epitanime

All posts tagged epitanime

Si vous vous demandiez où j’étais passé ces deux dernières semaines, c’est très simple : je me suis fait avaler par Diablo 3. Comme ça, pouf, gobé. Mais je me soigne, rassurez-vous. La preuve, je suis allé à Epitanime 2012.

J’y suis allé bien évidemment pour et avec la Brigade SOS Francophone, mais également en temps que visiteur puisque je ne staffais pas vraiment pour mon asso ce week-end. Ca m’a permis de faire un tour de la convention, et d’être un peu plus disponible que prévu.

L’année dernière, j’avais écrit qu’Epitanime 2011 avait gravement échoué, et pour cette année, je me suis longuement demandé s’ils avaient rétabli la situation et rendu l’honneur perdu de la convention. Ce n’est pas que la convention a été und ésastre, loin de là, mais elle était tellement différente de d’habitude, loin de son train-train depuis des années, que c’était très difficile de juger. Au fond de mon coeur cependant, je n’ai pas trouvé ça déplaisant, ce qui est un bon début. Voyons néanmoins tous les aspects de la convention.

Il s’est dit beaucoup de choses sur la convention avant qu’elle ne se produise. On va dire que tout n’est pas très rose au sein de l’association Epitanime et que de nombreux problèmes financiers et humains ont menacé l’évènement. Mais plus on se rapprochait de la date fatidique, plus ce dernier se concrétisait.

La scène

Cette année, le staff a donc dû composer avec les moyens du bord : pas d’écran géant parce que ça coûte un bras (voire même deux) ce qui veut dire qu’il fallait déplacer la scène pour avoir un semblant de visibilité sur un vidéo projecteur. Le sous-sol a donc été choisi pour acceuillir la scène. On va revenir tout à l’heure sur tout ce que ça implique. Le problème avec la scène en sous-sol, c’est qu’en l’absence de lumières l’endroit était assez glauque. Propice aux grandes projections, mais moins pour ce qui est des animations organisées par les associations. Un exemple ?

img_2007

Ca c’était le public samedi matin. Deux raisons à cela :

  • Epitanime n’a pas jugé utile de distribuer un plan aux visiteurs, ou même d’en imprimer et de les coller partout, ce qui fait que beaucoup d’entre eux étaient perdus ou bien ne savaient pas vraiment où aller. Il faut VRAIMENT des plans partout, à défaut d’en distribuer un à chaque visiteur.
  • Il n’y avait rien autour de la scène : la descente sans éclairage était peu acceuillante, et le sous-sol ne contenait que la scène. Or, une scène, on y va et vient, on regarde ce qu’il s’y passe quand on passe à côté, mais on y vient pas toujours par soi-même. Du coup, le placement idéal d’une scène, c’est au centre d’une convention, ou bien à un endroit avec des activités ou des boutiques en périphérie, car ça permet d’avoir un flux de personnes autour de la scène et qui peut donc potentiellement profiter des spectacles qui y sont proposés.

Les fanzines

A côté de ça, les fanzines avaient la part du lion de la convention : une place dorée au soleil, dans la cour. Placés sous des tonelles afin de ne pas mourir de chaleur et d’insolation, il y avait de la place pour se mouvoir, et une bonne visibilité. C’était réellement idéal. Cette année, la convention a même proposé de permettre l’ouverture des stands fanzines la nuit, mais l’obligation d’ouvrir TOUTE la nuit jusqu’à 7h le lendemain en a refroidi plus d’un (la Brigade comprise.)

Les boutiques

Officiellement, le manque de boutiques à Epitanime 2012 (il n’y avait que Taifu, Manga Café, Manga Distribution et Asian Quest pratiquement, plus une ou deux boutiques de moindre envergure) était un choix délibéré. Cependant, d’après mes sources, c’est plutôt un fail organisationnel qui a conduit à ce manque. La preuve : la Brigade SOS devait se trouver dans la salle normalement occupée par Manga Distribution, mais on nous a changés de salle a peine deux semaines avant la convention sans réelle concertation. Cependant, le choix n’était pas si mauvais car nous avions une salle plutôt agréable au second étage. Nous y reviendrons.

On peut se dire qu’Epitanime a donné une plus belle exposition aux fanzines cette année, mais il ne faut pas oublier qu’un professionnel, ça rapporte beaucoup plus d’argent à la convention, et ça attire aussi pas mal de monde, qui profite bien souvent des conventions pour faire leur shopping.

Le truc réellement dommage, c’était pas vraiment le manque de boutiques, mais plutôt qu’Asian Quest ait réussi à s’incruster dans la convention pour y refourguer leurs contrefaçons de merde. Au moins, le staff a été hyper réactif quand on a signalé le souci mais les conséquences ne sont que trop légères pour les individus peu scrupuleux qui se planquent derrière leurs vendeurs et qui tirent profit de la vente de ces objets qui mériteraient d’être brûlés sur la place publique.

Les activités

Enormément de salles activités étaient reléguées au second étage du premier bâtiment (celui opposé à la cour). On aurait pu penser que ça ferait chier les visiteurs de monter deux étages, mais en fait non, ils ont surtout été attirés par les jeux vidéo, ce qui a permis d’avoir un bon flux de personnes à cet étage, et donc d’amener du monde aux autres associations sur place. Au final ce deuxième étage était plutôt vivant, ce fut une bonne surprise !

img_2085

Il n’y avait pas que ça néanmoins, il y avait aussi au rez de chaussée un salle de jeux de cartes à jouer plutôt bien fournie, et bien sûr le semptinel karaoke. Cette année le nombre de salles et leur but était un peu flou. Je n’y suis passé que très brièvement mais les retours des fans hardcore de kara à Epitanime (et qui ne font visiblement que ça de la convention) ont été très négatifs sans qu’on sache si c’était réellement justifié. Pour le peu de temps où j’y suis passé, j’ai trouvé dommage d’interrompre le karaoke par des jeux visant à donner des minutes de conception de playlist : il y avait des épreuves permettant à ceux les réussissant de composer une partie plus ou moins importante de la liste de lecture. C’est non seulement pénible pour ceux qui sont là pour chanter du kara et qui doivent assister à ça, mais ça l’est encore plus quand la présentatrice est désagréable au possible avec le public (l’heure tardive dans la nuit de samedi à dimanche n’excuse pas tout.) L’autre problème avec ce système c’est qu’une partie du public peut être aisément dégouté par les choix d’une équipe qui aurait gagné énormément de temps de playlist. Ecouter des chansons d’anime des années 70 sur des gros robots ça peut être rapidement relou, tout comme se taper 20 génériques d’anime de magical girls peut l’être aussi. L’intêret d’une playlsit de karaoke c’est d’être diversifiée et équilibrée pour que chacun y trouve son compte.

Le dernier aspect des activités, c’était la scène, et comme j’en parlais tout à l’heure, c’était assez médiocre la plupart du temps. Le public n’était pas bien là, on a ENCORE eu droit à ‘coin coin pouet pouet’, une chanson à la chorégraphie et paroles tellement affligeantes que ça me donne des envies de meurtre. Sans parler de nombreux retards qui ne font qu’énerver ceux qui sont censés préparer des animations et qui sont obligés de poireauter une heure en pleine nuit avant de pouvoir travailler. Bref, on a vu beaucoup mieux, et il serait pas mal que lorsqu’il y a un retard sur la scène les associations qui doivent passer soient prévenues, et pas à la dernière minute.

La restauration

Cette année, comme l’an passé, Epitanime a mis en place un « moe cafe ». Une cafétéria aux produits nourrissants et bon marché, et surtout avec des meido et des butlers pour nous servir, à toute heure de la convention. C’était vraiment agréable d’avoir un endroit où se poser pour manger un petit truc, et d’être servi avec le sourire. Comme je l’écrivais l’an dernier, Epitanime sait quand même offrir de novueaux concepts parfaitement pertinents avec l’esprit de la convention. Ca serait tellement mieux que ça se généralise à l’ensemble de la convention. Toutes mes félicitations aux staff de ce Moe Café, en tous cas.

