emma

All posts tagged emma

Vous vous demandez sûrement pourquoi aucun post sur la nouvelle saison d’animés n’a encore vu le jour dans ces colonnes. La raison est simple: je suis en train de regarder en ce moment tout Battlestar Galactica jusqu’à la fin de la saison 3, alors forcément à coup de 45 minutes par épisode, c’est très long, mais très prenant. Enfin, je dois de toutes façons commencer à regarder rapidement quelques séries comme Kyouran, Kamen no Maid guy, Kanokon ou encore Kurenai et Code Geass 2…

Pour ceux qui nous ont rejoint récemment, "catch-up" signifie rattrapage en anglais, et est un type de billet où je donne mes impressions rapides sur l’évolution de telle out elle série. Parfois ce sont même des séries dont je n’ai pas parlé sur Meido-Rando, à cause de la flemme ou bien parce que la série n’en valait pas spécialement la peine.

Le dernier catch-up datant d’Aout 2007, il était temps de faire le point.

  • Angel Heart : Après autant de volumes (22 il me semble) on pourrait se demander comment Tsukasa Hojo arrive à continuer à sortir des histoires. Pourtant il montre tous les signes d’un auteur qui s’essoufle: intrigues recyclées, concepts qui reviennent souvent comme le travestissement, la drogue, ou encore les personnages dont le design est carrément repompé d’ailleurs. Vous ne trouvez pas que Glass Heart ressemble grâve à Shion de Family Compo vous? Malgré tous ces poitns négatif, c’est toujours aussi superbe visuellement et agréable à suivre.
  • Fushigi Yuugi : La légende de Genbu : La seconde ‘saison’ de Fushigi Yuugi reste égale à elle-même : une sorte d’aventure shoujo. Sauf que comme Tsukasa Hojo, Yuu Watase continue à faire des dessins superbes et une hsitoire qui se laisse lire bien que parfois un peu complexe, surtout que les tomes sont facilement espacés de six mois. Mais ne crachons pas trop dans la soupe, car la sortie des versions françaises colle de près à celles japonaises, c’est assez rare pour être souligné. Ah oui et Takiko est quand même bien meilleure héroine que Miaka, y’a pas à dire.
  • Girls Bravo : Je prends souvent les mangas de séries que j’ai déjà vues, parfois par simple curiosité, parfois parce que je les aime vraiment énormément. Pour Girls Bravo c’était plutôt la curiosité, et ça fait bizarre de revoir des passages qu’on a vu en anime mais sans vapeur cette fois. Ca reste un manga plaisant qui se prend pas au sérieux et bourré de fanservice. Pas indispensable donc.
  • Unbalance x Unbalance : Toujours aussi sympa à lire, ce manwha contant les relations ambigues entre une prof et l’un de ses élèves reste bien dessiné. C’est étrangement l’un des mangas que j’attends le plus lors de mes livraisons, sans que je ne puisse exactement expliquer pourquoi. Au niveau de l’histoire, ça continue à avancer avec son lot habituel de nouveaux personnages secondaires, de révélations et de résolutions prises par les héros. C’est certain que ça casse pas des briques mais ça reste vraiment agréable à lire
  • Ah My Goddess : Alors là comment dire… Avec des histoires toutes plus anecdotiques les unes que les autres, aucun avancement dans le scénario et des dessins que je trouvais limite plus beaux y’a 15 ans, Ah My Goddess s’essouffle gravement. Ils pourraient ouvrir un maid café de déesses que ça relancerait à peine l’intêret, c’est vous dire. Le problème avec de longues séries comme ça, c’est qu’on hésite à arrêter car on veut connaître la fin, même si dans 50 ans on y sera encore. Comment AMG pourrait-il finir, tiens?
  • Suzuka : A ne pas confondre avec la charmante et pétillante présentatrice de Nolife, Suzuka suit les grandes lignes de l’anime (ou plutôt l’inverse) sans vraiment de différences fracassantes. J’aurais préféré quand même que le manga avance plus vite, car présentement on se retrouve seulement environ au 13ème épisode de la série (estimation à la louche). Malgré des bouches un peu bizarres, c’est toujorus aussi bien dessiné.
