perso

All posts tagged perso

Deux mois que j’ai pas écrit sur Meido-Rando. Deux mois à, fort heureusement, me tenir occupé. J’ai pris le temps de faire World of Final Fantasy (excellent!) offert pour les fêtes, créer une AMV Your Name (sans déconner, ça vous surprend ?), m’occuper du système de karaoke Toyunda Mugen, et une foultitude d’autres trucs. Même Eternity, le light novel que j’écris en ce moment pâtit de cette occupation, même si le prochain chapitre est déjà bien entamé (aux 4/5ème en fait). Heureusement que mon illustratrice Sedeto a du retard à rattraper sur les illustrations, ça me donne de bonnes excuses.

Mais passons, car ce n’est pas l’objet de l’article.

Ca fait un moment que ça me trotte dans un coin de la tête, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est avant tout Watch Dogs 2 que j’ai voulu commencer, et qui m’a stoppé net dans mon élan à cause de… sa carte. Illisible pour moi :

Le handicap

C’est l’histoire d’un aveugle qui rentre dans un bar…

…puis dans une table…

…puis dans une chaise…

Bref, passons 🙂

Alors pour ceux qui ne me connaissent pas bien, je me présente : Je suis Axel.

« Bonjour Axeeeeel. »

Je suis malvoyant, ça veut dire que je vois mal. Hééé ouais, c’est un état un peu bâtard entre la bienvoyance et la cécité. Un état pas forcément reconnu de tous, et comme pour beaucoup de handicaps ce n’est pas marqué sur votre front. Heureusement les aveugles ont cet objet universellement reconnu qui est la canne blanche et qui permet de faire des tas de choses comme écarter les foules tel une star ou d’arrêter les voitures aux passages cloutés. Avouez, ça donne envie.

En vrai il y a des avantages à droite à gauche : on peut passer devant tout le monde à la poste, on a des réductions à la SNCF et les agents vous mettent à votre place dans le train (et discutent retrogaming avec vous sur le chemin), vous avez une demi-part d’impôt sur le revenu en plus, les gens sont compréhensifs et vous aident à trouver votre chemin, à traverser un endroit difficile (travaux…), vous pouvez même possiblement avoir une bonne place à un spectacle si vous êtes chanceux… Mais bon, tout ça vient du fait que la société a eu des années pour s’habituer à ses personnes handicapées dont il faut s’occuper. Du coup, petit à petit, avec plus ou moins de succès selon les endroits dans le monde, les personnes handicapées sont prises avec un peu plus de considération.

Alors oui, il y a toujours des efforts à faire, partout, tout le temps. On parle d’accessibilité, en gros. Rendre accessible à tous, peu importe les difficultés, un lieu, un évènement, pour ne pas laisser des gens sur la touche.

Vous ne vous en doutez peut-être pas forcément, mais dans le monde merveilleux de la technologie, l’accessibilité n’est pas toujours aussi simple ou bien pensée que dans la vraie vie. Par contre tout le monde peut dire sans problème que la technologie a permis de rendre plus accessible des choses qui ne l’étaient pas auparavant, atténuant certains handicaps dans des situations précises.

Mais comme pour la vraie vie il y a des progrès à faire encore et toujours.

Maintenant que j’ai balancé cette longue introduction un peu trop généraliste à mon goût, je vais pouvoir enchaîner sur le coeur de l’article.

Je tiens d’abord à préciser que les handicaps sont tous aussi variés que délicats à traîter. Rien qu’en vision, il existe tout un tas de pathologies et de difficultés qui diffèrent d’un individu à l’autre. Du coup, ce que je vais vous décrire là ne concerne que moi. C’est mon problème, le mien, il n’appartient probablement qu’à moi et une petite minorité de gens. C’est un problème différent de ceux qui ne peuvent pas du tout lire un écran, ceux qui n’entendent pas les notifications, ou qui ne peuvent pas utiliser une souris correctement. C’est con à dire bien sûr parce qu’en vrai il y a sûrement dans le monde d’autres gens qui souffrent des mêmes soucis que moi, mais étant moi-même technophile, développeur, administrateur système et tout ça, je comprends qu’on ne peut pas toujours passer du temps à adapter son programme pour tel ou tel handicap. Soyons réalistes : ça prendrait un temps fou.

Donc j’ose pas me plaindre.

C’est con hein ?

Pour une fois, cependant, je vais le faire. En essayant d’être le plus démonstratif à chaque fois.

Parlons technique

Déjà, de quoi je souffre exactement ? En vrai je vais vous épargner les termes techniques et résumer ça simplement :

  • Je suis aveuglé par la lumière. Celle du jour bien sûr, mais aussi celle des écrans. Bien sûr, une lumière perdue dans l’obscurité ne va pas me déranger, mais une abondance de luminosité dans un environnement oui.
  • Je ne vois rien de l’oeil droit. Ma vision vers la droite est assurée par la périphérie de l’oeil gauche. Oui, ça limite pas mal.
  • J’ai 1/20ème à l’oeil gauche. Ca fait 0,5/10 oui. J’arrive à lire uniquement à 5 cm d’une feuille/écran.

Rapidement ça donne :

  • Je ne supporte pas la lumière du soleil, elle me fait cligner des yeux pour la supporter ce qui peut être relativement dangereux dans la rue, d’où le port de lunettes de soleil.
  • Ne rien voir sur ma droite m’oblige à balayer l’écran de ma tête. Ceux qui m’ont déjà vu le voient très bien : pour lire un texte je suis près de l’écran et je bouge la tête ed gauche à droite machinalement, ou je déplace mon corps selon la taille du texte et de l’écran. Ca veut aussi dire que je n’ai aucune vue d’ensemble de mon écran, nous y reviendrons. Evidemment, l’obligation de lire de près m’empêche également d’avoir cette vue d’ensemble.
  • Réfléchissez un peu comment vous utilisez votre ordi. Vous êtes là, assis bien droit à votre bureau, à regarder votre écran à moyenne distance. Moi, je ne peux pas, je dois m’approcher de mon écran ou faire en sorte que l’écran s’approche de moi (au taff, j’ai un pied amovible avec un bras pour bouger l’écran cmme je le souhaite.)

Maintenant voyons un peu plus en détail les problèmes que ça pose. Après, je vous détaillerai les moyens que j’utilise pour y remédier, et enfin les choses vraiment bloquantes.

La lumière 

C’est la plupart du temps le problème numéro 1.

Depuis les premiers essais d’interface de XEROX dont se sont inspirés Apple et Microsoft pour MacOS et Windows, l’informatique a tenté de singer l’environnement de bureau humain. Nous écrivons sur des feuilles de papier blanches, à l’encre noire. Pour donner un visage famillier à l’ordinateur d’alors et le faire accepter par des personnes qui n’y connaissaient rien (et à qui ça faisait peur), il a été décidé de créer des interfaces lumineuses. Lumineuses, accueillantes, peut-être. Fatigantes pour la vue, sûrement. Peu de monde s’est alors dit que la lumière générée par l’écran de l’ordinateur allait poser des problèmes.

On tient cet héritage depuis longtemps comme vous le voyez. Le problème, c’est du coup pour des gens comme moi. Prenez un Windows par exemple, en mode bureau : les fenêtres sont toutes blanches avec du textes, des petites icônes, et finalement peu d’endroits sombres. Alors oui, Windows 10 avec son interface ModernUI a tendance à proposer des interfaces sombres, mais elles ne sont pas uniformes. Dans le sens où, d’une application à l’autre, celle-ci peut être toute blanche, comme par exemple avec l’application Courier. De toutes façons, personne de sensé n’utilise ModernUI #TrollExpress.

Le problème existe aussi hélas sur OSX : cependant, Apple a atténué le problème en proposant des polices de caractère suffisament grasses et des contours suffisament épais pour atténuer cette gêne (même si elle est présente, elle est plus supportable.) Comparez un écran OSX et un écran Windows : l’apparence des polices n’est pas du tout la même. Le lissage par exemple fait ressortir les polices des fonds blancs plus aisément.

Exemple d’un écran d’OSX :

 

La basse vision

C’est le petit nom qu’on donne pudiquement à la malvoyance. Un peu comme quand on remplace « handicapé » par « personne à mobilité réduite ». Vous voulez mon avis ? Ce genre de novlangue n’a aucun intêret, mais passons.

Basse vision c’est aussi ainsi que j’appellerais le fait de devoir se coller à l’écran pour lire. Encore une fois, tous les handicaps sont différents, et si des gens peuvent avoir besoin de gros caractères, il faut bien admettre que ce n’est pas très pratique. Jusqu’au collège j’avais des livres agrandis au format A3. Pas pratique à trimballer entre les salles de classe, et je vous parle même pas de poser tout ça sur le bureau, que je devais parfois partager avec un autre élève. Ah oui et j’avais ma machine à écrire / ordinateur à l’époque aussi. Bah sur un écran c’est tout pareil : les gros caractères, c’est un peu comme « le mieux est l’ennemi du bien. », vous voyez. C’est pas toujours souhaitable ni pratique, à part quand vous êtes à plusieurs mètres de la télé dans votre canapé.

Après y’a quand même un juste milieu à respecter. Je pourrais vous citer des jeux avec des polices de caractères imbitables tellement elles sont petites. En tête de liste New Little King Story sur PS Vita que j’ai acheté (et sur lequel j’ai dû donc m’asseoir faute de pouvoir y jouer.) mais pour celui-là, je pense que même une personne avec 10 à chaque oeil doit pêter un câble. Ce phénomène apparaît en fait souvent dans les jeux en cross-play PSVita/PS3/PS4, tout simplement car les développeurs ne prennent pas la peine de refaire leur interface utilisateur et se contentent juste de copier-coller le jeu de la PS3/4 à la Vita sans se poser de questions. L’un des premiers jeux Vita à être cross-play, un jeu de voitures radiocommandées façon Super Off Road, aurait pourtant dû faire sonner des alarmes chez n’importe qui, mais on dirait que si la Vita est une console à laquelle aucun joueur ne joue, on dirait que les développeurs non plus.

Un autre exemple crispant coupable de la même bassesse est l’iPad Mini : Apple s’est contenté d’utiliser la même UI que sur l’iPad originel de 9 pouces sur un écran de 7 pouces, ce qui rend énormément de texte peu lisible dessus.

La vision globale

Comme je le disais, aujourd’hui on a tendance à avoir un vision parfaitement globale de son espace de travail sur ordinateur. On sait qu’en bas on a le menu démarrer et la barre des tâches, à droite les notifications, en haut les menus… Maintenant imaginez que vous ayez un zoom sur l’écran constamment. Oui, et que vous deviez bouger cette loupe pour parcourir l’écran. Bien sûr vous n’avez pas à parcourir votre écran tout le temps : quand vous naviguez sur Internet par exemple vous faites attention à la fenêtre en cours. De même, quand vous tapez un texte vous regardez votre traitement de texte. Mais cette petite notification en bas, vous la voyez parce que vous avez une vue périphérique qui capte inconsciemment tout ce qui s’affiche. C’est cool.

Mais moi, par exemple, je ne peux pas être prévenu d’une notification, par exemple, sauf si bien sûr elle emet un son. Toujours est-il qu’un élément peut popper à un autre endroit de l’écran, je ne le verrais pas. La solution à cela, c’est bien sûr d’avoir un écran plus petit. Heureusement la surenchère des tailles d’écran s’est arrêtée à 24 pouces pour un écran de taille normale, mais même déjà 24 c’est un poil trop grand pour une tête d’humain. Du coup je suis plus à l’aise sur de plus petits écrans, car j’ai moins de trajets à parcourir avec mes yeux pour y lire ce qu’il y a écrit partout.

C’est un peu contradictoire avec l’évolution qui veut nous donner des écrans plus grands, des résolutions encore plus grandes, mais c’est ainsi. Si encore les résolutions plus grandes amenaient à des graphismes plus fins mais des éléments d’interface ayant la même taille en centimètres, ça ne me poserait pas de problème. Typiquement, MacOS fait ça très bien, mais Windows est encore à des années lumières sur la gestion des grandes résolutions d’écran.

Attendez, je vous vois venir : « Mais comment tu fais pour jouer à des jeux vidéo !? » ben je me débrouille. Quelques exemples concrets :

Dans un jeu type open world : GTA, Assassin’s Creed, Watch Dogs, etc. je ne peux pas me diriger convenablement parce que je ne peux pas avoir les yeux à la fois sur la minimap et sur ce qu’il se passe à l’écran.

Les jeux de tir restent également délicats selon comment est faite l’interface. Si le gros de l’action se situe bien souvent en face et au milieu de l’écran, les indicateurs de vie, de munitions, ou d’autres éléments se trouvent la plupart du temps aux extrémités, et aussi d’une façon pas forcément bien visible. Les bons exemples en la matière ne manquent pas pourtant : Dead Space proposait de voir le niveau de vie de son personnage sur sa combinaison, ou on peut remonter au Pulse Gun de Unreal Tournament 99 qui indiquait le nombre de munitions restante sur un petit écran situé sur l’arme. Au delà de l’immersion, ces petites touches aident réellement à garder les yeux concentrés au même endroits.

Il y a bien sûr d’autres jeux qui gardent un maximum d’informations sur un HUD autour du viseur, mais là ‘javoue que rien ne me vient en tête.

Comment ça se traduit niveau difficulté pour moi ?

Bien sûr, cela me rend plus lent dans les jeux, mais aussi plus mortel, car je n’ai pas forcément de vue sur mon niveau de vie (qui s’affiche quand même d’une façon ou d’une autre quand on est près de la mort maintenant, via une couleur d’écran qui change, ou d’autres indicateurs bienvenus.)

Les jeux avec des puzzles se basant sur l’observation de son environnement son particulièrement retors : ça peut m’arriver de rester coincer vingt minutes dans un donjon parce que je n’ai pas vu la petite plateforme sur laquelle grimper, ou le mécanisme à déclencher pour progresser.

Il y a bien sûr des jeux où c’est juste « pas fait pour moi » et c’est évident que rien n’y changera. Les simulateurs de vol (qui se passent souvent dans le ciel, donc fortement illuminé), les jeux de foot ou de tennis (la balle est trop petite par rapport au terrain, et pas assez contrastée), les jeux de snowboard (noooon, sans blague.) et d’autres exemples auxquels là tout de suite je ne pense pas.

Petit aparté : si vous avez lu jusqu’ici, vous devez peut-être encore vous demander comment je fais pour vous coller une balle bien placée dans un jeu de tir comme Overwatch. La réponse est pourtant très très simple : la chance.

Non j’déconne.

Enfin pas tant que ça. Il y a toujours une part de chance, mais pour vous donner une idée, voici ce que je vois régulièrement quand je joue. J’ai entouré à peu près la zone où je vois. Tout ce qu’il y a autour, je dois forcément bouger ma tête pour la voir. Je dois forcément faire attention à une autre zone de l’écran de jeu et plus à celle que je vois « par défaut ». C’est bien sûr particulièrement approximatif mais ça devrait vous donner une idée. Du coup, quand je gagne, la victoire n’en est que plus délicieuse.

Voici un exemple de capture d’écran de Overwatch que j’ai quelque peu modifiée pour vous montrer un truc

Vous voyez le cercle noir un peu sur la gauche ? C’est mon champ de vision en gros quand je joue à un FPS. Je me positionne à cette distance et mon oeil ne peut voir que ça de façon claire. Si je m’éloigne, je n’arrive plus à distinguer les choses. Alors forcément, je scanne en permanence la périphérie de ce cercle, mais je ne peux pas « tout » voir. Et plus c’est éloigné du cercle, plus c’est difficile de le voir, car bien sûr je vais aller à un moment donné regarder de ce côté, mais le temps que je le fasse, je ne verrai plus à gauche ni au centre, et je perds un temps fou alors qu’une miliseconde peut vous séparer de la mort dans ce type de jeu. Par exemple là, je ne verrais pas le Soldat 76 ni le McCree immédiatement comme le ferait un joueur normal.

Et avec tout ça je termine Argent en partie compétitive. C’est pour ça aussi que je ne suis pas super exigeant avec moi-même. C’est pour ça aussi que je prends des personnages de type soutien comme Lucio où viser n’est absolument pas une priorité, ou bien Symmetra donc l’arme « vérouille » les cibles. Zenyatta a également son viseur automatique pour lancer l’Orbe de Discord, ce qui me permet de repérer plus facilement les ennemis potentiels. Je ne peux pas non plus jouer tous les personnages de support ou de tank : par exemple Reinhart demande une gestion de la zone particulière puisqu’il faut regarder devant mais être aussi à l’affut de ce qu’il se passe sur les côtés si on se fait canarder pour orienter le bouclier comme il faut et être utile à ses alliés.

Pas facile hein ? Pourtant je m’amuse, j’aide mes coéquipiers, et se sentir utile, c’est quand même diablement bon pour une personne handicapée. On sent qu’on a une place quelque part et qu’on est pas juste un rebut de la société. Oui c’est con, mais c’est instinctif. On ne peut rien y faire.

J’ai déjà participé à des tonnes de jeux en ligne où j’ai eu mes moments de gloire que je chéris. Je connais aussi mes limites : je sais qu’arrivé à un certain niveau je ne peux plus aider mes coéquipiers et que je ne serais qu’un boulet, car en face ils s’en foutront bienque j’aie un handicap, et le jeu ne me donnera aucun avantage.

Mais je m’égare, tout cela n’a pas grand chose à voir avec le sujet initial.

Pour revenir un peu au  sujet, arrêtons-nous deux secondes sur Overwatch et notez ses graphismes finalement assez épurés à l’ère du photoréalisme qu’on nous sert si souvent. Alors oui nos machines sont de plus en plus puissantes et il faut en profiter, mais Blizzard reste l’un des seuls développeurs qui met beaucoup d’emphase sur l’expérience utilisateur et j’aimerais que beaucoup de développeurs en prennent de la graine. C’est difficile à expliquer mais tout dans Overwatch est facilement voyant, facilement repérable. Les personnages sortent bien du décor et ne peuvent pas être confondus avec, il y a des indications à l’écran un peu partout… Valve, lorsqu’ils ont sortis Team Fortress 2, avaient expliqué avoir longuement réfléchi aux couleurs des pantalons des personnages par exemple, car c’est ce qui ressortait finalement le plus facilement pour différencier une équipe d’une autre, et surtout les faire ressortir par rapport au décor. On sent que comme chez Blizzard, il y a eu de la recherche, pas forcément sur l’accessibilité mais au moins sur l’expérience utilisateur de leur jeu. Notez aussi que Blizzard propose pour certains de ses jeux un mode daltonien, avec différents réglages fort sympathiques.

Ce qu’il faut retenir en tous cas, c’est que quand j’achète un jeu, je ne suis pas tout le temps cent pour cent persuadé de pouvoir y jouer.

Maintenant, passons un peu à ce que je fais pour remédier à tous ces problèmes.

Les solutions

Elles ne sont pas super nombreuses, et parfois, il s’agit plus de bricolages qu’autre chose, mais voyons voir ça déjà…

Les interfaces trop claires

Là ça dépend clairement de la crémerie ! Et il y a beaucoup de choses à dire.

On va expédier les choses simples :

  • Sur Android je n’ai pas utilisé l’OS depuis KitKat, et par conséquent je ne suis pas bien au courant de ce qu’il se fait. A cette époque l’interface était sombre mais certaines applis posaient problème. Cependant, beaucoup d’applis avaient aussi des mode « nuit » qu’on pouvait activer. En soi, je garde un bon souvenir de confort visuel avec Android (mais j’ai pas kiffé pour d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec mon handicap). Au niveau des moins : impossible d’avoir une vue nuit sur Chrome, et Firefox Mobile obligeait à redémarrer l’app quand on voulait changer les couleurs. Pas pratique et pourtant, c’est si simple… Voir juste en dessous :
  • Sur iOS et OSX, l’interface est la plupart du temps très claire. Heureusement, comme sur OSX la taille de la police, les contours et autres effets appliqués au texte font qu’il ressort bien mieux. Cependant, ça n’a rien d’optimal. Pas mal d’applis ont des modes nuit activables également, mais surtout, iOS a la même killer feature qu’OSX qui est l’inversion de couleurs. Comme un long discours peut être facilement remplacé par une petite vidéo, je vous montre ça :

Comme vous le voyez (oui je sais y’a le chat qui fait chier), 3 appuis rapides sur le bouton home, ou bien un appui sur une touche choisie au préalable passe immédiatement l’écran en couleurs inversées. Alors c’est sûr, on regarderait pas une vidéo ou des photos comme ça, mais quand vient le besoin ponctuel de lire un texte, on peut rapidement passer d’un état à l’autre. C’est vraiment le fait de pouvoir l’activer/désactiver rapidement qui est salvateur.

  • Sur Linux ou sur Windows, le résultat est quant à lui parfaitement aléatoire. C’est à la fois simple et compliqué.

Voici par exemple à quoi ressemble mon écran sous Windows 10 (cliquez pour agrandir)

Moche hein ?

Oui mais utilisable, et c’est ça qui est important.

Sous Windows, si on veut changer les couleurs d’interface, on est obligé de passer en mode « contraste élevé ». Un mode spécifique qui désactive toutes les fioritures de Windows. Avant Windows XP, ça faisait partie intégrante de l’interface, mais ce mode contraste élevé n’a jamais été implémenté dans l’interface d’XP, de Vista/Seven ou de 10. Je ne parle même pas de 8/8.1 où c’était une vaste blague. Pour les activer sur ces OS, il fallait passer en mode « Windows classique » et donc désactiver toutes fioritures comme transparence, transformations, et par conséquent une belle interface.