Et joie, le « gore »-den wok a fermé ! Les connaisseurs comprendront.

L’invité

Contrairement à l’année dernière, cette année Epitanime a reçu un invité de marque : Ryukishi07. L’auteur de Higurashi et Umineko était là pour dédicacer et faire des conférences. N’étant pas vraiment un fan de ces deux univers (même si je les ai appréciés), je n’ai absolument pas suivi ce que faisait l’invité et comment ça s’était passé. Je suis donc assez mal placé pour en parler, mais les retours que j’en ai eu ont fait état d’un personnage très accessible et sympathique, ce qui a dû faire le bonneur de pbsaffran, l’homme derrière Saffran Prod, qui a traduit et publié légalement les différents visual novel de Higurashi no Naku Koro Ni (le Sanglot des Cigales / Hinamizawa Village Maudit) et qui a donc pu le rencontrer et discuter avec lui.

Qu’on le veuille ou non, un invité japonais est d’une importance capitale pour une convention. Même s’il faut en avoir les moyens, cela permet d’avoir un évènement à suivre, à faire parler de la convention, et à amener des visiteurs. Il n’y a pas que les gros mangaka qui attirent du monde : il y a des tas d’autres artistes accessibles au Japon, il faut juste se sortir les doigts du cul pour les trouver et les faire venir.

img_2001

Conclusion

Comme je le disais en début d’article, il m’est très difficile de donner un avis définitif sur la convention. Les choix opérés cette année la rendent trop différente de ce qui était fait auparavant. Il y a eu des soucis organisationnels habituels durant la convention, mais moins que par le passé. Les plus gros soucis restent à mon avis de trouver une organisation qui marche pour le karaoke, de re-libérer l’amphi 4 qui a été inutilisé une bonne partie de la convention alors qu’il aurait pu être utile, de trouver comment meubler autour de la scène en bas (si elle reste au sous-sol l’année prochaine), de combattre les professionnels qui viennent refourguer de la merde parce que c’est quand même intolérable pour une convention comme Epitanime de permettre ça.

A côté de ces menus soucis, il n’y a eu aucun fail majeur, et au final, la convention a été plutôt agréable, que ce soit pour les visiteurs ou les assos avec qui j’ai pu parler. Le jeu inter asso du dimanche était aussi une riche idée très fun. Il faudra juste travailler le niveau des questions de certains thèmes, car le thème One Piece ou J-Music avaient un niveau de difficulté anormalement élevé par rapport aux questions bateau des autres thèmes.

L’aggrandissement de la convention se ressentait car il fallait parcourir beaucoup plus pour tout voir : cela donnait une impression positive d’avoir toujours un truc à faire, que ça soit des projections, des activités, ou faire un tour de shopping. Par contre ça donnait une impression de vide dans la cour par moments, mais rien de bien inquiétannt je trouve, surtout que ça permettait de se mouvoir de façon fluide dans la convention.

Bilan positif ? On peut le dire, mais il y a encore des efforts à fournir, surtout avec cette nouvelle organisation. Est-ce que ça durera ainsi ? Difficile à dire, mais on ne peut pas reprocher à l’équipe chargée de l’organisation de la convention d’avoir au moins essayé ! Une chose est sûre, c’était bien mieux que l’an dernier.

Et vous, vous en avez pensé quoi ? Ne parlez pas que de vos mauvais moments hein, je suis sûr qu’il y a eu aussi des choses qui vous ont plu dans la convention (on entend trop souvent les gens qui râlent par rapport à ceux qui sont contents.)

Ouais aujourd’hui je suis comme ça, j’annonce la couleur direct depuis le titre.

img_0975

Epitanime a longtemps été ma convention préférée de part ses multiples différences par rapport à une convention classique : de jour comme de nuit, dans une école pour rendre ça plus convivial, et globalement, avec plein de gens sympa à rencontrer. Maintenant que la Brigade SOS Francophone y propose ses activités j’ai également un QG, un point de rendez-vous quoi, un peu comme à Japan Expo finalement avec le stand là-bas.

Cette année, Epitanime n’avait pas d’invité Japonais de marque. Mais qu’importe, tout le monde était là pour s’amuser. Cependant, le premier truc qui nous a plus ou moins tous frappé cette année, c’est que finalement il n’y avait pas beaucoup de choses à y faire. Et parallèlement pas beaucoup de monde non plus. Le forum au sous-sol était d’un grand vide à beaucoup de moments de la journée (parfois explicable par des activités importantes telles que le cosplay qui se tenaient sur scène au même moment, par exemple.) Cela m’a rappelé une année un peu similaire, où la convention avait bizarrement aussi eu lieu une semaine avant la traditionnelle fin Mai. Il manquait un petit quelque chose quoi. Bien sûr certaines asso étaient là pour remonter le niveau : je pense notamment à Forum Thalie ainsi que No-xice. Les premiers avec leur AMV Enfer (réponse francophone aux AMV Hell qui sont des courts clips amusants d’AMV mis bout à bout pour donner une vidéo de 45 minutes à une heure.) et les seconds avec leur concours de Visual Novel très bien maitrisé. Je n’ai absolument pas suivi mais le peu que j’en ai entendu m’a fait regretté de ne pas être passé voir un peu comment ça se déroulait.

img_0978

(Petit moment K-On entre nyo, Tetho et cie dans la salle de la Brigade)

Les magasins étaient pour leur part de bien moins bonne qualité cette année avec un grand retour du HK en force. Un fait qui donnerait presqu’envie de pleurer tellement Epitanime s’est battu auparavant pour faire respecter l’ordre et la légalité dans leur sous-sol. Soit cette année le type qui s’occupait de ça ne savait pas ce qu’il faisait ou soit y’a eu un revirement politique qui me fait grincer des dents… Heureusement quelques boutiques sympathiques se trouvaient là, mais globalement, on avait surtout l’impression d’un immense gâchis en voyant le sous-sol. Pire encore, la place reservée aux fanzines était ridicule et certains étaient très mal placés (genre dans un coin sombre invisible à moins de passer par un endroit où on est même pas sûrs d’avoir le droit d’aller…

Bien sûr il y avait le karaoke, mais c’est presque comme si Epitanime se reposait maintenant uniquement sur ça. Désolé, mais quand je vais en convention c’est pas pour passer 2 jours et 2 nuits dans une salle bondée et etouffante à gueuler sur des chansons. Le Karaoke j’adore ça, quelques heures de temps à autre c’est très cool, mais on a l’impression qu’il n’y avait que ça dans la convention. Après, je ne suis pas allé voir les jeux vidéo, ou les autres salles, mais c’était quand même assez vide un peu partout comparativement à d’habitude. Et je ne vous parle même pas des projections d’anime vieux de plusieurs années et sans réel intêret. Seul Kaze proposait des choses a peu près récentes.

Au final, je suis surtout venu pour aider la Brigade SOS comme prévu, mais si je me situais en tant que visiteur, je serais venu pour quoi au final? Faire des achats et rencontrer des gens, parler. C’est triste à dire mais venir seul à Epitanime 2011 n’avait strictement aucun intêret. Si on arrive à une convention seulement pour rencontrer des gens, j’estime qu’il y a un problème et que l’évènement n’offre rien d’autre qu’un lieu de rendez-vous, ce qui est vraiment triste. Peut-être que la convention devrait se remettre en question sur ce qu’elle peut apporter.