  • Monsieur est servi / Hanaukyo Maid Tai : HMT arrive à sa conclusion au bout de 12 ou 13 volumes (là comme ça je me souviens plus) et il va être très difficile d’en faire des éloges. Pour l’histoire, j’ai découvert HMT en anime, quand c’était le studio m.o.e. qui s’en occupait, en 2001. Ils avaient pris pas mal de libertés avec l’idée initiale, faisant de Taro un clone avant l’heure du héros de Girls Bravo. Taro était allergique aux filles, sauf à Mariel. Le tout était très léger et plein d’humour (sans compter que dés le deuxieme épisode, les triplettes nymphomanes réveillent leur maître par une gâterie au lit, si si je vous jure.) et ne se prenait pas au sérieux pour deux sous. Depuis m.o.e. a coulé sans terminer la série (inachevée abruptement au 15ème épisode) et un autre studio a repris le flambeau pour sortir "La vérité", plus fidèle au manga. Le problème c’est que le manga est mauvais. Il se prend au sérieux et tente d’inventer une histoire complètement capilotractée à base de clones de Mariel et de Taro qui ne sont pas ce qu’ils croient être. En plus de ça la fin est tout sauf convaincante, bref pour moi c’est une grande déception et je garderai la première saison inachevée comme souvenir de HMT.
  • Emma : Toujours aussi bien dessiné et agréable, l’immersion est telle qu’une fois le manga refermé, on se rappelle soudainement qu’on est au XXIème siècle. C’est un manga de maid mais sans fanservice, où la romance prime et où on sent que l’auteur s’est très bien docuemntée sur l’époque. Ca change des habituels mangas se déroulant au japon, ancien ou présent. Bref, c’est toujours aussi bon.
  • He is my master : La version manga est relativement anecdotique par rapport à l’anime du même nom. Bref, si vous avez déjà vu l’anime, passez votre chemin.
  • Keroro Gunso : Vu le nombre d’épisodes et le succès de la série, on peut se douter que les scénaristes ne chôment pas, et en effet on trouve toujours un délire à exploiter avec Keroro et sa troupe. C’est tellement délire qu’on se demande bien comment ils vont arriver à envahir la terre. Bref, les tomes se suivent et ne se ressemblent pas, il y a juste la couverture que je trouve absolument hideuse, mais ça me regarde, ça.
  • Love Collage : LC est l’autre manga de l’auter de Midori no Hibi (Midori Days de part chez nous). Le héros est un fétichiste de parties bien différentes chez les femmes. Il aime certains types de jambes, de poitrines, de voix, de cheveux… C’est un pervers, mais un pervers noble comme on dit. Et il va tomber sur une pension avec quelques résidentes qui bien sûr auront chacune un élément qui lui plait. A noter également qu’un autre personnage est fan de maids. C’est donc sur l’avis éclairé de Rosalys que je me suis plongé dans ce manga sans prétention qui se laisse lire, malgré de super gros clichés du style harem par moments. Je pense néanmoins que le héros a plus d’un tour dans son sac… A suivre, donc.
  • Highschool girls : Toujours aussi vulgaire, toujours aussi débile, je continue néanmoins à lire pour voir jusqu’où ça peut aller. Ce qui est sûr c’est qu’on ne croit pas un seul instant que les jeunes japonaises puissent être comme des mecs, mais en fille. C’est pas possible.

ff0a5fd74168247542fae9b74c2fddfd.jpg.jpeg

Cet article sera intégralement illustré avec des images de Tomoyo. Ne posez pas de questions.

Je vais tenter de vous proposer des idées qu’on ne voit pas si souvent que ça dans les animés romantiques ou de type harem. Bien sûr, vous trouverez sûrement des séries à me citer, mais dans le titre de cet article, il y a le mot sous-exploité. Je ne vous ferai pas l’affront de vous renvoyer à sa définition. On commence donc tout de suite par…

Le Héros Handicapé

Déjà exploité par H2O

Il n’est que trop rare de voir le héros d’un animé romantique avoir un problème autre que sentimental. Dans le cas de H2O notamment, le héros commence la série aveugle, mais malheureusement ne garde pas cet état très longtemps. Toujours est-il que pour des haremettes, cela change tout, et puis le héros ne se retrouve pas en position de force, pour changer. Je pense que l’animé aurait clairement gagné en intêret si le héros était resté aveugle (mais d’après les récents épisodes on dirait qu’il va perdre la vue de nouveau). Et sinon dans Myself Yourself, le héros est un dépressif.

