love live

All posts tagged love live

Yay, nous voilà repartis pour un petit tour d’horizon de ce qui nous est proposé cette saison. En tous cas, les animés que j’ai retenus, ou pas. A noter que de la saison passée, je n’ai finalement pas tout regardé jusqu’au bout. Je devrais par exemple essayer de finir Haifuri, à deux épisodes de la fin ça serait pas mal, quand même.

Reste que cette saison, il y a ma foi quelques trucs sympathiques. Voire même très sympathiques, et des choses que je continue à regarder de la saison de printemps.

Bien sûr ça ne couvre pas tout, il faudrait passer un temps fou pour se forger un avis sur toutes les séries actuelles.

Allez, c’est parti.

New Game

image7

J’ai abordé New Game en imaginant un Shirobako du pauvre avec du K-On dans une boîte de jeu vidéo.

Hé bien vous savez quoi ?

C’est exactement ce que j’ai eu.

Du coup je ne suis pas déçu : l’humour fonctionne sans être transcendant, l’animation montre parfois de très jolies choses, et les personnages sont sympathiques. Bien sûr il faut s’habituer au fait qu’elles bossent dans une boîte de jeu vidéo où, surprise, le crunch time ne commence pas dés le début du développement. Le crunch time c’est ce moment douloureux pour tout développeur où il faut mettre les bouchées doubles pour rendre le produit avant la date fatidique, et on est toujours, toujours en retard, c’est bien connu.

On suit la petite Aoba qui sort du lycée et qui est embauchée direct (sans entretien, bizarre) dans une boîte de JV qui fait des RPG. Chose amusante, la division dans laquelle elle travaille (character design) est suprenamment peuplée uniquement de femmes.

Vous découvrirez l’environnement de travail d’Aoba, sa première paye, ses collègues (dont une qui a un hérisson comme animal de compagnie / petit copain)…

Franchement ? L’animé est vraiment plaisant. Rien d’exceptionnel ou qui restera dans les mémoires, mais c’est vraiment avec gaieté et bonne humeur que j’aborde chaque épisode de cette série tirée d’un manga à 4 cases (yonkoma).

Disponible chez Crunchyroll

Rewrite

Rewrite, c’est un VN de Key dans le plus pur style de la maison. Du surnaturel, du moe, de la romance, et bien sûr beaucoup, beaucoup de tristesse en vue. Key, pour les deux du fond qui dorment ou les deux autres à droite qui débarquent, c’est Kanon, Air, Little Busters, CLANNAD… des monuments du visual novel des années 2000. Rewrite faisait partie de ceux qui n’avaient pas encore été adaptés en animé.

Qu’est-ce qu’on a, du coup ? Un personnage principal qui fait des rêves bizarres, une amie d’enfance bizarre, une nouvelle élève tsundere bizarre, une école bizarre, un club d’occultisme bizarre… En fait il y a plein de choses qui clochent dans le monde de Rewrite, et le premier épisode, qui dure, tenez-vous bien, 50 minutes est d’une nullité affligeante pour vous faire accrocher à la série. Notre héros se fait sucer le sang (à défaut d’autre chose) la nuit et cherche às e débarasser de ça (au début il croit à un rêve). Il va s’apercevoir qu’il y a des monstres autour de l’école et surtout, il a un pouvoir le monsieur, mais ça on attend l’épisode 3 pour t’en parler, faudrait pas trop non plus révéler des trucs intéressants trop vite, après le spectateur serait habitué !

Le souci étant que le studio 8-Bit derrière la série ne se foule pas. C’est pas follement bien animé, et comme je le disais, y’a un horrible sens du rythme qui t’endort à chaque épisode ou presque.

C’est con, parce qu’autrement je suis du genre client de ce type d’animé.

J’ai même pas eu envie de vous mettre de screens, c’est dire si ça m’enthousiasme.

