la couverture que c’est forcément bien les gens, vous savez?
  • Eden of the east : Trop court, tout simplement, et j’ai de sérieux doutes sur l’utilité de plusieurs films pour dénouer toutes les intrigues et découvrir tous les personnages de la série, car il y en a un petit paquet. Malgré un chara design assez étrange (je ne dirai pas hideux… ah si je l’ai dit.) c’était fort agréable et très cool. Le genre d’idées de scénario qui marche, couplé à une très bonne réalisation. Une bonne surprise car la série n’était pas du tout attendue et je… ah?

Pardon, j’entends Nyoronyolo, FFenril, Tetho, Yuki et ma meido d’elite N°4 frapper violemment à ma porte. Je vais leur ouvrir, tiens, ils boiront bien un peu de coca avec moi autour d’un bon épisode de Gurren Lagann, hein? J’ai bon?

Suite à mon billet sur Umineko qui a reçu de vives critiques parce que "ça spoile!" je crois qu’il est bon que l’on s’asseoie tous autour d’une table et qu’on discute un peu de ce mot trop utilisé à mon goût.

D’abord, c’est quoi un spoil, ou un spoiler? C’est une information qui divulge à l’avance des évènements importants dans une histoire, sous quelque support qu’il soit. Ainsi, révèler que Aerith meurt dans Final Fantasy 7 est un spoiler. Certaines personnes sont tout simplement allergiques à ce genre d’informations et tiennent plus que tout à découvrir l’histoire et tous ses rebondissements par eux-mêmes. C’est tout à leur honneur, même si cela est rendu difficile avec Internet où le risque de se faire spoiler est présent partout.

En régle générale, quand je fais mes articles sur Meido-Rando, j’évite soigneusement de trop en révèler. Pas pour spoiler, mais plus pour donner envie au lecteur d’en savoir plus. Parfois il est bon d’en révèler un peu mais pas trop sur une histoire afin d’accrocher et de susciter l’intêret auprès de son auditoire. Cela est encore plus vrai pour les histoires dont le début peut être mal interprété et perçu comme inintéressant. Il y a bien sûr l’art et la manière de parler d’un spoil, mais il y a aussi et surtout, différents degrés de spoil.

eote.jpg

Vous voyez là, je viens de vous spoiler un truc fondamental de Eden of the East: le héros possède un téléphone portable! Woah! Seuls les plus attentifs, ou ceux qui ont déjà vu l’engin (non, pas le Johnny) auront certainement remarqué qu’il s’agit d’un téléphone, et pourtant ceux qui n’ont jamais vu la série ou même un téléphone de Seleçao n’auront rien remarqué. Pourquoi? Tout simplement parce qu’un spoil n’existe qu’à partir du moment qu’on sait que ça en est un, donc à partir du moment ou quelqu’un vous informe que "ça c’est un spoil." et vous allez donc finir par vous y attendre en visionnant la série.

Tandis qu’une image, même bourrée de détails, avec de multiples personnages que vous n’avez pas encore vus, et sans aucune information, est sensée vous laisser dans la confusion la plus totale. Qui sont ces personnages? Vont-ils apparaître dans l’histoire? Que font-ils? Vous n’avez ni leurs noms, ni les relations qu’ils entretiennent avec les personnages que vous connaissez déjà. Plutôt que de vous choquer, cela devrait vous donner envie d’en savoir davantage, et de continuer à suivre l’histoire.

k-on.jpg

Oh ma Haruhi! Il y a une cinquième fille dans K-On!

C’est plus ou moins ça, hein, ne rigolez pas. Bien sûr il y a des séries où ce n’est pas très grave de se faire spoiler (en général, tout ce qui est léger et qu’une poignée d’otakus conchie comme étant intellectuement inférieur à ce qu’ils préfèrent regarder) et des séries où, comme le scénario et ses rebondissements en sont le principal attrait, il faut bien faire attention de ne pas spoiler (Tout ce qui est intellectuellement supérieur.) J’exaggère à peine, mais c’est un peu ça.