4c09e3cd5c917cec7c41e02ae85019d6.jpg.jpeg

Epilogue & After Story

Déjà exploité par CLANNAD et Love Hina, ainsi que quelques autres séries

Vous n’en avez pas assez, vous, que l’histoire se conclue sur le choix d’une haremette par le héros ou bien sur une confession? Ils sont trop peu à réellement parler de "l’après" dans un couple. Comment les autrent voient-ils le couple, comment la vie ensemble se déroule, les voir se bécoter tranquillement dans un coin, et éventuellement se marier, se séparer peut-être, ou avoir des enfants… C’est personellement quelque chose que j’apprécie beaucoup: voir comment les personnages grandissent, évoluent, et savoir quel vie ils vivent.

L’héroine enceinte (accidentellement)

Déjà exploité par CLANNAD, School Days et quelques fanfics sans intêret sur Evangelion et Love Hina.

Note pour plus tard: Breveter cette idée.

Ca ferait une super idée d’anime non? Non? Vous trouvez pas? Imaginez deux secondes que le héros mette accidentellement enceinte l’une des haremettes, ça serait un joyeux bordel, non?

La différence d’âge

Déjà exploité par Onegai Teacher et Toshiue no Hito

Trop rarement utilisé, il faut savoir qu’au Japon la différence d’âge peut compter pour beaucoup dans une relation et qu’elle peut la rendre difficile. Il suffit de juste quelques années, hein. Le cas de Onegai Teacher est peut-être le mieux exploité de ceux que je connais, où les deux personnages ont appris à s’apprécier alors qu’au départ leur relation n’était que de circonstance. Toujours est-il que dans la majorité des animés romantiques et de harem, vous verrez trop rarement le héros finir avec une personne plus agée, même si cette route est possible dans les versions jeu vidéo de la plupart des harem.

f4becb279ff6d8957eee24e90d3cf6c3.jpg.jpeg

Le sexe au service de l’intrigue

Déjà exploité par REC… et c’est a peu près tout. Allez, on va être gentils et rajouter Kimi ga nozomu Eien, Nana et School Days.

On nous explique parfois qu’au Japon on livre plus facilement son corps que son coeur à autrui, mais dans les animes il n’en est rien. Trop rares sont les histoires où le ou les couples ne s’engagent pas dans des relation sexuelles, même sous-entendues. Et qu’on ne me fasse pas crorie que les lycéens ne font pas ça, je ne vous croirai pas. Le meilleur cas reste REC où c’est en couchant ensemble que le couple se crée.

a68049ea33526ec875e6c65cbc849669.jpg.jpeg

La possibilité d’un amour lesbien ou homosexuel

Déjà exploité par Myself Yourself, Kannazuki no Miko, Strawberry Panic, Marimite…

Plus souvent considéré comme du fanservice plus qu’autre chose, il est très rare de voir deux protagonistes du même sexe réellement tomber amoureux l’un de l’autre. C’est quand même terrible dans un monde comme le nôtre où ces sentiments se développent parfois plus facilement qu’on en voie pas plus, finalement, dans les animes. Ca doit être encore trop tabou, sauf quand bien sûr il s’agit d’en faire du fanservice. L’exemple le plus pertinent qui me vient à l’esprit reste Hoshino de Myself Yourself, mais je viens de vous spoiler grave, en fat.

Pour me faire pardonner, je vous envoie sur un très vieux post rigolo de Meido-Rando: Des animes et des vaches.

cdb9dd0bf980737998d61e5cd11a0af8.jpg.jpeg

Un environnement futuriste ou heroic fantasy.

