critique

All posts tagged critique

J’aurais bien aimé vous parler en long en large et en travers de Golden Time, mais ça serait vous spoiler. J’adore cette série, c’est vraiment mon genre de prédilection, et c’est traîté différement des comédies romantiques habituelles. Sans vouloir faire mon connard élitiste, je pense qu’il faut aller au delà de l’animation somme toute standard et des persos a priori stéréotypés. L’histoire avance vite, on en apprend plus sur les personnages, et même si Koko est parfois saoulante, elle sait aussi toucher le spectateur par sa fragilité.

Mais voilà! Je ne peux pas, ça ferait redondant, même si j’en meurs d’envie.

ge-good-ending-1136146

A la place, je vais vous parler du manga Good Ending, dont les premiers tomes m’ont été gracieusement offerts à Noël par Morgan.

Seiji Utsumi est un type somme toute classique. Un peu gentil quand même, mais il est secrétement amoureux de Shô Itekawa, qui fait partie du club de tennis. Il va se faire aider par Yuki Kurokawa (aucun lien fille unique) une camarade de classe et aussi au club de tennis, qui a l’air d’en connaître un rayon sur l’amour. Seiji va alors rejoindre le club dans l’espoir de faire tomber la jolie et genki Shô dans ses bras. Vous vous doutez bien cela ne se limite pas à un potentiel triangle amoureux : Seiji va rencontrer la jolie et dévergondée Eri, ainsi que la peu sûre d’elle Risa, dont le secret de son régime m’échappe encore. Elle a dû prendre des cours chez le Joueur du Grenier.

ge-good-ending-2137101

Le truc qui surprend au premier abord c’est les tronches des personnages. Ca choque, même. Le regard en particulier paraît limite creepy sur certains, mais on s’y fait après un tome. Le reste du dessin est clair et précis, il y a une légère dose de ecchi, mais juste ce qu’il faut (on voit quelques sous-vêtements ou poses lascives, mais cela reste la plupart du temps dans l’imagination du héros.)

Vous vous dites alors « Mais ça a l’air d’une comédie romantique lambda. » Oui et non. L’auteur arrive à me surprendre alors que je me suis déjà tapé des tonnes d’histoires d’amour entre lycéens. Surprendre le lecteur, c’est le conquérir, et c’est chose faite dans Good Ending. S’il y a bien un truc que je déteste d’ailleurs c’est les coincidences dans ce genre d’histoires. Un exemple tout con : le héros se retrouve dans une position délicate parce qu’une autre haremette lui fait des avances. Cette situation compromettante est bien sûr découverte PILE AU BON MOMENT (parce que sinon c’est pas drôle, haha) par l’élue du héros. Franchement, ça ne vous saoule pas ce genre de ressort ? Je veux dire, c’était marrant en 2000 dans Love Hina, mais là ça va faire presque 15 ans. Heureusement pour le lecteur, ce type de situation se retrouve vraiment très rarement dans Good Ending.

ge-good-ending-2689761

Les personnages sont suffisament bien travaillés, surtout Yuki qui dégage un très bon charisme (c’est pour compenser avec le héros qui est trop gentil pour son propre bien.) Eri est un personnage très sympathique aussi, alors que j’ai beaucoup moins d’empathie pour Risa Onuma par exemple, qui se jette dans les bras du héros qui ne veut pas d’elle (alors qu’elle est plutôt pas mal une fois qu’elle a maigri.)

Comme vous vous en doutez à la vue des scans, quelque chose va se développer entre le héros et Yuki, et ça se déroule plutôt bien au bout d’une petite huitaine de tomes. Il y a même de jolis retournements de situations, et des év ènements assez inédits dans un manga. On est très loin de la comédie romantique qui est plus comédie que romance. Là c’est l’inverse.

ge-good-ending-2767729

Sans être le manga du siècle, c’est une excellente lecture pour les amateurs du genre. La série compte 16 tomes et nous en sommes pour le moment à la moitié en France. Les personnages ne se tournent pas autour 107 ans, il y a des situations plutôt inédites, l’auteur a fait preuve d’imagination (sauf à de rares moments) et on est au final devant une histoire de lycéens un poil plus mature qu’il n’y paraît. C’est en tous cas très agréable à suivre, et je dévore pour le moment chaque tome avec entrain, ce qui est plutôt bon signe pour une série.

Ah oui, et c’est disponible chez Kana, pour ceux qui chercheraient à l’acquérir !

ge-good-ending-2705551

Vous avez cru que j’allais vous parler des séries de cet hiver hein ? Raté. En général j’attends deux épisodes, voire trois, avant de parler d’une série, à moins qu’elle ne m’ait vraiment tapé dans l’oeil.

The Guided Fate Paradox fait partie des RPGs que je me fais sur PS3 depuis la fin de l’année. Il y a encore Time and Eternity qui m’attend (si seulement je pouvais vous le streamer, je me gênerais pas histoire que vous partagiez ma peine) et Ni no Kuni également. Disgaea D2 lui, m’a un peu saoulé. Même si le gameplay éait très correct pour un Disgaea, l’histoire elle était chiante à mourir (sans oublier qu’il est un peu court.) Et le boss de fin m’a fait hurler à la mort à tel point que j’ai ragequitté le jeu.

god-and-the-fate-revolution-paradox-the-guided-fate-paradox201302-22-13018-1361525343

Continue Reading

Au début je voulais titrer ce billet « Persona 4 Golden Time » mais en fait ça n’avait rien à voir et j’aurais dû faire un billet long comme mon bras tellement j’ai bien aimé Persona 4 Golden sur Vita. Mais ça malheureusement, ça fait partie des posts que je ne pourrai jamais faire tellement il y a de choses à rattraper en 2013.

Ca en fait des news à rattraper sur un an, mais depuis que j’ai mis Meido-Rando en hibernation, il s’en est passé des choses au pays de l’animation. Plusieurs saisons sont passées, et en France on a vu débarquer Crunchyroll et le réseau ADN. Tout a déjà été dit ailleurs sur ces deux services, mais moi je ne dirai qu’une chose : Simulcast à J+15. Voilà, passons à autre chose.

Bon en fait je vais détailler un peu. ADN est un réseau de diffusion d’animes en VOD, comme l’est Wakanim, ou Crunchyroll. Il succède à KZPlay, et propose le même catalogue (plus quelques autres trucs), mais surtout, un simulcast à J+15. C’est à dire que pour eux, la simultanéité est égale à quinze jours. Un décalage de quinze jours entre la diffusion au Japone t la disponibilité sur le net. En gros, tout l’intêret d’un simulcast, c’est à dire disposer de son épisode peu de temps après sa diffusion au Japon, c’est de pouvoir contrecarrer le fansub sauvage. Quel intêret d’aller télécharger du fansub quand on peut regarder son épisode en streaming gratuitement ou l’acheter contre quelques eurobrouzoufs ? Pratiquement aucun, mais là ADN nous la joue autruche et céde l’exclusivité du simulcast à… J-ONE, la nouvelle chaîne soeur de Game One qui est centrée sur le Japon. En gros les épisodes sont d’abord diffusés sur J-ONE (ou Jaune, si vous préferez.) puis sur ADN mais quinze jours plus tard.

Problème numéro un : J-ONE n’est disponible que sur certains bouquets (CanalSat et Numéricable si ma mémoire est bonne) et même pas encore sur l’ADSL. Ca veut aussi dire que la chaîne est finalement payante vu qu’il faut s’acquitter de l’abonnement au bouquet.

Problème numéro deux : La raison pour laquelle les épisodes sont diffusés d’abord à la télé, c’est officiellement parce que J-ONE est partenaire de ADN, mais de l’aveu même de ce dernier (entendu sur le Mangacast dédié à ADN) le réseau aurait pu se lancer sans J-ONE. En s’assurant l’exclusivité des épisodes, J-ONE s’assure d’avoir des télespectateurs. Le problème c’est que cette mentalité est totalement rétrograde et signée à coup sûr des japonais derrière Kaze (et donc ADN). Au Japon, c’est en effet le circuit qui est suivi habituellement : télé, puis éventuellement streaming et DVD/BR. Le problème est bien que cette vision des choses ne s’applique plus à l’occident. Aujourd’hui on a plus le temps de mater un épisode à 23h30 tous les mercredis parce qu’on a autre chose à faire, parce qu’on a une vie et qu’on a besoin de se coucher tôt. La VOD a vraiment révolutionné nos usages de consommation de la vidéo, où on matte quelque chose non pas quand on le veut, mais quand on le peut. Je leur souhaite pas forcément de se planter, mais presque. Presque.