Alors vous allez me dire « Mais il existe pourtant des thèmes sur Internet et des skins pour transformer son Windows » sauf que ces « skins » se basent sur des bidouillages bancals à coup de DLLs systèmes à remplacer, ce qui avec Windows 10 est impensable tellement il se met à jour souvent. Ce n’est donc pas viable.

Bon soit, faisons une croix sur ça.

Je mets alors des couleurs plutôt sombres : j’évite le blanc sur noir tout bête sauf pour les endroits où je dois écrire et je profite d’avoir un peu de choix pour mettre du bleu foncé histoire de varier un peu et surtout de donner un peu de relief à l’interface. un pis-aller quand je repense à tout ce sur quoi j’ai fait une croix. Mais passons.

Jusque là ça va, j’ai un Windows moche, mais utilisable. Notez que c’est un peu pire sous Linux. Certes il existe des thèmes plus reposants, mais ils sont très dépendants de votre distribution et du gestionnaire de bureau que vous choisissez. Les problèmes de la diversité. Surtout quand vous décidez d’utiliser une application QT alors que tout votre bureau est en GTK : l’appli QT jure soudainement avec tout le reste.

Je m’aperçois alors avec une certaine horreur que le simple fait de changer les couleurs ainsi passe AUSSI ModernUI (l’autre interface de Windows, celle pour tablettes) en mode moche. Très très moche même. Il n’y a en fait aucun compromis : on peut soit passer tout en windows classique et couleurs personnalisables, ou soit… se taper les fenêtres lumineuses qui font mal aux yeux d’Axel. A noter que MS propose un mode sombre pour ModernUI, mais celui-ci ne fonctionne pas sur toutes les applications, et ne s’applique évidemment pas aux applications Win32, celles pour avant Windows 8… Tu parles d’un mode fiable.

Après, selon les applications, vous allez voir que ça marche plus ou moins bien…

Vous allez vous demander « mais comment c’est possible ». C’est pourtant très simple : il existe en ce bas monde des développeurs qui forcent la couleur de fond de leur application parce qu’ils veulent se DEMARQUER des autres fenêtres. Ils veuelnt faire LES INTERESSANTS avec leur fenêtre d’une AUTRE COULEUR que celle des AUTRES. Mais ils ne forcent pas la couleur de la police de caractère de leur fenêtre. Ce qui fait que quand MOI, UTILISATEUR je mets mes couleurs à moi, forcément, la police devient blanche… sur leur fond blanc.

Et vous savez quoi, le pire c’est que ce genre de problème est très répandu et existe depuis la nuit des temps, et parfois dans le sens inverse : le développeur force sa police en noir, ce qui bien sûr se voit beaucoup moins bien sur un fond noir, et c’est pour ça que j’utilise du bleu foncé histoire de voir quand un crétin de dev a forcé la couleur de la police.

Quand je parle de nuit des temps ça remonte easy à Windows 3.1, alors vous voyez…

Chaque fois qu’un dev fait ça je pête un câble, sérieusement. Le pire c’est quand ça rend l’appli tellement inutilisable que du coup je suis obligé de temporairement repasser en Windows normal pour l’utiliser.

Pour la petite histoire, j’ai découvert un truc amusant en discutant avec les dev de Chrome. Un jour, j’en ai eu marre, j’ai crée un suivi de bug parce que sous Chrome j’avais du blanc sur blanc dans les menus contextuels. Le dev qui a regardé ça à bien halluciné : Chrome, et d’autres applis d’ailleurs, interrogent un flag laissé par Windows (une variable système, on va dire) où Windows dit « cet utilisateur est en mode contraste elevé » et donc l’application doit s’adapter en conséquence. Sauf que simplement changer les couleurs crée un état batard où ce flag est mis à 1 MAIS PAS VRAIMENT parce que c’est Windows et qu’il y a des bugs partout aux endroits où on les attend pas. Du coup dans ces conditions, Chrome était un peu infoutu de savoir à quoi s’attendre : utiliser les paramètres couleur de l’utilisateur ou pas ? Forcer du blanc sur noir ? Que faire ? Au final ça a été plus ou moins corrigé après 1 an de debug et d’un passage sous Windows 10 (où on imagine que MS a corrigé ce bug en revoyant l’interface du bureau).

Ce que je retiens de tout ça c’est qu’un ami développeur, un jour, m’a remercié de lui avoir montré tout ça, parce qu’il s’est rendu compte que de travailler toute la journée avec des interfaces lumineuses ça le fatiguait et avec une interface sombre ou utilisant des couleurs qu’il trouvait plus reposantes, sa fin de journée était bien moins pénible en sortant du taff.

Les jeux vidéo

Etant donné le peu de configuration dans les jeux il n’y a pas grand chose à faire. Pour palier à ma vision qui doit se déplacer manuellement, on va dire, je joue dans 95% des cas en mode fenêtré, ça permet d’avoir une plus petite zone de jeu et hé, ça permet de foutre tout à fond sans faire sauter la carte graphique, c’est tout bénéf !

Et la navigation web ?

Quand j’ai découvert Firefox 1.0 début des années 2000, j’ai été enchanté par le fait qu’on pouvait forcer les sites web à adopter les couleurs qu’on voulait. Bon c’était pas super pratique non plus car des fois on avait besoin de tout remettre comme il faut et fallait aller tout réactiver dans les options, mais passons.

Puis un jour j’ai découvert l’extension Stylish. Elle existe pour Chrome ou Firefox, donc regardez dans vos liste d’extensions respectives. Stylish réécrit le CSS d’une page à la volée. le CSS c’est la feuille de paramètres qui dit à quoi doit ressembler une page web. Polices, couleurs, styles de tableaux, tout y est. Du coup cette extension de navigateur réécrit le CSS de chaque page pour y changer les infos qu’on veut : fond de page, couleur des textes… J’utilise un style qui s’appelle « Light be gone! » que je modifie un peu pour ajuster deux ou trois couleurs.

Le petit problème de ça c’est que sur de nombreux sites, ben, ça donne de la grosse merde parce que un jour, quelqu’un s’est dit que foutre les images dans le CSS c’était une putain de bonne idée.

Heureusement que l’extension est accessible facilement depuis la barre de navigation parce que j’aurais déjà pêté un câble d’Internet au bout d’un moment. Les sites qui font comme ça sont très nombreux et malheureusement je n’y peux pas grand chose. Du coup je profite du web sans tout ça. C’est un peu triste et les webdesigners du monde entier doivent me hair de ne pas pouvoir apprécier leur travail mais honnêtement, à ce niveau j’en ai vraiment rien à foutre si je peux pas naviguer où je veux.

Sur certains sites naturellement sombres, comme Steam, ou Pornhub^W je le désactive automatiquement via une liste d’exceptions mais je ne peux malheureusement pas le désactiver sur d’autres sites au risque de mourir dans d’atroces souffrances avant la fin de la journée.

Conseils

Si vous êtes développeur, par pitié, lisez ceci. 

Pour les jeux

  • Il faut penser à reposer les yeux du joueur : quand il consulte des interfaces il doit lire, il faut donc que tout soit lisible et pas écrit en police 6 parce que lol il faut tout caser dans cette petite bulle sinon mon beau design va être foiré. Si on arrive pas à utiliser une interface, c’est que son design EST raté.
  • Utiliser un maximum le son dans votre jeu. Un bon sound design se repère quand le moindre son vous donne une information cruciale. Blizzard par exemple est passé maître dans ce genre de détail qui sauve les vies des malvoyants dans leurs jeux. Des exemples tout con comme :
    • Les héros de Overwatch qui parlent en déclenchant leurs ultis oui qui parlent pour dire ce qu’il se passe.
    • Les bruits de pas des ennemis toujours dans Overwatch qui sont beaucoup plus audibles que ceux des alliés.
    • Dans Diablo, le personnage qui parle quand il n’a plus beaucoup de vie ou de mana, ça évite de regarder les jauges constamment.
  • Ce ne sont pas des jeux Blizzard mais Valve a beaucoup apporté avec Left 4 Dead et Team Fortress 2 :
    • Dans L4D les personnages parlent constamment pour décrire la situation : Attention un hunter, je suis mal en point, on est presque arrivés, etc. Ca a l’air de rien comme ça et ça a été surtout fait pour faciliter la communication en multijoueurs (les joueurs n’ont du coup pas à taper des phrases ou à parler au micro eux-même : les personnages le font pour eux en donnant les infos importantes), mais ça aide vachement quelqu’un qui n’y voit pas bien.
  • Evitez les couleurs criardes, et surtout, surveillez les contrastes. Personne ne veut lire du jaune sur blanc ou du bleu clair sur blanc, tout comme personne n’a envie de lire du rouge sur noir.

Pour les applications

  • *prend sa respiration*
  • NE. FORCEZ. PAS. DES. COULEURS. DANS. VOS. APPLICATIONS.
  • Chaque fois que vous le faites, dieu tue un chaton.
  • Je déconne pas.
  • J’ai envie de foutre la tête des dev qui font ça dans un seau d’eau de javel.
  • C’est vraiment pas drôle.
  • Même si c’est tentant, évitez d’utiliser des habillages d’interface qui sortent de l’ordinaire. Il y a une raison pour laquelle on laisse l’OS gérer ça : déjà pour que l’interface soit uniformisée et puisse être également skinnable selon le bon vouloir de l’utilisateur.
  • Obéissez aux variables et aux paramètres de l’OS, pour tout : taille de police, police utilisée, etc. Rien à battre que vous vouliez faire ressortir le titre de votre appli avec un effet kikoo, si ça nique l’accessibilité, votre utilisateur ira voir ailleurs.
  • Je veux pas vous stresser mais faites le vraiment, évitez de mettre quoi que ce soit en dur, ça vaut pas seulement pour l’accessibilité mais aussi pour des paramètres aussi cons que l’emplacement du dossier Windows. Chaque OS a des tonnes de variables d’environnement que vous pouvez utilisez alors faites-le.
  • Encore une fois, rappelez-vous que vos OS, que ça soit Windows, OSX, Linux, iOS, Android, ont des API pour l’accessibilité. Utilisez-lez. Renseignez-vous. Il y a des descriptifs à mettre pour les malentendants pour qu’ils comprennent les sons que produisent vos apps. Pensez à sous-titrer vos scènes cinématiques et TOUS les dialogues pour eux aussi. L’OS qu’ils utilisent est configuré selon LEURS besoins. Il peut y avoir la loupe d’activée, ou le texte en plus gras, les couleurs plus plates ou plus contrastées, mais si votre OS est bien fait, tout cela y est documenté. J’avais lu pour le fun le guide de dev d’iOS sur l’accessibilité et c’était tellement ahurissant les petits détails auxquels ils ont pensé. Enormément de cas de figure sont prévus, pour des tas de handicaps et même si on peut pas tout prévoir, il y a au moins des options très bien pensées pour les plus répandus. Tenez moi, par exemple, je ne pourrais plus vivre sans les couleurs inversées sur iOS/OSX.
  • Allez faire un tour dans les options d’accessibilité de vos OS et jouez avec un peu, vous vous rendrez vite compte du calvaire que certains pourront éprouver avec vos applications. Mettez-vous dans leur peau autant que possible (même si c’est, en vrai, impossible, vous n’y arriverez pas, tout comme moi je suis infoutu de savoir comment c’est de bien voir)

Conclure

Voilà, je pense qu’on peu conclure. C’était long, j’en conviens, et probablement un peu brouillon, mais le sujet est archi vaste. J’ai probablement oublié des tonnes de trucs sur lesquels je bute tous les jours mais j’ai tellement pris l’habitude de passer outre ces obstacles qu’ils ne me viennent pas vraiment à l’esprit.

Bref, je sais que les visiteurs de ce blog liront ça surtout par curiosité, mais si un jour, des développeurs de JV, d’applications web, lourdes ou mobiles voient ce texte, vous saurez maintenant pourquoi vous avez mal au dos, c’est pas parce que vous codez toute la journée. Non, c’est parce que j’enfonce régulièrement des petites aiguilles dans des poupées voudou à votre effigie.

Plus sérieusement, prenez tout ça en considération, en vous disant que je ne suis pas la majorité, mais que j’existe moi aussi, et qu’il y en a d’autres comme moi. L’informatique, elle est à tout le monde, surtout en 2017 où elle est tellement omniprésente qu’en être exclu, c’est être exclu du monde.

Je voulais faire un article en avril dernier mais ça ne s’est pas fait. Donc je profite d’avoir un peu de temps entre deux corrections d’Eternity pour vous raconter un peu ce qu’il est passé il y a 10 ans, par un beau printemps. Ce sera un voyage très personnel de dix années que je n’ai pas vues passer.

Il était une fois, en l’an de grâce 2006…

Replaçons déjà les choses dans leur contexte : en 2006, nous sortons d’une année 2005 ma foi pas folichonne folichonne en termes d’animés. Oh, il y a bien eu quelques trucs sympa, notamment Shana, Shuffle! ou encore Full Metal Panic The Second Raid… Oh et puis aussi Nanoha A’s, My Otome, Mushishi et la première saison de Negima *tousse*. Mais voilà, c’était pas si incroyable que ça, admettons-le. A part Nanoha, aucun de ces animes, même s’ils avaient leurs qualités, n’ont crée de fandom aussi important que ce qui va débouler en 2006.

Et je ne vous parle même pas encore de Haruhi ! En 2006, c’est l’année de Code Geass, de Fate Stay Night, de Higurashi… Trois séries qui auront sans aucun doute marqué leur époque durablement. A ceux-ci s’ajoutent Utawarerumono dont on a eu une saison 2 cette année, Welcome to the NHK, Negima!? par SHAFT, Oban Star Racers, et ce chef d’oeuvre contemporain qu’est Lingerie Soldier Papillon Rose. Amo en garde encore des séquelles.

Continue Reading

(C’est surprenant comme je n’avais jamais encore osé faire ce titre.)

J’adore commencer des articles sans savoir si je vais oser cliquer sur le bouton Publier ou non à la fin. Je vous préviens, ça va probablement être déprimant pour vous, et embarrassant pour moi.

Je suis jamais pour vraiment étaler ma vie sur les Internets. C’est personnel, c’est chiant à lire, les gens en général s’en foutent. On cherche à se divertir sur Internet, à s’informer, pas à lire les plaintes de quelqu’un. C’est du coup assez frustrant d’un côté, parce qu’on a envie d’écrire, sans savoir si on va être lu. C’est l’équivalent de parler dans le vide, ou parler à un auditoire composé de groupes occupés à discuter entre eux. Il n’y a rien de mal à ça, mais c’est juste que ce n’est pas très engageant, vous en conviendrez.

Et puis il ne faut pas perdre de vue que Meido-Rando reste un blog personnel, un endroit où j’y écris ce que je veux. J’étais à vrai dire parti pour vous parler de Atelier Sophie sur PS4, et puis je ne sais pas par quelle mystère mon esprit s’est mis à réfléchir à des sujets plus vastes, plus déprimants aussi.

Il y a plein d’évènements liés à tout ça. On ne se met pas à déprimer comme ça d’un coup, et il est probable que d’ici à ce que j’aie fini cet article tout aille mieux, mais pour le moment ce n’est pas le cas.

Il y a surtout plus de changements autour de moi que je n’aimerais en voir, j’imagine. Je suis quelqu’un de très casanier. On dit tel maître tel chat, et les récents problèmes de santé de Shami m’ont fait prendre conscience à quel point j’étais comme lui. Le moindre changement dans mon environnement prend des proportions parfois problématiques. Le vrai problème c’est qu’à côté de ça j’aime aussi le changement. C’est hyper contradictoire mais je suis du genre à m’ennuyer si je reste trop sur le même jeu, la même activité. J’ai besoin de varier les plaisirs, ne pas toujours manger la même chose (contrairement à ce que les légendes racontent.)

Shami a eu une cystite. Rien de grve hein, mais sur le coup, étant tout seulà m’en occuper, c’était vraiment hyper stressant. Je ne me suis jamais autant senti désemparé. A cause de mes problèmes de vue il m’était impossible de vérifier s’il avait bien uriné (et mettre son nez dedans était hors de question) ou de lui faire prendre ses médicaments. Heureusement tout s’est bien goupillé car j’avais des amis formidables, une boulangère formidable et des parents formidables qui se trouvaient être là au bon moment. Mais ça m’a fait prendre conscience que j’étais seul. Terriblement seul, chez moi, et qu’en cas de gros pépin, je serai vraiment affreusement seul. Shami c’est mon rayon de soleil, ma machine à ronrons, le genre de chat tellement attaché à vous qu’il vous suit où vous allez dans la maison, qu’il vient vous faire des câlins alors que vous êtes assis devant le PC, que quand vous allez faire une sieste dans le canapé, il vient se blottir contre votre torse, et repose sa tête sur votre bras arpsè l’avoir léchouillé. C’est un bro. Un petit bro. Un enfant aussi. C’est pas pareil mais pour moi c’est comme ça. Vous comprendrez alors que, mis en garde par le vétérinaire que ça pourrait se reproduire, et surtout que si je n’avais pas immédiatement réagi, il aurait pu en mourir si ça avait été un blocage de la vessie. Ca m’a fait prendre conscience qu’à déjà 5 ans, Shami est mortel, comme nous tous, et ça m’a fait imaginer des trucs pas cool, comme le jour où il s’en ira pour de vrai, et je crois que j’en pleurerai toutes les larmes de mon corps et serai inconsolable pendant des mois. Riez, riez, mais c’est tout sauf fun.

Bien sûr beaucoup pourront rétorquer « Trouve-toi une copine ! » sauf que tout le monde le sait, c’est plus facile à dire qu’à faire. Les rencontres se font souvent sur des coups de chance ou des opportunités que je suis bien incapable de saisir. Mon handicap a toujours fait que dans la vraie vie sans Internet je suis comme un animal sans défense, incapable de faire le premier pas. De peur de déranger, de peur de passer pour ce que je ne suis pas. J’ai du mal à comprendre les histoires de harcèlement de rue vécues par les femmes de nos jours. Pas que je ne les croie pas, bien au contraire, mais juste que pour moi, accoster une fille dans la rue, dans un bar, pour lui demander son numéro ou juste discuter avec elle me paraît tellement inconcevable, tellement idiot, bête, tellement « pas moi » que j’ai du mal à comprendre que des mecs qui osent faire ça puissent exister. Et puis sans se mentir, je sais bien que je ne suis pas des plus attirants. Les plus sûrs d’eux diront que ça demande des efforts que je ne fais pas et me reprocheront des tonnes de choses. Ils auront raison, je ne suis juste pas en état de me défendre actuellement et je laisse donc couler. Je me suis même convaincu qu’être seul c’était mieux que mal accompagné. Ce qui est vrai en soi. Je me vois mal vivre avec quelqu’un que je n’aime pas, juste par désespoir et peur d’être seul. C’est complètement crétin et je préfère arrêter les choses si je ne sens pas la relation aller dans le bon sens. Chaque fois que j’ai cotoyé quelqu’un, parfois de près, parfois de loin, je me suis demandé « serais-je heureux avec cette personne ? » et chaque fois la réponse fut « Non. » Est-ce que je suis trop exigeant ? Probablement. Pourtant je suis capable d’aimer, en atteste l’amour que je porte à mon chat, à mes amis, à ma famille, ou même l’amour romantique que j’ai pu porter à des femmes avec qui je suis sorti ou avec qui j’ai essayé… mais je suis un être complexe, trop complexe sûrement, et j’ai trop d’exigences. Aimer, vivre en couple c’est faire des concessions que je me retrouve la plupart du temps incapable de faire. Je suis trop con pour ça, trop égoïste. Ca fait bizarre de dire ça, parce que pourtant je suis capable d’une générosité énorme sur plein de choses. J’ai participé à des tonnes de financements participatifs, j’ai aidé des amis dans le besoin sans jamais en attendre quoi que ce soit en retour, j’ai jamais hésité à payer des trucs à des amis sur un coup de tête. Rendre les gens heureux me plaît parce que je n’aime pas être entouré de gens malheureux. Dans un sens c’est égoïste. Je suis incapable de me rendre moi-même vraiment heureux.

Est-ce que je jalouse le bonheur des autres ? Non, je ne pense pas. Dans ma tête j’estime être vraiment heureux pour tous ceux que je connais, amis proches comme moins proches, qui se sont récemment mariés ou qui attendent un enfant. Ce sont des évènements incroyables et sources de bonheur, et je suis honnêtement content pour eux, même si dans un sens, ces évènements me donnent l’impression de me sentir de plus en plus éloigné de ces personnes. C’est paradoxal, non ?

Je suis ainsi plein de contrastes. J’ai besoin d’indépendance mais aussi de chercher le contact avec les autres. Je me vois mal partager mon apartement avec quelqu’un parce que j’ai besoin de mon jardin intime. J’y ai été tellement habitué que je crois que c’est ce qu’on appelle le célibat endurci. Pourtant ça a pas si mal marché que ça il fut un temps : j’ai réussi à vivre 3-4 ans sous le même toit que quelqu’un d’autre. Cela me laisse à penser que totu espoir n’est pas perdu et il n’est pas rare que je repense à ces années avec beaucoup de nostalgie. C’était loin d’être désagréable, et j’ai réussi à forger grâce à cela plusieurs amitiés que je considère aujourd’hui très importantes pour moi. Merci à ceux que j’ai hébergés quelques mois ou années dans mon appartement, je vous aime tous très fort.

Outre ces considérations sentimentales que n’importe quel célibataire de presque 35 ans se poserait, les changements se font aussi au niveau de mes activités.