Déjà exploité par presque rien en fait

Je n’ai aucune idée de série, en fait, mais avez vous déjà pensé à un anime romantique qui se déroulerait dans un monde heroic fantasy? Voire futuriste? Les animes dans ces mondes font plus souvent preuve d’action ou d’aventure avec des éléments romantiques, mais imaginer l’histoire d’un harem dans un village heroic fantasy… Avec la serveuse de la taverne, la prétresse du coin, une princesse, etc.

Des mechas?

Déjà exploité par Vandread et le petit clip spécial sur les DVD de Kimi ga Nozomu Eien

Imaginez une série Harem avec des mechas en arrière plan et qui ne se focaliserait pas sur l’action mais sur la romance. Oui bon, Vandread a essayé, et ceux qui me parleront de Gundam SEED pourront aller se recoucher. J’imagine très bien un combat de mechas entre les deux filles de la troupe pour savoir qui aura le droit de cuisiner un bento pour le héros.

e8565ea6d9c4996b0642272e7c4bd987.jpg.jpeg

La lutte des classes

Déjà exploité par Emma et eventuellement quelques animes hentai.

Vous savez déjà de quoi je vais parler. Oui, le héros ne s’éprend jamais d’une meido en régle générale. Une meido est là pour le fanservice (et dans fanservice il y a le mot service) la plupart du temps, pas pour que le héros tombe amoureux d’elle. Un peu de la même manière que la différence d’âge, mais je suis sûr qu’une version moderne d’Emma aurait du succès. J’en achèterais des wagons entiers. En parlant de meido d’ailleurs, j’ai découvert la Nippon Meido Association grâce à un article de Alafista sur les meidos de Akihabara qui se font rembarrer par la Police en plein dimanche. Sûrement un coup des adorateurs de lycéennes qui voient leur popularité baisser d’année en année à cause des meido. Mais je m’égare.

160ef375d1451e3c99cd3b1a5a1f8f55.png

Y’a pas que l’école dans la vie

Déjà exploité par REC, Love Get Chu! et d’autres rares séries

Bien que je n’aie rien contre les superbes uniformes de lycéennes que l’on trouve parfois dans les animes, ça ne vous est jamais arrivé de penser que peut-être une histoire de harem dans le milieu hospitalier, dans une maison d’édition de manga, ou que sais-je encore, ça serait une bonne idée non? Il y a bien sûr eu quelques précédents notables. Dans le cas de REC la romance se joue entre adultes mais qui ne travaillent pas forcément dans le même bureau. Bref, le lycée est peut-être le moment le plus propice de la vie pour la romance, mais n’oublions pas que nombre d’adultes sont toujours célibataires…

Et c’est ainsi que ce termine ce patit article sur mes idées pour révolutionner le monde des animes romantiques. Ouais je sais, y’a du boulot quand on voit les productions actuelles.

P.S.: Un p’tit cadeau

Avant d’entamer ces quart de finale qui vont réellement commencer à être intéressants, je vous présente les résultats du dernier round des 8èmes:

Pour les deux derniers rounds, c’est bien sans peu de surprise que Siesta l’emporte sur Fumi qui malgré ses atouts guerriers, s’est fait laminer par la petite meido de Zero no Tsukaima. A tel point d’ailleurs que je l’ai vue sous la barre des 10% pendant un petit moment. Quant à l’autre round, c’est Sanada qui l’emporte. Le chat sur le chien, donc. Sanada rencontrera Mikuru en quart de finales la semaine prochaine, tandis que Siesta rencontrera Izumi.

Mais sans plus attendre, le beau (hum) diagramme des quart de finales:

MAIDz4.jpg

Et on enchaine donc avec les deux premiers matchs de chaque côté.

gtm41Maria2.jpg

Voici donc Maria, qui combattra Mahoro. Mais comme j’ai de sérieux doutes sur la victoire de Mahoro, je me suis dit qu’une petite AMV valait mieux qu’une image, plutôt que de garder ça pour les demis ou finales. Certains diront que le joker est sorti un peu vite, mais on ne sait jamais… Les deux maids sont similaires dans de nombreux points et il sera difficile de les départager!

gtm42Emma.jpg

gtm42HisuiKohaku.jpg

Et de l’autre côté, on a un duel important de ce tournoi, Emma contre Hisui & Kohaku. En voici deux (trois?) très différentes, mais le résultat nous en apprendra beaucoup sur les goûts des lecteurs de Meido-Rando en terme de Meido.