Quand j’ai posté ces fanarts de Umineko, vous vous doutez bien que je les ai regardés avant: pour moi, il n’y avait pas de spoil. N’importe qui ayant vu Higurashi ou qui aurait capté l’ambiance de Umineko peut comprendre aisément qu’il va s’y passer des choses surnaturelles et que donc, voir des fillettes avec des oreilles de lapin, ou le fait qu’une fille vue en peinture existe vraiment, n’est pas quelque chose d’inattendu. Plutôt que de crier au spoil et de faire des "bouh! le vilain!" il faudrait plutôt se poser les questions suivantes:

  • C’est un fanart, ça existe vraiment?
  • Quand va-t-elle apparaître?
  • Est-ce vraiment un personnage ou un délire du fanart?

Et le pire dans tout ça, c’est que les seuls personnes qui ont considéré tout ça comme du spoil, sont celles qui étaient déjà au courant (car ayant déjà eu vent de l’histoire sur d’autres supports que la version animée), ce qui renforce ma théorie: le spoil, ça n’existe que pour ceux qui savent. Les ignorants trouveront juste ça curieux.

otoboku.jpg

Quoi, Mizuho-oneesama est un HOMME?

Ce message est avant tout destiné à tous ceux qui s’énervent contre le moindre spoil, et pas seulement ceux qui ont pesté contre les fanarts de mon article d’hier sur Umineko: détendez-vous, buvez un bon verre d’huile d’arachide, et réfléchissez deux minutes: si une série n’a d’intêret pour vous que pour son scénario et que donc la vue de la moindre petite information vous choque, alors déconnectez-vous d’internet. Vivez hors-ligne, et arrêtez de parler aux gens. Je parle pas bien sûr des gros spoils honteux du genre de qui tue qui dans Harry Potter, mais bien de simple bribes d’informations. Si une série n’a d’intêret que par son scénario, à vos yeux, c’est qu’il faut se poser des questions: les personnages, le spectacle, les émotions, la mise en scène, tout ça joue sur la qualité d’une série. Et votre amour pour un personnage, personne ne pourra vous le spoiler.

Sauf peut-être Shikaze en vous envoyant des liens déviants qu’il est impossible de dé-voir, mais ça, c’est àv os risques et périls.

mahoro.jpg

OMHWTFBBQ! Y’a une autre meido que Mahoro dans Mahoromatic!

Bon allez, vous avez compris, j’imagine. Le spoil, c’est mal, mais il n’est pas partout, ne soyez pas parano.

EDIT : Ce billet est garanti désormais sans image spoilantes. Ah si! On voit qu’il y a une loli, que le héros porte un costume blanc, et que sa cousine blonde a de gros seins. Oh ma Haruhi, au spoil!

Après les cigales, nous avons droit aux mouettes. Ouais, des mouettes. La bretagne, tout ça. Sauf que les mouettes sont bien plus sournoises que les cigales.

Umineko n’est pas une suite d’Higurashi (et il n’est bien sûr pas nécessaire d’avoir dévoré ce dernier en entier pour l’apprécier) sorti en 2006. Ca me rapelle d’ailleurs qu’en 2006, nous avions eu le droit à Higurashi en même temps que La Mélancolie de Haruhi Suzumiya. Cette année, nous avons Umineko et Haruhi S2 en même temps. Enfin Haruhi S1.5. Enfin voilà. Je ferai peut-être un article pour vous parler en long, en large et en travers de cette magnificence qu’est Endless Eight. Pourquoi magnificence? Tout simplement parce que passer un été infini avec trois jolies filles dont une déesse, ça ne se refuse pas.