Après cette introduction en forme de coup de gueule, passons à l’objet initial de ce billet : vous faire découvrir Golden Time.

gt1

Golden Time, ça commence par les premiers pas d’un type à priori lambda au sein de la vie universitaire. Exit les lycées et collèges, on a ici des protagonistes adultes ou presque, et ça fait du bien. Banri est donc un mec somme toute banal, qui se fait un pote le premier jour. Le pote en question, Yana, a cependant un souci : il est poursuivi par la très classe Koko Kaga. Fille d’un directeur d’hopital fortuné, mais aussi un peu collante, voire même très beaucoup. Un peu conne aussi, en fait, Banri va néanmoins s’intéresser à elle alors même que le pote essaye de sortir avec une autre fille et essaye à tout prix de repousser Koko (qui le poursuit à cause d’une promesse d’enfance). Parallèlement à ça, Banri va aussi rencontrer une sempai à l’université qui répond au doux nom de Linda, et rejoindre son club de festivals avec Koko.

Sans trop spoiler, il y a des interactions intéressantes entre les personnages qui n’est pas sans rappeler Toradora (n’ayons pas peur des mots.) et on en apprend plus sur leur passé au fur et à mesure des épisodes. C’est un peu la comédie romantique à basse calorie que j’attendais depuis un moment, loin des aventures lycéennes qui lassent.

gt3

Techniquement parlant, par contre, c’est… mitigé, pour rester poli. C’est du JC Staff, mais la qualité de l’animation est calibrée sur le minimum syndical. Pour ce genre de production c’est néanmoins acceptable, sauf quand on s’appelle KyoAni et qu’on prend un malin plaisir à rappeler au public qu’on nage dans une piscine de billets tous les jours. Après, la première chose qui m’a attiré sur cet anime, ça a été les couleurs vives utilisées. J’ai tendance à être plus réceptif à ça à cause de mes problèmes de vue plutôt qu’à des animes comme Honey & Clover qui ont des couleurs très pastels et où j’ai du mal à voir. C’est con parce que H&C est très bien, parait-il.

gt4

Certainement pas l’anime de la saison, Golden Time reste néanmoins fort plaisant à regarder pour qui en a marre des romances lycéennes et cherche quelque chose d’un peu plus adulte, même si on est loin des ténors du genre. Enfin pour le moment, mais qui sait, peut-être que la série va nous surprendre par la suite. Le manga a l’air plutôt bien avancé, et me donnerait presqu’envie de le regarder. Sauf que bon, j’ai un faible inavouable pour Yui Horie qui double Koko.

Ca et puis aussi le fait que c’est vraiment typiquement le genre d’histoire que j’affectionne. Pour une fois, les protagonistes ne tournent pas autour du pot, ils sortent ensemble, se font des câlins, vivent comme un vrai couple quoi. On est pas dans un schéma du « oh je l’aime mais je suis japonais donc je vais pas oser lui déclarer ma flamme avant l’épisode 25 ». Non, là y’a des situations sympa et à peu prés réalistes. C’est simple, Golden Time est très « WAFFy » : « Warm and Fuzzy Feeling », un sentiment chaud et doux. C’est vraiment ce que j’aimais écrire de l’époque de mes fanfics Evangelion, et j’aimerais bien écrire un truc dans ce genre après Blind Spot. Une comédie romantique, ça pourrait être sympa, j’ai juste pas encore le pitch, mais j’y pense, j’y pense.

gt2

Mention spéciale à l’opening qui te spoile l’intrigue, quand même.

Avec cet article je signe le retour en fanfare des billets sur Meido-Rando. Car oui, Blind Spot est finalisé, il ne reste plus qu’à mettre les dernières touches de correction et roulez jeunesse.

Je vais avoir pas mal de choses à expliquer avant de rentrer dans le vif du sujet…

screenshot_2013-11-26-22-41-05

Le background

Tout d’abord, pour les deux du fond qui viennent d’entrer parce qu’ils ont vu de la lumière, je rappelle que je suis malvoyant, que ça implique des tas de contraintes sur comment je choisis mes produits, et la façon dont je décide n’est probablement pas aussi rationelle que quelqu’un qui y voit bien. J’ai mes propres impératifs.

Ensuite, un peu de background en téléphonie : J’ai eu des téléphones nombreux et variés mais on va se concentrer sur la période smartphone. J’ai commencé avec un Nokia N95. Un petit bijou si ce n’est qu’il a merdé très, très vite. Une histoire de condensateur je crois. Ensuite, j’ai craqué sur l’iPhone 3G. J’avais déjà du matériel Apple que j’aimais bien, en particulier l’iPod donc j’étais très cofiant.

Passé les limitations de l’appareil, l’iPhone s’est révélé d’un agréable redoutable à l’emploi. C’est sûr, il n’y avait pas toutes les fioritures, toute l’ouverture que proposait Android sorti plus tard, mais l’iPhone faisait son taff simplement, et j’avais confiance en lui. Zéro plantages, zéro malwares, zéro virus. C’est une autre philosophie, en somme. Sur un appareil iOS on sent que chaque élément de l’interface est finement calibré pour que l’utilisateur n’ait finalement pas à lire de manuel. Aucune indication nulle part, on se surprend à réaliser des tâches du quotidien sans avoir besoin de paramètrer quoi que ce soit.

iOS, le système du téléphone, a aussi de nombreux aménagements pour les personnes handicapées, avec notamment un « mode nuit » déclenchable en triple-cliquant sur le bouton home. Un réflexe que j’avais pris depuis des lustres pour changer rapidement entre mode nuit ou pas nuit selon els applications. En vrai ça inverse les couleurs, et du coup pour regarder un film ou une image c’est assez moyen. Pour lire du texte par contre, c’était niquel chrome.

On peut ainsi reprocher plein de choses à Apple, mais jamais je n’ai vu des produits aussi bien conçus. C’est le genre d’appareils où on se surprend à découvrir des petites idées ici et là qui font mouche, comme le fait que quand on retire le casque l’appareil s’arrête de jouer de la musique dedans, ou bien les badges apparaissant sur les icônes des applis pour indiquer combien d’appels en absence, mails ou SMS on avait non lus. Aujourd’hui tous les constructeurs ont ça sur leurs téléphones, mais à la sortie de l’iPhone, c’était quand même une sacrée révolution.

Et puis un jour, Apple a changé ses écrans.

screenshot_2013-11-26-22-17-49

Et pas que Apple, hein.

Comme je ne change pas tous les jours de Mac je ne m’en suis aperçu qu’en prenant l’iPad 3 dans mes mains : j’avais mal aux yeux en lle fixant trop longtemps. L’effet était cent fois pire sur le Macbook Pro Retina que j’ai acheté (puis revendu) ensuite. Pareil pour l’iPhone 5 sorti la même année. Le problème est difficile à identifier, et je me suis pris la tête àe ssayer de nombreux écrans, avant de m’apercevoir que ça ne se cantonnait pas à Apple : j’ai testé plusieurs PC portables Samsung, MSI et aucun ne m’allait. J’avais une grosse fatigue visuelle même pas 5 minutes après les avoir utilisés. J’ai ^u m’y reprendre à deux fois avant de trouver un écran qui m’allait pour mon propre PC, alors imaginez mon désarroi : et si demain je ne pouvais plus utiliser d’ordinateur du tout alors que c’est ce qui compose à 400% ma vie ?

Je suis donc resté avec mon fidèle iPhone 4S. J’ai attendu l’iPhone 5S pour vérifier mais effectivement, la situation n’avait pas changé. Parallèlement, j’avais testé rapidement des Samsung Galaxy S2 et S3 sans vraiment être convaincu : leur écran me faisait mal aux yeux aussi. Et c’est là que je tombe sur le Nexus 4 d’une connaissance. L’écran était bien moins aggressif pour mes yeux.