Pensez à parler à vos amis de vos meido favorites, chaque voix peut compter!

P.S.: Utilisateurs de Linux, l’ordre du tiercé est le suivant: Maria-Mahoro et Emma-Hisui&Kohaku.

P.P.S: La vidéo youtube est de moi, mais ce n’est pas moi qui l’ai uploadée. Je précise 🙂

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, voici le moment que vous attendiez tous, le Grand Tournoi des Maids reprend de plus belle.

Après des résultats de poule tantôt surprenants, tantôt courrus d’avance, voici enfin le moment clé, les éliminatoires. Quelle Meido remportera la coupe? Sans plus attendre, voici les rencontres prévues.

MAIDz.jpg

Agrandissez l’image au besoin. (merci à Bithow pour le coup de main)

Nous allons donc commencer par deux duels:

  • May vs Maria
  • Emma vs Megumi

Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler leurs caractéristiques que vous trouverez aisément ici pour May et Megumi, pour Emma, et enfin pour Maria.

Mais bien sûr, pour vous remettre bien tout ça en mémoire, je vous propose quelques images des meidos de ce round!

Emma:

gtm_8emma.jpg

Megumi:

gtm_8megumi.jpg

May:

gtm_8May.jpg

Maria:

gtm_8maria.jpg

Que la meilleure meido gagne!

En fait je regardais mon arrivage de mangas l’autre jour, et je me disais "Mince alors j’en achète quand même beaucoup tous les mois" et puis après, je me suis rendu compte que je lis beaucoup plus de séries en manga que je ne regarde d’anime.

Et comme je fais des Anime Catch-Up de temps en temps, autant décliner ça en manga pour changer. C’est donc parti!