Disponible chez Wakanim

Orange

image3

Probablement un des pires noms possibles pour cette série. Je vois bien le créateur du manga original avoir choisi un nom au pif dans un chapeau. Parce que bon, Orange ça parle de tout sauf de couleurs ou de fruits. En vrai c’est l’histoire de Naho, une jeune fille un peu timide mais jolie, prototype du perso principal d’un otome game, qui reçoit une lettre bizarre : une lettre d’elle de dans 10 ans. Pour prouver que c’est bien une lettre du futur, la Naho de dans 10 ans dévoile au détail près les journées de Naho. Je sais pas comment elle fait car moi j’ai complètement oublié tous les détails de mes journées d’il y a un mois déjà.

C’est genre « Tu vas te lever en retard. Machin va prendre un jus de fruit, Truc va te parler, réponds-lui. »

Forcément elle balise un peu mais accepte relativement rapidement cet état de fait, et commence à suivre les recommandations de la lettre. Parler à certaines personnes, participer à un match de softball, etc. Naho va surtout rencontrer Kakeru, un gars de Tokyo qui vient d’arriver dans sa petite ville et va être transférer dans sa classe. Seulement, la lettre est catégorique à ce sujet : Kakeru va mourir, et la Naho de dans 10 ans n’a pas pu l’empêcher.

Peut-être que la Naho du présent le pourra.

Concrètement, l’animé est très propre. On suit Naho et sa bande d’amis (deux filles deux garçons en plus d’elle) qui vont adopter Kakeru et faire des trucs ensemble. C’est sympa, ça se mange tranquille mais on peut pas s’empêcher de se demander où ça va aller, si on va avoir des explications sur comment une lettre du futur a pu arriver dans les mains de Naho, etc. Surtout qu’on a quelques scènes avec le groupe d’amis du futur, et on voit comment ils ont changé…

En tous cas c’est joli, ça reste relativement intéressant si on aime la tranche de vie tartinée d’un peu de romance.

Disponible chez Crunchyroll

Amaama to Inazuma

image4

Un mix improbable entre Usagi Drop et Food Wars. Non je plaisante. Enfin pas complètement.

Le protagoniste principal est un professeur de lycée. Il a une petite fille supeeeer mignonne mais il doit s’en occuper tout seul depuis le décès de sa femme. Il a un peu de mal mais il s’en sort, et il essaye à travers la nourriture, sauf qu’il est pas très très bon en cuisine. Fort heureusement il va rencontrer une de ses élèves dont la mère tient un petit restaurant de quartier. Ensemble, ils vont faire la cuisine pour la petite fille et tout va aller pour le mieux.

J’avoue que c’est terriblement mignon et touchant. Le souci étant qu’en quelques épisodes, le même schéma se repête : le père et la fille ont du mal à communiquer, on résout ça avec un bon petit plat cuisiné avec amour, et hop, happy end.

Le problème de cette série c’est que j’ai vu Usagi Drop avant et que je peux pas m’empêcher d’y penser même si la situation est très différente ici. J’arrive du coup pas à apprécier la série alors que c’est sensé être mon genre de truc.

Disponible chez Crunchyroll

Love Live Sunshine

image2

Une suite à Love Live, avec des filles différentes.

C’est ni plus ni moins ça. L’héroine est folle des idols scolaires, elle kiffe ça à donf. Mais dasn son école, elles sont que deux, bon en fait trois, à aimer ça. Ah et la présidente du conseil des étudiants veut pas de club d’idols même si en secret elle kiffe ça aussi. Et y’a une compositrice qui veut pas les rejoindre au début. Et…

Non mais stop.

Sunshine est une resucée de Love Live avec des filles différentes. Et encore, je dis différentes mais l’amie de l’héroine a une ressemblance étrange avec Hanayo de la première série. Ca et puis le chara design franchement aux fraises : certes on a eu le temps de s’habituer qu’a 3 ou 4 personnages pour le moment mais c’est loin d’être très très folichon, là où les filles de Muse avaient leur petit quelque chose, quoi. Même cette conne d’Honoka était attendrissante, alors que l’héroine de Sunshine n’a aucun charisme. Aucun, zéro, niet.