Comme vous le savez probablement si vous cotoyez le milieu associatif otake, la Brigade SOS Francophone, que j’ai fondée avec l’aide d’autres merveilleuses personnes, n’est plus que l’ombre de ce qu’elle a été. On ne va pas se voiler la face hein : la faute à un non renouvellement des membres, à chacun qui a sa petite vie et qui veut passer à autre chose, qui a d’autres occupations… Tout cela est normal et naturel. Les membres d’hier qui sont partis de l’association on chacun continué leur route, mais je pense sincèrement que l’asso leur a apporté beaucoup de choses qu’ils ne réalisent probablement pas. Quand je vois tout ce que ce petit monde est devenu, je me dis que j’ai de quoi être fier. Le problème, c’est que c’est sympa d’être fier, que c’est super que grâce à cette association des gens se sont rencontrés, des couples se sont formés, des amitiés se sont crées… Mais aujourd’hui, il n’en reste plus grand chose. On fait toujours des activités àd roite à gauche, mais chaque fois cela m’apporte du stress car je suis trop attaché à cette association pour la voir décrépir et échoué dans ce qu’elle entreprend. Il y a une possibilité non nulle que je quitte l’association en 2016, ça fait des années que ça me démange. Mais chaque fois je me dis qu’après tout, une association peut très bien continuer à vivre en faisant ce qu’elle veut. Elle n’est pas fixe. On a déjà arrêté les fanzines parce que nous n’avons plus les moyens humains pour créer et vendre sur des conventions. Aujourd’hui c’est la partie activité qui n’aura bientôt plu les moyens humains de subvenir à ses besoins, on l’a bien vu à Epitanime 2016. Même si ça s’est globalement bien passé, il y avait trop de pression exercée sur les gens, qui au bout du week-end étaient lessivés et forcément, prompts à gueuler pour un oui ou pour un non alors que finalement, quand on regarde comment ça s’est passé, on peut en tirer un bilan positif. Le souci c’est que moi aussi je fatigue. Je n’arrive plus à arrondir les bords entre les gens. Gérer une association c’est aussi gérer de l’humain, et il y a des moments où, derrière mon masque de vice président/fondateur gentil et plein de compassion pour tout le monde, j’ai juste envie d’envoyer tout valser et de dire « Démerdez-vous, moi je me casse. » Ca aurait pu arriver bien plus tôt aussi, quand l’association était bourgeonnante et pleine de gens au sang vif. Mais à l’époque je n’étais pas seul à vouloir arrondir les bords, du coup ça a pas mal aidé. Aujourd’hui je suis fatigué de tout ça. Fatigué de stresser pour ce genre de choses. Le problème étant que si j’arrête ça, je sais que je me couperai de ce qui fait qu’on existe au sein d’une communauté : l’activité. Je n’écris plus beaucoup sur Meido-Rando, je n’ai plus beaucoup de présence. J’essaye de chérir mes amis les plus proches, mais je me rends compte que je suis incomplet, qu’il me manque quelque chose. C’est aussi une volonté de personne handicapée, de vouloir se sentir utile aux autres. Ca me permet de me dire que oui, les gens ont besoin de moi, moi qui suis incapable de m’occuper de mon chat en difficulté tout seul, ou qui suis incapable d’intéragir avec des inconnus en société.

J’imagine qu’il me faudrait un nouveau souffle, un phénomène similaire à Haruhi en 2006 pour me faire sentir vivant (dédicace à la VF de Metal Gear Solid) de nouveau, mais ça ne vient pas. Rien ne me passionne réellement ces derniers temps. J’aime toujours lire des mangas, regarder des animés ou jouer à des jeux vidéo, mais si vous me demandez qu’est-ce qui me passionne réellement au point où je voudrais fédérer une communauté tout autour, où je voudrais créer des choses autour ? Il n’y a rien. J’ai la désagréable impression d’avoir fait le tour de beaucoup de choses, de n’avoir plus rien à offrir. J’ai besoin de faire partie de quelque chose, de m’impliquer dans un projet et aujourd’hui cette envie est bien vide, parce que j’ai du mal à canaliser ce en quoi je peux être utile. Je l’ai bien vu avec Jonetsu l’an dernier, la convention amateur qui s’est crée autour de pas mal de gens de l’otakusphère que je fréquente. Je n’ai servi à rien ou presque, et je pense que ça a été le début d’une longue pente descendante. Si à l’époque j’avais déjà écrit sur le sujet, je me rends compte aujourd’hui encore que cela m’a probablement encore plus affecté que je ne le pensais. C’est toujours avec le recul qu’on mesure la pleine puissance des évènements, tous les historiens vous le diront.

Vous allez me dire « Et Eternity, ta nouvelle histoire, dans tout ça ? » C’est bien la seule chose qui m’empêche de sombrer dans une dépression totale. Sedeto ne s’en rend peut-être pas compte mais elle n’a pas idée du bonheur qu’elle me procure en créant des illustrations autour de ça. Si elle était là à côté de moi je lui aurais déjà fait un gros câlin pour la remercier. Le problème au final étant que je n’arrive pas à avoir de retours, si ce n’est le petit cercle de prélecteurs autour de moi. Voir les ventes et les retours de Blind Spot m’ont donné espoir que j’étais capable de parler aux gens de nouveau via mes écrits : chose que je n’ai plus connue depuis le début des années 2000, quand j’écrivais des fanfictions et que chaque nouvel écrit me valait des dizaines et dizaines de retours de gens qui trouvaient ça bien, ou pas. Avec Eternity, je n’ai hélas pas de retours ou si peu. Je ne sais même pas si ça plaît. Je ne sais même pas ce qui déplaît dans l’histoire. Je ne sais pas si c’est de la merde ou si j’ai une chance de le publier un jour. C’est en faisant tout ce travail de promotion que je me suis rendu compte que j’ai eu un bol monstre que Rosalys m’ait poussé à finir Blind Spot pour le publier. Sans ça je ne sais même pas si j’aurais eu le coeur de finir l’histoire. Peut-être serais-je encore en train d’écrire à l’heure actuelle les derniers chapitres. C’est vraiment terrible comme sensation, d’avoir l’impression d’écrire dans le vide quand on constate qu’on est pas lu. On dit bien sûr (et je suis le premier à le dire) qu’il vaut mieux écrire pour soi avant toute chose, mais je ne peux pas m’empêcher parfois de me dire qu’un peu de feedback ça serait quand même cool. Parce que faire rire, apporter le sourire, ou faire pleurer, faire ressentir tout bêtement des émotions, c’est ce qui me pousse le plus à écrire. Si je n’y arrive pas, si j’avance à l’aveugle (c’est bon vous pouvez ricaner grassement.) je suis en situation d’échec et l’échec n’est jamais agréable.

Je pense que je vais arrêter là pour le moment. Si vous avez lu jusqu’ici, alors vous avez toute ma gratitude, et je crois que j’ai encore des dettes sous forme de coca depuis le post de l’an dernier. Je n’attends de personne qu’il fasse quelque chose suite à ça. A vrai dire je ne sais même pas quoi faire à part regarder le temps qui passe et continuer ce que je fais de mieux en ce moment. Qui sait, une opportunité se présentera peut-être demain, ou dans un mois, ou dans six mois. Je reviens toujours plein de rêves dans les yeux en revenant du Japon, et partir de nouveau cette année ou l’an prochain est bien l’une des seules choses qui me pousse à aller de l’avant ces derniers temps. C’est une des seules choses avec Eternity qui me fait me dire que j’existe.

Cela ne s’est peut-être pas ressenti, mais j’ai écrit ceci avec une légère boule dans la gorge et la voix un peu tremblante. Prendre les appels téléphoniques entre deux paragraphes n’a pas été très simple ! J’espère que cela ne vous aura pas fait soupirer ou déprimer. Je suis bien conscient que je ne suis pas à plaindre, loin de là. J’ai un travail stable et bien payé, un toit où dormir, des amis qui m’aiment et de quoi manger et boire. Des luxes qu’une bonne partie de la population mondiale ne possède pas. Alors, après tout, en quoi ai-je le droit de me plaindre ? Je me dis souvent ceci, ça m’aide à prendre sur moi quand quelque chose ne va pas. Il y a sûrement plus malheureux que moi, mais ça ne veut pas dire que moi non plus, je n’ai pas le droit d’accéder au bonheur. Peut-être que j’ai juste besoin d’un coup de pouce après tous ceux que j’ai donnés. Peut-être que j’ai juste besoin d’être réconforté. Peut-être que j’ai juste besoin de me plaindre une fois par an de ce qui ne va pas dans ma vie pour me rendre compte de tout ce qui va.

Désolé de vous avoir fait subir ça, et merci d’être resté jusqu’au bout.

Je crois que j’ai besoin d’une bonne grosse (LAN) party party.

Le billet qui va suivre est un peu plaintif et je m’en excuse d’avance. Vous savez comment c’est : vous avez envie d’écrire quelque chose, il faut que ça sorte, même si au final c’est très personnel, mais comme vous allez le voir, ça ne pouvait pas tenir sur les 140 caractères de Twitter. Ah oui, ça sera un peu déprimant aussi, désolé. Et personnel. Ah merde je l’ai déjà dit.

Tout ou presque part de Jonetsu. C’est dommage car l’évènement s’est très bien passé, et je suis content d’avoir pu assister à la naissance de cette jeune convention pleine de promesses mais qui reste encore fragile (comme tous les novueaux projets, c’est normal.) Comme vous le savez peut-être, je me suis pas mal investi là-dedans dés le début où j’ai été trésorier de l’association qui gère Jonetsu, Nijikai. Le problème étant que je n’ai pas fait un très bon trésorier. Je me suis présenté plus par défaut parce qu’il en fallait un, et que, jusqu’à preuve du contraire, je suis quelqu’un qui a la tête sur les épaules, les deux pieds sur terre et tout ça. C’est nécessaire pour un bureau d’association qui manipule des grosses sommes et avec des enjeux autres que ceux de la Brigade SOS Francophone, par exemple. Je m’estimais donc capable de prendre de bonnes décisions réfléchies et de faire mon travail consciencieusement. Mais la réalité m’a bien vite rattrapé, et j’ai pu constater que les chiffres, c’est définitivement pas pour moi. J’ai donc plus ou moins abandonné mon poste et laissé tout le travail au secrétaire à tout faire Kabu, qui a assuré comme une bête. Il faut dire aussi que je n’étais pas aidé : n’étant pas sur Paris je n’avais ni chéquier ni possibilité de faire des virements pour des raisons pratiques (toutes nos négociations et autres actions se font sur Paris.)

Bref, ça a insufflé en moi un sentiment d’inutilité qui s’est installé trankilou. Petit mais sournois. Je me suis rendu compte, à l’approche de la convention que je ne pouvais pas faire énormément de choses pour aider, à cause de mon handicap et du fait que je n’étais pas sur place avant l’évènement. Et pour moi qui ai toujours été si actif dans mes autres rôles associatifs jusqu’ici, c’était un peu la douche froide. Je me suis senti inutile, si bien que pendant la convention, j’ai tenté de me rendre utile tant bien que mal. J’ai échoué, en mon sens, car l’évènement était suffisament petit et nous étions si nombreux qu’il n’y avait pas beaucoup de choses que j’étais le seul à pouvoir faire.

Vous savez, c’est comme ces gens drogués du travail, qui tout d’un coup partent à la retraite : ils se sentent comme une fleur fânée parce qu’ils n’ont plus rien à faire. C’est un peu ce qui m’arrive, et le problème c’est que ça va en se détériorant.

Suite à l’évènement, certaines personnes dont je tairais les noms et propos m’ont dit des choses qui m’ont blessé. C’était sur le moment, ça ne leur a peut-être pas paru comme ça mais ça m’a affecté, parce que ça a accentué mon sentiment d’inutilité.

Et c’est un sentiment qui prend une toute autre ampleur quand on est invalide.

Il y a toujours, toujours eu des choses que je n’ai jamais pu faire, à l’école comme au travail. C’est pas si méchant que ça, en fait. Ne pas pouvoir rebrancher un serveur dans un rack parce qu’on trouve pas les prises et les câbles qu’il faut. Ne pas pouvoir faire cet exercice de géométrie parce que ça ne me parle pas, bref, vous voyez le topo. Avec l’âge, j’ai pris petit à petit conscience de toutes ces choses que je ne peux pas faire seul. Je suis loin d’être un handicapé moteur et certainement pas à plaindre. J’ai toujours considéré ce « 90% » sur ma carte d’invalidité comme excessif. Pourtant, plus le temps passe plus je me demande si ce n’est pas si mérité que ça en fin de compte.

Je m’en foutais donc au début, mais j’ai eu ces derniers temps certains évènements qui m’ont fait remarquer que ben, je ne peux pas faire comme tout le monde, et ça m’emmerde beaucoup.

Un autre sentiment très pénible qu’ont beaucoup de personnes handicapées, c’est cette fierté mal placée de vouloir être comme les autres et refuser toute aide. Je peux traverser la rue tout seul, je n’ai pas besoin qu’on m’aide. On se sent rabaissé quand on nous aide à marcher, à se faire guider dans les rues de Paris. On a l’impression d’être un poids pour les autres. Du coup même si cette fierté s’estompe rapidement et qu’on accepte l’aide des autres, de gré ou de force, on abandonne une partie de son statut d’être humain et on se rend à l’évidence. Il y a des handicapés qui peuvent parfaitre aigris parce qu’ils sont comme ça, ils n’aiment pas être considérés comme tels. Ca me fait penser au lieutenant Dan dans Forest Gump qui vit pas super bien sa condition après le Vietnam, si vous voyez ce que je veux dire.

Du coup, tout cela mène vers un autre sentiment qui ne devrait pas exister : l’horreur de déranger les autres. On veut pouvoir faire ceci ou cela, mais déranger les autres ça nous fait chier, soit parce qu’on aime pas être redevables, ou soit (et c’est plutôt mon cas), être un poids pour les autres. Quand je demande à un ami de m’amener quelque part en voiture, je sais que je lui prends de son temps, de son essence, et ça me fait chier. Je me rattrape, je lui paye à manger, un jeu sur Steam, je fais quelque chose quoi, mais ça n’en reste pas moins gênant.

Et le problème c’est que ces deux sentiments, ne pas vouloir déranger et ne pas vouloir être traîté différement, sont presque mécaniques, inconscients. J’ai beau me convaincre que ce n’est pas si grave, mon premier réflexe est de penser que je ne suis pas handicapé et que je dois me débrouiller seul, alors que je cours peut-être un danger à aller seul, à pied ou en bus, quelque part, à me tromper de route, de ligne de bus ou à rater l’indication qu’il ne faut pas traverser la route. Dehors c’est plein de dangers quand on y voit rien. Le trottoir un peu trop haut, la voiture qui arrive à toute berzingue, le numéro de rue mal ou pas indiqué. Par où on rentre dans cet endroit ? Où est l’accueil ? Est-ce que j’ai pas loupé un écriteau qui disait défense d’entrer ? Est-ce que je gêne ? Est-ce que je suis seulement au bon endroit ?

Voilà le genre de questions qui me passe par la tête quand je voyage seul. C’est angoissant, vous n’avez pas idée. Ca demande de faire confiance aux gens, on a pas le choix. Quand je me tourne finalement vers un passant pour qu’il me guide, je dois me demander s’il ne va pas me mener en bateau ailleurs, ou tout un tas d’autres questions débiles.

Si j’ai fait cette disgression sur la locomotion, c’est pour que vous vous rendiez bien compte que quand je demande de l’aide à quelqu’un, c’est vraiment parce que j’en ai besoin, et que ça me rappelle amèrement que je ne peux pas faire comme les autres. Vous savez, comme quand vous vous convainquez que vous pouvez tout à fait monter ce meuble IKEA sans la documentation. Vous le ressentez quand vous regardez ce manuel mais que votre fierté vous dicte que c’est pas bien et que vous pouvez tout à fait vous en passer. Ben là c’est pareil mais ça concerne absolument tout.

Du coup, j’ai fait le choix assez acide de me désintéresser de ce qui se passe autour de Jonetsu. Parce qu’au final, c’est peut-être mieux ainsi. Je ne sers à rien, alors à quoi bon ? Petit à petit, je me suis rendu compte que c’était pareil avec la Brigade, qui va, spoiler de ouf, réduire considérablement ça partie création voire carrément l’abandonner d’ici la fin de l’année pour se concentrer sur les activités, auxquelles je ne peux pas non plus participer de façon aussi active que je l’aimerais. Et au final je trouve que je le vis bien. Je retrouve l’envie de faire des choses pour m’amuser, d’écrire de nouveau, je me sens libéré. Ca m’a fait du bien, là, pendant près de deux mois, d’en avoir strictement rien à foutre de ce qui pouvait bien se passer. Et je ne dis pas ça méchamment, hein. Toutes ces assos autour de notre sphère otak’ font de leur mieux et s’en sortent très bien d’ailleurs, mais moi, j’ai l’impression soudaine que ce n’est plus pour moi, qu’on a franchi un cap et que je ne peux plus suivre, que ça soit à cause de mon handicap ou de ma fatigue personelle. Peut-être est-ce un signe avant-coureur de dépression, je n’en sais rien à vrai dire.

J’ai d’autres exemples si vous voulez. Tenez, en ce moment je rejoue beaucoup à Final Fantasy XIV, un MMORPG très sympa sur PC, PS4 et PS3. J’y joeu avec des amis parce que, surprise, un MMORPG tout seul c’est sympa cinq minutes, mais avec des gens avec qui parler de nos aventures, c’est tout de suite plus fun. Bref, jusqu’ici dans le jeu j’ai joué une classe de DPS, c’est à dire, qui fait des dégâts. Mon but dans la vie c’était de taper, de ne pas gêrer la défense (on laisse ça aux « tanks », des personnages faits pour encaisser les dégats ennemis) ni le soin de mes alliés (on a toujours un soigneur dans l’équipe.) L’avantage du DPS, c’est que si jamais il m’arrive un truc, si je ne suis pas à la hauteur ou que je meurs, je ne pénalise pas l’équipe dans son ensemble. Le tank peut continuer d’encaisser, le soigneur peut continuer de soigner et eventuellement me réssuciter pour que je revienne en combat. Je me plaisais bien en DPS, mais comme FFXIV est un jeu qui pousse le joueur à élargir ses horizons, je me suis dit que j’allais commencer à m’entrainer au rôle de soigneur. J’ai déjà fait ça dans d’autres jeux, même si ça demande pas mal d’efforts, surtout dans FFXIV dont les combats sont particulièrement positionnels. En gros, il faut faire attention où on se trouve, ne pas se situer trop loin du combat sinon on ne peut pllus soigner tout en restant à bonne distance des attaques des ennemis pour ne pas s’en manger une. Et certaines attaques peuvent être particulièrement punitives si on se les prend de plein fouet. Il faut donc être multi-tâche et gèrer à la fois les barres de vie de ses coéquipiers, et sa propre santé en évitant de rester planté là.

Dans les premiers donjons du jeu (zones où on fait équipe avec d’autres aventuriers pour explorer et occire du monstre) la difficulté est moindre et il est plutôt aisé de faire soigneur. Sauf que passé un certain point, le jeu commence à devenir plus complexe et pardonne moins. On a plus de capacités, plus de choses à gérer, bref, c’est normal, c’est la courbe de difficulté. Plus on avance dans le jeu, plus c’est difficile. Mais en tant que DPS, même si ‘javais ressenti cette difficulté, je n’étais pas indispensable à la survie du groupe. Et si le soigneur meurt, personne ne peut le ressuciter. Le tank meurt aussi invariablement, puis les autres joueurs, et le groupe est décimé, obligé de recommencer plus tôt dans le donjon. Bref, quand on échoue en tant que soigneur, on met en péril le groupe, les autres dépendent de nous, et il est facile de voir sa confiance en soi voler en éclats parce qu’on meurt tous comme des cons pour la cinquième fois devant le même ennemi. Alors que parfois ce n’est pas la faute du soigner, là ça l’a été dans mon cas, car on affrontait un dragon qui a une énorme zone d’attaque dans une cour enneigée. Et la neige, c’est blanc, ça aveugle, c’est relou, quand on y voit rien on voit moins bien, on trébuche, on se prend les attaques et on a du mal à garder ses alliés, et soi-même, en vie. J’ai dû abandonner, laisser mes équipiers (que je ne connaissais pas) se démerder pour trouver un autre soigneur. J’ai été inutile, et ce n’était pas parque j’arrivais pas à jouer, ce nétait pas par incompétence. C’était parce que je n’y voyais absolument rien.

Pourtant j’aime les jeux vidéo parce qu’ils me permettent de faire des choses que je ne ferais jamais dans la réalité, tout comme j’aime Internet car je peux y communiquer sans qu’on sache que je n’y voie rien sauf si on creuse un peu. C’est magique, ça élimine les barrières entre les gens Internet. Je ne sais pas comment j’aurais fait pour vivre sans aujourd’hui. je ne sais vraiment pas. On a tendance à penser que d’autres faisaient sans avant, mais tout ce que ça m’a apporté, je ne vois pas comment j’aurais pu l’avoir autrement. J’ai rencontré des gens avec qui je suis parti en voyage à l’autre bout du monde, d’autres avec qui j’ai ri et partagé des moments importants, des personnes que j’ai aimées, et tout ça j’aurais pas pu le faire sans Internet.

Mais là je me suis senti mal par cette mésaventure parce que ça m’a rappelé, encore une fois, dans ce monde virtuel que je pensais imperméable à mes problèmes, que j’étais invalide. C’est un sentiment enfoui depuis longtemps en moi et que j’avais caché, grâce aussi à mes amis, à ceux qui jouent avec moi et qui font fi de mon handicap, qui comprennent, sans que j’aie à l’expliquer, que si je leur tire dessus par mégarde dans Counter-Strike, c’est que je ne les ai pas reconnus de loin et que je les ai pris pour des ennemis. Avant je ne pensais pas à tout ça, je m’en souciais bien. Ca ne m’était pas venu à l’esprit. Et puis avec l’arrivée des jeux de plus en plus photoréalistes, comme Battlefield 3 par exemple que j’avais acheté mais pratiquement jamais joué, je me suis rendu compte qu’il y avait des tas de jeux où je n’étais pas efficace. Une syndicaliste sensibilisée au handicap me l’a rappelé il y a déjà deux ans, quand nous avions échangé sur le sujet lorsque j’avais eu des ennuis au travail : beaucoup ne se rendent pas compte qu’une personne handicapée a besoin de plus de temps pour réaliser les mêmes tâches que les autres. Ca a fait tilt dans ma tête à ce moment, comme si je venais soudainement de devenir handicapé.