Je me suis donc mis en tête de lâcher mon iPhone 4S pour un Nexus 5. Mais comme vous le savez, passer d’un écosystème à l’autre n’est pas aisé. On a nos applications, nos données, et pire : nos habitudes.

screenshot_2013-11-26-22-35-19

Cependant, je suis quelqu’un d’assez curieux, et j’aime beaucoup la nouveauté, varier les plaisirs, et découvrir de nouveaux systèmes. Je ne détestais pas Android. Pour moi il s’agissait d’un bon système avec des principes d’ouverture intéressants, mais ce n’était pas ce que je cherchais. Quand un fanatique d’Android m’insultait parce que j’avais un iPhone, je lui répondais « Oui, mais moi mon téléphone fonctionne tout simplement. »

C’est un peu, finalement, ce que pas mal de gens pressés reprochent aux smartphones : pour eux il s’agit avant tout d’un téléphone et il doit servir à téléphoner. C’est sa fonction principale. Le web, le mail, la messagerie instantanée, regarder des films, miner des Bitcoin, ça ils s’en tapent, ça les énerve même qu’il faille se créer un compte Google ou Apple avant de pouvoir utiliser le téléphone. On retrouve un peu de cette philosophie sur iOS : beaucoup de choses sont décidées pour nous sans moyen de les changer ou de les adapter à nos besoins, mais de ce fait, on se retrouve avec un système qui fonctionne, parce qu’il a été testé, retesté et offre peu de paramètres qui pourraient nuire à son fonctionnement normal. Un exemple tout con : la batterie, où n’importe quel iPhone explose très facilement un téléphone Android sur l’autonomie.

Et là je vous entends venir ! « Oui mais sur Android tu peux régler finement comment la batterie est utilisée par telle ou telle application… »

screenshot_2013-11-26-22-39-53

OK, mais ce n’est pas ce que je cherche. Je ne veux pas passer 10 000 ans à configurer mon téléphone. Je veux que ça marche, point. Je veux un téléphone qui fonctionne, qui se règle tout seul selon mes habitudes, ou dans une configuration générale qui conviendrait à la majorité des cas.

J’essaye juste de montrer que les fanboys Android sont gentils, mais que des fois, j’ai vraiment envie de leur prendre la tête et de l’écraser contre un mur de briques avec des morceaux de verre plantés dedans, parce qu’ils sont infoutus de comprendre que parfois, on a besoin d’un outil mais qu’on a pas envie de passer son temps à le bidouiller. Je suis sûr que ça serait génial d’acheter une voiture mais qu’il faille la bidouiller pour pas qu’elle consomme trop d’essence, ou pour éviter qu’elle tourne trop à gauche quand on donne un grand coup dans le volant.

De nouveaux horizons

Ces considérations philosophiques mises à part, il est temps pour moi de vous raconter mes premiers contacts avec le Nexus 5. Spoiler : je l’ai toujours après plusieurs semaines d’utilisation.

Le premier truc qui choque, c’est bien entendu la taille de l’écran, ainsi que la légereté de l’appareil. La taille de l’écran est un sujet qui fait débat : il y a les partisans du « plus c’est gros mieux c’est » et ceux qui pensent que « c’est pas la taille qui compte mais comment on s’en sert. » Oui je sais, c’est tendancieux. Mais l’une des raisons pour lesquelles Jobs n’avait pas voulu d’un écran énorme pour l’iPhone était qu’avec l’écran actuel, il pouvait facilement naviguer sur le téléphone à l’aide de son pouce, ce qui n’est pas possible avec un écran plus grand. Difficile de lui donner tort tant à l’utilisation, je me retrouve obligé d’user de mes deux mains pour manipuler le téléphone. On ne s’en rend pas compte au début mais quand on a une canne blanche dans l’autre main en permanence, c’est un peu relou.

screenshot_2013-11-26-22-40-11

L’autre truc qui choque, c’est l’autonomie et malheureusement pas en faveur du Nexus. J’aurais préféré un appareil plus lourd voir un poil plus épais mais une bien meilleure batterie. On en reparlera plus tard car c’est lié à la nature d’Android aussi.

Premiers pas avec le système donc, la configuration se fait simplement. Sauf que n’étant pas chez moi quand je l’ai reçu, je n’avais pas de Wifi, et le téléphone est passé par une MAJ obligatoire (en 3G) avant que je ne puisse l’utiliser. Un peu dommage que le téléphone ne soit pas utilisable « out of the box. » mais ça reste un détail.

D’un point de vue ergonomique, Android 4.4 fait les choses bien. Comme je n’ai pas connu Android avant je ne peux pas emettre de jugement sur l’évolution de l’OS, mais pour quelqu’un qui vient d’iOS, on retrouve ses petits facielent, c’est suffisament simple à prendre en main, mais pas des plus simples non plus. Les widgets par exemple, bien que fort pratiques, me semblent assez superflus pour le quidam moyen. En bref, il y a à mon avis une complexité globale à Android qui apparente trop l’appareil à un mini-ordinateur plus qu’à un téléphone, contrairement à l’iPhone. Pour un geek comme moi cela ne pose aucun problème, mais je me dis que des gens peu familiers avec la technologie doivent clairement se sentir perdus ou très éloignés de problématiques comme la place disponible sur l’appareil, la lutte contre les virus ou les malware, ou encore la gestion de la batterie. Encore une fois, nous y reviendrons.

screenshot_2013-11-26-22-40-41

Quand on est malvoyant

Le premier truc que j’ai fait a été de configurer l’appareil pour mes besoins. J’ai en effet besoin d’une interface sombre et d’un texte clair sinon ça m’aveugle. L’écran de préférences d’Android par exemple offre un contraste parfait pour moi. Contraste qui n’est pas réutilisé dans les autres apps malheureusement.

Cependant, on peut apprécier la force d’Android dans ces moments : le fait que les fonctions logicielles les plus basiques du téléphone soient remplaçables par d’autres applications est très appréciable. Il me fallait des applis sombres. J’ai pu par exemple remplacer :

  • La gestion de la téléphonie et des contacts par Rocket Dial, qui offre un mode nuit.
  • La gestion des SMS par GoSMS Pro. Un peu pénible à configurer mais une fois que c’est fait, ça reste simple à l’utilisation et très efficace.
  • Gestion des calendriers par Jorte. D’un visuel pas terrible, au moins ça marche.
  • La gestion de la messagerie instantanée par IM+ Pro. Cher pour ce que c’est mais gère plein de protocoles différents.
  • La lecture audio par PowerAMP.
  • Les mails par K-9 Mail. Ca marche bien, c’est propre, par contre la recherche sur le serveur de mail est carrément à la rue, mais y’a un plugin pour Dashclock.
  • Pour prendre des notes, y’a Notes Rapides dont on peut reconfigurer les couleurs facilement.
  • Pour naviguer sur le net sans se tuer les yeux. Firefox : Franchement, j’aime pas la façon de firefox de rendre les pages, mais au moins on peut utiliser des extensions contrairement à Chrome. Du coup je peux installer Stylizer. Mais je suis preneur pour un navigateur Webkit qui aurait un nightmode.
  • Pour Twitter, Plume est sobre, joli et a un mode nuit. Que demande le peuple ?
  • Pour Reddit, Reddit Sync : Un client Reddit qui a un night mode. Rien à redire 🙂

Je détaillerai mes autres applications plus tard. Notez que chaque appli que j’utilise ou presque possède un mode « nuit ».

screenshot_2013-11-26-22-42-06

Une appli qui sert du lot cependant, c’est Lux Auto Brightness : Existe en version lite (gratuite aussi), elle permet de modifier la luminosité de façon très précise selon le moment de la journée, la localisation, et de garder les préférences utilisateur. Ca m’a sauvé la vue plus d’une fois, et c’est tellement agréable et non intrusif qu’on y fait plus attention une fois en marche. Setup & Forget.

Au final, sur un iPhone, les seules choses auxquelles une appli n’a pas accès c’est le téléphone et les SMS. Tout le reste est entièrement changeable, quand on y regarde de plus près.