Mais revenons à nos moutons mouettes…

Dés les premières minutes de Umineko, on comment déjà à voir les nuages bien gris s’avancer sur la petite vingtaine de personnages de la série. Une vingtaine d’ailleurs qui vous est présentée brute de pomme avec un sous-titre la première fois que vous les voyez. Malgré ce bourinage d’informations en début de série, il est assez aisé de les différencier, grâce à un character design ma foi fort réussi. Milieu des années 80, la famille Ushiromiya se donne donc rendez-vous sur l’île où s’est regroupée le grand-père chef de la très riche famille en question. Cette famille s’est constitué une grande richesse très rapidement, et c’est l’occasion pour les cousins de se retrouver, les oncles et tantes de papoter. Enfin papoter, c’est surtout pour diviser les biens du vieux qui est sur le point de mourir. Sur l’île, il y a donc:

  • La famille qui débarque
  • Le vieux
  • Ses servants

Je vous sens déjà bien chauds là: Une île éloignée, un manoir, une famille riche pleine de tensions, un héritage… Et bien sûr il va y avoir du sang. Plein de sang. Qui dit meurtre dit enquête, et là on se croirait un peu dans un roman d’Agatha Christie, mais le meilleur reste à venir.

(Axel décroche son iPhone)

  • Mahoro? Fais en sorte que Kyoto Animation arrête Endless Eight, ça a assez duré.
  • Bien compris. Continuez à être notre maître. PASSION oblige.

Umineko_no_Naku_Koro_ni_-_OP_-_Large_02.jpg

Ceux qui connaissent déjà Higurashi se doutent bien que des évènements étranges vont se produire. En fait, 7th Expansion (les auteurs), ont réussi à reprendre les concepts clés de Higurashi, à savoir une histoire d’horreur et de tension, avec des tas de personnages qui n’ont l’air de rien comme ça, mais qui semblent tous avoir des petits quelques choses à cacher. Il est encore trop tôt dans la diffusion de l’anime pour l’affirmer avec certitude, mais Umineko est pour moi l’un des animes phare de cet été, un peu comme Eden of the East la saison précédente: une série qu’on suit pour son histoire et son développement.

Umineko_no_Naku_Koro_ni_-_01_-_Large_19.jpg

Les personnages, comme je le disais, sont rapidement reconnaissables, surtout parmi les plus jeunes. Battler, qui semble être le héros, a des faux airs de Phoenix Wright qui tente de résoudre le mystère qui va frapper l’île très rapidement après l’arrivée de la famille. Maria aussi, semble être un personnage clé (pour une fois que la loli rageuse de service n’est pas doublée par Kugimiya Rie, mais par Horie Yui, il fallait le signaler.), mais je ne vous en dis pas plus.

Studio Deen, qui s’occupe encore de cette adaptation en anime (ils avaient réalisé Higurashi aussi) semble s’être amélioré, même si on sent parfois qu’il y a encore quelques efforts à faire dans l’animation. On est quand même en 2009, hein… Pour rappel, Higurashi en 2006 était quand même violemment maltraité niveau animation par endroits. Ca lui donnait un style vraiment cheap, ce qui est beaucoup moins le cas de Umineko

Umineko_no_Naku_Koro_ni_-_01_-_Large_09.jpg

Autre personnage que j’aime beaucoup, surprise: Shannon, la meido du coin, qui avec Kannon (une sorte de trap) sont les jeunes servants du manoir. Shannon est absolument charmante. Quel dommage qu’elle soit déjà prise (entre autres.)

Umineko_no_Naku_Koro_ni_-_01_-_Large_12.jpg

Et l’énigme qui va sans doute tout relier dans Umineko, il s’agit de Béatrice qu’on voit ici sur le tableau.

Ambiance d’isolement, d’enquête et de meurtres, Umineko va sans doute plaire aux amateurs de suspense et de surnaturel, mais comme Higurashi, ce n’est pas un anime à mettre entre toutes les mains. On a été relativement épargnés pour le moment à l’épisode 3, mais j’ai comme la sordide impression que ça va être violent très rapidement. Oh oui, très très violent.