Je suis peut-être dûr mais je trouve ça encore pire que Idolmaster Cinderella Girls, que je n’avais pas beaucoup aimé non plus, mais qui au moins avait des charadesign acceptables.

Bref, faut pas me faire chier avec Love Live Sunshine.

Disponible chez Wakanim. Alors que la première saison était chez Crunchy. Oui, merci les japonais qui en ont rien à carer de comment leurs licenses sont exploitées dans d’autres pays.

Danganronpa 3 Future & Despair

image1

J’ai déjà parlé de Danganronpa par ici. Si vous ne connaissez pas, passez toute cette section et allez directement fair eles jeux, soit sur Vita, ou soit sur PC vu qu’ils sont sortis tous les deux sur Steam.

Danganronpa 3 est, comme son om l’indique, une suite. Pas vraiment une suite directe car il est divisé en deux animés : Future et Despair. Despair se déroule avant Danganronpa 1 et présente les personnages du 2 ainsi que ce qu’il s’est passé à Hope’s Peak avant le 1, du coup. L’animé Future, lui se passe après le 1 et le 2, même si tout cela est un peu flou.

Difficile donc de vous en faire unr ésumé, si ce n’est que, si vous avez adoré les deux premiers jeux, vous adorerez cet animé. Car le prochain jeu Danganronpa lui, sera très différent et ne reprendra pas ce qu’il se passe dans cet animé…

Il faudra en voir plus avant de dire s’il s’agit réellement d’une bonne série, mais pour le moment ça se laisse manger sans problème par tout bon fan de la saga.

Disponible chez Wakanim, qui possède aussi l’animé du premier jeu, que je ne peux décemment pas vous recommander.

Jojo’s Bizarre Adventure

image5

J’aimerais bien vous parler de Jojo plus en détail mais j’ai peur de dire de la merde : je ne suis pas un vrai, je ne connais las érie qu’à traavers les animés, mais j’aime bien. Ca se matte bien une fois par semaine, le côté épisodique est plaisant, ça marche bien. Je n’aimerais pas regarder ça en le marathonnant par contre.

Bref, c’est un peu mon feuilleton de la semaine.

Disponible chez Crunchyroll

Re:Zero

image6

On finit par Re:Zero qui continue son petit bonhomme de chemin et surtout qui continue de déchainer les passions. Certains comme Akije sont méga-fans de la mort, d’autres détestent cordialement le héros et Emilia. Il faut dire que le héros ben… voilà. Re:Zero a le certain avantage de détourner et déconstruire l’histoire type du japonais moyen qui se retrouve enfermé dans un monde de fantasy. La vie de Subaru n’est que souffrance ici-bas, et si on peut comprendre qu’il peut être rendu fou par ce qui lui arrive, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il fait très souvent les pires choix possibles d’action et de dialogue, à un niveau assez ouf. A un moment je me suis même demandé s’il en faisait pas exprès. Il ne sait pas s’exprimer, il parle trop, il ne sert à rien… Il est plus spectateur de ce qui se passe qu’autre chose. Mais même si on peut lui reprocher tout ça, il faut admettre qu’il est bien écrit. C’est un personnage dfinitivement torturé. Ce n’est plus le Subaru du début de la série, quoi.

On peut reprocher pas mal de choses à Re:Zero, que ça avance très moyennement, mais chaque épisode apporte son lot d’informations distillées, et surtout, la gestion du rythme par épisode est très bien dosée. On ne voit absolument pas le temps passer ce qui rend le visionnage particulièrement agréable, malgré tout ce qu’il s’y passe.

Disponible chez Crunchyroll

 

Et voilà, on a fait le tour ! Ce qui est func ‘est que chaque saison je me dis « Non c’est bon je vais rien mater cette saison. » Eeeet en fait je me retrouve à regarder quand même 3 ou 4 séries facile. L’anime, c’est la drogue.