SANYO DIGITAL CAMERA

Heureusement, il y a des choses à sauver ! Quelques uns ont eu la brillante idée d’ouvrir un Maid Café à Epitanime. Bien sûr ça ne vaut pas un véritable maid café au Japon, mais l’idée est là : butlers et meido sont là pour vous servir. Je n’avais absolument rien à reprocher, tout le monde a été très gentil et a même accepté une photo de groupe alors que les photos étaient interdites (normal, quoi.) Je remercie donc tout le staff pour leur gentilesse et les prix pratiqués aussi, c’était agréable d’avoir un endroit où se poser pour manger et boire à un coût raisonnable. Bien sûr y’a des choses à améliorer mais j’imagine qu’ils ont fait avec les moyens de bord et prendront bonne note du livre d’or qu’ils ont fait tourner aux clients pour qu’ils disent ce qu’ils en ont pensé. J’espère en tous cas revoir ça l’année prochaine. Je disais tout à l’heure qu’Epitanime ne se renouvelle pas assez et se repose trop sur des acquis alors que l’idée d’un maid café montre bel et bien qu’ils sont capables de penser à de nouvelles idées pas encore faites ailleurs, et à leur échelle.

img_0973

Comme j’étais venu aussi pour le côté associatif vu que je préside la Brigade SOS Francophone, j’aimerais aussi parler de cet aspect de la convention, qui lui s’est bien mieux passé. Je veux dire, à cette convention il faisait meilleur être staff dans sa salle que d’errer en visiteur.

Cette année nous proposions ce que nous faisons habituellement en nocturne Epitanime : des jeux. Ce sont des jeux faisant appel à la culture générale otaku mais aussi un peu à la culture Internet où on a pu tester le Meme Game, nouveau jeu invitant les participants à découvrir des meme d’Internet. Je n’avais jamais assisté aux activités en nocturne et ça m’a permis de voir comment ça tournait et comment je pouvais filer un coup de main. Du point de vue plus général, la Brigaed est assez contente de ce qu’elle a fait et va combler ses lacunes. Si vous avez des requêtes à formuler ou des remarques à faire, n’hésitez pas à contribuer sur ce topic du forum pour dire si des choses vous ont plu ou au contraire, déplu.

Les horaires sur scène par contre étaient un peu fumeux mais on a pas eu vraiment le choix. Heureusement que le public a plutôt bien suivi même si on a dû squeezer une activité le dimanche matin car la convention a ouvert en retard. Un travers qui se repêtera beaucoup ce week-end d’ailleurs, ce qui est vraiment dommage car ça fout le bordel dans les planning de tout le monde.

img_0979

Bref, gageons qu’Epitanime saura se renouveler l’an prochain, proposer des concepts novateurs, faire du neuf et pas uniquement se reposer sur ce qu’ils ont déjà. C’est une convention qui reste à part dans le paysage français, où les évènements sont organisés par des pros qui sont là pour faire du fric. Le problème étant qu’Epitanime atuellement ne se démarque pas assez pour proposer des choses réellement différentes par rapport à une Chibi Japan Expo ou autres conventions plus petites. Il y a bien évidemment des idées sympas comme le maid café, mais elles étaient beaucoup trop rares cette année (je ne me souviens pas avoir vu de mur dans la descente où dessiner, par exemple…) ou bien offertes par d’autres associations comme No-Xice ou Orgames, ou encore la présence de bornes d’arcade de Melty Blood… Il n’y avait pas que de l’ennui à cette convention, mais il fallait savoir où trouver de quoi s’amuser, et vouloir y passer du temps faute de mieux. Et même si le Maid Café était très sympathique, difficile d’y passer toute une journée.

img_0981

Voilà, je serai à Epitanime dés le vendredi soir, comme beaucoup de mes frères bloggeurs.

Oui bon c’est tout.

Enfin presque. En fait si vous cherchez à me trouver, j’aurai soit mon chapeau soit ma canne blanche soit les deux. Je serai aussi sûrement disponible dans la salle P08, celle louée par la Brigade SOS pour faire ses activités et autres jeux. D’ailleurs vous pouvez voir le détail de ce que la Brigade va faire là-bas sur le site web de l’asso. On aura notamment pas mal de jeux sympatoches à vous faire faire, mais aussi nos eternels cours de danse et bien sûr nos deux fanzines et le nouveau « doujin » Swapzone qu’on avait produit pour le Comic Live in Paris (qui fut une jolie petite réussite malgré tous les apriori qu’on avait au début…)

Ah on me fait signe qu’on aura aussi un t-shirt pour les fans de Puella Magi et de Haruhi Suzumiya, si tout va bien.

Bref, venez nombreux visiter la salle, on vous offrira du thé et des cookies s’il nous en reste !

P.S. : Oui on sait qu’on n’aide pas à ramener d’invité cette année. Mais patience, on a d’autres plans sur la comète.

Pour les parisiens (et les autres aussi) le week-end va être chargé :

Tout d’abord vous avez le Comic Live in Paris, une convention d’une journée organisé par des japonais et dédié au fabuleux monde du doujinshi (fanzinat chez nous). Du coup, il y aura pas mal de beau monde à voir et de productions amateurs.

Ca aura lieu au Forum de Grenelle et vous pouvez avoir toutes les infos sur leur site officiel ici.

Et si vous ne savez pas si vous devriez venir, voici peut-être de quoi vous motiver : la dernière production de la Brigade SOS Francophone :

couvbord

Un recueil d’illustrations entièrement dédié au genderswap !

Sinon, le lendemain, il y a une Diurne Epitanime (même adresse que d’habitude) en faveur des sinistrés au Japon. Car à moins de dormir sous un rocher depuis quelques semaines, vous devez être au courant qu’il y a eu une grande catastrophe là-bas. Du coup, Epitanime a convié plusieurs associations afin d’animer une diurne afin d’y récolter des dons.

affichediurnepluslogo

La Brigade SOS Francophone et Forum Thalie (mais pas seulement !) seront de la partie avec des jeux et animations. La Brigade SOS proposera notamment une tombola payante (1€ par ticket) avec de nombreux lots à la clé. L’argent de la tombola sera, comme vous vous en doutez sûrement, reversée à Epitanime qui transmettra à la Croix Rouge. C’est peut-être pas grand chose, mais si ça peut aider un peu là-bas pour les centaines de milliers de gens dans la mouise, ça sera déjà ça de fait. Ce n’est pas parce que c’est un pays riche qu’il ne faut rien faire.

Braiffe, viendez nombreux aux deux évènements ! De quoi bien remplir votre week-end

A vrai dire, beaucoup d’entre nous Haruhiistes ont encore du mal à descendre de notre nuage mais contrairement à ce que certains peuvent dire, nous ne sommes pas flippants! On est juste heureux. Et vous allez voir que Noizi Ito l’est aussi:

Je vous conseille de la regarder en 720p, et si vous souhaitez une version d’encore meilleure qualité, elle est disponible sur le DailymoKyon, le youtube-like de Haruhi.fr

Et comme l’a dit l’un des membres du forum, gare à vous: On a déjà réussi l’impossible. On peut recommencer.

p1010519

Ca va être dûr de tout synthétiser, mais on va essayer de faire ça dans l’ordre chronologique puis mes impressions finales, car vous vous doutez bien qu’il s’est passé des tas de trucs avant et après la convention.

Jeudi matin, 6h35: atterrissage du vol Cathay Pacific de Noizi Ito. Kohaku, Mop et moi l’attendions pour lui souhaiter la bienvenue en France malgré qu’on ait dormi 4-5 heures. Kohaku était complètement sous le charme « Mais elle est plus petite que moi! Je peux la prendre sur mon épaule et me casser avec! »

Jeudi fin d’aprés-midi: Tout le petit monde de la Brigade SOS se rassemble petit à petit à Epita: Bussière, l’Elfe, Romukaji, Rochois, Baka-saru, Nautawi, QCTX, mop, moi et kohaku notamment (j’en oublie forcément, j’en oublierai d’autres, je suis désolé) pour tagger sur le sol. Malgré la météo peu favorable (pluie) on a quand même bien géré (et surtout QCTX qui nous a fait mourir de rire avec son look wesh-wesh à capuche avec sa bombe de peinture bleue, ou encore qui nous fait « Ce ne sont pas les haruhistes que vous recherchez » façon obiwan kenobi :D) et on a pu finir la marque sur le sol.