J’ai cherché pas mal d’applications proposant un « night mode » ou « dark theme », car je n’avais pas envie d’installer une ROM custom sur le téléphone encore si innocent. D’ailleurs en parlant de ça on ne peut même pas renommer son téléphone, ce qui est un très mauvais point pour moi qui renomme mes machines 🙂 (dernières victimes en date : Karen ma Xbox One et Myucel ma PS4.)

screenshot_2013-11-26-22-43-00

Quand on vient du monde iOS

Au début je pensais vraiment que j’allais en chier grave. Et au final, tout s’est passé comme dans un rêve, ou presque.
En suivant les recommendations d’amis et de Twitter, j’ai pu arriver à une migration complète :

  • Pour les applications tierces, en gros, j’ai trouvé mon bonheur sur Android, sauf Kickstarter qui n’a pas encore d’application dédiée.
  • Pour les livres je n’ai encore testé ni Kindle ni Google Play Books. J’ai par contre trouvé BakaReader EX, qui permet de lire facilement les light novels présents sur Baka Tsuki.
  • Pour la synchro de musique, j’utilise iTunes car c’est là qu’est ma bibliothèque musicale. iTunes, malgré tout le mal que beaucoup en pensent, se trouve être très bien pour gérer de grosses collections musicales. Entre ça et l’iTunes Store très bien fourni et pratique pour les achats (un clic et c’est dans ta bibliothèque iTunes.) la concurrence allait être rude. Dans un premier temps, j’ai installé TuneSync pour l’aspect synchronisation automatique. A minuit, l’app se déclenche et synchronise toute seule aec l’appli installée sur mon Mac Mini et rappatrie les musiques de ma playlist « Favoris » sur le Nexus. Ca, au moins c’est fait et c’est pratique.
  • screenshot_2013-11-26-22-24-21

  • Pour l’achat de musiques, je suis passé à Amazon MP3 qui propose un système similaire à l’app iTunes sur iOS : un vaste choix, même si le moteur de recherche est un peu bancal parfois, mais en un clic on a sa musique d’achetée et de téléchargée sur l’appareil en plus d’être dans le cloud. Google Music? Connais pas. « La chanson que vous recherchez n’est pas disponible dans votre pays. » OK.
  • Pour la lecture de musique, PowerAMP annoncé plus haut se rapproche le plus du comportement de l’app iOS de musique. En deux clics on joue une chanson de ses différentes playlists, ce qui est très appréciable. Il y a quelques subtilités à connaître (au début je changeais de playlist alors que je pensais juste passer d’une chanson à l’autre et je pigeais pas pourquoi.) mais globalement l’application est satisfaisante.
  • Pour les contacts et calendriers, j’ai installé SmoothSync for Calendar et la même pour les contacts, et ça synchronise bien votre téléphone Android avec vos infos sur iCloud. Ayant encore un iPad, je ne pouvais espérer mieux, vu que chaque modification que je fais sur l’un ou l’autre est répercuté sur l’autre appareil. Comme avant quoi 🙂
  • Pour les tâches, y’a tout simplement Tasks. Et c’est synchronisable avec iCloud.
  • Pour les podcasts, Apple propose une app très bien fignolée et pratique sur iOS, mais BeyondPod sur Android est absolument parfait et gomme même quelques carences de l’app d’Apple (mise à jour automatique, playlist dynamique des épisodes non lus, etc.)
  • screenshot_2013-11-26-22-23-33

  • Pour AirPlay, l’appli AirAudio est équivalente et permet d’envoyer même le flux système du téléphone, mais pour ça il faudra déverouiller le téléphone en activant l’accès root. (c’est trivial mais ça occasionne un reset complet des paramètres.)
  • Pour l’affichage en chiffres du niveau de la batterie, il y a le petit Battery Widget, simple et efficace.
  • Pour piloter une bibliothèque iTunes à distance, il y a un équivalent à Remote.
  • Pour l’application « Trouver mon iPhone » et tout ce qui à trait à la sécurité de votre terminal en cas de perte ou vol, il y a Cerberus qui permet de prendre une photo du voleur s’il se plante de code 3 fois, d’envoyer un SMS, ou de réagir à des SMS qu’on enverrait dessus (par exemple pour le wipe à distance.) Cette application nécesite les droits root.
  • Pour le répondeur visuel il faut voir avec votre opérateur. SFR propose une application Répondeur + qui a la même utilité que ce qui était en interne sur iPhone.
  • Pour la sauvegarde automatique iCloud de votre appareil, y’a la même chose sur Google mais c’est un poil trop discret et ça ne sauvegarde pas tout. Après il y a des solutions comme Titanium Backup. C’est assez difficile à mettre en oeuvre pour un utilisateur lambda, mais ça permet de sauvegarder ses apps et paramètres dans des packages individuels qu’on peut restaurer à l’envie, les garder sur GDrive ou Dropbox, etc.

screenshot_2013-11-26-22-18-05

Les autres applis migrées

Je vous passe les applis type Amazon, Steam, Shazam, SNCF Direct, Spotify, Skype, Paypal, Playstation, XBOX, Pages Jaunes, Gamekult, Ebay, Foursquare, Facebook, Priceminister, etc qui sont globalement les mêmes.

  • 1Password : Pas mal pour gérer ses mot de passe, mais la version Android ne fait que de la lecture pour le moment.
  • Comptes en banque : Les plus grandes banques ont leur appli Android, elle diffère très peu de leur équivalent iPhone.
  • AlloCiné : Je ne trouve pas l’app aussi stable que sur iPhone. On reviendra là-dessus après.
  • AndChat : Un client IRC qui remplace Colloquy sur iOS.
  • AndFTP : Pour récupérer des fichiers sur un FTP ou en envoyer.
  • screenshot_2013-11-26-22-18-35

  • bVNC : Des clients VNC y’en a plein, celui-là marche, c’est déjà pas mal.
  • Crunchyroll : Accès aux animes de Crunchyroll. Une application similaire existe pour Wakanim mais me paraît bien moins foutue…
  • Dropbox : Je regrette qu’il n’y ait pas de synchro possible entre un dossier sur le téléphone et la dropbox, mais le fait de pouvoir envoyer des fichiers c’est déjà pas mal. Dropbox s’inscrit également dans les « intents » d’Android. On verra ça aussi plus tard.
  • Gestionnaire de fichiers : Ca sert de temps en temps mais c’est vraiment rare.
  • Juice SSH : Un client SSH qu’il est bien.
  • KonaChan Anime Wallpaper : Une interface simple pour parcourir les booru à la recherche de belles images.
  • LINE : En tous points similaire à la version iOS.
  • MX Player : Lire des vidéos. VLC est dispo aussi.
  • XBMC remote : Pour ceux qui ont un XBMC à gérer.
  • Pocket : Envoyer une page web à Pocket permet de la lire plus tard sur un écran plus confortable. Une tablette ou un ordi par exemple.
  • screenshot_2013-11-26-22-18-49

  • Radionomy : Pour écouter Tsumugi par exemple. A noter que l’appli Android a l’air beaucoup plus stable que sur iOS.
  • SSHDroid : Parce que sur un appareil à base d’Unix, un serveur SSH ça peut toujours servir.
  • Swift Keyboard : Assez indispensable. On dirait pas au début mais on s’habitue super vite à ce clavier qui prédit vos mots. Pour paraphraser un ami sur Twitter : « Au bout d’un moment c’est limite si il écrit pas nos phrases à notre place ! » En fait, au fur et à emsure que l’on tape, il nous propose trois suggestions, il suffit de taper sur la bonne à chaque fois. C’est instinctif et très rapide.
  • Tapatalk : Parce qu’il n’y a rien de mieux pour parcourir les forums. Et en plus ça vous envoie des notifs quand on répond à vos topics.
  • Couteau Suisse : Pas mal de petits outils à la con style convertisseur d’unités, règle, boussole…
  • Tasker : C’est assez difficile à expliquer. Disons que Tasker permet de créer des scénarios et d’effectuer des tâches précises selon des contextes. Quelques exemples : quand j’arrive au boulot (localisation), ça désactive le Wifi. Quand il est entre 08h00 et 12h00, quand je suis au boulot, passer le téléphone en silencieux. Le téléphone sort de son silence tout seul si l’une des conditions (lieu et heure) n’est plus rempli. Quand il est entre 00h00 et 08h00, que je suis chez moi et que je branche le téléphone sur secteur, passer en luminosité très basse, garder l’écran allumé et afficher l’heure en gros via l’application Timely. Il y a de nombreuses options de contexte : lieu, date, application, capteur, état, ça permet vraiment de programmer son téléphone simplement. Les exemples sur le net sont nombreux, y’a une bonne communauté. Un dernier exemple pour la route : envoyer un SMS à votre copain/copine quand vous avez moins de 5% de batterie restante pour le/la prévenir que vous ne pourrez répondre aux appels.
  • Timely : Remplace efficacement l’appli horloge/réveil d’Android avec des alarmes programmables selon le jour de la semaine, fondu entrant pour le volume, etc.
  • screenshot_2013-11-26-22-21-54

  • Tiny Tiny RSS : La solution idéale à Google Reader. Y’a besoin d’un serveur TTRSS mais ça tombe bien, je vous en propose un sur Nanami ! Il suffit de me demander gentiment un compte. 🙂
  • ZEDGE : En fait je cherchais des sonneries l’autre fois (pour appels ou messages entrants), et cette appli en a beaucoup à télécharger, rangées par thème, popularité… C’est payé par la pub qu’on se tape dans l’appli, donc c’est pas si mal si vous cherchez des petits sons pour votre téléphone.

screenshot_2013-11-26-22-22-32

Ce que j’ai pas aimé sur Android

Passons aux trucs qui fâchent. Android va en prendre pour son grade.