J’ai également envie de revenir au Japon l’an prochain. Le problème c’est que… je n’ai personne avec qui y aller. Jusqu’ici j’y allais avec Corsaire, mais celui-ci a trouvé du travail et émigré là-bas. Je suis heureux pour lui car c’est ce qu’il voulait depuis longtemps, mais du coup ça restreint pas mal mes mouvements. Je me vois mal déambuler sans personne à l’aéroport CDG ou à Narita. Encore moins s’il y a une escale ! Et je n’ai aucune idée du prix de l’accompagnement. Autant la SNCF est critiquable sur beaucoup de points, autant la gestion des handicapés est vraiment sans soucis et pratique. Et puis même, que faire sur place ? Je me vois mal me déplacer seul, ne serait-ce que dans la gare de Shinjuku. On en revient donc à l’éternel problème : si je veux aller quelque part, je dois trouver quelqu’un qui veut bien m’accompagner, ou bien pour être moins emmerdant, quelqu’un que je peux accompagner. C’est vrai quoi, qui suis-je pour imposer des endroits que j’aimerais visiter et qui n’intéressent que moi. Un maid café par exemple ? Ca n’intéresse pas forcément tout le monde qui m’accompagne, et ça me fait mal d’imposer ça à celui ou celle avec qui je vais. C’est très frustrant vous savez. Les plus pervers se diront que du coup je ne peux pas aller dans des soapland ou autres établissements peu recommendables, et ils auront compris ce que j’ai voulu dire. Il y a des choses ou des endroits qu’on aime faire seul, ou alors il faut quelqu’un ayant le même état d’esprit que soi, ou bien une dévotion à toute épreuve. C’est quelque chose que je ne peux pas demander, ni à des gens comme Corsaire ou Darksoul avec qui je m’entends très bien et avec qui je partage beaucoup de choses, surtout maitnenant qu’ils ont chacun trouvé quelqu’un avec qui ils préféreront très certainement passer leur rare temps libre plutôt qu’avec moi. Retourner au Japon prochainement me paraît donc compromis.

Ce problème se retrouve aussi en convention, si vous voulez un exemple plus proche. Je ne peux pas zieuter tous les stands fanzine et boutiques et je suis obligé de me baser sur ce que les gens pourraient trouver à ma place, et encore, qui a les mêmes goûts que moi ? Comment expliquer mes goûts d’ailleurs ? C’est tellement personnel, un artbook ou une figurine peut particulièrement me plaire mais je peux passer complètement à côté. En ce moment d’ailleurs, c’est le Stunfest. J’aurais bien aimé y aller à vrai dire, ne serait-ce que pour voir les coupains qui y vont, mais que faire sur place ? Juste glander, là, alors que je ne pourrai probablement pas profiter des jeux sur place à cause des écrans trop lointains ? Etre de nouveau un poids pour ceux que j’accompagne parce qu’il faut qu’ils fassent attention à ne pas me perdre ?

A partir de quel moment puis-je dire « Moi j’aimerais faire ceci ou voir cela » sans ressentir de la gêne, voire de la honte, à demander ça ?

Plus encore que quand j’étais adolescent, il y a des choses que je veux faire et que je ne peux pas, et ça me touche de plus en plus, ça me déprime de plus en plus, et je deviens de plus en plus conscient que je suis peut-être un poids, un boulet pour mon entourage. Que demander qu’on m’accompagne jusqu’à l’accueil de la gare c’est trop demander, à un chauffeur de taxi qui n’en a rien à foutre ou bien même à des amis qui aimeraient bien rentrer chez eux après une longue journée.

Tout ça j’ai essayé de l’exprimer un peu dans Blind Spot sans que ça vire au mélodrame comme ici. J’espère que j’aurai réussi à rendre les aventures d’Ayako agréables pour les gens qui auront lu jusqu’au bout.

C’est dans ces moments là que j’aurais aimé être riche pour avoir une meido comme Mahoro avec moi en permanence. (c’était le point otaku de ce billet, on est sur Meido-Rando quand même, non ?)

Voilà, je pense que je ne vais pas vous accaparer plus longtemps. Si vous avez lu jusqu’ici, vous avez toute ma gratitude et je vous payerais bien un verre voire un repas à l’occasion. C’était pas très plaisant à écrire mais au final je crois que ça m’a fait du bien. Ecrire a toujours été un défouloir pour moi, et un moyen de m’exprimer. J’espère que ça ne vous aura pas (trop) ennuyé. Passez tous un bon et long week-end, on l’a tous mérité.

Merci.

Avec cet article je signe le retour en fanfare des billets sur Meido-Rando. Car oui, Blind Spot est finalisé, il ne reste plus qu’à mettre les dernières touches de correction et roulez jeunesse.

Je vais avoir pas mal de choses à expliquer avant de rentrer dans le vif du sujet…

screenshot_2013-11-26-22-41-05

Le background

Tout d’abord, pour les deux du fond qui viennent d’entrer parce qu’ils ont vu de la lumière, je rappelle que je suis malvoyant, que ça implique des tas de contraintes sur comment je choisis mes produits, et la façon dont je décide n’est probablement pas aussi rationelle que quelqu’un qui y voit bien. J’ai mes propres impératifs.

Ensuite, un peu de background en téléphonie : J’ai eu des téléphones nombreux et variés mais on va se concentrer sur la période smartphone. J’ai commencé avec un Nokia N95. Un petit bijou si ce n’est qu’il a merdé très, très vite. Une histoire de condensateur je crois. Ensuite, j’ai craqué sur l’iPhone 3G. J’avais déjà du matériel Apple que j’aimais bien, en particulier l’iPod donc j’étais très cofiant.

Passé les limitations de l’appareil, l’iPhone s’est révélé d’un agréable redoutable à l’emploi. C’est sûr, il n’y avait pas toutes les fioritures, toute l’ouverture que proposait Android sorti plus tard, mais l’iPhone faisait son taff simplement, et j’avais confiance en lui. Zéro plantages, zéro malwares, zéro virus. C’est une autre philosophie, en somme. Sur un appareil iOS on sent que chaque élément de l’interface est finement calibré pour que l’utilisateur n’ait finalement pas à lire de manuel. Aucune indication nulle part, on se surprend à réaliser des tâches du quotidien sans avoir besoin de paramètrer quoi que ce soit.

iOS, le système du téléphone, a aussi de nombreux aménagements pour les personnes handicapées, avec notamment un « mode nuit » déclenchable en triple-cliquant sur le bouton home. Un réflexe que j’avais pris depuis des lustres pour changer rapidement entre mode nuit ou pas nuit selon els applications. En vrai ça inverse les couleurs, et du coup pour regarder un film ou une image c’est assez moyen. Pour lire du texte par contre, c’était niquel chrome.

On peut ainsi reprocher plein de choses à Apple, mais jamais je n’ai vu des produits aussi bien conçus. C’est le genre d’appareils où on se surprend à découvrir des petites idées ici et là qui font mouche, comme le fait que quand on retire le casque l’appareil s’arrête de jouer de la musique dedans, ou bien les badges apparaissant sur les icônes des applis pour indiquer combien d’appels en absence, mails ou SMS on avait non lus. Aujourd’hui tous les constructeurs ont ça sur leurs téléphones, mais à la sortie de l’iPhone, c’était quand même une sacrée révolution.

Et puis un jour, Apple a changé ses écrans.

screenshot_2013-11-26-22-17-49

Et pas que Apple, hein.

Comme je ne change pas tous les jours de Mac je ne m’en suis aperçu qu’en prenant l’iPad 3 dans mes mains : j’avais mal aux yeux en lle fixant trop longtemps. L’effet était cent fois pire sur le Macbook Pro Retina que j’ai acheté (puis revendu) ensuite. Pareil pour l’iPhone 5 sorti la même année. Le problème est difficile à identifier, et je me suis pris la tête àe ssayer de nombreux écrans, avant de m’apercevoir que ça ne se cantonnait pas à Apple : j’ai testé plusieurs PC portables Samsung, MSI et aucun ne m’allait. J’avais une grosse fatigue visuelle même pas 5 minutes après les avoir utilisés. J’ai ^u m’y reprendre à deux fois avant de trouver un écran qui m’allait pour mon propre PC, alors imaginez mon désarroi : et si demain je ne pouvais plus utiliser d’ordinateur du tout alors que c’est ce qui compose à 400% ma vie ?

Je suis donc resté avec mon fidèle iPhone 4S. J’ai attendu l’iPhone 5S pour vérifier mais effectivement, la situation n’avait pas changé. Parallèlement, j’avais testé rapidement des Samsung Galaxy S2 et S3 sans vraiment être convaincu : leur écran me faisait mal aux yeux aussi. Et c’est là que je tombe sur le Nexus 4 d’une connaissance. L’écran était bien moins aggressif pour mes yeux.

Je me suis donc mis en tête de lâcher mon iPhone 4S pour un Nexus 5. Mais comme vous le savez, passer d’un écosystème à l’autre n’est pas aisé. On a nos applications, nos données, et pire : nos habitudes.

screenshot_2013-11-26-22-35-19

Cependant, je suis quelqu’un d’assez curieux, et j’aime beaucoup la nouveauté, varier les plaisirs, et découvrir de nouveaux systèmes. Je ne détestais pas Android. Pour moi il s’agissait d’un bon système avec des principes d’ouverture intéressants, mais ce n’était pas ce que je cherchais. Quand un fanatique d’Android m’insultait parce que j’avais un iPhone, je lui répondais « Oui, mais moi mon téléphone fonctionne tout simplement. »

C’est un peu, finalement, ce que pas mal de gens pressés reprochent aux smartphones : pour eux il s’agit avant tout d’un téléphone et il doit servir à téléphoner. C’est sa fonction principale. Le web, le mail, la messagerie instantanée, regarder des films, miner des Bitcoin, ça ils s’en tapent, ça les énerve même qu’il faille se créer un compte Google ou Apple avant de pouvoir utiliser le téléphone. On retrouve un peu de cette philosophie sur iOS : beaucoup de choses sont décidées pour nous sans moyen de les changer ou de les adapter à nos besoins, mais de ce fait, on se retrouve avec un système qui fonctionne, parce qu’il a été testé, retesté et offre peu de paramètres qui pourraient nuire à son fonctionnement normal. Un exemple tout con : la batterie, où n’importe quel iPhone explose très facilement un téléphone Android sur l’autonomie.

Et là je vous entends venir ! « Oui mais sur Android tu peux régler finement comment la batterie est utilisée par telle ou telle application… »

screenshot_2013-11-26-22-39-53

OK, mais ce n’est pas ce que je cherche. Je ne veux pas passer 10 000 ans à configurer mon téléphone. Je veux que ça marche, point. Je veux un téléphone qui fonctionne, qui se règle tout seul selon mes habitudes, ou dans une configuration générale qui conviendrait à la majorité des cas.

J’essaye juste de montrer que les fanboys Android sont gentils, mais que des fois, j’ai vraiment envie de leur prendre la tête et de l’écraser contre un mur de briques avec des morceaux de verre plantés dedans, parce qu’ils sont infoutus de comprendre que parfois, on a besoin d’un outil mais qu’on a pas envie de passer son temps à le bidouiller. Je suis sûr que ça serait génial d’acheter une voiture mais qu’il faille la bidouiller pour pas qu’elle consomme trop d’essence, ou pour éviter qu’elle tourne trop à gauche quand on donne un grand coup dans le volant.

De nouveaux horizons

Ces considérations philosophiques mises à part, il est temps pour moi de vous raconter mes premiers contacts avec le Nexus 5. Spoiler : je l’ai toujours après plusieurs semaines d’utilisation.

Le premier truc qui choque, c’est bien entendu la taille de l’écran, ainsi que la légereté de l’appareil. La taille de l’écran est un sujet qui fait débat : il y a les partisans du « plus c’est gros mieux c’est » et ceux qui pensent que « c’est pas la taille qui compte mais comment on s’en sert. » Oui je sais, c’est tendancieux. Mais l’une des raisons pour lesquelles Jobs n’avait pas voulu d’un écran énorme pour l’iPhone était qu’avec l’écran actuel, il pouvait facilement naviguer sur le téléphone à l’aide de son pouce, ce qui n’est pas possible avec un écran plus grand. Difficile de lui donner tort tant à l’utilisation, je me retrouve obligé d’user de mes deux mains pour manipuler le téléphone. On ne s’en rend pas compte au début mais quand on a une canne blanche dans l’autre main en permanence, c’est un peu relou.

screenshot_2013-11-26-22-40-11

L’autre truc qui choque, c’est l’autonomie et malheureusement pas en faveur du Nexus. J’aurais préféré un appareil plus lourd voir un poil plus épais mais une bien meilleure batterie. On en reparlera plus tard car c’est lié à la nature d’Android aussi.

Premiers pas avec le système donc, la configuration se fait simplement. Sauf que n’étant pas chez moi quand je l’ai reçu, je n’avais pas de Wifi, et le téléphone est passé par une MAJ obligatoire (en 3G) avant que je ne puisse l’utiliser. Un peu dommage que le téléphone ne soit pas utilisable « out of the box. » mais ça reste un détail.

D’un point de vue ergonomique, Android 4.4 fait les choses bien. Comme je n’ai pas connu Android avant je ne peux pas emettre de jugement sur l’évolution de l’OS, mais pour quelqu’un qui vient d’iOS, on retrouve ses petits facielent, c’est suffisament simple à prendre en main, mais pas des plus simples non plus. Les widgets par exemple, bien que fort pratiques, me semblent assez superflus pour le quidam moyen. En bref, il y a à mon avis une complexité globale à Android qui apparente trop l’appareil à un mini-ordinateur plus qu’à un téléphone, contrairement à l’iPhone. Pour un geek comme moi cela ne pose aucun problème, mais je me dis que des gens peu familiers avec la technologie doivent clairement se sentir perdus ou très éloignés de problématiques comme la place disponible sur l’appareil, la lutte contre les virus ou les malware, ou encore la gestion de la batterie. Encore une fois, nous y reviendrons.

screenshot_2013-11-26-22-40-41

Quand on est malvoyant

Le premier truc que j’ai fait a été de configurer l’appareil pour mes besoins. J’ai en effet besoin d’une interface sombre et d’un texte clair sinon ça m’aveugle. L’écran de préférences d’Android par exemple offre un contraste parfait pour moi. Contraste qui n’est pas réutilisé dans les autres apps malheureusement.

Cependant, on peut apprécier la force d’Android dans ces moments : le fait que les fonctions logicielles les plus basiques du téléphone soient remplaçables par d’autres applications est très appréciable. Il me fallait des applis sombres. J’ai pu par exemple remplacer :

  • La gestion de la téléphonie et des contacts par Rocket Dial, qui offre un mode nuit.
  • La gestion des SMS par GoSMS Pro. Un peu pénible à configurer mais une fois que c’est fait, ça reste simple à l’utilisation et très efficace.
  • Gestion des calendriers par Jorte. D’un visuel pas terrible, au moins ça marche.
  • La gestion de la messagerie instantanée par IM+ Pro. Cher pour ce que c’est mais gère plein de protocoles différents.
  • La lecture audio par PowerAMP.
  • Les mails par K-9 Mail. Ca marche bien, c’est propre, par contre la recherche sur le serveur de mail est carrément à la rue, mais y’a un plugin pour Dashclock.
  • Pour prendre des notes, y’a Notes Rapides dont on peut reconfigurer les couleurs facilement.
  • Pour naviguer sur le net sans se tuer les yeux. Firefox : Franchement, j’aime pas la façon de firefox de rendre les pages, mais au moins on peut utiliser des extensions contrairement à Chrome. Du coup je peux installer Stylizer. Mais je suis preneur pour un navigateur Webkit qui aurait un nightmode.
  • Pour Twitter, Plume est sobre, joli et a un mode nuit. Que demande le peuple ?
  • Pour Reddit, Reddit Sync : Un client Reddit qui a un night mode. Rien à redire 🙂

Je détaillerai mes autres applications plus tard. Notez que chaque appli que j’utilise ou presque possède un mode « nuit ».

screenshot_2013-11-26-22-42-06

Une appli qui sert du lot cependant, c’est Lux Auto Brightness : Existe en version lite (gratuite aussi), elle permet de modifier la luminosité de façon très précise selon le moment de la journée, la localisation, et de garder les préférences utilisateur. Ca m’a sauvé la vue plus d’une fois, et c’est tellement agréable et non intrusif qu’on y fait plus attention une fois en marche. Setup & Forget.

Au final, sur un iPhone, les seules choses auxquelles une appli n’a pas accès c’est le téléphone et les SMS. Tout le reste est entièrement changeable, quand on y regarde de plus près.

J’ai cherché pas mal d’applications proposant un « night mode » ou « dark theme », car je n’avais pas envie d’installer une ROM custom sur le téléphone encore si innocent. D’ailleurs en parlant de ça on ne peut même pas renommer son téléphone, ce qui est un très mauvais point pour moi qui renomme mes machines 🙂 (dernières victimes en date : Karen ma Xbox One et Myucel ma PS4.)

screenshot_2013-11-26-22-43-00

Quand on vient du monde iOS

Au début je pensais vraiment que j’allais en chier grave. Et au final, tout s’est passé comme dans un rêve, ou presque.
En suivant les recommendations d’amis et de Twitter, j’ai pu arriver à une migration complète :

  • Pour les applications tierces, en gros, j’ai trouvé mon bonheur sur Android, sauf Kickstarter qui n’a pas encore d’application dédiée.
  • Pour les livres je n’ai encore testé ni Kindle ni Google Play Books. J’ai par contre trouvé BakaReader EX, qui permet de lire facilement les light novels présents sur Baka Tsuki.
  • Pour la synchro de musique, j’utilise iTunes car c’est là qu’est ma bibliothèque musicale. iTunes, malgré tout le mal que beaucoup en pensent, se trouve être très bien pour gérer de grosses collections musicales. Entre ça et l’iTunes Store très bien fourni et pratique pour les achats (un clic et c’est dans ta bibliothèque iTunes.) la concurrence allait être rude. Dans un premier temps, j’ai installé TuneSync pour l’aspect synchronisation automatique. A minuit, l’app se déclenche et synchronise toute seule aec l’appli installée sur mon Mac Mini et rappatrie les musiques de ma playlist « Favoris » sur le Nexus. Ca, au moins c’est fait et c’est pratique.
  • screenshot_2013-11-26-22-24-21

  • Pour l’achat de musiques, je suis passé à Amazon MP3 qui propose un système similaire à l’app iTunes sur iOS : un vaste choix, même si le moteur de recherche est un peu bancal parfois, mais en un clic on a sa musique d’achetée et de téléchargée sur l’appareil en plus d’être dans le cloud. Google Music? Connais pas. « La chanson que vous recherchez n’est pas disponible dans votre pays. » OK.
  • Pour la lecture de musique, PowerAMP annoncé plus haut se rapproche le plus du comportement de l’app iOS de musique. En deux clics on joue une chanson de ses différentes playlists, ce qui est très appréciable. Il y a quelques subtilités à connaître (au début je changeais de playlist alors que je pensais juste passer d’une chanson à l’autre et je pigeais pas pourquoi.) mais globalement l’application est satisfaisante.
  • Pour les contacts et calendriers, j’ai installé SmoothSync for Calendar et la même pour les contacts, et ça synchronise bien votre téléphone Android avec vos infos sur iCloud. Ayant encore un iPad, je ne pouvais espérer mieux, vu que chaque modification que je fais sur l’un ou l’autre est répercuté sur l’autre appareil. Comme avant quoi 🙂
  • Pour les tâches, y’a tout simplement Tasks. Et c’est synchronisable avec iCloud.
  • Pour les podcasts, Apple propose une app très bien fignolée et pratique sur iOS, mais BeyondPod sur Android est absolument parfait et gomme même quelques carences de l’app d’Apple (mise à jour automatique, playlist dynamique des épisodes non lus, etc.)
  • screenshot_2013-11-26-22-23-33

  • Pour AirPlay, l’appli AirAudio est équivalente et permet d’envoyer même le flux système du téléphone, mais pour ça il faudra déverouiller le téléphone en activant l’accès root. (c’est trivial mais ça occasionne un reset complet des paramètres.)
  • Pour l’affichage en chiffres du niveau de la batterie, il y a le petit Battery Widget, simple et efficace.
  • Pour piloter une bibliothèque iTunes à distance, il y a un équivalent à Remote.
  • Pour l’application « Trouver mon iPhone » et tout ce qui à trait à la sécurité de votre terminal en cas de perte ou vol, il y a Cerberus qui permet de prendre une photo du voleur s’il se plante de code 3 fois, d’envoyer un SMS, ou de réagir à des SMS qu’on enverrait dessus (par exemple pour le wipe à distance.) Cette application nécesite les droits root.
  • Pour le répondeur visuel il faut voir avec votre opérateur. SFR propose une application Répondeur + qui a la même utilité que ce qui était en interne sur iPhone.
  • Pour la sauvegarde automatique iCloud de votre appareil, y’a la même chose sur Google mais c’est un poil trop discret et ça ne sauvegarde pas tout. Après il y a des solutions comme Titanium Backup. C’est assez difficile à mettre en oeuvre pour un utilisateur lambda, mais ça permet de sauvegarder ses apps et paramètres dans des packages individuels qu’on peut restaurer à l’envie, les garder sur GDrive ou Dropbox, etc.

screenshot_2013-11-26-22-18-05

Les autres applis migrées

Je vous passe les applis type Amazon, Steam, Shazam, SNCF Direct, Spotify, Skype, Paypal, Playstation, XBOX, Pages Jaunes, Gamekult, Ebay, Foursquare, Facebook, Priceminister, etc qui sont globalement les mêmes.