  • Blood Alone – Pas grand chose à ajouter par rapport à ce que j’ai pu dire dans ma review initiale. Les tomes sortent au compte gouttes et le 4 n’est prévu que pour fin août.
  • Angel Heart : C’est du Tsukasa Hojo, c’est donc supra beau, assez drôle et bien foutu. Par contre c’est sûr que par rapport à City Hunter c’est un peu moins leché niveau intrigu eet scénario, mais ça se laisse suivre vraiment aisément.
  • Ichigo 100% : Bien que je l’aie déjà lu en scantrad il y a très très longtemps, j’étais convaincu lors de l’achat du premier volume que je le relirais très volontiers tellement ça m’avait plu. En fait j’avais tort. Au bout de quelques volumes j’ai décroché devant la faible qualité d’impression qui rend le tout difficile à lire pour moi. (sans parler du lettrage absolument atroce.) Et franchement "le nouveau Video Girl Ai" (dixit Tonkam, l’éditeur) ? Faut arrêter de nous prendre pour des cons. Ichigo 100% est un harem avec des personnages attachants, mais ça s’arrête là. Le héros est bien aussi con qu’une quille.
  • Pretty Face : Malheureusement, Pretty Face a subi presque le même sort qu’Ichigo 100% à mes yeux. Ceci dit, l’histoire est quand même rigolote et bien faite, même si on aurait aimé que ça avance un peu plus vite. C’est quand même à mille lieues du genre de manga qui dure 20 volumes.
  • Onegai Teacher : J’ai toujours l’impression que les mangas vont plus loin que les animes. Malheureusement pour moi, pour OT, le manga ne pousse pas spécialement plus loin que l’anime et reste destiné aux fans purs et durs de la série. Je pense que vu l’esthétisme de Mizuho-sensei (c’est pour la différencier de Mizuho-oneesama que je dis sensei.) le manga aurait mérité un dessin plus soigné que ça.
  • GunSmith Cats BURST : On prend les mêmes et on recommence./ Des années après GSC premier du nom on nous sert une suite qui n’en est pas vraiment une: c’est plus une extension de ce que l’on connait déjà. Courses-poursuites parfaitement rendues, gunfights et enquêtes dangereuses sont au rendez-vous. C’est toujours aussi bien dessiné et l’auteur maîtrise son sujet (en tous cas, ça se sent.) Rien à redire donc, si vous avez aimé GSC, c’est une valeur sûre.
  • Negima : Je suis très tolérant vis-à-vis des mangas de Ken Akamatsu notamment grâce au véritable coup de coeur que j’ai eu avec Love Hina en 2000. Ah, le bon vieux temps des fansubs Anime-Factory et de Tenba-chan… Mais je m’égare. Negima en manga, c’est un peu du grand n’importe quoi qui se barre dans tous les sens, la faute à un nombre TROP important de personnages accompagnant Negi. Je ne sais pas trop ce que Akamatsu a voulu faire, mais pour moi, c’est difficile à suivre passé les 4-5 premiers volumes qui sont plutôt plaisants à dévorer. C’est drôle, bien dessiné, mais s’il y a un truc que Akamatsu ne sait pas dessiner, c’est bel et bien les scènes d’action. Dommage, car Negima est pas mal bourré de combats magiques.
  • Ah My Goddess : L’une des histoires tellement vieilles qu’on réalise qu’on a grandi avec quand on voit ses premiers volumes au label de "Manga Player" (en faillite puis racheté par une boite qui deviendra Pika.) Bref, AMG est comme beaucoup de séries à rallonge et possède ses hauts et ses bas. Le problème c’est qu’en ce moment on est dans la partie "basse" alors qu’on a été servi pendant une dizaine de volumes précédents par plusieurs chapitres excellentissimes. La question qu’on se pose c’est "Quand est-ce que ça va se finir?" et non "Comment?"
  • Step up love story : Encore une de ces séries extra longues. Le problème de Step Up, c’est que ça traine bien trop en longueur. Certes il y a des petites avancées scénaristiques ici et là mais bon… Ca reste un bouquin de cul. Un manga hentai quoi. Rien de bien vulgaire quand même, mais là où les premiers volumes étaient plutôt mignons et les idées de chapitres bien amenées, au bout de 20 volumes on sent que ça s’essoufle violemment. Ma main innocente continue néanmoins à l’acheter avant que mon cerveau ne réalise que je viens de l’ajouter à mon panier d’un clic de souris. Saleté de main.
  • L’homme du train : A ne pas confondre avec le Garçon du Train (voir plus bas), les deux histoires sont pourtant presqu’identiques, mais le manga est différent. Bref, l’Homme du Train représente la version la plus adulte et la moins nunuche à mes yeux de ce conte de fées moderne qu’est "Densha Otoko". En gros, "Hermes" n’est pas trop conne et en pince visiblement aussi pour le héros. Aucune embuche, aucun suspense, mais ça se laisse lire juste pour le plaisir de savoir comment ils ont adapté ça. C’est ce que j’attends d’un manga par rapport a une série télé, en l’occurence.
  • Say Love : Say Love se termine d’une façon un peu décevante à mes yeux surtout avec tout le potentiel qu’il y avait au départ. Ca reste néanmoins fort agréable à lire malgré un dessin parfois inégal. Au moins, en 6 volumes, ça ne traîne pas comme certaines séries romantiques.