106793630

Pour ceux qui ne seraient pas au courant le but avoué était de tagger sur le sol de l’épita le message que Haruhi laisse aux extraterrestres dans La Rapsodie de la Feuille de bambou, l’un si ce n’est le chapitre le plus important de l’histoire de Haruhi, puisque c’est celui de « il y a 3 ans » qui a tout déclenché. Haruhi a taggé sur le sol de son école le message « Je suis ici. » à l’intention des aliens. Et comme Epita est une école, nous avons bien sûr tenté le coup, en obtenant les autorisations nécessaires et avec la promesse de tout laver au karcher après. Promesse tenue d’ailleurs, à l’heure où je vous parle.

Vendredi après-midi: nous avions obtenu un slot d’interview de 15 minutes avec Noizi: ça s’est très bien passé et vous aurez les questions et réponses très prochainement sur le site Haruhi.fr

Vendredi soir la nocturne commence… Pour nous c’est les retrouvailles entre admins de Haruhi.fr et d’autres membres venus de loin et les autres qui n’avaient pas pu être présents la veille. La découverte de la marque sur le sol (repassée par Bussière tôt le matin car la pluie a fait quelques dégats). Ca m’aura aussi permi de retrouver les semptinels Raton, Shikaze, Garric, Max, Smog…

Samedi matin branle-bas de combat, il est l’heure de mettre la machine en marche…

Le stand se monte assez vite et nous avions bénéficié d’un placement totalement idéal: près de l’entrée de la descente menant au forum sous-terrain. Du coup on avait rien derrière, de la place devant, la marque de Haruhi devant nous, et un accès assez rapide au fanzine Brigade SOS qui était au début du couloir des fanzines au sous-sol. Pour ça, je pense qu’il est important de remercier Epitanime de nous avoir si bien placés. C’était bien pour eux et pour nous

S3phy avait ramené l’enceinte qui tue: on aura la même pour la Japan Expo normalement, et ce truc a une sortie de volume que je n’imaginais même pas, on a pu monter le son bien fort pour balancer des vidéos et des danses: vous vous doutez bien sûr que Sanji a encore fait des siennes (notre prof de Hare Hare Yukai préféré) avec son cours de HHY le samedi aprés-midi et le dimanche matin. On en a profité pour passer bien entendu des AMVs sur haruhi mais aussi quelques clips bien sentis comme Cirno’s Perfect Math Class ou Bad Apple.

Note personelle: frapper celui qui a été responsable du planning de tout Epitanime, car samedi à 15 h il y avait la conférence Noizi, Mahoromatic Tadaima Okaeri et le cours de HHY, et je peux pas me diviser en trois, donc j’ai fait Mahoro, parce que voilà, quand même, faut pas déconner. Le truc c’est que je suis arrivé presque pile à l’heure pour la conférence de Noizi (mention spéciale à Food-chain qui me laisse rentrer en me voyant arriver d’un pas rapide alors que la salle était fermée vu que ça allait commencer). Il y avait des tonnes de questions sympathiques, que vous trouverez dans le compte rendu de DarkSam notre reporter de l’extrème, sur le site de Haruhi.fr toujours.

Ensuite, retour au stand où on a continué à proposer des cookies, du thé, et des tas de choses sympa. Notamment juste avant la fin de la journée de convention, Noizi est venue voir notre fanzine à son stand au sous-sol et s’est vu remettre le premier et le second volume de celui-ci par Sedeto (ma meido d’elite N°3 et la directrice artistique du fanzine)

Samedi soir, dédicaces: kohaku, QCTX et Kabu font le check anti-HK de base pour éviter à Noizi de voir les vieux artbook contrefaits tout pourris vendus par Manga Shop au sous-sol que certains ont acheté pour l’occasion. il n’y a pas eu trop de soucis à ce niveau fort heureusement. N’y étant pas allé (j’avais déjà une dédicace sur mon roman de l’an dernier) j’ai glandouillé avant de mater Sanji amuser la foule sur la scène (on nous a laissé 30 minutes pour meubler entre la fin du cosplay et les résultats)

Globalement après les dédicaces on a refait le monde jusqu’à pas d’heure : on a notamment signé le drapeau fait par Baka-saru (une membre de la brigade) pour l’offrir à Noizi le lendemain, et on est allés se coucher relativement tôt avec mop et qctx pour se préparer physiquement pour le lendemain, car on savait que ça allait être à la fois la pire et la meilleure journée de notre vie. J’ai quand même un peu regretté de ne pouvoir aller voir le kumikyoku des thalistes mais il était programmé bien, bien trop tard.

Dimanche matin: dédicace encore et cours de Hare Hare Yukai. J’ai dû commencer à courir partout car il y avait du lourd en préparation. Les SMS ont fusé: le kumikyoku de 12:30 a été repoussé car le cosplay groupe avait commencé et il était difficile de se faire entendre (et surtout on aurait fait chier les cosplayers). On l’a donc fait après la photo de groupe de la brigade, juste après la fin du cosplay, à 14h. Annonce: 14h30 Noizi doit passer sur le stand… On décide qu’on va lui offrir le drapeau signé des membres, tandis qu’on essaye de remplir à l’arrache un livre d’or par des fans, visiteurs, orgas, membres de l’asso, etc.

Finalement, elle est venue et on lui a offert le drapeau, mais là où on pensait qu’elle le plierait après l’avoir regardé, elle a fait encore mieux que ça: elle s’est enroulée dedans, comme pour s’entourer de ses fans: la photo qui a suivi était de proportion épique: Noizi debout, et nous tous accroupis auprès d’elle.

Comme si ça ne suffisait pas on en a remis une couche en lui offrant un brassard un peu spécial… C’était la fête des mères ce dimanche, et Noizi est une maman: la maman de notre déesse, et on a écrit en japonais sur le brassard « Maman de Haruhi ».

Après coup, on a laissé l’illustratrice faire son dessinez c’est gagné, qui a remporté un franc succès. N’y ayant pas assisté je préfère laisser les autres en parler.

Ceci étant dit, on a décidé de faire des trucs de fous, comme on était bien partis, et on a donc fait dédicacer la banderole de la Brigade, mais pas que!

108382460

On a aussi fait dédicacer un chèque de la Brigade SOS Francophone, en indiquant comme montant le nombre de boucles de Endless Eight. Après tout, Noizi est la maman de Haruhi, c’est normal qu’elle ait procuration sur le compte en banque de sa fille, non? 🙂

N’empêche la tête de Darksoul quand je lui ai sorti le chéquier…!

108649681

Ensuite la tombola a eu lieu, pour remplacer le jeu de l’Esper qu’on a pas pu finaliser à temps (fail) et ensuite, pour les admins, direction le Quai Solferino pour un dîner croisière, c’était la surprise prévue pour Noizi Ito pour cloturer son séjour en France grâce aux dons laissés par les fans lors de la japan expo 2009).

Parenthèse: pour info, les dons ont servi à payer le restaurant-croisière sur la seine à Noizi, son manager et notre contact au Japon Akira Hashimoto, mais également à offrir un cadeau commun entre Epitanime et la Brigade SOS, ainsi qu’une visite touristique de Paris tout le week-end. Je vous dis ça par pure transparence, c’est normal que chacun sache ce qui a été fait de son argent.

Bref, on lui a fait la surprise jusqu’au bout, le truc étant qu’il fallait impérativement qu’on soit habillés correctement, on a dû se doucher et se changer en vitesse et arriver là-bas pour 21h15, ce qui explique qu’on ait dû se barrer en vitesse et laisser le reste de la brigade ranger les stands

On a donc pu lui montrer le livre d’or lors du repas, se présenter, présenter la brigade dans son ensemble, insister sur le côté francophone != français, excuser les deux grands absents (Alucard et Kohaku), et on a chacun pu lui dire ce qu’on pensait de ses travaux et de ce qu’elle avait fait pour nous. Comme on était sur un bateau en mouvement, il fallait également lui présenter les bâtiments qui défilaient.