  • 1Password : Pas mal pour gérer ses mot de passe, mais la version Android ne fait que de la lecture pour le moment.
  • Comptes en banque : Les plus grandes banques ont leur appli Android, elle diffère très peu de leur équivalent iPhone.
  • AlloCiné : Je ne trouve pas l’app aussi stable que sur iPhone. On reviendra là-dessus après.
  • AndChat : Un client IRC qui remplace Colloquy sur iOS.
  • AndFTP : Pour récupérer des fichiers sur un FTP ou en envoyer.
  • screenshot_2013-11-26-22-18-35

  • bVNC : Des clients VNC y’en a plein, celui-là marche, c’est déjà pas mal.
  • Crunchyroll : Accès aux animes de Crunchyroll. Une application similaire existe pour Wakanim mais me paraît bien moins foutue…
  • Dropbox : Je regrette qu’il n’y ait pas de synchro possible entre un dossier sur le téléphone et la dropbox, mais le fait de pouvoir envoyer des fichiers c’est déjà pas mal. Dropbox s’inscrit également dans les « intents » d’Android. On verra ça aussi plus tard.
  • Gestionnaire de fichiers : Ca sert de temps en temps mais c’est vraiment rare.
  • Juice SSH : Un client SSH qu’il est bien.
  • KonaChan Anime Wallpaper : Une interface simple pour parcourir les booru à la recherche de belles images.
  • LINE : En tous points similaire à la version iOS.
  • MX Player : Lire des vidéos. VLC est dispo aussi.
  • XBMC remote : Pour ceux qui ont un XBMC à gérer.
  • Pocket : Envoyer une page web à Pocket permet de la lire plus tard sur un écran plus confortable. Une tablette ou un ordi par exemple.
  • screenshot_2013-11-26-22-18-49

  • Radionomy : Pour écouter Tsumugi par exemple. A noter que l’appli Android a l’air beaucoup plus stable que sur iOS.
  • SSHDroid : Parce que sur un appareil à base d’Unix, un serveur SSH ça peut toujours servir.
  • Swift Keyboard : Assez indispensable. On dirait pas au début mais on s’habitue super vite à ce clavier qui prédit vos mots. Pour paraphraser un ami sur Twitter : « Au bout d’un moment c’est limite si il écrit pas nos phrases à notre place ! » En fait, au fur et à emsure que l’on tape, il nous propose trois suggestions, il suffit de taper sur la bonne à chaque fois. C’est instinctif et très rapide.
  • Tapatalk : Parce qu’il n’y a rien de mieux pour parcourir les forums. Et en plus ça vous envoie des notifs quand on répond à vos topics.
  • Couteau Suisse : Pas mal de petits outils à la con style convertisseur d’unités, règle, boussole…
  • Tasker : C’est assez difficile à expliquer. Disons que Tasker permet de créer des scénarios et d’effectuer des tâches précises selon des contextes. Quelques exemples : quand j’arrive au boulot (localisation), ça désactive le Wifi. Quand il est entre 08h00 et 12h00, quand je suis au boulot, passer le téléphone en silencieux. Le téléphone sort de son silence tout seul si l’une des conditions (lieu et heure) n’est plus rempli. Quand il est entre 00h00 et 08h00, que je suis chez moi et que je branche le téléphone sur secteur, passer en luminosité très basse, garder l’écran allumé et afficher l’heure en gros via l’application Timely. Il y a de nombreuses options de contexte : lieu, date, application, capteur, état, ça permet vraiment de programmer son téléphone simplement. Les exemples sur le net sont nombreux, y’a une bonne communauté. Un dernier exemple pour la route : envoyer un SMS à votre copain/copine quand vous avez moins de 5% de batterie restante pour le/la prévenir que vous ne pourrez répondre aux appels.
  • Timely : Remplace efficacement l’appli horloge/réveil d’Android avec des alarmes programmables selon le jour de la semaine, fondu entrant pour le volume, etc.
  • screenshot_2013-11-26-22-21-54

  • Tiny Tiny RSS : La solution idéale à Google Reader. Y’a besoin d’un serveur TTRSS mais ça tombe bien, je vous en propose un sur Nanami ! Il suffit de me demander gentiment un compte. 🙂
  • ZEDGE : En fait je cherchais des sonneries l’autre fois (pour appels ou messages entrants), et cette appli en a beaucoup à télécharger, rangées par thème, popularité… C’est payé par la pub qu’on se tape dans l’appli, donc c’est pas si mal si vous cherchez des petits sons pour votre téléphone.

screenshot_2013-11-26-22-22-32

Ce que j’ai pas aimé sur Android

Passons aux trucs qui fâchent. Android va en prendre pour son grade.

  • Impossible de trouver un stand / dock / réveil potable. Les rares proposés sont mal foutus, en plus. L’avantage de l’iPhone c’est son écosystème d’accesoires très riche qui fait qu’on trouve forcément chaussure à son pied.
  • De la même façon, impossible de mettre la main sur des écouteurs intra-auriculaires sur lesquels on peut à la fois régler le volume et où il y a un microphone/bouton pour prendre les appels. Les EarPods d’Apple sont ma référence pour le côté pratique et malheureusement le changement de volume sonore n’est pas pris en compte… Par contre, la prise d’appels, l’utilisation du double-click pour avancer ou triple-click pour revenir à la chanson précédente fonctionnent.
  • Sur Android 4.4 de base, il n’y a pas d’option « couleurs inversées » comme sur iOS dans les options d’accessibilité. Cela me permettait pour n’importe quel appli d’avoir un mode nuit en appuyant 3 fois de suite sur le bouton home de l’iPhone. Un système similaire existe sur Samsung, mais c’est normal : ils ne savent que copier ce que fait Apple. (ça, c’est fait.)
  • La batterie se vide en un clin d’oeil. Je n’ai pas l’impression que cela soit propre au Nexus 5 même si ce dernier a une batterie faiblarde pour commencer, mais bon sang, l’utilisateur ne devrait pas avoir à faire la police parmi les applications qu’il installe pour voir quelles sont celles qui consomment le plus de batterie et pourquoi. iOS arrive parfaitement à faire des économies de batterie à tous les niveaux sans que l’utilisateur n’ait rien à faire. On va nous dire que oui mais ils contrôlent l’OS et le matériel. Et le Nexus 5 c’est quoi, c’est du poulet?
  • screenshot_2013-11-26-22-22-40

  • La prise micro USB sur le Nexus 5 est un peu pénible à brancher. J’ai jamais eu de prise lightning mais les prises dock, ça rentrait comme papa dans maman.
  • Le haut-parleur du Nexus 5 est une merde sans nom comparé à l’iPhone 4S (vieux de 2 ans !)
  • L’instabilité du système en général. En un mois j’ai rebooté plus de fois mon nexus que mon iPhone 4S en ses 2 ans de vie. C’est pas vriament des plantages qui font chier (ça c’est la faute des applis) mais parfois des petites choses qui énervent. Exemple tout récent de cet aprés-midi : à un moment, je n’avais plus de clavier. Juste les suggestions de Swiftkey s’affichaient en bas de l’écran, mais pas de clavier. Je réactive le clavier de base d’Android mais celui-ci n’est jamais réapparu. Il a fallu que je fasse un reset du téléphone. Ces désagréments n’arrivent pas tous les jours, mais font cruellement penser à Windows sur un PC. Le seul moyen de résoudre certains problèmes est de rebooter le téléphone, et ce genre de problèmes ne devrait jamais arriver. Autre exemple : l’autre fois je me suis retrouvé bloqué sur l’écran de réception d’un appel. Une fois l’appel terminé, le téléphone n’a jamais voulu quitter cet écran. C’est très difficile à quantifier et les bugs sont pour la plupart non reproductibles, mais il est assez rare de tomber sur des problèmes d’utilisation comme ceux-ci sur un téléphone Apple.
  • L’aspect des applications est d’une inconsistance qui fait peur. La faute sans doute à des SDK qui ont changé entre temps, mais globalement, il n’est pas rare de tomber sur des applications qui affichent leurs boîtes de dialogue d’une façon et d’autres d’une autre façon. C’est pas SI grave, mais ça donne quand même un cachet bizarre à l’expérience utilisateur, ce qu’on ne remarque pas sur iOS où même la transition de iOS6 à 7 s’est faite sans aucune différence pour l’utilisateur (hormis graphique, mais au moins toutes les anciennes apps utilsaient le nouveau thème graphique)
  • screenshot_2013-11-26-22-23-00

  • Pas de Siri. On a beau rigoler mais ça marche quand même très bien quand on a son téléphone dans sa poche et juste à lui dire « Joue mes chansons favorites » ou « Envoie un message à Shikaze : Je t’emmerde, deux points parenthèse fermée. » Ca marche bien, et zéro configuration à faire, en Français en plus !
  • Le sens des priorités. La nature libre d’Android fait que les applications peuvent parfois monopoliser la sortie audio, mais ce n’est parfois pas forcément l’appli qu’on veut. Par exemple là j’écoute de la musique sur Spotify, je suis content. Je la coupe parce que j’ai besoin de suivre une conversation à côté de moi, et quand je la reprends, Spotify s’est barré et ça me relance la lecture de ma playlist de PowerAmp. Notez que l’inverse peut se produire aussi, oud es fois sans qu’on sache trop pourquoi ça sera BeyondPod (les podcasts) qui se liront.
  • Il y a trop de choses à configurer. On se retrouve dans ce que je décrivais au début de cet article : le syndrôme PC. Trop de choix tue le choix, en somme. Avant qu’on ne m’étiquette comme un sale dictateur et un tueur liberticide, je vous arrête tout de suite : ce n’est pas forcément une tare, mais il faut bien le dire : la masse d’options dans certaines applications est vertigineuse. C’est la culture Android qui veut ça plus que le système en lui-même, mais on aurait apprécié un système de paramètres unifiés comme il y a sur iOS : chaque application peut s’ajouter à l’app Paramètres pour qu’on configure ses applis depuis cet écran uniquement. Deux philosphies différentes, quoi.
  • Les malwares et doublons sur le Store. Alors soyons clairs : je ne me suis pas encore fait prendre au piège par ce genre de trucs. J’ai par ailleurs trouvé le store bien foutu, mais pour une appli ou deux, j’ai remarqué des « doublons » dans le store. Des applis qui s’appelaient presque pareil, même icône et tout, sauf qu’une fois téléchargé, on peut avoir des surprises… C’est assez emmerdant, parce qu’à la limite moi ça va, je gère et j’ai l’oeil vif (ho ho) mais il y a pas mal de gens lambda qui peuvent facilement tomber dans le panneau et véroler leur téléphone. Comme quoi, les limitations et le contrôle d’Apple sur leur écosystème, c’est pas si mal des fois. Sur l’App Store on peut installer ce qu’on veut, on a la certitude absolue que ça ne nuira pas (à part à notre santé mentale.)
  • Google Play avec ces whatmille chansons que je peux pas acheter. Heureusement qu’il y a Amazon MP3.
  • Globalement, j’ai parfois du mal à faire confiance à l’appareil et l’OS pour certaines choses que je considère critique. Android et ses apps sont complexes, et avec une complexité vient une incertitude sur la manière de comment ça fonctionne. J’ai l’impression que sur Android c’est acceptable d’avoir des ralentissements, des plantages d’appli, ou bien de devoir rebooter son téléphone, alors que c’est normalement inacceptable sur un appareil qui doit être manipulé par des utilisateurs finaux. Bref, des appels ratés, des SMS qui partent pas, des mails qui s’envoient pas, c’est con mais sur iOS j’avais pas ce genre de conneries qui m’arrivait. Rarement sur Android certes, mais suffisament pour faire un peu chier et laisser planer « le doute ».

screenshot_2013-11-26-22-43-28

Ce que j’ai aimé

Là je sens les fans d’Android glousser : ils vont se dire « mais il débarque ou quoi ? »… Ben oui, je débarque.

  • Les notifications. Le fait que tout s’affiche tout en haut dans la barre d’état sous forme d’icônes, et pouvoir tout afficher en faisant glisser pour déplier le tout est super bien foutu et agréable comme pas deux. Ca serait vraiment LE truc qui me ferait regretter de lâcher mon Android.
  • Les widgets. C’est plus un gadget qu’autre chose mais ceux pour afficher les SMS en absence, le lecteur musical ou le nombre de tweets et mentions non lues servent bien. Il y en a d’autres plus ou moins utiles, mais globalement l’idée est séduisante, il faut juste avoir l’esprit pratique.
  • L’écran de vérouillage configurable : Pas indispensable mais toujours sympathique.
  • Les « intents ». En gros une application une fois installée enregistre dans le système la liste des protocoles ou des extensions de fichier qu’elle prend en charge. Par exemple VLC enregistrera tous les formats vidéos. Firefox les protocoles http://, les fichiers .html, etc. Mettons que j’instalel un nouveau lecteur vidéo comme MX Player. Android va me demander la prochaine fois que je voudrai ouvrir une vidéo depuis n’importe quelle appli avec laquelle je préfère l’ouvrir, et je peux choisir « Juste cette fois » ou « Toujours ». C’est brillant, et ça marche nickel.
  • La possibilité d’avoir plusieurs sources d’information pour les contacts, calendriers et tâches. Ca permet d’installer de quoi synchroniser avec iCloud facilement en plus de Google.
  • La finition du système. Mis à part, Android 4.4 est très réussi. Si on se cantonne à n’utiliser que les apps Google c’est très fluide et sympa à l’usage. On sent que le système a fait beaucoup de progrès depuis ses débuts, pour arriver au niveau d’un iOS, même si iOS 7 a quand même relevé un peu la barre en termes d’ergonomie.
  • L’accès au système de fichiers. Pas parce que brancher le téléphone le transforme en clé USB géante, mais plutôt parce qu’on peut du coup accéder aux fichiers d’une autre appli assez aisément. C’est assez agréable sans être indispensable (j’ai très bien vécu sans pendant des années.)
  • Le multi-tâches est rapide et aisé. iOS 7 néanmoins rattrapé un peu son retard depuis, mais Android reste supérieur sur ce point.
  • Le bouton Retour en bas à gauche. Mine de rien, on prend l’habitude de l’utiliser pour revenir à la page ou fenêtre précédente. C’est pas idiot et ça reste généralisé à tout le système donc on y prend goût.

screenshot_2013-11-26-22-41-21

Conclusion

Alors, ce Nexus 5 et Android, bien ou bien ? Comme je le disais, j’ai passé plus d’une semaine à tout configurer au poil, mais maintenant je suis bien, ou presque. J’ai pas mal de regrets comme vous pouvez le voir, mais au final j’en tire des avantages pas si négligeables. Par contre c’est clair et net que mis à part pour le prix je ne recommenderais pas un Android à mes parents. Votre famille est peut-être plus douée avec la technoogie que la mienne, mais un iPhone ça reste avant tout un téléphone agréable à utiliser à tout moment, et surtout pas une fois qu’on a tout configuré. Non, l’iPhone on le déballe et ça marche. C’est le gros reproche que je ferai à Android, au final.

Je regrette vraiment l’autonomie de mon iPhone et ne pas pouvoir régler le volume. Et Siri aussi. Ca a l’air con mais c’est toujours des petites choses comme ça qui manquent et qui nous font quand même penser que c’étati mieux avant (alors qu’il y a d’autres avantages à côté.)

Je cherche toujours également une appli pouvant streamer des vidéos depuis un PC vers Android. C’est pas primordial vu que j’ai mon iPad, mais un jour la question va se poser quand je ne pourrai plus utiliser mon fidèle iPad 2 (genre, quand il sera cassé.) J’utilise sur iOS Air Video qui se présente comme un mini serveur sous Windows ou MacOS et d’une application cliente sur iOS. On se connecte au serveur qui propose les vidéos dispos sur son ordi. Elles sont converties à la volée et streamées ensuite vers l’appareil, et tout ça fort simplement, ce qui n’est pas désagréable du tout. J’ai essayé Emit mais c’était pas vraiment très concluant…

En bref, Android c’est bien. Toujours pas aussi fignolé qu’iOS et ses applis, mais c’est bien quand même. Un mix des edux systèmes serait vraiment, vraiment parfait.

Vous excuserez s’il manque des lettres, le clavier du Macbook Pro de Darksoul est un peu vieux et il a du mal.

Vous excuserez aussi s’il manque des photos : les photos sont généralement interdites là où j’ai été. Je devrais pouvoir récupérer quelques photos mais elles serviront uniquement pour l’histoire de Blind Spot, et n’ont pas a être rendues publiques, malheureusement.

Au commencement

Il y a Blind Spot, l’histoire que j’écris en ce moment, et depuis 2006 déjà, même si mon implication dans la Brigade SOS Francophone m’a randement ralenti. le livre sera publié en début d’année prochaine si tout va bien, avec plusieurs tomes (dispos au même moment, c’est pas comme si tout ne sera pas déjà écrit d’ici là.)

Histoire de spoiler un poil même si c’est dans le synopsis: l’héroine veut devenir seiuu, car j’adore les seiyuu (c’est un brin simpliste, je sais.) mais voilà, seiyu c’est difficile, et on ne connait pas tout du métier. Bien sûr il y a les articles, la page wikipedia, des interviews, mais… ça manque cruellement de vécu, et surtout on ne pet pas reproduire la vie d’une seiyuu juste avec ces bribes d’informations.

C’est avec cette démarche que je suis venu au Japon en ce mois de Mai 2013 : limite, je n’y vies pas pour le tourisme, je n’y viens pas pour faire des emplettes, j’y viens pour faire des recherches pour mes écrits.

L’entrevue

Et donc, via un subtil jeu de relations, j’ai pu obtenir une interview d’un des directeurs de l’agence Atomic Monkey. Ce nom ne vous dit probablement rien, mais Atomic Money a quelques doubleurs de renom : ne serait-ce que Tomokazu Sugita (doubleur de Kyon) ou Miki Nagasawa (Maya Ibuki dans Evangelion.)

Histoire de bien présenter, j’étais armé de deux prototypes du livre de Blind Spot, de mon éditrice et illustratrice Rosalys ainsi que de @AliceSutaren que j’ai présenté comme mon assistante, et de Darksoul pour la partie traduction.

Je ne vais pas faire de retranscription de l’interview, notamment parce que je vais utiliser les informations dans le roman, mais sachez que de nombreuses questions ont été abordées, notamment sur le parcours d’un seiyuu, comment on rentre dans le milieu, quelles seraient les difficultés pour une malvoyante, comment se passent les castings, les enregistrements, quels types de travaux un seiyuu peut faire… Miki Nagasawa nous a rejoint en cours de route pour répondre à des questions un peu plus « sur le terrain ». J’y ai par exemple appris les differentes façons de réaliser un doublage d’anime, comment se passe exactement un casting, quelles types d’écoles de seiyuu sont disponibles, etc.

J’aurais pu demander une photo commémorative de moi lui offrant une bouteille de vin, mais j’étais réellement tellement sur mon nuage qe j’avais du mal à penser calmement. J’adore réellement le boulot de seiyuu, je trouve qu’ils participent énormément à la qualité d’une série et qu’ils s’investissent à fond dans leur job. Pouvoir exprimer ça en vrai fut très intimidant, même si je ne suis pas un aussi grand fan de Miki Nagasawa que d’Ayako Kawasumi par exemple.

Je peux au moins raconter quelques anecdotes, comme sur Evangelion ou Hideaki Anno était très pointilleux sur certains doublages. Des scènes qui duraient même pas 5 minutes ont pris facilement 3 heures parce que le réalisateur n’est jamais content. (la scène de l’étranglement par exemple…) Ou quand Shinji est immergé dans le LCL pour la première fois, la doubleuse de ce dernier s’est tellement investie dans ce moment qu’elle a dû aller à l’hopital. Ils ont cru qu’elle avait inhalé des gaz d’incendie !

le cours

Miki Naasawa nous a ensuite invités à observer son cours qu’elle donne à des apprentis doubleurs. Etant une veteran maintenant, elle peut se le permettre. Nous avons observé le cours qui se déroulait dans une salle d’entrainement de danse, en gros, depuis un petit salon situé en hauteur de la salle, exprès pour les observateurs. Ce fut particulièrement passionnant : entrainement à la prononciation de virelangues (les virelangues japonais sont particulièrement nombreux et retors), mises en scènes fictives, travail de la voix… Le plus impressionnant était surtout que les gens étaient tous motiés à aprendre, et qu’il y avait une bonne mixité entre garçons et filles. Cela ressemblait plus à des travaux dirigés qu’à un cours magistral. Leur motivation faisait plaisir à voir.

Business is business

Durant ces deux hures de cours, nous avons notamment pu discuter avec le directeur en question de l’agence, et l’idée est née qu’un drama CD voire un audiobook de Blind Spot pourraient être réalisables. Bien sûr il ne s’agit que d’idées, mais ce fut bien reçu, et Atomic Monkey possède une filiale en France avec laquelle je pourrai travailler afin de faire un audiobook français et japonais, et parel pour un drama CD. Le pire étant que Miki Nagasawa s’est montrée très intéressée par faire un personnage de Blind Spot. Ca reste un accord de principe, mais l’intention est belle et bien là.

Tout cela va se faire, bien sûr, dés qu’une traduction japonaise de Blind Spot existera. Et elle existera.