  • Impossible de trouver un stand / dock / réveil potable. Les rares proposés sont mal foutus, en plus. L’avantage de l’iPhone c’est son écosystème d’accesoires très riche qui fait qu’on trouve forcément chaussure à son pied.
  • De la même façon, impossible de mettre la main sur des écouteurs intra-auriculaires sur lesquels on peut à la fois régler le volume et où il y a un microphone/bouton pour prendre les appels. Les EarPods d’Apple sont ma référence pour le côté pratique et malheureusement le changement de volume sonore n’est pas pris en compte… Par contre, la prise d’appels, l’utilisation du double-click pour avancer ou triple-click pour revenir à la chanson précédente fonctionnent.
  • Sur Android 4.4 de base, il n’y a pas d’option « couleurs inversées » comme sur iOS dans les options d’accessibilité. Cela me permettait pour n’importe quel appli d’avoir un mode nuit en appuyant 3 fois de suite sur le bouton home de l’iPhone. Un système similaire existe sur Samsung, mais c’est normal : ils ne savent que copier ce que fait Apple. (ça, c’est fait.)
  • La batterie se vide en un clin d’oeil. Je n’ai pas l’impression que cela soit propre au Nexus 5 même si ce dernier a une batterie faiblarde pour commencer, mais bon sang, l’utilisateur ne devrait pas avoir à faire la police parmi les applications qu’il installe pour voir quelles sont celles qui consomment le plus de batterie et pourquoi. iOS arrive parfaitement à faire des économies de batterie à tous les niveaux sans que l’utilisateur n’ait rien à faire. On va nous dire que oui mais ils contrôlent l’OS et le matériel. Et le Nexus 5 c’est quoi, c’est du poulet?
  • screenshot_2013-11-26-22-22-40

  • La prise micro USB sur le Nexus 5 est un peu pénible à brancher. J’ai jamais eu de prise lightning mais les prises dock, ça rentrait comme papa dans maman.
  • Le haut-parleur du Nexus 5 est une merde sans nom comparé à l’iPhone 4S (vieux de 2 ans !)
  • L’instabilité du système en général. En un mois j’ai rebooté plus de fois mon nexus que mon iPhone 4S en ses 2 ans de vie. C’est pas vriament des plantages qui font chier (ça c’est la faute des applis) mais parfois des petites choses qui énervent. Exemple tout récent de cet aprés-midi : à un moment, je n’avais plus de clavier. Juste les suggestions de Swiftkey s’affichaient en bas de l’écran, mais pas de clavier. Je réactive le clavier de base d’Android mais celui-ci n’est jamais réapparu. Il a fallu que je fasse un reset du téléphone. Ces désagréments n’arrivent pas tous les jours, mais font cruellement penser à Windows sur un PC. Le seul moyen de résoudre certains problèmes est de rebooter le téléphone, et ce genre de problèmes ne devrait jamais arriver. Autre exemple : l’autre fois je me suis retrouvé bloqué sur l’écran de réception d’un appel. Une fois l’appel terminé, le téléphone n’a jamais voulu quitter cet écran. C’est très difficile à quantifier et les bugs sont pour la plupart non reproductibles, mais il est assez rare de tomber sur des problèmes d’utilisation comme ceux-ci sur un téléphone Apple.
  • L’aspect des applications est d’une inconsistance qui fait peur. La faute sans doute à des SDK qui ont changé entre temps, mais globalement, il n’est pas rare de tomber sur des applications qui affichent leurs boîtes de dialogue d’une façon et d’autres d’une autre façon. C’est pas SI grave, mais ça donne quand même un cachet bizarre à l’expérience utilisateur, ce qu’on ne remarque pas sur iOS où même la transition de iOS6 à 7 s’est faite sans aucune différence pour l’utilisateur (hormis graphique, mais au moins toutes les anciennes apps utilsaient le nouveau thème graphique)
  • screenshot_2013-11-26-22-23-00

  • Pas de Siri. On a beau rigoler mais ça marche quand même très bien quand on a son téléphone dans sa poche et juste à lui dire « Joue mes chansons favorites » ou « Envoie un message à Shikaze : Je t’emmerde, deux points parenthèse fermée. » Ca marche bien, et zéro configuration à faire, en Français en plus !
  • Le sens des priorités. La nature libre d’Android fait que les applications peuvent parfois monopoliser la sortie audio, mais ce n’est parfois pas forcément l’appli qu’on veut. Par exemple là j’écoute de la musique sur Spotify, je suis content. Je la coupe parce que j’ai besoin de suivre une conversation à côté de moi, et quand je la reprends, Spotify s’est barré et ça me relance la lecture de ma playlist de PowerAmp. Notez que l’inverse peut se produire aussi, oud es fois sans qu’on sache trop pourquoi ça sera BeyondPod (les podcasts) qui se liront.
  • Il y a trop de choses à configurer. On se retrouve dans ce que je décrivais au début de cet article : le syndrôme PC. Trop de choix tue le choix, en somme. Avant qu’on ne m’étiquette comme un sale dictateur et un tueur liberticide, je vous arrête tout de suite : ce n’est pas forcément une tare, mais il faut bien le dire : la masse d’options dans certaines applications est vertigineuse. C’est la culture Android qui veut ça plus que le système en lui-même, mais on aurait apprécié un système de paramètres unifiés comme il y a sur iOS : chaque application peut s’ajouter à l’app Paramètres pour qu’on configure ses applis depuis cet écran uniquement. Deux philosphies différentes, quoi.
  • Les malwares et doublons sur le Store. Alors soyons clairs : je ne me suis pas encore fait prendre au piège par ce genre de trucs. J’ai par ailleurs trouvé le store bien foutu, mais pour une appli ou deux, j’ai remarqué des « doublons » dans le store. Des applis qui s’appelaient presque pareil, même icône et tout, sauf qu’une fois téléchargé, on peut avoir des surprises… C’est assez emmerdant, parce qu’à la limite moi ça va, je gère et j’ai l’oeil vif (ho ho) mais il y a pas mal de gens lambda qui peuvent facilement tomber dans le panneau et véroler leur téléphone. Comme quoi, les limitations et le contrôle d’Apple sur leur écosystème, c’est pas si mal des fois. Sur l’App Store on peut installer ce qu’on veut, on a la certitude absolue que ça ne nuira pas (à part à notre santé mentale.)
  • Google Play avec ces whatmille chansons que je peux pas acheter. Heureusement qu’il y a Amazon MP3.
  • Globalement, j’ai parfois du mal à faire confiance à l’appareil et l’OS pour certaines choses que je considère critique. Android et ses apps sont complexes, et avec une complexité vient une incertitude sur la manière de comment ça fonctionne. J’ai l’impression que sur Android c’est acceptable d’avoir des ralentissements, des plantages d’appli, ou bien de devoir rebooter son téléphone, alors que c’est normalement inacceptable sur un appareil qui doit être manipulé par des utilisateurs finaux. Bref, des appels ratés, des SMS qui partent pas, des mails qui s’envoient pas, c’est con mais sur iOS j’avais pas ce genre de conneries qui m’arrivait. Rarement sur Android certes, mais suffisament pour faire un peu chier et laisser planer « le doute ».

screenshot_2013-11-26-22-43-28

Ce que j’ai aimé

Là je sens les fans d’Android glousser : ils vont se dire « mais il débarque ou quoi ? »… Ben oui, je débarque.