On a eu l’occasion donc de lui expliquer tous nos faits. Dans la voiture elle a pu admirer nos deux clips de la Japan Expo 2008 et 2009 et elle a demandé un DVD avec plein de vidéos à nous et d’images… On va selectionner tout ça et lui envoyer prochainement.

Truc amusant, ceci dit est qu’on a lancé deux projets que je ne peux encore dévoiler. Comme quoi, ce week-end, ce n’était pas une fin, mais un commencement ! Comme je ne peux absolument rien promettre, je ne peux rien vous dire encore, comprenez-le bien, mais voilà: l’idée est posée, la volonté aussi, et si on y arrive ça sera une première mondiale.

Arrivé au retour vers le quai, on a vu des haruhistes tarés au bord de l’eau, et ça l’a vraiment surprise, surtout quand ces derniers se sont mis à faire un Hare Hare Yukai une fois qu’elle fut sortie du bateau. Beaucoup d’entre eux sont restés tard pour ça et elle a été très émue par nos actions, car elle ne s’y attendait vraiment pas. La haie d’honneur à la fin lors du passage de la voiture l’a également beaucoup amusée. Elle a comparé ça à une bande de yakuza qui saluent leur « boss ».

Bref, on va passer à une petite synthèse de tout ça…

J’ai été ému. Ce matin dans le train au retour j’ai pleuré en repensant à ce qu’il s’était passé. Le retour de la fatigue peut-être… C’était grand et beau, toute cette dévotion, cette magie du week-end, Haruhi peut être fière de sa Brigade Francophone. Car nous avons acceuilli Noizi comme il le fallait. Honnêtement là je vois difficilement comment on aurait pu faire mieux. Bien sûr il y a eu des petits fails ici et là au niveau de la gestion des activités et du stand, mais honnêtement on a vraiment géré comme des chefs: équipe fanzine, activités, les admins qui ont couru a droite et à gauche pour faire de cet évènement le meilleur souvenir du monde pour nous tous, Noizi compris.

Rien que la symbolique de Noizi roulée dans le drapeau, son brassard de maman, tout ça, ça me fait encore frémir de bonheur. Ca ne pouvait pas être plus parfait, surtout de la voir entourée de tous ses fans.

Nous avons discuté de ça dans la voiture justement: Elle a vu que nous savions faire les fous sans toutefois dépasser la limite et nous lui avons donc laissé forte impression.

J’en tremblais encore en allant vers le quai, je n’imaginais pas ça possible, et pourtant… On a dû lui expliquer sur le bateau que Haruhi avait changé notre vie à tous, parce qu’elle nous a appris qu’avec de la volonté, beaucoup de volonté, de l’audace aussi, on pouvait déplacer des montagnes, réaliser des choses irréalisables pour des amateurs. L’organisation de la Brigade SOS et le fait que l’on soit tous dispersés en France mais qu’on arrive tout de même à communiquer tous ensemble autour de notre passion l’a pas mal impressionnée.

Il fallait assurer, on a assuré, ou presque à 100%.

Ce n’est pas tous les jours qu’on fait venir son illustratrice préférée, qu’on s’en occupe nous-même ou presque, qu’on la bichonne, qu’on lui montre notre passion de la façon la plus pure qui soit…

Et elle nous le rend bien. Voici une photo qu’elle a tenu à nous montrer avant de partir ce matin pour l’aéroport:

108676448

S’il y avait une définition du win avant, elle est totalement à refaire. Car le win c’est ça.

Je… honnêtement pour une fois je sais pas trop quoi vous dire là. Je l’ai déjà dit par le passé, ce que je n’ai pas pu faire avec Evangelion, Love Hina et Mahoromatic, je le réalise avec Haruhi.fr et la Brigade SOS Francophone. Là, cette asso, ce n’est plus mon rêve, c’est ma fierté !

moe-124821-andou_mahoro-jpeg_artifacts-mahoromatic-maidQuand je vous disais que mon poisson d’avril n’en était qu’à moitié un…

Lors d’Epitanime 2010, les deux TV special de Mahoromatic diffusés au japon en octobre dernier seront projetés. Bien entendu sous-titrés en français par quelques personnes douées pour ce genre de job. Je m’occuperai aussi personellement de la relecture du tout pour m’assurer que le tout fasse honneur à ces deux TV Special absolument parfaits, qui sont un concentré de ce qui constitue Mahoromatic: de l’humour léger, du drame, du ecchi, un fond de romance, et bien entendu la Sainte des Saintes Meido, l’Alpha et l’Omega de la domestique, j’ai nommé Mahoro!

Voir le communiqué officiel sur le site d’Epitanime.

Cette projection me tenait à coeur et c’est arrivé un peu comme ça en discutant avec Darksoul, comme beaucoup de nos idées un peu folles, du genre « Hé au fait tu vas voir la Gainax pour un truc, tu peux pas leur demander si on pourrait projeter les deux TV Special de Mahoro en leur filant la bouteille de vin que je t’ai filée? » et contre toute attente, ils ont accepté. Il a bien fallu obtenir ensuite la permission de TBS (la chaîne TV) et Geneon, mais tout le monde a bien voulu de cette projection spéciale.

J’espère que vous viendrez nombreux voir ces deux épisodes spéciaux: vous n’aurez pratiquement pas besoin d’avoir vu la saison 2 pour les apprécier (si ce n’est comprendre qui est Minawa, la « petite soeur » de Mahoro.)

Sous ce titre ambigu se cache en fait une opportunité que j’ai saisi il y a quelques mois.

Non le blog ne va pas changer ou être arrêté ou quoi que ce soit de stupide, mais Meido-Rando va devenir éditeur d’anime. Hé oui!

Il se trouve que suite à la diffusion des special de Mahoromatic en novembre 2009, j’ai envoyé mes plus sincères remerciements au producteur de ces special à la Gainax ainsi qu’à Ditama Bow sous la forme de bouteilles de bon vin français remis en mains propres par Darksoul aux interessés. Inutile de vous dire que ça a été très apprécié et j’avais émis le souhait, comme KAZE n’avait pas donné de suite à la saison 1 de Mahoromatic en France à cause de faibles ventes, de diffuser d’une manière ou d’une autre… et de fil en aiguille, je me suis aperçu que ça ne me couterait pas si cher que ça. Enfin, pas aussi cher que je l’imaginais, et tout à fait dans mes cordes.

Du coup, Meido-Rando va devenir un éditeur d’anime. D’abord pour la suite de Mahoromatic en France, ainsi que les spécial, et qui sait, peut-être cela va-t-il me donner des ailes?

La sortie est prévue pour Epitanime, même si je doute pouvoir réussir dans les temps, m’enfin c’est toujours bon de se fixer des objectifs, c’est là que la PASSION se révèle!

Normalement, pour ce qui est de l’édition, j’ai tout ce qu’il me faut (je fais appel à une association de traducteurs francophones chevronnés basée au Japon), il me manque juste quelqu’un pour faire le layout des couvertures des DVDs. Pour les blu-ray on verra plus tard, ça coûte assez cher à produire. Donc si vous pensez avoir ce qu’il faut, n’hésitez pas à vous manifester dans les commentaires.

C’est vraiment quelque chose qui me tient à coeur, comme vous le savez quand ça touche à Mahoromatic, et c’est encore un rêve qui est sur le point de se réaliser.

Décidément, cette Epitanime va être placée sous le signe de l’Epic Win!

EDIT: Il s’agissait bien évidemment d’un poisson d’Avril!

Cependant, ne vous méprenez pas, il y a certaines infos de ce « poisson » qui n’en sont pas, et que je vous confirmerai bientôt.

« Je veux juste une dernière danse… »

Les préventes pour Epitanime 2010 sont ouvertes.