Décrocher la lune, ou presque

Le lendemain, je n’ai pas rencontré Ayako kawasumi comme je le voulais. Cependant, son manager a bien voulu nous recevoir. Le directeur d’Atomic Monkey nous a acompagnés, et j’ai pu expliquer ce qu’était Blind Spot, qu’Ayako kawasumi a involontairement donné son prénom à l’héroïne, et c’est ainsi qu’on a pu parler du futur potentiel drama CD. Il faut savoir que rencontrer une seiyuu, c’est prendre de son temps, et donc de l’argent qu’elle ne gagnera pas. Par contre, si on y va avec un projet sous le bras, avec quelque chose à lui proposer, là tout de suite, la rencontre a plus de chances d’aboutir : en l’occurence je venais avec un truc concret sous le bras : mon tome de Blind Spot, mais aussi ma propre personne. Cela a vraiment fait réfléchir son manager et il a trouvé l’histoire particulièrement originale et intéressante… ce qui, si on lit entre les lignes, signifie qu’on a son accord de principe également pour qu’Ayako Kawasumi y joue un rôle, que ça soit Ayako elle-même ou sa mère (ce qui serait, somme toute, cocasse.)

La rencontre fut finalement assez brève, mais intense : c’est avant tout une rencontre pour faire connaissance. Et transmettre une bonne bouteille de Cognac à Ayako Kawasumi. Ouais.

Et après ?

Je suis ressorti en planant de ces deux jours, avec des idées plein la tête, l’inspiration nécessaire pour écrire ce qu’il me reste à écrire, et surtout une motivation du tonnerre !

Après, il reste à sortir les livres, faire une traduction anglaise, puis japonaise, et en même temps, voire si on fait une adaptation de plusieurs passages de l’histoire pour le Drama CD, ou bien si j’écris une petite histoire inédite pour celui-ci. Ca s’annonce mega-chouette tout ça.

Même si ces deux jours ne sont pas des epic win a proprement parler, du niveau de Noizi Ito ou autre, cette-fois ci ils me touchent particulièrement, un peu comme ma rencontre avec Ditama en 2008.

Prochain objectif : l’anime ! Ha ha, je plaisante… ou pas ?

Tout est dans le titre !

Ce billet, qui n’a rien à voir avec le Quartier Libre qui se déroule en ce moment sur Meido-Rando, était en gestation depuis un moment, n’attendant que le feu vert de mon éditrice qui a reçu un contrat signé de mes petites mains (avec mon sang et tout.)

qb

Ca veut dire que Blind Spot, la petite histoire que j’écris maintenant depuis 6 ans et que j’ai laissé en hiatus depuis quelques années (notamment à cause de mon implication à la Brigade) va être édité sous forme de light novel physique (et aussi numérique, sur iBook Store/Kindle/Google Play, par exemple) à partir de 2014, par la jeune mais passionnée maison d’édition Univers Partagés.

Pourquoi si loin? Parce que d’une, j’ai à refaire pas mal de choses sur l’histoire, histoire d’améliorer ce qui est améliorable, et finir l’histoire de Ayako Suzumiya.

C’est une décision importante que j’ai prise en acceptant cela, car ça implique que je vais mettre Meido-Rando de côté, ainsi que mes activités au sein du conseil de la Brigade SOS Francophone. Je resterai membre de l’association, ne serait-ce que pour y participer financièrement, mais je m’éloignerai encore un peu plus de ses activités. La Brigade n’est plus mon rêve, c’est ma fierté maintenant. Oui, j’adore cette phrase tirée de Kaleido Star, l’un des meilleurs animes de tous les temps.

Quant à Meido-Rando, je vais tâcher de préprogrammer le plus de Maid of the Day possibles, mais le blog sera pour ainsi dire sans billets ou presque le temps que je bosse sur l’histoire.

Qui dit light novel, dit bien sûr illustrations, et c’est Rosalys qui va s’y coller, avec tout son talent et toute sa passion pour cette histoire qu’elle a vu naître.

C’est, vous vous en doutez, une nouvelle assez émouvante pour moi. Je voulais que cela se fasse depuis longtemps, sans jamais avoir trouvé le temps ni la véritable motivation de venir vers un éditeur et de lui proposer Blind Spot. Mon prochain voyage au Japon, en Mai 2013, m’a décidé : j’y amènerai un prototype de l’ouvrage afin de le montrer à celle qui a involontairement donné son prénom à l’héroïne de Blind Spot, et qui a aussi insufflé en partie mon amour pour les meido, j’ai nommé Ayako Kawasumi. Si j’arrive à la rencontrer, ce qui n’est pas gagné. Mais comme je le dis bien souvent à Darksoul lorsque nous partons dans nos plans débiles de conquête du monde : je préfère tenter quelque chose et echouer plutôt que de regretter de ne jamais avoir essayé. A 30 ans, je suis déjà passé à côté de beaucoup trop de choses pour rester assis bêtement, en me disant que tout ce que je pourrais entreprendre est impossible. Non, tout est possible, il faut juste s’en donner les moyens, même si c’est difficile et que ça requiert quelques sacrifices. Ca a l’air facile à dire, bien évidemment, et je me doute bien que certains ne peuvent pas faire ce qu’ils peuvent…

…seulement, en tant que personne malvoyante, j’ai trop souvent été privé de choses que j’aurais aimé faire et que je ne pourrais jamais faire. Piloter un hélicoptère, une voiture, tirer, cuisiner, dessiner… Donc celles que je peux physiquement faire, je les fais. Ou je meurs en essayant. Façon de parler bien sûr.

Voilà avec quel état d’esprit je pars achever ce que j’ai commencé.

Vous ne trouverez néanmoins plus de versions de l’histoire sur le net. Je ne suis pas naïf : tout ce que tu donnes à Internet, Internet ne te le rends pas. Vous trouverez sûrement des copies ici et là, en cherchant un peu, ou en utilisant les archives du net, mais pour le moment, je dois retirer le site du net, et les endroits où j’ai pu poster l’histoire.

Et voilà pour la petite annonce que j’avais teasé dans mon billet sur Sakura-sou. Je vous laisse avec les trois Suzumiya de ma vie : Haruka, Ayako et Haruhi.

suzumiya_girls.jpg

Il y a déjà de cela 4 ans, je faisais un tour d’horizon des bécanes et autres périphériques qui font partie du Mahoro Network, le réseau de machines qui s’interface notamment avec le DarkBSD Network. C’est ce réseau qui fournit l’agrégateur et le réseau IRC Nanami, mais aussi d’autres petits services ici et là. D’ailleurs il y a le twilighthon, si vous pensez vouloir faire un don, vous y êtes les bienvenus.

Là ce qui nous intéresse, ce sont les machines de mon chez moi, qui forment un sous-réseau du Mahoro Network. C’est donc parti pour un petit tour du propriétaire.

Juiz

juiz

Juiz est un iPhone 4S, nommée ainsi à cause de Siri, le système de commande vocal d’Apple. En vrai, j’utilise uniquement Siri quand je me déplace quelque part, pour éviter de sortir le téléphone de ma poche. Siri en France n’est pas super utile car il manque pas mal de services qui sont pourtant disponibles aux Etats-Unis. Et puis j’ai toujours kiffé Juiz dans Eden of the East. Un anime qu’il faudra que je me re-regarde un de ces quatre d’ailleurs.

tumblr_lxd6h4vzd91qa2bguo1_500_thumb

Même si je ne joue pas beaucoup sur iOS, n’hésitez pas à ajouter AxelTerizaki dans votre Game Center, histoire de comparer scores et achievements 🙂

Mahoro

mahoro

Anciennement un serveur Linux, Mahoro est maintenant un iPad 2 64 Go 3G qui me suit partout. 64 Go parce qu’entre les photos, les vidéos, et les applications, on se sent très très vite à l’étroit. Et 3G parce qu’on perd quand même sacrément comme intêret dans une tablette sans la 3G, je trouve, ne serait-ce que pour avoir Internet un peu partout chez soi, dans la salle d’attente, chez des amis, ou plus important, au bureau : le Wifi est interdit là où je travaille, pour des questions de sécurité. Du coup, l’iPad me permet d’avoir une synchro avec Dropbox facilement et de copier-déposer dedocs que je peux ensuite descendre tranquillement en salle serveur, prendre des notes durant les réunions, et tout ce genre de choses amusantes. Sinon je l’utilise surtout pour regarder des animes tranquille au lit, lire le journal, et quelques bouquins. C’est vraiment appréciable pour une personne malvoyante de pouvoir lire sur un fond sombre tout ce qu’on veut ou presque, et surtout de s’affranchir du clavier qui prend de la place.

Infidel

infidel

Un drôle de nom pour une machine. Ne faites pas attention à la Xbox 360 première génération qui appartient à Amo, celle quis e nomme Infidel est juste au dessus : une 360 Slim acquise en hâte avant de partir en vacances après que Blasphemy, sa grande soeur, ait succombé à un RROD en pleine partie de Magna Carta. C’est fragile ces petites bêtes quand même. Heretic-tan, ma 360 Japonaise a été revendue il n’y a pas très longtemps sur Twitter. J’espère que son nouveau maître lui donne beaucoup d’amour.

Aya

aya

Non loin de Infidel se trouve Aya, une PS3 Slim de 250 Go achetée aussi comme ça un peu à l’arrache un lendemain de Noël, avec quelques jeux comme Valkyria Chronicles, MGS4 et Disgaea 3. C’était aussi une excellente occasion d’acquérir un lecteur Blu-ray, et j’ai grave adoré Valkyria Chronicles, comme tous ceux qui y ont joué, en fait. Ca reste néanmoins la console à laquelle je joue le moins. Le peu d’exclusivités qui m’intéressent fait que si un jeu est disponible sur 360 ou PS3 je le prends systématiquement sur 360. Ou PC. Ca dépend. Mais j’ai une belle collection de chansons sur Singstar, hein !

Shannon

shannon

Shannon, c’est un peu la meido à tout faire de la maison. Media center et machine à karaoke d’anime, elle est basée sur un chassis Asus Pundit, avec un Core 2 Duo E7500, 2 Go de RAM, une Geforce 9300 intégrée, et 300 Go de HDD. Juste ce qu’il faut pour faire son job en somme : décoder du 1080p. Elle tourne sous une Ubuntu avec XBMC. C’est vraiment assez violemment customisé par contre, je n’utilise pas de distribution dédiée au media center.

Tout ce petit monde est relié à…

Lilly

lilly

Nommée après Lilly Satou de Katawa Shoujo, bien entendu.

Pourquoi une télé serait-elle dans cette liste ? Tout simplement parce qu’elle est elle aussi sur le réseau : elle est en effet pilotable via de simple commandes qu’on peut lui envoyer pour s’allumer, se mettre en veille, changer de chaîne, de source vidéo, voire de mode d’affichage.

Naru

naru

Naru Narusegawa a été un de mes premiers « anime crush » et depuis, je n’arrive pas à m’en défaire même si je trouve le personnage au final assez horripilant quand elle n’est pas en mode deredere. Dans un grand chassis Silverstone plutôt bien foutu faisant penser à une Batmobile, c’est un Core i7 Sandy Bridge avec 8 Go de RAM, 120 Go de SSD, 1 To de disque dur, et une Geforce 560 Ti 1 Go. Une bonne bécane standard pour jouer dans d’excellentes conditions aux jeux de maintenant et de demain. Elle a été construite l’an dernier par les mains expertes de Mop et d’Anael. Comme vous pouvez le voir sur ces photos…

naru-closed

naru-open

…la carte mère est montée à 90° sur le chassis, ce qui permet une meilleure évacuation de l’air chaud et un accès plus aisé aux prises, vu que tout est « au dessus » et non planqué derrière la tour. Par contre c’est vrai que le châssis est assez long, du coup.

C’est ma bécane de jeu PC et donc celle sur laquelle je passe par défaut le plus ed temps. Un jour faudra que je pense à changer son nom pour quelque chose plus d’actualité que Love Hina, quand même.

Mikan

mikan

La petite nouvelle, c’est Mikan, un Mac Mini gonflé à bloc (i7, 8 Go) pour en découdre avec la bureautique, montage vidéo et la gestion de photos. Elle remplace la vieillissante Eclair qui datait de 2007. Certes, la carte raphique intégrée Intel HD Graphics 4000 n’est vraiment pas faite pour le jeu, mais j’ai Naru pour ça à côté. Là c’est vraiment pour faire de l’Internet, de la bureautique, gêrer ma collection de phtoos et faire du montage vidéo. Que les Apple haters se le disent : si Final Cut ou iPhoto existaient sur PC, je n’aurais pas acheté de Mac.

Mio et Kyonko

mio-kyonko

Mio, à gauche, et Kyonko à droite, sont les deux gardiennes de mes données. Mio est un bon vieux Disk Station 207 de Synology, composé de deux disques durs de 1 To en RAID-1 (en miroir) et principalement destinée à archiver les vidéos de mon camescope numérique.

Kyonko quant à elle, est un Synology Disk Station 410 à quatre baies et acceuille donc autant de disques de 2 To chacun pour 6 To utilisables. Je dis utilisables car avec le RAID-5 on perd l’équivalent d’un disque des données, mais on y gagne en souplesse et surtout en tolérance à la panne. Je peux perdre un disque dur sans sourcillier, il me suffit de le remplacer relativement rapidement pour que les données « perdues » soient reconstruites. Les NAS Synology coûtent cher, mais sont dotés d’une interface incroyablement simple et pourtant plein de fonctionnalités. Il y a de tout sur Kyonko : Anime, musique, documents, émulation, hentai… C’est qu’il faut les remplir ces 6 To ! Il reste d’ailleurs actuellement 193Go (comptés hier) mais je dois pouvoir faire un peu de ménage… Le principal occupant de cet espace reste le hentai avec ses 1,5 à 2 To tout mouillés.

Voilà pour le petit tour d’horizon. Vous en verrez probablement un plus détaillé en janvier prochain quand je referai un tour de l’appartement en vidéo. En attendant, il faut que je me trouve un nouveau laptop pour remplacer Mizuho (encore que, avec l’iPad des fois je me questionne sur l’intêret d’avoir un laptop pour ce que j’en ferais…) et il faut que je trouve un remplacement à Shion, mon iPod Classic qui est décédé dans d’atroces souffrances il n’y a pas si longtemps. La famille Mahoro a encore le temps de s’agrandir.

a9a6ae2e99929071b42fb8bef24763be

(Random image de Kyonko. Pour l’amour du genderswap.)

Pour ceux qui n’ont pas trop suivi Twitter ce week-end, ou qui n’ont pas assisté à l’assemblée générale de la Brigade SOS Francophone, je ne suis désormais plus président de l’association. C’est Jaerdoster désormais.

Cependant, n’allez pas croire qu’un président d’asso est le seul a décider de quoi que ce soit : il ne sert qu’à représenter l’association dans la vie de tous les jours et pour tous les actes en civil. La Brigade est dirigée par un conseil (chez nous on aime pas les comités.) qui est composé d’un nombre assez étendu de membres. Par exemple je suis toujours dans le conseil car je suis le responsable informatique de l’asso.

Tout ça pour dire que mine de rien cela fait du bien. Je me sens un peu plus libre, même si en l’état ça n’a pas beaucoup changé vu que je participe toujours à la vie de l’association. C’est juste dans la forme, mais une forme qui va me permettre petit à petit de me détacher un peu et de me centrer sur autre chose, ou peut-être qui sait, de créer quelque chose de nouveau avec d’autres personnes. Ce ne fut toutefois pas un choix facile, et vous m’excuserez si je parle de ça ici, mais ça reste pour moi un moment important. Cela faisait 3 ans que j’étais à la tête de l’association, et au bout d’un moment, je pense qu’il faut savoir laisser la nouvelle génération prendre le pouvoir et voir comment ça se déroule.

Je profite de ce billet pour également parler un peu de Nanami.

En gros, je recrute du monde pour s’occuper de l’agrégateur avec moi. Le réseau IRC ça y’a pas de problème, mais l’agrégateur a cruellement besoin d’un peu de changement, que ça soit graphique ou en nouvelles fonctionnalités (j’ai bien quelques idées, mais il faudrait les mettre en forme, et fouetter Keul, le codeur principal.) En gros je recherche soit :

  • Quelqu’un sachant coder en PHP/MySQL pour aider Keul et qu’il se sente moins seul.
  • Quelqu’un capable d’aller lire, apprécier les blogs, les valider lorsqu’ils s’inscrivent s’ils sont suffisament bien, et vérifier de temps en temps qu’un blog ne poste pas n’importe quoi dans l’agrégateur
  • Quelqu’un avec des idées qui aurait envie de prendre les choses en main.
  • Quelqu’un qui sache faire un layout pour un site web comme Nanami.

Donc si vous répondez à l’un de ces critères de recherche, faites-vous connaître. Je trouverai bien quelques avantages en nature pour vous remercier.

Enfin, j’ai activé un module WordPress qui modifie un peu le comportement des commentaires, dites-moi ce que vous en pensez, si je remets l’ancien ou si je garde celui-là (qui permet de se co avec son profil FB ou Twitter en plus du profil de Meido-Rando.)

Dans la série « vieux motard que jamais », je vous présente aujourd’hui Katawa Shoujo.

Cet article est garanti sans gros spoiler. Promis juré.

cg

Cela fait un moment que je devais le faire, mais ça y est, j’ai terminé ma route de Katawa Shoujo. Je dis « ma » route, car quand je fais un VN, a moins d’une exception particulière qui force le joueur à faire TOUTES les routes, comme CLANNAD, je ne fais qu’une seule route. Une seule et unique route et ce pour deux raisons : la première parce que je prends toujours en premier la fille qui me plaît le plus, mais aussi parce que cela me donnerait l’impression de ‘tromper’ ma nouvelle waifu 2D, celle avec qui je viens tout juste de passer de superbes moments. Et ça c’est juste hors de question.

Petite parenthèse sur ce qu’est un VN et Katawa Shoujo pour ceux qui ne seraient pas déjà au courant. Les connaisseurs peuvent donc totalement zapper le paragraphe qui va suivre :

Katawa Shoujo est un visual novel. Un visual novel est avant tout un jeu d’aventure composé majoritairement de texte. Un texte avec des dialogues, agrémenté d’images, de musiques et parfois de sons, voire même de courtes animations. C’est un livre multimedia somme toute, où contrairement à un livre, les autres sens sont mis à contribution via la musique pouvant changer selon les scènes, ou les images fixes qui vous sont présentées telles des illustrations changeant parfois à chaque ligne de texte. Mieux encore, une grande partie des visual novel possèdent des embranchements qui vous mènent vers d’autres parties de l’histoire, parfois vers de mauvaises fins si vous faites les mauvais choix. Jouer à un VN peut être très long, surtout si vous essayez de faire toutes les routes du jeu, vous obligeant à recommencer plusieurs fois certaines parties (heureusement certains systèmes permettent de passer les séquences déjà vues, par exemple.) Un VN est assez souvent utilisé pour raconter une histoire d’amour à choix multiples (et à filles multiples) mais pas toujours : certains, comme Higurashi no naku koro ni ou Umineko no naku koro ni racontent une histoire d’horreur. A vous de trouver le VN qui vous plait, et surtout avec les personnages et l’histoire qu’il vous faut. Parenthèse dans parenthèse : l’auteur de Higurashi sera présent à Epitanime cette année !

Maintenant je préviens ceux qui connaissent les visual novels ET Katawa Shoujo qu’ils peuvent également passer le chapitre qui va suivre. Vous avez vu comme cet article est un ‘novel’ à lui tout seul, hein ?

Katawa Shoujo est un VN développé par 4-Leaf Studios pendant de longues années. Partie d’un délire sur Internet et d’une illustration montrant des filles avec chacune un handicap différent, l’idée a rapidement évolué en un VN structuré crée par une équipe multi-nationale. Une démo (en fait le premier acte du jeu) avait vu le jour en 2009 (traduite en Français par Kawa-soft) mais la version complète n’a vu le jour qu’en janvier 2012. Utilisant le moteur Ren’py permettant de créer assez rapidement des VNs de qualité, le jeu est disponible gratuitement sur le site des créateurs, et sous licence Creative Commons, ce qui est assez rare pour être signalé. Le jeu complet n’est disponible qu’en anglais pour le moment, à vous d’aller taper Kawa-soft pour qu’ils s’activent à faire une version complète.

Pour ceux qui ne le savent pas déjà, je suis moi-même handicapé, avec 1/20ème à l’oeil gauche et rien à l’oeil droit et ce depuis ma naissance. Cela ne m’a pas empêché d’être dans une école normale ou de trouver un travail par exemple, même si beaucoup de mes semblables n’ont malheureusement pas cette chance, et sont souvent confinés dans un circuit fermé et etriqué dés leur plus jeune âge, allant d’école spécialisée en école spécialisée, sans réelle intégration avec le reste de la population.

C’est un peu dans ce genre d’école que va se dérouler l’histoire de Katawa Shoujo, puisque vous y incarnerez Hisao, un jeune garçon qui découvre qu’il est atteint d’arrythmie cardiaque au moment où il confesse son amour à une fille de son lycée. Ayant une crise au moment fatidique, il passe ensuite un bon moment à l’hopital où la fille en question cessera progressivement de lui rendre visite. Désespéré, il le sera encore plus quand les docteurs et ses parents l’enverront dans une école pour étudiants handicapés. Arraché à tout ce qu’il avait, école, famille, amis, il commence alors sa nouvelle vie à Yamaku, l’école en question.

group

Il va y découvrir de nombreux personnages (de gauche à droite sur l’image ci-dessus), tous atteints d’un handicap (en plus de quelques personnages secondaires) :

  • Lilly est déléguée d’une autre classe et amie de Hanako, mais elle est surtout complètement aveugle de naissance et se déplace dans l’école avec sa canne blanche.
  • Hanako est une jeune fille timide brûlée sur toute une partie du corps à la suite d’un incendie. Elle aime lire (et si j’étais méchant, je dirais que ça tombe bien car les livres ça brûle facilement.)
  • Rin, comme vous pouvez le voir, n’a pas de bras, et fait tout avec ses pieds (avec une dextérité sans pareille.) Elle s’illustre particulièrement via la peinture.
  • Shizune est sourde et muette et communique principalement à travers sa camarade de classe Misha qui interprète le langage des signes. Elle est également présidente du conseil des élèves.
  • Et enfin Emi, la fille genki qui n’a plus de jambes au delà des genoux à cause d’un accident, et qui fait de la course à pied.