  • GCU : Comment dire. D’un côté on a un Step Up Love Story qui reste un manga hentai derrière ses aspects mignons, et de l’autre on a GCU, tout aussi hentai si ce n’est plus, avec des délires de son auteur à la place. Bon ça se laisse lire, c’est moins joli à mes yeux que Step Up, mais les histoires des différents personnages rencontrés sont parfois assez intéressantes, au fil des volumes.
  • Mahoromatic : Oui bon bah, je vais pas m’étendre 107 ans, je pense que ma bibliothèque prouve assez bien mon fanboyisme de Mahoromatic: j’ai les mangas japonais (avec la Mahoro en crystal incluse dans le dernier volume), en anglais et bientôt en français. Alors soyons clairs, les couvertures japonaises sont géniales, les américaines sont moyennes, mais alors les couvertures françaises… Au secours quoi. Où sont passés le relief, les 4ème de couverture dépliables avec des zoulis dessins et tout et tout? Enfin, heureusement que l’histoire reste toute aussi sympa. A ceux qui n’ont pas aimé la fin de la série (2ème saison notamment), je vous conseille vivement le manga qui vous fera sûrement changer d’avis par des derniers volumes assez dark…
  • Kashimashi: Un manga tout aussi loufoque que la série, plutôt bien dessiné, et qui va plus loin (pas très difficile vu comme c’était court.) Peu de volumes disponibles pour l’instant, mais ça se laisse lire comme dans du beurre. (ahem.)
  • Monsieur est servi : Difficile de se prononcer là. C’est bourré de maids, donc ça devrait me plaire, et pourtant ça reste super moyen. Un sursaut d’intêret est survenu vers le milieu de la série lorsque le scénario s’est un peu étoffé, avant de retomber comme une crèpe qu’on aurait loupée en la faisant sauter dans la poele. Rendez-nous la première série animée aussi, bon sang, avec Taro qui vomit partout!
  • Emma : C’est joli, c’est propre, c’est doux et bien raconté… Un amour impossible dans l’Angleterre du début du siècle dernier. S’ils pouvaient sortir la suite rapidement, ça serait encore mieux, tiens.
  • Genshiken : Ah, Genshiken, le manga sensé être pour nous les otakus. Bourré de références, drôle à souhait et plutôt agréable à lire, Genshiken n’est pas bien long en plus, ce qui ne gâche rien (vous en avez pas marre vous des séries en 50 volumes?). La série animée lui rend justice, vous auriez donc tort de vous priver.
  • Le Garçon du Train: J’en parlais plus haut avec l’Homme du Train. Le Garçon du Train est donc la version shoujo: des visages ronds, des icônes de chats partout pour désigner les anonymous de 2ch. Hermes est d’une nunucherie à toute épreuve, encore pire que celle de la série TV, c’est dire.
  • Full Metal Panic : Quel dommage que le manga n’aille pas plus loin que la première saison servie par Gonzo + quelques passages de Fumoffu. Il va falloir se rabattre sur les romans pour en savoir plus. Le dessin un peu bizarre au départ se laisse néanmoins oublier au profit d’une histoire bien racontée. Peu de surprises cependant pour ceux qui auront vu FMP! et Fumoffu.
  • High School Girls : Ou, si vous préferez "La vulgarité au féminin". Si si, je vous jure que c’est possible. Ca cause régles, poils pubiens, mensurations, sexe, défloration, petits copains, que des trucs de filles quoi qui vous feront pousser des "WTF!" à maintes reprises. Le pire, c’est que comme pour Step Up, ma main achète avant que mon cerveau réagisse. Il va vraiment falloir que je fasse quelque chose…
  • Pink Diary : Pas grand chose à ajouter par rapport à ma review. Le volume 6 sort à la fin de ce mois. Apparement l’auteur n’a pas prévu beaucoup de tomes, ce qui est une bonne chose pour ce genre d’histoires.
  • Unbalance x Unbalance : Surpris par le premier tome, j’ai été encore plus surpris par le second qui prend à contre-pied tous les clichés possibles et arrive à faire douter le lecteur. Du très bon, bien dessiné, et le pire c’est que ça avance bien. Vivement la suite.
  • Suzuka : J’aurais déjà abandonné le manga si je ne savais pas un peu ce qui allait se passer. Et contrairement à nombre de séries animées adaptées en manga (ou inversement) ici le manga arrive à se démarquer de la série animée avec un graphisme correct et une mise en scène un poil différente. Et à ça on peut ajouter une dose de ecchi supplémentaire par rapport à l’anime. Bref, si el début peut sembler très lent et peu intéressant, ça se développe tout doucement.
  • Asagiri Pretresses de l’Aube : Faut que j’en parle de ça mais ça va venir, ça va venir… A défaut d’être bien dessiné, c’est assez fun et sympa à suivre pour le moment.
  • Keroro Gunso : Du délire en barres de 100. Les grenouilles extra-terrestres veulent nous envahir, mais heureusement qu’on a nos usines Bandai sur Terre. Vu la longueur de la série j’ai tout de même un peu peur que ça traine, justement, mais l’avenir me prouvera peut-être (voire certainement) le contraire vu la popularité de Keroro.

Et voilà. Je vous avais dit que je lisais plein de trucs moi en ce moment 🙂