Déjà, me direz-vous, mais c’est tout simplement car il y a un petit bonus cette année:

En plus du traditionnel forfait 2 jours 2 nuits que vous pouvez commander pour 19€, il y a un forfait 2 jours 2 nuits avec un t-shirt produit par Digicraft portant une illustration exclusive faite par Noizi Ito elle-même pour l’occasion de la convention. Illustration que vous pouvez voir ci-dessous:

epitanime2010-publish.jpg

L’offre est limitée à 200 exemplaires. Le forfait 2J+2N avec le t-shirt est a 34€ sur le site de TicketNet.

Donc voilà, si vous êtes sûrs de venir, je vous invite à vous ruer sur les préventes, en tous cas. C’est quand même assez rare qu’un auteur fasse une illustration exprès pour une convention, ça serait bête de louper ça si vous êtes un tant soit peu fans de ses travaux.

Site d’epitanime pour plus d’infos

Epitanime et la Brigade SOS Francophone, en collaboration avec Digicraft  s’associent pour vous amener Noizi Ito à Epitanime 2010. Qui est Noizi Ito? En quelques mots: charadesigner de Haruhi, Shana, et illustratrice de jeux vidéos! Elle sera donc l’invitée de la convention cette année

Pour plus d’infos, vous avez le site officiel d’Epitanime ou encore le forum de la Brigade où l’annonce a été faite (en complément d’une news sur le portail)

haruhi_noizi.jpg

Comment dire… Il y a eu du chemin parcouru depuis cette annonce et bien qu’on en avait parlé ici et ailleurs à demi-mots, c’est maintenant officiel. Du coup, c’est encore un rêve d’otaku qui se réalise, et c’est sous l’impulsion de la Brigade SOS Francophone (asso loi 1901 visant à promouvoir Haruhi dans la francophonie, mais on va élargir nos horizons bientôt, en parlant d’autres animes) que cette idée est née et qu’elle a engendré un pari fou avec Darksoul: et si on amenait Noizi Ito en France? Quelques minutes de délire plus tard il me fit « Déconne pas, ça pourrait être possible. » En bref, je suis fier de vous annoncer ceci, mon HUD personnel venant de m’afficher « Succès dévérouillé – Aider à faire venir un invité japonais en France – 1000G » tout à l’heure. C’est pour moi un une démonstrations qu’avec de la volonté et l’aide de tous, on est capables de faire des choses extra.

On espère que sa venue en France se passera bien, et que vous serez nombreux à acceuillir cette jeune illustratrice japonaise lors de la convention Epitanime, du 28 au 30 Mai prochain.

Pendant ce temps, profitons-en pour saluer la création de l’association Thalie, dirigée par le charismatique Amo l’écolo. On leur souhaite beaucoup de bonheur et plein de petites activités sympa pour nous divertir en convention et ailleurs!

This was a triumph

I’m making a note here, huge success.

It’s hard to overstate my satisfaction.

Voilà comment le début des paroles de la chanson de Portal, Still Alive, résument plutôt bien mon sentiment lors de cette convention.

Il est déjà bien tard. Mon corps voudrait dormir, mais mon esprit est encore eveillé, et c’est ainsi que je vous écris après avoir déballé mes cadeaux:

DSC01239.JPG

On résume avant de commencer le récit de la convention:

  • Un sac kyonko / itsuko. Oui oui, les deux stars du fameux genderswap de Haruhi. Et avec des porte clés assortis. Tout ceci m’a été offert par Darksoul, et je l’en remercie car il n’aurait pu trouver meilleur cadeau (sauf peut-être une vraie meido mais on verra ça plus tard.)
  • Des petites figurines Lucky Star: j’ai en fait pris toute la collection (les 11) le problème c’est qu’elles sont pénibles à monter pour certaines: il va me falloir des petites mains et des bons yeux pour leur rattacher les bras et bien les mettre comme il faut sur leur socle (sans compter que j’ai perdu une cale de socle déjà, ça commence bien :P)
  • Deux figurines Haruhi et Mikuru au club avec les accessoires, et la Mikuru adulte!
  • Une figurine de RIn en Meido. Parce qu’elle le vaut bien.
  • Deux-trois mangas
  • Des dojin game Haruhi et Lucky Star.

DSC01080.JPG

  • Une bâche géante de notre déesse à tous que je la veux je la veux je la veux je la veux je la veux je la veux FFS! et j’y mettrai le prix! Un jour, tu seras mienne. Ooooooh oui.
  • On voit également deux cadeaux très légèrement sur les côtés… deux cadeaux que je compte offrir, saurez-vous dire ce que c’est?

Et avec tout ça, une super convention, mais avant de commencer, laissez-moi vous conter mes fail de cette convention, car à défaut d’une convention avec des défauts, c’est moi qui en avait:

  • Sur 3 batteries de camescope, 2 ne se sont pas chargées correctement. Pas de bol, c’était la plus petite qui était chargée à bloc. Résultat j’ai fail en étant en panne de batterie pendant un Hare Hare Yukai
  • J’ai carrément eu plus de mal que je ne le pensais pendant la chorégraphie du Hare Hare Yukai
  • La veille je dis à Tchyo qui m’accompagnait "Oh prends des épingles à nourice pour accrocher des brassards" et il arrive le matin, je lui demande s’il a bien les épingles, et on part. Sans les brassards.
  • Ne pas avoir reconnu Exelen tout de suite, j’ai hésité à l’appeler comme il fallait en la présentant à la caméra ^^
  • Ne pas avoir fait de karaoké de nuit tellement j’étais naze du Hare Hare Yukai

Donc arrivé sur place après 2 heures de train et un peu de taxi, nous entrons et récupérons nos bracelets magiques. Au passage, Kaze nous offre un DVD d’une série (Get Backers dans mon cas, moui bon…) et surtout, un flyer qui présente le blog de la SOS-Dan. C’est la façon de Kaze de montrer qu’ils veulent faire la promotion de Haruhi en France, et ce n’est qu’en passant dans le second bâtiment que je me rends compte avec la bâche qu’en effet, elle est là, notre déesse. Je reprendrai d’ailleurs les dires de raton lors d’une conversation que j’ai eu avec lui en parcourant les stands. Il me demanda si j’étais allé voir la projection (nous étions vers la fin de la convention) du premier épisode en VOSTF, ce à quoi je répondis "Non, je m’en fous en fait."

Et avant que les fidèles ne me brûlent sur la place publique, laissez-moi finir. Raton a ensuite sorti les mots de ma bouche avant même que je ne l’ouvre "Tu es déjà heureux qu’elle soit là." Je suis déjà heureux qu’elle soit là parmi nous en effet. Cette bâche où elle était peinte sur le mur de l’école nous regardait tous et nous montrait la voie.

Je suis bien venu avec le T-shirt Lucky Star finalement, et ce fut une petite réussite. C’est un peu comme du cosplay quoi mais en plus light. Les gens faisaient des petits commentaires de temps en temps, et j’ai même eu droit à un "C’est le t-shirt le plus cool du salon!" d’une vendeuse de Kaze. J’ai aussi été présenté par Klaha à Murata en temps que "Meido Fan", et j’ai pu revoir Akira Hashimoto avec qui on avait passé du temps au Japon avec Darksoul et Corsaire.

Je n’ai même pas eu le temps de faire quoi que ce soit que je rencontrai QCTX, Keul, Shikaze, et d’autres membres de l’Editotaku et aussi d’autres membres de Haruhi.fr. La première chose de prévue fut de rencontrer Laurent, notre contact chez Kaze qui était sur son stand. Autant vous le dire tout de suite sans rentrer dans les détails, notre rencontre fut très fructueuse: non seulement on a pu se parler face à face et mieux faire connaissance, mais aussi discuter de sujets de vive voix tous ensemble.

Ensuite, direction pizzeria où nous étions déjà 15 à manger tous ensemble avec encore d’autres membres de l’Edito et de Haruhi.fr (Poshu, Corsaire, Kabu, Etsilihin, etc.)