Hisao va donc rencontrer tout ce petit monde et se lier d’amitié, voir plus si affinités, selon les choix du joueur.

Le jeu en lui-même respire bon le travail léché, que ça soit dans les graphismes, les musiques ou même le texte : rien n’a été laissé au hasard et on a dû mal à se dire que c’est un doujin-game, un jeu amateur téléchargeable gratutiement.

L’autre aspect remarquable du titre, c’est son réalisme. Le traîtement des handicaps a bénéficié d’une attention toute particulière et cela se ressent, en ce qui me concerne, dans la route que j’ai emprunté : celle de Lilly.

chinesedress

Je ne suis certes pas aveugle complètement, mais j’ai partagé l’éducation de personnes aveugles dans mon enfance, lorsque l’on m’a trainé de force dans l’une de ces écoles spécialisées dont je parlais plus haut. On m’a appris le braille (dont il ne me reste plus rien aujourd’hui… Ah si, je me rappelle comment on fait un A.), mais aussi la locomotion (savoir se déplacer dans une ville, savoir comment traverser les passages cloutés sans se fier au feu qu’on ne peut pas voir…) Mes parents ont tout fait pour me mettre dans une école normale, parfois contre l’avis des professeurs et inspecteurs de l’éducation nationale. Le résultat : aujourd’hui je gagne bien plus qu’eux dans la vie et je suis propriétaire. On peut dire ce qu’on veut mais c’est pour moi quelque chose qui va au delà de la réussite sociale. Inconsciemment, j’avais envie de dire merde à tous ceux qui ont pronostiqué mon echec dans la vie à cause de mon handicap, et j’ai partiellement réussi, je pense.

C’est donc avec une certaine curiosité que j’ai abordé Katawa Shoujo. J’avais un peu peur au tout début à cause du mot Katawa, qui a une forte connotation péjorative au Japon et qui veut dire « imparfait », comme une voiture qui fonctionnerait avec trois roues sur quatre. C’est un mot banni des écrans de télévision, c’est vous dire à tel point cela peut choquer. On m’a néanmoins rassuré très vite, et je voulais ainsi voir quel traîtement ils avaient réservé à Lilly, comment les scénaristes avaient traité son handicap, et quel genre d’histoire d’amour elle allait vivre avec le héros à travers sa route.

Hé bien figurez-vous que j’ai été agréablement surpris par les détails laissés dans le texte pour rendre crédible le comportement de Lilly en tant que personne aveugle. J’y ai même découvert des choses dont je ne soupçonnais pas l’existence, comme le jeu d’echecs avec une dalle sur deux relevée, par exemple (l’un des principaux problèmes des personnes handicapées et qu’elles sont très mal informées, parfois même par leurs propres médecins. Il existe peut-être une solution pour ma vue, mais comment le savoir ?). Lilly ne s’est pas une seule fois comporté de façon omnisciente et certaines scènes prennent une ampleur phénoménale. On arrive réellement à ressentir qu’elle est aveugle et chacucn de ses mouvements revêt d’une importance toute particulière. Toucher les murs pour s’orienter, tater ses aliments avec sa fourchette pour en deviner la forme… Aucun doute : les développeurs ont fait leurs devoirs, et je suppose que les autres routes ont eu droit au même type d’attention. Vous ne vous en doutez peut-être pas mais quand on écrit a peu près sérieusement un récit, l’une des choses qui prend le plus de temps, c’est la recherche. Je m’y suis mis un long moment lorsque j’écrivais Blind Spot, a consulter les lignes de métro japonaises pour par exemple savoir par quelles gares Ayako devait passer, comment elle pouvait prendre le mauvais train et où cela l’amènerait, quel genre de boutiques on trouve dans tel quartiers… Bien que Katawa Shoujo se déroule dans un monde assez fictif et détaché (l’école n’est pas clairement localisée au Japon), la réalité rattrape la fiction quand il s’agit de dépeindre le handicap de chacune des protagonistes avec goût et sensibilité.

Mon premier réflexe en voyant Lilly, une ojou-sama (une de ces filles bourgeoises) à la ponytail luxuriante, ça a été de vouloir la protéger. Ouais, je suis comme ça moi, l’un de mes trucs à moi ce sont les filles vulnérables que j’ai envie de protéger. C’est là que Katawa Shoujo m’a surpris en premier. Plutôt que de montrer ces jeunes gens handicapés se battre pour survivre, on les observe plutôt à l’aise dans leur environnement et avec les autres. Lilly elle-même ne cherche pas un chevalier blanc en armure, ce qui est très rafraichissant. Hisao est tout aussi vulnérable qu’elle, si ce n’est plus, avec son problème de coeur. Ne souhaitant pas parcourir les autres routes, je me suis tout de même spoilé tout seul pour en savoir un peu plus, et les autres histoires sont toutes autant rafraichissantes que celle que j’ai vécue, même si celle de Lilly est probablement l’une des plus légères et sentimentales.

Même le sexe est traité avec une certaine justesse. Si les scènes hentai avec Lilly sont gentilles voire mignonnes, avec une Lilly embarassée qui tatônne pour guider Hisao, celles avec les autres personnages sont parfois troublantes, maladroites voire même désagréables, mais elles reflètent toujours comment ça peut se passer. On est loin des poncifs du hentai avec la fille qui crie et l’exaggération générale dans l’acte sexuel comme les japonais nous y ont habitués pour la majorité de leurs oeuvres H.

Mis à part ces rares scènes propres à chaque route (et même désactivables dans les options ! Je vous le déconseille néanmoins car vous manquerez quelques points intéressants du développement des personnages) tout le reste est traité avec la même justesse dont je parlais : on passe d’un Hisao desespéré par sa nouvelle vie à un Hisao qui découvre qu’il peut vivre avec son nouvel handicap, en prenant exemple sur les personnages qui l’entourent, voir à trouver une raison de vivre avec la fille qu’il aime. C’est toujours très délicat d’être handicapé après avoir passé une partie de sa vie 100% valide. J’ai tendance à remercier l’entité supérieure qui a décidé que je serais malvoyant dés ma naissance, car je ne sais pas ce que je loupe. Je ne peux pas observer un paysage et me dire, « Oh avant je voyais l’arbre là-bas » et être déçu et nostalgique à cause de ça.

C’est ce genre de sentiments que m’a procuré ma route avec Lilly, finie pas plus tard qu’hier soir. C’était drôle, mignon, plein de sens, et ça changeait de ce à quoi on devrait s’attendre avec une histoire de ce genre. Les routes des autres filles sont aussi pleines de surprises, loin des clichés sur les handicapés, sans que cela ne tombe dans une démonstration sur comment il faut traiter (ou pas) une personne invalide. Subtilité et puissance sont les maîtres mots de l’écriture de Katawa Shoujo. Je n’ai pas été secoué par l’histoire de Lilly, juste ému. Il y avait une juste balance entre la gestion de son handicap, de celui du héros, et une histoire d’amour simple entre adolescents. On est loin d’un VN de Key où on vous force parfois (souvent) à prendre les personnages en pitié en sortant les violons et mouchoirs et en ne faisant aucun cadeau en personnage. Lilly ne veut pas de votre pitié, ni les autres personnages d’ailleurs.

fanart

J’ai donc kiffé ma race comme on dit. La fin du premier acte signale en fait que vous vous engagez sur une route en particulier, vos choix suivants définiront si vous aurez une mauvaise fin, une bonne ou une neutre. A vrai dire je me suis un peu ennuyé lors du premier acte, peut-être parce que je n’arrivais pas à m’attacher aux autres personnages, ou que mon choix était déjà porté sur Lilly. Par contre, une fois le premier acte passé, la suite est suffisament passionnante (et pas parce qu’on sait qu’on va avoir une ou deux scènes H avant la fin) pour accrocher. Je ne sais pas ce qu’il en est des autres routes, mais les quelques retours que j’ai eus à la sortie du jeu en Janvier avaient été vraiment positifs.

Qu’est-ce qui a motivé mon choix sur Lilly, au juste ? Son statut d’ojou-sama ? Son handicap ? Sa ponytail ? Ce qui est sûr c’est que c’était frais de voir le handicap traité comme cela, alors que dans les animes ou manga, c’est bien trop souvent un outil pour rendre le personnage plus vulnérable et inspirer la pitié du lecteur/spectateur. C’est un peu le genre de cliché que j’ai essayé de casser avec Blind Spot sans toutefois y parvenir de façon satisfaisante à mon goût.

Si vous avez quelques heures de lecture à perdre, je vous invite à télécharger et installer le jeu, et à vous laisser porter par l’histoire et ses personnages. Peut-être que cela vous fera même voir le handicap sous un autre jour, même si il ne faut pas oublier que ça reste une oeuvre de fiction, et que les personnes handicapées aussi fortes que Rin, Lilly, Shizune, Misha, Emi ou Hanako ne sont pas légion. Beaucoup ne trouvent pas leur voie ou ont honte de leur état et refusent l’aide qu’on leur tend parce que cela les rend dépendants et vulnérables. Une personne handicapée peut avoir du mal à accepter cette aide. Une personne handicapée est avant tout un être humain, et a une certaine fierté qui va avec. Cette fierté mal placée qui vous fait refuser de l’aide, je la ressens parfois. C’est un combat contre soi-même pour ne pas céder à la facilité, parfois inconsciemment. Non seulement pour se prouver à soi-même qu’on peut être utile aux autres malgré notre problème, mais aussi pour prouver aux autres qu’on a de la ressource et qu’on compense notre handicap par nos autres sens comme on peut, ce qui rend nos réussites encore plus satisfaisantes que les réussites d’une personne valide. Quand je gagne une partie de jeu vidéo contre quelqu’un, ma satisfaction n’en est que plus grande.

Il paraît que l’être humain récupère environ 90% des informations sur ce qui l’entoure grâce à la vue. Les gens normaux ne s’en rendent peut-être pas compte, mais on doit souvent compenser par d’autres moyens comme le toucher, l’odorat ou l’ouie pour nous situer. Je ne vois pas de voiture mais je l’entends. Je ne vois pas la crotte de Shami mais je la sens. Je ne vois pas cette vitre mais j’entends, je sens que l’air change du côté ou elle se trouve quand je passe à côté. Je ne vois pas ce poteau à hauteur de ma cheville, mais ma canne blanche me le signale par un retour immédiat sur ma main qui la tient quand je m’en rapproche.

Ce genre de choses a été parfaitement décrit dans la route de Lilly, et en tant que personne handicapée, je ne trouve rien à en redire.

end

Lilly, tu es la première ojou-sama à rejoindre mon panthéon des héroines. Ton nom sera celui d’une de mes futures machines, sans aucun doute.

En guise de lecture complémentaire, je vous propose l’article d’Amo sur le même sujet ou presque 🙂

Noël est à nos portes, et l’année se termine doucement.

Meido-Rando aura eu une année très calme. Je ne vais pas me lancer dans des statistiques ennuyeuses sur mon nombre d’articles par mois (ou par an, selon certains, huhu.) mais il faut bien se dire que la multiplication des activités et des responsabilités mange du temps que je pourrais passer àr egarder des séries ou lire des mangas. A la place je préfère me détendre sur les jeux vidéo ces derniers temps, mais je sais toujours apprécier une bonne otakerie quand j’en vois une…

J’ai été je pense assez comblé cette année, sur le plan otaku avec tout ce que la Brigade SOS Francophone a pu faire (il y a de quoi être fier de tout ce petit monde), sur le plan jeux vidéo avec tous les jeux auxquels je me suis adonné cette année (sans compter ma réconciliation avec la PSP), et puis aussi sur le plan personnel, car depuis le 13 Décembre, je suis l’heureux propriétaire de mon propre appartement. A moi les joies du crédit immobilier à payer tous les mois, des impôts fonciers ou bien encore des frais de co-propriété !

Bref, j’espère que l’année 2010 aura été aussi bonne pour vous en PASSION comme en MOTIVATION (le nouveau meme à la mode dans la blogosphère) et que Papa Noël (ou Maman Noël pour d’autres) va vous apporter plein de jolis cadeaux. Le mien que je me suis fait, outre l’appartement, va arriver d’ici quelques jours à cause des intempéries. Le petit nom de cette nouvelle ? Kyonko. A vous de deviner de quoi il s’agit.

En attendant, joyeuses fêtes à tous les lecteurs de ce blog et à tous mes frères et soeurs bloggeurs de l’otakusphere.

Calendrier Haruhi 2011

A vrai dire je n’étais pas un très grand fan de Player One.

big_image_7371

A l’époque, j’étais plutôt Joystick, Joypad et occasionellement Consoles +. Aujourd’hui il ne reste plus rien ou presque de la presse spécialisée, cannibalisée par Future, un grand groupe anglais. Mais il faut bien voir que dans les années 90, les magazines se tiraient la bourre à coup de tests, préviews, dossiers, et tentaient habilement de se démarquer des autres. Tout cela se faisait dans une atmosphère emplie de PASSION et de légereté. Chacun s’occupait des rubriques qu’il aimait au sein des rédactions, et tout allait pour le mieux. Mais Internet a changé la donne dés les années 2000, puisqu’à partir de ce moment, on pouvait avoir accès à n’importe quelle information instantanément ou presque, tandis qu’il fallait attendre un mois pour avoir de nouvelles informations avec la presse traditionnelle…

Oui, ce post va être bourré de références aux années 90, d’histoire de moi-même et des consoles que j’ai eues entre les mains, tout ça afin de disséquer le livre sorti chez Pika récemment: les Chroniques de Player One. Ca va me permettre aussi de vous retracer mon histoire en passant, et comment « je suis tombé dedans. »

Le livre est découpé en chapitres chronologiques qui retracent en parallèle l’arrivée du manga et de l’anime en France, et les jeux vidéos. Car pour bien comprendre, il faut voir que Pika que l’on connaît aujourd’hui pour ses mangas était auparavant MSE (Media Systemes Edition) qui publiait des magazines sur les jeux vidéo.

Les années 80: le commencement de l’informatique et des jeux vidéo

Dans les années 80, c’était Amstrad Cent Pour Cent. Pour ceux qui ne connaitraient pas les Amstrad CPC, ce sont des ordinateurs 8 Bits qui ont fait le bonheur de nombreux enfants et adolescents en europe (surtout en France et en Espagne). Pas spécialement doués techniquement, ils étaient néanmoins d’une grande facilité d’utilisation et surtout de branchement. A l’époque où chaque ordinateur avait tous ses morceaux éparpillés, que ça soit clavier, lecteur de disquettes ou cassettes, écran, alimentation, tout était à part. Puis Amstrad arriva avec le CPC « tout intégré » avec juste l’écran séparé du reste. C’était une sacrée machine, facile a programmer avec son BASIC intégré. Je l’ai découvert quand j’avais 4 ans. Quelques années plus tard je découvris qu’on pouvait programmer dessus et je tapais des programmes issus de magazines ou même du manuel BASIC sans comprendre ce que j’écrivais (c’était en anglais) mais lettre par lettre, je commençais à y prendre goût.

MSE a l’époque éditait Amstrad Cent Pour Cent, (Oui ça fait Amstrad CPC. Habile non?) un magazine qui proposait des tests de jeux, mais aussi des rubriques plus techniques et quelques rubriques à part, comme sur le cinéma, la BD, bref, tout ce qui touchait les jeunes à l’époque. Enfin, ceux qui avaient dans la vingtaine quoi.

Les premiers chapitres des Chroniques nous racontent donc cette époque avec moultes anecdotes et citations des gens de l’époque. Les auteurs sont en effet allés les retrouver pour leur poser des questions. Le livre n’est d’ailleurs composé presqu’exclusivement de lettres en italique (pour les citations). Pour quelqu’un comme moi qui a vécu cette époque, c’est un vrai régal de se remémorer toutes ces choses que l’on avait enfouis au fin fond de sa mémoire. Pour d’autres, je reconnais que cela doit être plus difficile à aborder, et qu’ils préféreront sauter aux chapitres sur le manga, peut-être déjà plus parlants.

Les années 80 et 90 du manga et de l’anime en France.

Comme beaucoup de ma génération (je suis né en 1982) nous avons découvert les animes avec le Club Dorothée. Le manga n’avait pas encore d’existence en France à l’époque et c’est avec des dessins animés de TF1 et de La 5 (la chaîne qu’il y avait avant Arte et France 5 sur le canal 5 des télévisions). Personellement, le Club Dorothée, je m’en foutais un peu. Comme beaucoup je regardais ça pour les dessins animés plus qu’autre chose. Le Club Dorothée c’était gravement niais, à un point que vous ne pouvez pas imaginer. J’en ai encore de bons souvenirs par pure nostalgie et parce que dans ma tête, ces souvenirs sont liés aux dessins animés et à cette période bénie où on rentrait de l’école le cartable sur le dos, on faisait nos devoirs très vite après le goûter pour vite chopper du dessin animé devant la télé. Et je ne vous parle même pas du mercredi matin! J’avais malheureusement des parents qui ont voulu me faire faire du cathéchisme contre mon gré et j’étais donc bon pour enregistrer les dessins animés sur des VHS (oui, ce truc tout naze qu’il y avait avant le DVD.) Les Chroniques de Player One nous expliquera d’ailleurs pas mal de choses sur comment les animes ont bien pu arriver sur les cases jeunesse des chaînes. Dans les années 80, ça allait encore, mais dans les années 90, la diffusion de Ken le Survivant (Hokuto no Ken) a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour beaucoup de têtes bien pensantes qui croyaient que l’animation japonaise était une production du diable. Il faut dire que ce n’était pas très malin de la part de TF1 de diffuser Hokuto no Ken a une heure de grande écoute pour les enfants. Qui plus est à l’époque les épisodes de beaucoup de séries étaient charcutés pour des raisons parfois farfelues, alors pour Ken je vous explique même pas, certains épisodes duraient seulement une quinzaine de minutes, voire moins!

La lecture du livre est donc plutôt intéressante pour quiconque s’intéresse à l’histoire du manga et de la japanime en France, car il traîte aussi des sorties en salle de quelques rares animes (chiffres à l’appui) et de choses plus underground dont je ne soupçonnais même pas l’existence (Mangazone, par exemple).

Les années 90 sont déjà plus intéressantes, car même si elles marquent la fin des dessins animés à la télévision française (je dégustais Sailor Moon alors que je détestais Dragon Ball Z à l’époque. Hé oui.), elles marquent également l’arrivée du manga en France, par Glénat avec Dragon Ball et Sailor Moon, puis Ranma 1/2, mais aussi par Tonkam avec Fushigi Yuugi, la naissance de Kana avec Yu Yu Hakusho, les mangas édités par J’ai Lu comme Orange Road, City Hunter ou encore Fly…

En parlant de cette époque, il faut quand même que je revienne sur une faute rigolote des auteurs au sujet de GunSmith Cats, excellement manga plein de flingues, de bagnoles et de jolies filles.

Désolé pour la qualité des photos

Hé non, Rally Vincent et Minnie May n’étaient pas lesbiennes. Il y avait Goldy, la reine de la mafia, ou encore Misty la petite voleuse pour ça

Bref, le manga n’avait pas encore explosé, mais prenait sa place tout doucement. Je tanais mes parents pour m’offrir mes quelques mangas tous les mois et je commençais tout doucement ma collection. Il était intéressant de voir, grâce aux Chroniques de Player One, que chaque éditeur était plus ou moins affilié à un éditeur Japonais, que ça soit la Kodansha ou la Shueisha.

Moi j’achetais mes mangas, et mon frère recopiait des cassettes du jeune label Manga Vidéo, qui diffusait quelques OAVs et films pour adultes (comprendre, pas forcément H mais avec du contenu assez adulte, gore parfois, sérieux, avec une dose de ecchi quand même). Comme tout le monde j’ai vu Akira en VHS à cette époque, avec d’autres OAVs comme Cyber Oedo, Venus Wars (excellent film), La Cité Interdite, et bien sûr les inoubliables Dominion Tank Police. Plus tard, j’avais un ami (qui est encore un très bon ami maintenant) qui achètait des cassettes: celles d’Escaflowne et Utena par exemple,et que l’on regardait ensemble. Il faut également savoir que l’on a eu la chance tous les deux, comme certains autres, de voir Evangelion pour la première fois sur C:, la chaîne orientée « cyber » de CanalSatellite (mon frère en était doté à l’époque) et on a même pu voir la fin de la série avant que celle-ci ne sorte en VHS ! (Petit quizz vieux cons: si je vous dis le mot « rupophobe » à quoi pensez-vous ?)

Allez, une autre petite boulette pour le fun:

img_0536

« Cammy X » était en fait un doujinshi / receuil d’histoires d’un certain Hidenburg (avec un nom comme ça, on s’étonne pas de la taille de la poitrine de ses héroines) dont l’une des histoires nous montrait une jeune cosplayeuse qui se déguisait en Cammy de Street Fighter II pour son petit copain… Samourai (la boîte qui a édité ça à l’époque) n’a rien trouvé de mieux que de marketer ça comme un manga hentai sur Cammy. Publicité mensongère? Ca ne leur faisait pas peur chez Samourai. Et comment je savais tout ça à l’époque? Facile, quand on était jeune comme ça, on avait pas Internet pour se rincer l’oeil: il fallait gruger pour pouvoir se procurer un tome magique de hentai comme ça ou Angel de U-Jin… Mon premier vrai H fut d’ailleurs un CD-ROM bourré de séquences animées issues de La Blue Girl.