  • Les notifications. Le fait que tout s’affiche tout en haut dans la barre d’état sous forme d’icônes, et pouvoir tout afficher en faisant glisser pour déplier le tout est super bien foutu et agréable comme pas deux. Ca serait vraiment LE truc qui me ferait regretter de lâcher mon Android.
  • Les widgets. C’est plus un gadget qu’autre chose mais ceux pour afficher les SMS en absence, le lecteur musical ou le nombre de tweets et mentions non lues servent bien. Il y en a d’autres plus ou moins utiles, mais globalement l’idée est séduisante, il faut juste avoir l’esprit pratique.
  • L’écran de vérouillage configurable : Pas indispensable mais toujours sympathique.
  • Les « intents ». En gros une application une fois installée enregistre dans le système la liste des protocoles ou des extensions de fichier qu’elle prend en charge. Par exemple VLC enregistrera tous les formats vidéos. Firefox les protocoles http://, les fichiers .html, etc. Mettons que j’instalel un nouveau lecteur vidéo comme MX Player. Android va me demander la prochaine fois que je voudrai ouvrir une vidéo depuis n’importe quelle appli avec laquelle je préfère l’ouvrir, et je peux choisir « Juste cette fois » ou « Toujours ». C’est brillant, et ça marche nickel.
  • La possibilité d’avoir plusieurs sources d’information pour les contacts, calendriers et tâches. Ca permet d’installer de quoi synchroniser avec iCloud facilement en plus de Google.
  • La finition du système. Mis à part, Android 4.4 est très réussi. Si on se cantonne à n’utiliser que les apps Google c’est très fluide et sympa à l’usage. On sent que le système a fait beaucoup de progrès depuis ses débuts, pour arriver au niveau d’un iOS, même si iOS 7 a quand même relevé un peu la barre en termes d’ergonomie.
  • L’accès au système de fichiers. Pas parce que brancher le téléphone le transforme en clé USB géante, mais plutôt parce qu’on peut du coup accéder aux fichiers d’une autre appli assez aisément. C’est assez agréable sans être indispensable (j’ai très bien vécu sans pendant des années.)
  • Le multi-tâches est rapide et aisé. iOS 7 néanmoins rattrapé un peu son retard depuis, mais Android reste supérieur sur ce point.
  • Le bouton Retour en bas à gauche. Mine de rien, on prend l’habitude de l’utiliser pour revenir à la page ou fenêtre précédente. C’est pas idiot et ça reste généralisé à tout le système donc on y prend goût.

screenshot_2013-11-26-22-41-21

Conclusion

Alors, ce Nexus 5 et Android, bien ou bien ? Comme je le disais, j’ai passé plus d’une semaine à tout configurer au poil, mais maintenant je suis bien, ou presque. J’ai pas mal de regrets comme vous pouvez le voir, mais au final j’en tire des avantages pas si négligeables. Par contre c’est clair et net que mis à part pour le prix je ne recommenderais pas un Android à mes parents. Votre famille est peut-être plus douée avec la technoogie que la mienne, mais un iPhone ça reste avant tout un téléphone agréable à utiliser à tout moment, et surtout pas une fois qu’on a tout configuré. Non, l’iPhone on le déballe et ça marche. C’est le gros reproche que je ferai à Android, au final.

Je regrette vraiment l’autonomie de mon iPhone et ne pas pouvoir régler le volume. Et Siri aussi. Ca a l’air con mais c’est toujours des petites choses comme ça qui manquent et qui nous font quand même penser que c’étati mieux avant (alors qu’il y a d’autres avantages à côté.)

Je cherche toujours également une appli pouvant streamer des vidéos depuis un PC vers Android. C’est pas primordial vu que j’ai mon iPad, mais un jour la question va se poser quand je ne pourrai plus utiliser mon fidèle iPad 2 (genre, quand il sera cassé.) J’utilise sur iOS Air Video qui se présente comme un mini serveur sous Windows ou MacOS et d’une application cliente sur iOS. On se connecte au serveur qui propose les vidéos dispos sur son ordi. Elles sont converties à la volée et streamées ensuite vers l’appareil, et tout ça fort simplement, ce qui n’est pas désagréable du tout. J’ai essayé Emit mais c’était pas vraiment très concluant…

En bref, Android c’est bien. Toujours pas aussi fignolé qu’iOS et ses applis, mais c’est bien quand même. Un mix des edux systèmes serait vraiment, vraiment parfait.

2013-08-27_00013

FF14 est sorti il y a a peu près 3 semaines (si on compte l’accès anticipé offert aux précommandes) et j’ai déjà englouti 80 heures de ma vie dans le jeu. Alros que j’avais trouvé la beta terne et sans grand intêret, cela ‘mavait à l’époque donné envie de me remettre à World of Warcraft quelques temps. Sauf que mon rapide passage sur WoW m’a fait réalisé que oui, le MMO de Blizzard accuse son âge, et que finalement, FF14 n’était pas si mal que ça, surtout après s’être documenté sur les fonctionnalités du jeu…

Un rapide historique avant d’aller plus loin : sur moi d’abord. J’ai roulé ma bosse sur pas mal de jeux en ligne, j’ai passé plus de 1500 heures sur Eve Online, qui reste pour moi le meilleur MMORPG toutes catégories confondues. L’ivresse du PVP sauvage, de la grandeur de l’univers et surtout de l’implication des joueurs dans l’économie et la géopolitique du jeu en faisait une sorte de seconde vie. Malgré toutes ses qualités, Eve bouffait trop de temps, il fallait être à la retraite ou au chomage pour avoir le temps de s’investir dans le jeu. Je ne regrette néanmoins rien. Je suis passé par World of Warcraft avec des amis et bien que l’expérience fut plus soft, elle fut aussi très sympathique grâce au monde fouillé et à l’alchimie Blizzard : leurs jeux sont tellement bien pensés, fignolés et travaillés qu’ils sont aggréables à jouer. En fin de compte Blizzard c’est un peu le Apple du jeu vidéo : sans vraiment réinventer la roue, leurs productions sont maitrisées de bout en bout. J’ai également passé un nombre conséquent d’heures sur Guild Wars, tatônné Aion, Tera, Global Agenda et City of Heroes, mais je n’y suis jamais resté bien longtemps.

2013-08-26_00017

Maintenant, passons sur le rapide historique des MMO Final Fantasy. Car il y a bien eu FF11, auquel je n’ai jamais tenté de jouer pour je ne sais trop quelle raison (probablement la masse incroyable d’extensions). Il est juste sorti au mauvais moment pour moi, et je ne me suis jamais penché dessus. Pourtant, un peu comme Eve, j’aimais à suivre ce qu’il s’y passait sans forcément toucher au jeu.

FF14 a sa sortie initiale il y a 3 ans a déclenché les foudres de ses abonnés et des testeurs : le jeu était mauvais. Profondément mauvais. Lag dans l’usage des menus, mécaniques de gameplay étranges… Un ratage sur presque toute la ligne, qui a conduit Square Enix à agir de façon courageuse : ils ont tout simplement fermé FF14 v1.0 en promettant d’écouter la communauté et de revenir plus tard avec une copie revue. Et ils l’ont fait : 3 ans plus tard sort Final Fantasy 14 : A Realm Reborn, une V2.0 du jeu, redévelopépe depuis zéro. Remise à jour du moteur, ergonomie et gameplay refignolés en écoutant les joueurs et en faisant amende honorable. Les joueurs de la V1 se retrouvent avec des cadeaux, comme un abonnement mensuel revu à la baisse, des serveurs rien qu’à eux et leurs anciens personnages qui sont toujours là.

2013-09-10_00001

Tiens, un Itsukushimu

Et le jeu dans tout ça?

FF14 est un MMO lourdement axé PVE, ou Player vs Environment. En gros, le PVP, joueur contre joueur, est pour le moment inexistant. On nous promet l’arrivée des arènes, de champs de batailles et autres tournois très vite, mais pour le moment, le jeu est sorti sans, probablement afin que les gens se familiarisent avec et montent leur personnage. Il n’empêche que cette absence ne sera pas au goût de tous dans un premier temps.

FF14 s’adresse plus à ceux qui recherchent une aventure multijoueurs pleine de magie propre à l’univers de Final Fantasy.

2013-09-09_00002

Le silence des Amo

Premières impressions

La première chose qui frappe quand on arrive dans le jeu, c’est avant tout sa finition. L’interface est propre et épurée tout en ayant sa propre identité. Le joueur est pris en main comme il faut par des mini-tutoriaux clairs quoi qu’un peu nombreux au tout début. On sent qu’on est sur un jeu fini et qui n’est pas encore en phase de béta-test à sa sortie : toutes les fonctionnalités prévues ou presque sont disponibles, le jeu est entièrement traduit en français (et a même des doublages dont on peut choisir la langue, japonais, français, anglais, etc.) Il n’y a pas à chercher trop loin : le fait que le jeu sorte aussi sur PS3 fait qu’il doit obéir à certaines règles pour être accessible. Et accessible, FF14 l’est à 100%. Ce niveau de finition est rarement égalé à la sortie d’un MMO, il n’y avait guère que World of Warcraft ou Guild Wars 1 et 2 qui y soient parvenus (et dans une certaine mesure, Star Wars The Old Republic)

2013-09-09_00001

Les décors peuvent être très classe. Souvent en fait.