De retour à Epitanime, j’ai dû me séparer un peu des autres après avoir jeté un oeil sur un quizz en cours dans la cour (où il fallait répondre à une question sur ce qui se passe dans un anime après la pause grâce à un QCM) afin de réperter le Hare Hare Yukai dans la rue entre les deux bâtiments. Bien sûr on s’est fait prendre en photo et observer mais bon, c’était fun et ça nous a permis à QCTX et moi de rencontrer Miyuu-chan (qui s’est faite désirer, c’est ça d’être une star :p) et ses acolytes.

A 17h30 je suis revenu dans la cour pour les filmer lors de leur prestation surprise avec le Hare Hare Yukai sur l’écran géant derrière eux. Le plus gros de l’évènement en tous cas allait être ce soir, puisque dés 18h00 on a commencé à rassembler toutes nos troupes, envoyer des SMS pour nous diriger au Lai Lai Ken afin de manger et boire. Il faut savoir qu’il y avait un grand absent lors de ce Samedi, c’était Raton-Laveur qui était parti voir les gens de Nolife pour les rencontrer. Raton nous a ainsi rejoint au restau et à l’heure s’il vous plaît, contrairement à ce que je pensais initialement. J’avais réservé pour 25-26 personnes, finalement nous étions 30-31 avec quelques ajouts non prévus. Je suis d’ailleurs désolé d’avoir refusé du monde, mais je n’avais pas super le choix. J’espère que ce petit tour au restaurant a été convivial pour tous et que le mélange Editotaku / Haruhi.fr a été profitable à tout le monde. Raton a d’ailleurs fait une vidéo de la présentation de chaque personne qui était dans le restaurant ce soir-là. A voir quand il aura monté tout ça.

Une fois le repas fini, en rang deux par deux, nous sommes retournés à Epita. Bien sûr le voyage en métro fut très fun avec autant de monde dans le même wagon, vous pensez bien! Une vraie invasion comme on en fait que sur 4chan.

De retour à Epitanime, nous avons pu admirer le cosplay de nuit : il y avait du bon cette année, du très bon, et notamment un Kyon et Haruhi chantant God Knows (en playback) mais avec des guitares et surtout habillés comme sur le poster du concert . Bref c’était super fun et y’avait de la lumière partout. A noter qu’une deuxieme "Haruhi" est passé pour cette fois chanter, mais je pense qu’elle aurait eu plus de succès au concours de chant qu’au cosplay de nuit, enfin…

Avec beaucoup, beaucoup de retard, et d’autres répétitions en pleine nuit dans la rue, nous sommes enfin passés sur scène. J’ai aussi eu le privilège de serrer la main de Davy, le Régis-Robert de Nerdz et présentateur de Nolife

Donc voilà, ça c’était fait et je peux vous dire que j’étais soulagé, car le plus gros de la convention pour moi était maintenant derrière. La choré fut très fun à faire avec tout le monde, même si j’ai eu beaucoup de mal à suivre car je n’avais pas vraiment repêté les semaines d’avant avec les autres, mais dans mon coin. Finalement être avec d’autres et tenter d’être synchro est beaucoup plus compliqué qu’il n’y paraît! Mais je pense qu’on s’en est quand même bien sorti surtout grâce aux filles devant qui ont super bien fait leur job.

Après, un peu beaucoup fatigué, je me suis posé avec les autres pour discuter un peu. Ce fut également l’occasion deparler avec Merlin et Tetho de Mata-web et de parler de nos journées respectives. Après, tout le monde s’est un peu dispersé et perso, j’étais tellement naze que je n’ai pas fait de Karaoké de nuit. Je suis allé dormir avec Shikaze, Keul et quelques autres dans l’amphi de projection la nuit.

Avec quelques difficultés pour dormir (sachant que je me suis levé exprès pour chantonner Motteke Sailor Fuku! alors que la chanson passait dans l’amphi avant de me rendormir aussi sec) on a quand même passé une nuit allongée sous les bureaux.

Le lendemain matin fut plus calme, avec le traditionnel petit déj au café du coin, on est ensuite revenus faire les emplettes. C’est là que j’ai acheté tous les cadeaux que vous avez vu plus haut, discuté avec des vendeurs, vu du HK, encore beaucoup de HK malheureusement, mais aussi des choses plus sympa comme DIgicraft, spécialisé dans le doujin game et autres, qui étaient là pour vendre des produits, des vrais, du Japon.

Une petite heure de shopping a suffit avant que l’on aille se poser pour admirer le cosplay de groupe.

Alors, si l’an dernier j’avais critiqué le cosplay et notamment les prestations scéniques, je dois bien avouer que cette fois j’ai vu quelques cosplays très sympa même si bien sûr il y en avait d’autres tout simplement lourdingues, où parfois on ne comprenait absolument rien à ce qu’il se disait. Le public semblait un peu mou, peut-être assomé par la chaleur. Je suis assez dégouté de ne pas avoir pu filmer la Haruhi en costume du jeu faire un Hare Hare Yukai avec ses deux copines, mais j’ai au moins les photos…

Il y a eu d’autres groupes fort bien foutus dont vous pourrez admirer les photos. Comme je le disais, mes batteries de camescope étant limitées, je n’ai pas pu beaucoup filmer. J’ai quand même pu prendre les deux groupes Negima plutôt bien faits avec une mise en scène très correcte. Quel dommage qu’elles aient utilisé un générique qui n’existe pas. (comprenez, la première saison de l’anime tout daubesque.)

BONUS: La fameuse Haruhi en costume RPG filmée par un lecteur de Meido-Rando.

Après, la fatigue commençait à se faire sentir. Je me suis donc posé avec les sacs et quelques autres, allant faire les dernières emplètes ou bien voir quelques autres personnes, notamment Laurent de chez Kaze avec qui on a continué la discussion de la veille. Pas facile de se trouver du temps libre quand on tient l’un des plus gros stands de l’Epitanime.

Enfin voilà, il a fallu rentrer ensuite, essayer de dire au revoir au plus grand nombre même si on ne peut pas voir tout le monde une dernière fois. L’ambiance était excellente, le temps était (presque) avec nous malgré la météo annoncée qui était très mauvaise. Encore une fois le micro-climat au dessus de l’Epitanime a fait des merveilles cette année; J’en suis revenu avec quelques coups de soleil. Aucun incident n’a été à déplorer (si on omet la Peugeot SW embarquée par la fourrière :D)

Alors pour les photos c’est par ici et pour les vidéos pas sur Dailymotion c’est par là. Notez que ces vidéos ne resteront pas éternellement, elles.

N’hésitez pas à ajouter quoi que ce soit dans les commentaires, j’ai personellement beaucoup aimé cette Epitanime, bien meilleure que l’an dernier!

Bon, je suis a peu près reposé pour faire une petite review de cette Epitanime, édition 2006.

Cela fait maintenant 5 ans que je cotoie l’Epitanime, et quoi qu’on en dise, pour moi ça reste la meilleure convention d’anime en France: elle est peut-être à ranger dans le camp du « amateur » mais elle a ce petit charme justement qui fait qu’on s’y sent entre fans d’anime et de manga, et pas entre commerciaux voulant vendre des produits et organisateurs voulant vous extorquer votre fric.

Enfin, retournons à nos moutons.

J’arrive sur le coup de midi avec Rasta, et on entre, bien aprés tout le monde, mais au moins pas de queue interminable.

Bizarrement, ça commence par une fouille de sac: au moins cette année ils ont pas lésiné sur la sécurité. Le type, loin d’être une armoire à glace, tate le sac et est plutôt aimable pour un gars de la sécurité. Il nous laisse passer et on achète nos places.

Deuxième nouveauté cette année, les bracelets velcro. Ouais, des bons gros bracelets qui abiment mon poil soyeux quand on les enlève, mais qu’importe. Ils sont de couleurs différentes selon la nocturne ou la journée. C’est disons beaucoup plus visible qu’un badge une fois au bras.

Bon, le temps est pas super, mais au moins il ne pleut pas. Je retrouve mes potes les Rafaux, pour une fois en grand nombre, dehors, et on s’immisce à l’intérieur de la cour.