Mais quel rapport avec MSE, tout ça? Hé bien les dirigeants s’intéressaient déjà un peu au manga et proposaient même de prépublier Ranma dans Player One, le magazine sorti suite au virage raté d’Amstrad au début des années 90… Le bouquin n’oubliera pas bien entendu de parler de tout ce qui est externe à MSE: les éditeurs de manga qui naissaient, et aussi les labels vidéos comme Manga Vidéo, AK Vidéo, Dynamic Vision (maintenant Dybex) et Kaze… Hé oui, Kaze!

Les années 90 du jeu vidéo et de l’informatique

Bien sûr, j’étais aussi à fond dans les jeux vidéo. Laissant peu à peu tomber l’Amstrad, j’avais reçu une Megadrive à un Noël. La Megadrive de Sega était une machine impressionnante à l’époque comparé à la Master System et à la NES. On se rapprochait de plus en plus de l’arcade, même si on savait bien que des consoles comme la Neo Geo existaient et offraient des jeux hors normes. Mais que voulez-vous, à 200 euros le jeu on ne pouvait pas vraiment convaincre nos parents, alors qu’un jeu à l’époque coûtait dans les 50 euros. Du coup, on avait que nos yeux pour pleurer en regardant Micro Kid’s montrer des tests de jeux NeoGeo ou PC Engine, puis ensuite Televisator 2, deux émissions sur France 2 et France 3 orientées jeux vidéo. Les Chroniques de Player One ne parlera pas assez à mon goût de Micro Kid’s et se penchera plus logiquement sur Televisator 2 et pour cause: c’était une émission réalisée par les mêmes gens que Player One…

Dés le milieu des années 90, j’ai eu mon premier PC: enfin plus précisément celui de mon frère avec qui on partageait. C’était un 486 DX 33 avec 4 Mega-octets de RAM et 120 Mega-octets de disque dur… Il a même revendu notre Amiga 500 plus tard pour acheter un lecteur CD 2x et une carte Sound Blaster 16, le tout à l’époque coutait quand même pas loin de 450 euros… tandis que le PC en lui-même avait couté dans les 3000 euros!

Le problème c’est que c’est à partir de ces années que l’anime et les jeux vidéos disparurent des écrans de télévision en France. L’anime parce que c’était vu comme étant de la merde (jusqu’à ce que les films Ghibli mettent tout le monde d’accord et redorent le blason de l’anime en France), et les jeux vidéo parce que les directeurs des programmes des différentes chaînes se sont rendus compte que le jeu vidéo était l’ennemi à abattre, celui à cause duquel les jeunes regardaient moins la télé.

Et c’était vrai mine de rien: comme je l’expliquais à mes parents à l’époque (j’avais quoi, 14 ans), il était plus intéressant d’agir sur ce qu’il se passait à l’écran que de regarder sans rien faire. Du coup, ils me fichaient la paix avec les jeux vidéo. Ensuite pour les mangas, c’était plus une question de confiance: j’avais fait de bons choix jusqu’ici et j’avais des amis qu’ils connaissaient bien qui étaient aussi là-dedans. Du coup, ça ne leur a pas paru bizarre que je m’y intéresse autant.

Toujours est-il que le PC prit alors une place prépondérante au détriment des consoles. J’étais moins « Playstation » même si j’y jouais beaucoup, et je bidouillais et jouais plus souvent avec mon PC. Et puis un jour j’ai récupéré la Playstation de mon frère… La Saturn ne m’a jamais vraiment attirée et j’avais un ami qui en avait une (on jouait surtout aux jeux de baston ensemble, comme les KOF 95 à 97 qui étaient sortis dessus, ou encore Shining Force 3, Mystaria, Dragon Force…)

Le problème de Player One, comme le raconte le livre, c’est qu’ils avaient un magazine spécial « Nintendo Player » qui leur rapportait beaucoup, jusqu’à ce que Nintendo décide qu’ils ne voulaient plus d’un magazine spécialisé (sans compter que la Nintendo 64 s’est longtemps laissée attendre.) Devant la suprémacie de la Playstation, et la présence d’un magazine officiel Playstation, il était difficile pour les magazines généralistes de survivre (et pas que Player One.)

Les années 2000 du manga

Du coup, alors que j’avais commencé Ah My Goddess et Dragon Head, les éditions Manga Player ferment. MSE aussi, et les survivants décident alors de monter Pika par leurs propres moyens, parce que le manga c’était quelque chose qui les passionnait beaucoup. Mes tomes ont alors changé de collection, et j’ai continué à mater des mangas et des animes. Cependant, en 2001, ce fut le choc. J’avais découvert Epitanime (puis le Cartoonist plus tard)

2001 fut ma première convention, et quelle convention! J’étais émerveillé par tout ce qui était proposé, les stands, les fanzines (j’étais allé voir le stand de Rosalys et de son fanzine de l’époque), puis le karaoke, et surtout les nocturnes. J’y ai assisté avec deux types rencontrés sur le net dont je n’ai plus aucune trace aujourd’hui, mais qu’importe. J’y ai découvert Noir, Angelic Layer, les films d’Initial D (avec le public qui applaudit à l’apparition du générique de fin tellement il en avait marre), Mahou Senshi Riui, et quelques autres que j’ai déjà oublié. Bref, révélation tout ça. Je découvre le fansub, je m’y investis même en rejoignant Trilium où je rencontre de nombreuses personnes talentueuses qui finiront pour certains chez des éditeurs bien connus ou pour d’autres interprètes pour des évènements comme Japan Expo. J’ai arrêté quelques années plus tard progressivement. Aujourd’hui le fansub c’est comme les MMO chronophages pour moi: plus jamais ça.

Puis, en 2004 je crée un blog sur le forum plus ou moins perso de Rosalys. Voulant voler de mes propres ailes, et ayant déjà le serveur dédié Twilight depuis 2002, je crée Meido-Rando en 2005 et commence à y raconter n’import quoi. La suite, vous la connaissez.

Malheureusement pour nous, Les Chroniques de Player One n’aborderont que très succintement les années 2000, avec tout juste l’histoire de comment Pika s’était fondé, comment ils se sont constitués un catalogue et ce genre de choses. C’est un peu pour ça que j’expliquais que ce livre était reservé aux vieux de la veille: je ne sais pas si des otaku ou des gamers plus jeunes pourront y voir un quelconque intêret. Il faudrait pour moi plus d’anecdotes, de moments marquants (même si le milieu des années 90 fut riche en évènements savoureux), et moins de témoignages qui tendent à partir sur la longueur, parfois pour ressasser ce qu’une autre personne a dite plus haut. Il manque également des extraits d’articles, voire peut-être un peu plus d’autocritique et de mise en perspective. Connaître les raisons de tel ou tel petit échec auraient été bienvenues… A la limite, c’est presque dommage que ce livre ne concerne que Player One tellement il y aurait de choses à raconter sur les rédactions d’autres magazines. Personellement, si un livre sur Joystick voyait le jour, je l’achèterais tout de suite, ne serait-ce que pour avoir la vision du jeu vidéo sur le monde du PC, car Player One était avant tout un magazine console, et il n’y a pas que les consoles qui ont fait parler d’elles, en tous cas pas après les années 1995-2000

Ceci étant dit, c’est une excellente lecture pour tout geek ou otaku qui se respecte. Le découpage en chapitres en parallèle vous permettra aisément de zapper les moments qui ne vous intéressent pas (par exemple toute la partie sur Amstrad Cent Pour Cent), ou les périodes manga si vous vous intéressez plus au jeu vidéo. A vue de nez, je dirais même que la partie jeux vidéo est plus fournie que celle sur les mangas, mais ça se discute peut-être.

En attendant, ça me rajeunit pas tout ça…

Sous ce titre fortement inspiré du billet de Rosalys qui m’a donné envie de regarder Macross Frontier je ne fais que reprendre le flambeau que Raton-Laveur m’a soigneusement passé.

Malheureusement pour lui, je vais le décevoir, et il le sait déjà le bougre, puisque pour les besoins de son article et probablement pour se rassurer lui-même, il m’avait demandé de lui montrer ma playlist de favoris en musique du moment.

Avant de commencer à parler de mes sept chansons favorites du moment parmi toute cette liste, il convient de donner quelques précisions sur ma manière d’écouter de la musique.

Il faut savoir tout d’abord que je vis énormément la musique. Oui, vivre la musique, pour moi ce n’est pas écouter pour écouter, mais écouter tout en ayant une image dans ma tête. Une image de ce que pourrait donner une telle chanson sur scène, ou tout simplement, ce qu’elle m’inspire. La musique est une grande source d’inspiration lorsque j’écris Blind Spot par exemple, mais surtout, elle me procure encore plus de plaisir quand elle me rappelle des choses que j’ai vécues. Ceci a pour effet immédiat de donner un gros avantages aux musiques de fond accompagnant séries et films, ainsi qu’aux musiques de jeux vidéo. Surtout aux musiques de jeux vidéos en fait. L’explication du pourquoi est très simple: Dans un jeu vidéo, surtout les RPG, le joueur est directement impliqué dans l’histoire. Il l’a suit, mais il est aussi acteur, et selon le degré d’immersion du jeu, il peut le vivre. Et c’est là que la musique dans les jeux joue un grand rôle en accompagnant nos émotions vécues. C’est ainsi que, écouter la musique d’un combat dans un RPG fait monter mon adrénaline en me remémorant ces combats tendus que j’ai pu avoir, cette chorégraphie… De même, des musiques tristes arriveront toujours à me faire sentir vivant (c’était une blague pour rappeler que Metal Gear Solid 4 est sorti) l’émotion et la tristesse que les scènes associées ont pu provoquer chez moi lors d’une partie. Qui n’a pas senti son coeur se pincer en réécoutant bien plus tard le thème d’Aerith de Final Fantasy 7 ? Hein ?

C’est ainsi que, les musiques de jeu, mais aussi d’anime avec tous leurs moments forts qui me permettent de revivre ces émotions lorsque j’entends les musiques dont elles sont tirées. Bien sûr ça vaut aussi pour les opening d’animes, souvent très entrainants.

Maintenant, d’un côté pratique. J’utilise donc Shion, mon fidèle iPod de 160 Go pour stocker toute ma musique. Chaque fois que je tombe sur une musique que j’aime je lui donne une note de 3 à 5. 2 étant réservé aux trucs marrants style Pérusse. Et comme l’iPod et iTunes sont bien foutus, on peut créer des playlists intelligentes comme par exemple "Toutes les chansons avec une note de 3 à 5" et hop, elle se remet à jour toute seule sur l’iPod dés qu’on change une note. Résultat je me fais ma playlist de favoris au fur et à mesure de l’exploration de ma propre musique. Cette playlist de favoris tourne en général le temps d’aller et de repartir du boulot. Au boulot, c’est le shuffle qui tourne, afin d’assurer que je ne sois pas trop déconcentré par que de la musique que j’aime quand je bosse. Le soir, c’est Nolife en général qui est allumé, ça me permet de découvrir pas mal de nouveaux titres et de varier les plaisirs.

Autre petite note, ne comprenant pas le japonais suffisament pour interpréter une chanson à la volée, je perçois les voix japonaises comme un instrument supplémentaire. Je ne me concentre que rarement sur le sens des paroles, même en anglais, mais plutôt sur la sonorité des voix. Ce qui explique mon attrait pour les doubleuses d’anime.

Voilà donc mes sept chansons favorites du moment, sans ordre particulier:

  • Tears Infection – KAORI : L’opening de Myself Yourself. C’est assez rock, avec un rythme entraînant et une voix qui à la pèche. C’est typiquement le genre de chansons qu’on écouterait en se levant le matin pour passer une bonne journée. Et puis dans l’opening, les personnages sont en plein concert, ce qui ajoute une super image à l’ensemble, dans ma tête.
  • Forsaken – Within Temptation : Je suis un grand fan de ce genre de chansons, et j’écoute aussi du Nightwish (même si ça se renouvelle pas assez à mon goût) principalement pour la voix et le côté surnaturel que m’inspirent les chansons. A vrai dire, quand j’étais au Japon, je me suis dit que j’aurais bien fait une AMV de Fate Stay Night (et surtout Saber) sur Ice Queen, mais je me suis ravisé en me disant que quand même, quelqu’un avait du y penser avant moi.
  • Leap the Precipice – Eternal Sonata OST (Motoi Sakuraba) : Motoi Sakuraba est aussi le compositeur de pas mal de musiques de RPGs notamment pour Tri-Ace. Plutôt éléctronique habituellement, Eternal Sonata l’a forcé à se mettre au symphonique, et ça rend vraiment bien, avec toujours un style très nerveux et entraînant, voire épique.
  • Will – Lia : Lia est une chanteuse qui fait partie de I’ve, le groupe responsable entre autre de quelques OSTs comme celles de Onegai Teacher / Twins. Son album "Colors of Life" bien que très confidentiel est réellement merveilleux, avec un style très mélodieux et différent de la J-Music mainstream. L’album est principalement composé de ballades assez douces, parfois un peu plus enjouées, et un morceau électro, e l’occurence "Will". Elle me fait un peu penser à Kokia en fait…
  • God Knows – Aya Hirano : Je vous sens surpris. A part que je revois la scène de l’animé chaque fois que je l’entends, que je sais bien la chanter, qu’elle a une putain de pèche… Hirano reste quand même une idol-wanabe comme beaucoup, alors qu’elle a quand même du talent comme doubleuse…
  • Megumeru – Cuckool Mix 2007 – Clannad OST : La version de l’op de l’anime est en fait un remix de l’op du jeu (qu’on ne voit qu’au moment de l’After Story). Je trouve que cette chanson "s’envole" et sa construction différente des autres openings fait d’elle une chanson assez unique.
  • Mirai (Voyage) – Mitsuru Hongo – Sakura Taisen Complete Box : Et la Complete Box en général, en fait, qui est une pure merveille. Très comédie musicale dans l’esprit, c’est une collection de chansons parfois chantées durant les films ou la série. Elles ont toutes une atmosphere et il est facile d’imaginer le genre de scène de théatre qui leur correspond. Celle-ci par exemple fait penser à un safari en Afrique. Du très très bon.

Pour la suite des évènements, je passe le flambeau à Rosalys qui va se faire une joie de vous parler de ses 7 chansons préférées avant de repasser le flambeau elle aussi à quelqu’un de la blogosphère francophone d’anime et d’otaques que nous sommes.

Maintenant vous pouvez me jeter des pierres et m’accuser de n’écouter que de la merde ou bien d’être un otaque fini. A la question "Qu’est-ce que t’écoutes comme musique?" je suis fier de répondre "Pas la soupe qu’on nous sert en France."

S’il y a bien un truc pour lequel les geeks sont rois, c’est bien de nommer leurs machines. Ca peut aller du simple ordinateur au serveur, ou au petit périphérique portable. En fait il arrive toujours le moment où lorsque l’on installe un système d’exploitation où qu’on paramètre une machine quelconque, qu’on vous demande son nom. "Ordi" ou "Serveur" c’est pas super précis ni sexy, surtout quand vous en avez plusieurs.

Alors voilà, quand un geek est doublé d’un côté otaque très prononcé on se met à appeler ses machines avec des noms japonais. Si si j’vous jure.

Prêt pour un petit tour du réseau Mahoro-net?

Mahoro

mahoro.jpg

Mahoro est l’un de mes plus vieux systèmes. Elle a subi plusieurs liftings, d’abord un Celeron 366, puis un Duron 800, puis un Athlon XP 1800+, et maintenant un Athlon X2 4000+. Elle servait beaucoup à faire des serveurs de jeu à l’époque des LAN party sauvages, mais elle me servait aussi dee serveur de fichiers, de bac à sable, et en régle général, de serveur à tout faire. Il fut un temps où c’est elle qui gardait toutes mes données sur un RAID 5 fait avec mes p’titees mains et des disques durs chauffés à 50 degrés celsius dans un boitier moyen tour. Maintenant c’est une sorte de PC concept serveur. Elle travaille dur pour calculer pour le SETI et les projets du World Community Grid.

Mahoro est le pilier de mon réseau, comme vous vous en doutez.

Tomoyo et Konata

tomoyo.jpg

konata.jpg

Tomoyo et Konata sont les gardiennes de mes données, et sont toutes deux des serveurs Synology Cube Station. A savoir, des mini-serveurs autonomes qui font pas un bruit et stockent des fichiers sur le réseau qu’on peut utiliser depuis n’importe quel PC. Ils contiennent chacun 4 x 500 Go (oui, ça fait donc 4 Tera-octets) mais en RAID 5, ce qui fait donc 3 Tera-octets utilisables. Je vous passerai les détails trop techniques sur le RAID 5, mais sachez juste que je suis à l’abris d’une perte de donnée par crash de disque dur.

Une petite pensée pour Mikuru qui nous a quitté récemment:

Prions la Déesse pour que son âme puisse être sauvée prochainement quand Corsaire et moi pourrons nous occuper de son cas.

Mizuho(-oneesama!)

mizuho.jpg

Ce Macbook Pro de la génération d’avant l’actuelle me sert principalement quand je sors de chez moi, c’est à dire pas si souvent que ça, mais je suis quand même content d’avoir à disposition une machine puissante partout où je vais. Pourquoi Mizuho? C’est simple: ce Macbook a aussi Windows d’installé en plus de MacOS, et donc, on ne sait pas trop si c’est un Mac ou un PC au final 🙂

Eclair

eclair.jpg

Eclair est un iMac 17". C’est le dernier iMac 17" en fait car maintenant la taille d’écran minimale est 19" sur les iMac Aluminium. Mais voilà, je cherchais un écran pas trop grand, et 17" me convenaient parfaitement. L’iMac est très agréable et me sert pour tout ce qui eest internet, chat, activités créatrices et administration système. Et puis, je peux diffuser la musique de Tomoyo via Bluetooth sur les enceintes sans fil qu’on m’a offertes pour mon récent anniversaire. Malgré un léger grésillement dû au transport par radio le son restitué est excellent dans ma salle de bains.

Naru

naru.jpg

Naru est le plus vieux type de système que je possède: c’est un PC tout ce qu’il y a de plus classique et qui a subi de nombreux, très nombreux liftings. Aujourd’hui c’est un Quad Core Q6600 avec 2 Go de RAM et une Geforce 8800 GTS. C’est mon PC de jeu, ni plus ni moins. Avec le temps et l’argent, je suis devenu un peu plus exigeant au niveau fluidité d’un jeu, ce qui explique le besoin de puissance.

Blasphemy et Heretic-tan

xbox.jpg

Mes deux Xbox360. Blasphemy est l’européenne, et Heretic-tan la japonaise. Je les ai appelées ainsi car pour moi, posséder une machine Microsoft était vraiment la dernière chose que je me voyais faire. Mais c’est fait, et il faut bien que chacun ait un petit côté sombre…

Feena

feena.jpg

Feena (le barebone au dessus de la PS2) est un mini-PC armé de Mythbuntu, une variante de Ubuntu. Relié à ma télé LCD 82cm et mon kit 5.1 via une mini table de mixage que vous avez pu voir sur la tour de Naru plus haut, Feena me sert principalement pour trois activités: le karaoké de génériques d’anime, Stepmania, et aussi matage d’animes ou de films stockés sur Tomoyo et Konata. Ce media center utilise l’entrée VGA de ma télé, et donne donc une superbe image nette en 1280 x 768 (un peu batard comme résolution mais on a vu pire).

Shion

shion.jpg

Shion est un iPod Classic, un iPod de dernière génération donc, avec 160 Go de disque. Elle est sans cesse dans ma poche quand je sors, et ça fait un excellent disque dur USB d’appoint.

Haruhi

haruhi.jpg

Et voilà, la Déesse, elle, est toujours dans ma poche. Un Nokia E61 qui a déjà deux ans. 3G, Wifi, Bluetooth, mails, web, flash, vidéo MP4, etc, il fait tout ou presque, et le clavier est vachtement pratique pour taper des SMS. Son seul défaut? Ne pas avoir d’appareil photo. Comme c’est un modèle pro, beaucoup de constructeurs omettent volontairement l’appareil photo car les entreprises rechignent à avoir des téléphones pouvant prendre des photos, ça se comprend, c’est facilement dissimulable. Le E61i, sorti un peu plus tard, est lui pourvu d’une caméra par contre.

Et voilà le petit tour est fini. Normalement je n’ai pas d’autres machines à acquérir cette année, donc techniquement, pas de mise à jour de ce billet avant au moins un an. A moins bien sûr que je ne craque sur un possible iPhone 3G, s’il sort, sait-on jamais.

Rosalys nous annonce sur son blog la soirée Manga-tan aux Utopiales. Les Utopiales étant un festival international de SF sur Nantes, et ayant quelques amis qui y vont et s’occupent même de la soirée en question via leur association Univers Partagés j’ai décidé de leur filer un petit coup de main en régie lors du cosplay organisé.

Tous les détails de la soirée pour les intéressés sont disponibles sur le blog de Rosalys.

Donc, si vous voulez venir me faire coucou et que vous habitez dans les parages, n’hésitez pas à passer à la Cité Internationale des Congrès de Nantes-Métropole.

P.S.: L’hébergement est à 200 Maid Points la nuit, chez moi. Réduction spéciale pour les habitués du channel de l’Editotaku à 100 Maid Points (il n’y a pas de petit profit :P)