La seconde chose qui frappe, ce sont les graphismes. Colorés, détaillés, quoi qu’un petit manque de polygones se fasse ressentir parfois. Cependant, comme dans beaucoup de jeux techniquement moins avancés, la direction artistique rattrape le tout très aisément. Encore une fois, des jeux comme WoW, TF2, ou Portal qui techniquement ne brillent pas, bénéficient en revanche d’un très bon goût graphique qui chasse ces défauts. Il n’empêche que cela nous offre ici des décors somptueux, dont l’éclairage change au cours de la journée.

L’ambiance en elle-même est ce que l’on est en droit d’attendre d’un FF : personnages attachants, chara-design magique, effets pyrotechniques qui n’en font pas trop (à la manière d’un Guild Wars 2) et surtout musique enchanteresse. Loin d’être des musiques d’ambiance à la WoW, on retrouve ici des petites mélodies qu’on fredonne sans s’en rendre compte durant nos voyages, sans compter les petits remixes de musiques déjà connues de l’univers FF comme la fanfare à chaque montée de niveau.

2013-09-04_00002

2013-09-08_00003

Votre personnage

L’histoire commence par la création d’un personnage. L’outil est hyper paramétrable mais il manque d’un petit poil de folie. Plusieurs voix sont même disponibles, même si votre personnage est muet (les voix ne servent que pour les emotes, cris, pleurs et autres.)

On peut choisir sa race parmi plusieurs très typées : humains, grands elfes, catgirls (meow), et lutins, sa date de naissance, qui a priori n’a aucune incidence, et la divinité que l’on vénère. Cette divinité changera nos affinités avec les éléments, mais tout comme la race, les bonus/malus sont trop insignifiants pour changer quoi que ce soit : vous choisirez donc principalement ces détails selon le look que vous souhaiterez avoir. Dans un sens ce n’est pas si mal.

2013-09-07_00006

Puis vient la classe : elle déterminera votre classe de départ bien évidemment, mais également votre lieu de départ. Il y a Ul’dah la cité au milieu du désert, Limsa Lominsa la cité méditéranéenne, et Gridania, le pays des arbres et de la nature.

Les classes sont variées : elles sont réparties en disciples de la guerre (gladiateur, pugiliste, archer, lancer, maraudeur) et disciples de la magie (élémentaliste, occultiste et arcaniste).

2013-09-07_00003

Le mec s’appelle Ricard et on le trouve dans un bar paumé au beau milieu du désert.

Vient ensuite le choix du serveur : les français sont éparpillés un peu partout, mais sont en majorité sur Moogle, même si des guildes comme CanardPC se trouvent sur Cerberus. J’espère pouvoir aller sur Moogle quand les transferts seront possibles, sans trop y croire. Nous verrons bien. Chaque serveur peut acceuillir 7500 à 8000 joueurs. Ca a l’air peu comme ça mais c’est déjà pas si mal.

L’histoire commence alors : peu importe la classe que l’on a choisie, c’est la même chose. On est transportés jusqu’à notre ville de départ par bateau ou chariot en tant qu’aventurier cherchant la gloire ou la fortune ou le pouvoir (ou les trois!). Les toutes premières quêtes visent à faire visiter la ville et à en connaître tous ses recoins. Elles permettent également de gagner quelques niveaux facilement tout en se familiarisant avec les contrôles du jeu. Il y a des quêtes de base, pas forcément hyper intéressantes mais qui ont le mérite d’être rapides à faire, et des quêtes d’histoire, qui prennent plus de temps et qui sont ponctuées de séquences cinématiques très stylées. Il y a également des quêtes de classe, disponibles tous les cinq niveaux, qui permettent d’apprendre certaines compétences ou d’obtenir de l’équipement particulier.

2013-09-08_00007

Il y a même des gros pervers.

2013-09-07_00001

En classe !

Car FF14 est avant tout un jeu de classes. Outre les classes citées précédemment il existe des classes avancées, les « jobs » comme paladin, mage blanc, mage noir, invocateur, barde, moine ou encore dragoon, qu’on obtient en combinant une classe niveau 30 et une classe niveau 15 (il y a 50 niveaux.) Car on peut multi classer ses personnages, c’est même la base du jeu : grâce à un système de tenue inspiré de FFX-2, prendre un arc en main vous fera archer, tout comme attraper une scie vous transformera en menuisier.

Le changement de classe ne peut se faire en plein combat, mais il vous permettra tout de même de vous adapter à différentes situation. Tous les équipements sont placés dans un inventaire séparé, l’Arsenal, chaque élément de votre « tenue » ayant une trentaine de slots. Cela est pratique car on peut ainsi facilement conserver des équipements bas niveau qu’on pourra réutiliser avec d’autres classes.

2013-09-05_00001

L’autre point important est qu’on a un certain nombre d’emplacement de « talents ». Les talents sont en fait certaines capacités d’une classe qu’on peut coller sur une autre classe. Par exemple, le sort « Bouclier » ou « Soin » de ma classe d’élémentaliste peuvent ainsi être utilisées quand je suis en archère. Cela est donc intéressant de monter plusieurs classes pour avoir un tas de compétences au choix !

Et le craft dans tout ça?

2013-09-03_00003

Mais non.

Une petite parenthèse sur la fabrication d’objets.

Le craft s’active comme si on changeait de classe : menuisier, botaniste, tanneur, alchimiste, orfèvreur, mineur, forgeron, ils ont chacun leurs « armes » et leurs équipements. On connait déjà toutes les recettes de craft, mais il faut les matériaux pour chaque objet que l’on veut produire. Encore plus fourbe : tous les objets du jeu existent en deux versions, une normale et une HQ (Haute Qualité). La version HQ s’obtient au petit bonheur la chance et augmente sensiblement la probabilité de créer un autre objet HQ. La création d’objet n’est cependant pas automatique comme dans un WoW ou autre. On ne s’assied pas dans un coin en appuyant sur « Tout fabriquer » et on va prendre un café. Non non non!

2013-09-03_00004

Quand on commence à crafter un objet, on a quatre jauges : solidité, état, fabrication et qualité. L’item est construit lorsque la fabrication arrive à 100%. On a le choix entre faire la fabrication, qui prend plusieurs « coups » ou utiliser un » coup » pour augmenter la qualité. Chaque coup consomme une partie de la jauge de solidité. Quand celle-ci tombe à 0, les ressources de craft sont cassées, et on a pas d’item, il faut recommencer et on a perdu les ressources… Sachant que l’état peut parfois varier entre normal, bon, excellent ou mauvais, il sera plus judicieux d’augmenter la qualité au moment où l’état passe à « excellent », et d’augmenter la fabrication quand ça passera à normal de nouveau. Si la qualité est suffisament augmentée, non seulement on gagne beaucoup plus d’XP mais on a un pourcentage d’obtenir un objet HQ. Qui se vend bien sur le marché, vous vous en doutez.

La création d’item est donc assez stratégique et pas anodine. On peut effectuer une « synthèse rapide » qui équivaut aux bouton « tout fabriquer » d’autres MMOs mais on ne gagne qu’une fraction de l’XP, ce n’est donc pas si avantageux que ça.

2013-08-28_00001

Teri passion Bucheron

Le problème c’est que ça rend le craft un peu répétitif, mais les quêtes associées sont amusantes. Ainsi en tant que tanneur on va nous demander de créer des bottes, mais elles n’auront au final pas la qualité demandée au client et il faudra aller s’excuser platement auprès de celui-ci…

Pour récupérer des objets, on les a soit sur les monstres, soit directement sur le terrain. Quand on tombe sur un arbre ou un caré de végétation en tant que botaniste, on peut y récupérer 4 ou 5 ressources avant que ça ne soit épuisé, mais on doit choisir lesquelles : sur cet arbre, vais-je prendre des plumes, des branches, des rondins, de la sève, etc ? Il faut faire des choix, mais fort heureusement le repop des arbres et autres ressources se fait assez vite.

2013-08-27_00006

Et bien sûr, créer certains objets vous demanderont des composants que seules d’autres classes pourront vous offrir… En somme, c’est réellement un « jeu dans le jeu » et créer un véritable chef d’oeuvre d’objet vous demandera un peu de « skill », alors qu’il ne suffit dans les autres jeux, que d’avoir les bons matériaux et d’appuyer sur un simple bouton. C’est un peu comme la différence entre le craft dans WoW et le craft dans Eve Online, sauf que ce n’est pas aussi complexe que ce dernier.