En un an, rien n’a changé, toujours des spectacles, des concours délire par l’équipe Tsubasa, des salles de jeux et de projection… De toutes façons je n’étais pas venu pour découvrir mais pour être avec mes potes. On fait un petit tour au sous-sol en premier, en se séprant en petit groupes…

Cette année, un grand absent: Konci. Enfin, disons qu’ils l’ont un peu cherché. Lorsqu’on leur a bien fait comprendre qu’il n’y aurait pas de marchandise HK cette année, sous AUCUN prétexte, ils ont trouvé une excuse bidon pour ne pas venir. Qu’à cela ne tienne, ça a permis à d’autres magasins de s’installer pépère et de montrer leurs produits. Globalement il n’y avait rien de transcendant, mais chacun des Rafaux a trouvé un petit truc à acheter. Moi, j’étais principalement venu chercher des mangas que j’achète d’habitude par le net. Ca évite de me faire livrer.

Les différents stands faisaient des promos intéressantes, mais rien qui ne me tente plus que ça. C’est que, avec un voyage au japon le mois d’avant, tout ça me paraissait bien petit comparé à Akihabara. J’ai quand même appris que Ichigo 100% sortait en manga dés juin chez Tonkam. J’ai quand même bien rigolé quand j’ai vu que leur accroche était « Le nouveau Video Girl Ai ». Oui les gars, c’est bien… continuez à fumer la moquette du sous-sol de l’epita, ça vous fait du bien 🙂

Bref, la journée du samedi s’est plutôt b ien déroulée, et on s’est globalement bien amusés à voir tous les stands, et à écouter le concours de chant dehors. Il y a eu quelques chanteurs plutôt talentueux, notamment la fille qui a interprété Get Wild de City Hunter. Vraiment bien 🙂 J’aurais dû la filmer.

Le soir, repas au Lai Lai Ken avec tout le monde, plus nOsi et Scytale/Dom. Corsaire et Darksoul nous rejoignent pour l’occasion. On bouffe tout ce qu’on peut, il faut dire que ce restaurant, dans le quartier Pyramide, est vraiment excellent. J’ai cru un moment être rtourné au Japon 🙂

Mais le plus gros morceau c’était le soir, pour le Karaoké Toyunda. Une fois sur place, on s’est un petit peu divisés, certains sont allés en salle de jeux vidéos, moins peuplés que d’habitude, et d’autres sont partis s’asseoir à la salle de karaoké à côté. On sent que l’Epitanime c’est rodé maintenant. Des pauses toutes les deux heures pour aérer et prendre des requêtes des gens. Certains, comme moi, voulaient entendre certaines chansons plus que d’autres, et l’orga chargé de les récolter a rempli deux colonnes de son calepin avec. De quoi tenir bien 2 heures facile.

La salle jeux vidéos était bien rempli, avec des consoles d’il y a 20 ans, et d’autres beaucoup plus récentes. On a vu pas mal de jeux de passionés, des shoot’em up de folie, des vieux jeux de baston, ou encore une belle Neo Geo sur laquelle tournait Windjammers. Neogeo que Minotaure a beaucoup beaucoup beaucoup squatté 🙂

Mais retournons au Karaoké: J’ai pu filmer quelques passages comme le traditionnel X-Japan ou bien d’autres moments que Minotaure a filmés pendant que je m’égosillais la voix. Ma soirée n’aura pas été vaine, car l’ending puis l’opening de Haruhi Suzumiya no Yuutsu sont passés, et ont apparement plu (surtout l’ending. On notera aussi la version longue de Ike Ike! de la HINOI Team, qui a servi d’ending à Ichigo 100% en anime. Du tout bon, surtout si on ajoute à ça l’ending de Mahoromatic, Mahoro de Mambo.

Non, la programmation de la nuit était très bien, même si moins fournie en animes Français que d’habitude, ce qui tend à perdre certains peu habitués à chanter en japonais et ne connaissant que peu d’animes.

Dehors, on a eu droit à quelques attractions comme un spectacle de Yatta! (si vous connaissez pas… vous manquez quelque chose.) en live.

Le Karaoké a duré toute la nuit, et vers 6h du mat, on a trouvé un coin ou dormir après avoir été photographier Allion, Burn et Darts qui pionçaient dans la caisse de Burn, garée pas loin d’Epita.

Après ben, sortie de l’Epita, p’tit déj dans un café avec croissants, pain et autres joyeusetés, avant de retourner s’installer pour le cosplay.

Oui, car l’attraction du dimanche, c’est le cosplay. Je ne m’attendais pas à grand chose. En fait ça fait des années que je ne m’attends plus à rien en cosplay. J’en ai assez des costumes de jeux vidéos sortis d’on ne sait où. Les Final Fantasy, les Magna Carta, les Naruto, les Saint Seiya, on en a vu cette année, et ça ne m’a pas impressionné plus que ça. Oui, je vais me faire haïr des cosplayeurs, et je sais très bien que l’effort qu’ils mettent dans leurs costumes est impresionnant parfois, mais un peu d’originalité bordel! Il y a tellement de séries sympa avec des costumes qui ne demandent pas grand chose. Je sais pas moi, pourquoi pas un cosplay Genshiken par exemple? 😀

Bref, il y avait un beau défilé avant le cosplay, vu que les cosplayeurs devaient bien se rendre sur place. En attendant on aeu droit à une petite animation signée Tsubasa mais aussi à un DJ God (jeu où il faut reconnaitre des génériques d’animes de quelques secondes mis bout à bout) spécial « consoles de jeux ». Un pur bonheur: tout était fait en sons NES, et il était difficile de retrouver tous les animes parfois. Du super boulot de la part de celui qui a préparé ça, j’ai tout filmé et je me le garderai pour plus tard.

N’empêche, à un moment, alors que le grand écran passait des clips du Toyunda pour passer le temps, je discutais avec Stok qui lisait ses mangas de GTO fraichement achetés, quand mes oreilles entendent quelque chose. Une musique troublante, suivi de petits cris. Je lève la tête, et je reconnais tout de suite le clip promo / intro du jeu Air, le truc à absolument ne pas diffuser en projection, vu qu’on y entend une fille pousser des cris de jouissance alors que du texte et des images défilent à l’écran. Là où c’est l’echec critique total de la part du mec qui a fait la playlist, c’est que quand même, on était dehors bordel, avec les enceintes à fond… C’était limite si on aurait pu croire qu’un film de cul passait dans la cour! Enfin, d’aprés mes sources, le responsable a été pendu haut et court.

Passé ce petit imprévu, le cosplay a pu démarrer. Et a ma grande surprise, cette année a été plutôt bonne. J’ai due barrer chopper mon train avant la moitié du cosplay de groupes, mais je n’ai pas regretté ce que j’ai vu: du Scrapped Princess, du Street Fighter (très rigolo le Zangief) et d’autres joyeusetés originales et bien sympathiques. Pour une fois, je ne me suis pas ennuyé du cosplay, contrairement à l’an dernier par exemple.

A noter qu’il y avait une cosplayeuse japonaise sur place, visiblement invitée: Maya était en cosplay de Rozen Maiden, et elle a franchement fait bonne impression. Qui plus est, elle était bien mignonne. 🙂 Mino a réussi a prendre une photo avec elle.

Au final, je me suis bien amusé. L’Epitanime reste pour moi un bon moyen de voir tous mes amis du Havre, et puis certains de Paris. Cela fait longtemps que j’ai passé l’âge de faire mes emplettes. Le seul truc qui me manque c’est le fansub en projo… Mais bon, je comprends aussi les motivations des orgas, c’est juste dommage, ça faisait aussi parti du charme de l’Epitanime.

Voilà mes impressions, encore une bonne année. Moins de visiteurs que l’an dernier, je trouve, mais ça s’explique facilement par le fait que cette année, Epitanime n’est pas la seule convention parisienne.