A cela, on ajoutera la disponibilité d’un servant, qui s’occupe de vendre ou d’acheter des objets au meilleur prix pour vous, et ce en votre absence.

2013-08-26_00019

Le bon vieux système de quête…

FF14 utilise le bon vieux système du PNJ -> quête -> récompense lontemps décrié par les développeurs de Guild Wars 2. Bien que louable, et novateur, el système de GW2 n’est pas sans défauts. Pour moi les deux se valent : là où dans GW2 on se baladait dans une zone en faisant les quêtes au moment où elles apparaissaient, dans FF14, on prend son temps et on fait ses quêtes. Quêtes qui sont divisées en plusieurs genres, et qui rapportent de l’XP.

  • Il y a les quêtes standard, du genre va tuer 5 écureuils, on en trouve un petit nombre par zone (une dizaine). Bien que peu passionantes, elles ont le mérite d’être rapides à faire.
  • Il y a les quêtes d’histoire qui font progresser l’histoire du jeu, à grand coup de séquence cinématiques avec le moteur du jeu. Cellesci sont bien foutues et intéressantess.
  • Il y a les quêtes de classe, qui permettent d’apprendre de nouvelles compétences ou de récupérer des équipements dédiés. Elles sont dispos tous les cinq niveaux.
  • Il y a les quêtes de mandat qui sont des quêtes répétables. On obtient en effet une autorisation totues les 8 heures, c’est cumulable (j’en ai genre 45 là) et chaque mandat consomme une autorisation. Il existe des mandats d’artisanat, de récolte, mais aussi de mercenariat bien entendu.
  • Il y a les opérations de guilde : il s’agit de mini-instances dans lesquelles ont est transportés avec un groupe de 3 avanturiers. En général, en 10-15 minutes c’est plié.
  • Il y a les donjons, similaires à ce qu’on trouve partout ailleurs. En petite équipe, on y trouve des coffres, des monstres, des boss à buter, et pas seulement en les martelant de coups. Il y a un minimum de stratégie quoi.
  • Les ALEAs ou FATE en anglais : il s’agit de monstres apairaissant aléatoirement sur la carte. Similaire aux quêtes publiques de Warhammer Online ou de Guild Wars 2.
  • Et enfin, il y a le bestiaire : une sorte de liste de monstres à tuer dans différentes zones, et quand on les a tous tués, on obtient une grosse récompense d’XP. Complèter le bestiaire d’une classe est donc un bon moyen de progresser.

2013-09-10_00004

Il n’y a guère que les quêtes qui rapportent de l’or (les gils). Les monstrent n’en donnent pas, ou alors il faut se lancer dans le craft intensif. Et ça ça peut prendre du temps. Ca devient même un problème au bout d’un moment où il ne reste plus que les quêtes répétables et les instances pour récupérer de la thune, car il faut payer les réparations de ses objets aussi!

Comme vous pouvez le voir il y a de quoi faire, et le jeu ne fait que commencer…

2013-09-09_00005

On peut avoir sa propre meido!

Les petites choses qui font la différence.

On trouve toujours quelque chose à faire, et il y a des zones à explorer. Petites comparées à la concurrence, mais infiniment plus détaillées. La petitesse des zones a un autre avantage : on y croise toujours quelqu’un. On a pas l’impression d’évoluer dans une zone unique avec deux arbres qui se battent en duel et où on ne voit personne car one st tous éparpillés. Sans que les gens ne se marchent dessus, on croise parfois les mêmes noms et visages et ça renforce le sentiment d’appartenir à la communauté d’un serveur.

L’interface est extrèmement personnalisable : on peut tout réagencer comme dans le premier Guild Wars ou dans un WoW avec ses add-ons, et le fait que le jeu puisse être entièrement piloté au pad est louable (surtout que l’interface est très bien pensée.)

2013-09-08_00005

Pour la communication, outre les canaux généraux, de guilde ou de groupe, on peut créer ses propres canaux comme dans Eve Online et y inviter les gens que l’on souhaite. Cela peut être le canal publique d’une guilde, ou bien un groupement d’amis.

Il y a déjà une application iOS et Android ainsi qu’une base de données complète doublée d’un site communautaire sur le web de tout ce qu’offre le jeu.

C’est l’univers Final Fantasy : on se retrouve en terrain connu pour certains sorts, certaines divinités et objets. Eorzea, le monde du jeu a bien entendu sa propre histoire et ses propres légendes, et on sent bien que tout comme un Guild Wars ou un WoW ou encore un Eve, ces backgrounds ont été pensés, travaillés, et cela rend le monde bien plus vivant et intéressant que ce que d’autres MMOs peuvent nous proposer.

2013-09-08_00004

C’est trop long cet article, je veux un TL;DR !

Qu’est-ce que j’ai pensé de FF14 ?

Pour l’instant, le jeu est hyper plaisant. Beau, enchanteur, attirant, et surtout plaisant à jouer : pour un MMO qui vient de sortir, il est incroyablement exempt de bugs ou de systèmes ne fonctionnant pas. On a pas l’impression de jouer à une beta mais bien à un jeu complet. Encore une fois, seuls WoW, GW ou SWTOR ont réussi le pari de sortir sans bugs ni fonctionnalités manquantes. Et ça fait vraiment plaisir surtout vu le prix du jeu : 25€, et l’abonnement de 30 jours est offert. Car oui, le jeu est à abonnement, et il est de 11€/mois ce qui le place quand même en dessous de WoW.

Personellement, après avoir testé de nombreux jeux F2P, j’admets que la qualité de ceux-ci est vraiment risible face à ce qu’un MMO payant peut nous offrir. Sans compter que la barrière du payant filtre pas mal d’idiots (même s’il en subsiste). Pour le moemnt je n’ai rencontré que des gens sympa dans le jeu.

2013-09-08_00001

L’abonnement est certes un gros moins, qui plus est qui ne pousse pas à reprendre le jeu de temps en temps comme on peut faire avec Guild Wars (on hésitera ainsi à se replonger dans le jeu car il faudra sortir le porte-monnaie…), mais si ça peut permettre d’avoir un jeu plus propre, avec du contenu régulier et de qualité (il y a déjà un event global, deux semaines seulement après la sortie du jeu!) à un prix raisonnable, alors on tient probablement le bon bout avec ce FF14.

Il s’agit en tous cas d’un retour en force avec une V1 ratée sur tous les plans. Le jeu a tellement plus que les serveurs étaient surchargés, et on sent dans la volonté des développeurs qu’ils veulent faire au mieux même s’ils ne sont pas aidés par la bureaucracie de Square Enix. La gestion de son compte, avec ses trouzemille clés, est peu intuitive et parfois même carrément gênante. Heureusement, une fois dans le jeu, on ne pense plus à tout ça.

L’absence de PVP posrera un problème à ceux qui ne peuvent pas saquer le PVE, mais celui de FFXIV a déjà pas mal à offrir, suffisament pour que n’importe quel amateur de JRPG s’y retrouve et s’amuse dans ce monde plein de vie où tout a été pensé pour rendre l’expérience la plus agréable possible.

FF14 c’est un peu comme une couverture chauffante hyper confortable dont on adore s’enrouler pour siroter un chocolat chaud au coin du feu.

2013-09-07_00004

Sakura-sou no pet na kanojo (la fille-animal domestique du dortoir Sakura) ne commençait pas bien fort dans mon estime. Déjà je n’aimais pas trop l’aspect graphique de la série et son chara design. Et puis bon, une énième série harem ? J’allais demander si on avait encore vraiment besoin de ça, mais au Japon, personne ne semble s’en lasser.

trio

La série, adaptée de light novels (surprenant) sortis en 2010, nous narre l’histoire de Sorata, un type qui étudie dans une école d’art. Sauf qu’il se fait virer de son dortoir parce qu’il y a hébergé un chat (il adore les chats, c’est un type bien.) et n’a pas d’autre choix que de crècher au dortoir Hinata Sakura. Le problème, c’est que le dortoir Sakura héberge tous les élèves à problèmes de l’école. Pas dans le sens voyous et loubards, mais plutôt… avec quelques soucis comportementaux. Notre héros une fois sur place se fait régulièrement agresser par sa semapi Misaki, qui a elle toute seule arrive à faire de l’animation de qualité (ou presque). Il y a aussi Jin, le tombeur qui veut devenir scénariste, Ryunosuke le hikkikomori informaticien dont la présence se manifeste par un répondeur automatique rigolo du nom de Maid-chan qu’il a lui-même programmé, et Mashiro, qui n’est autre que la cousine de la prof chargée de surveiller le dortoir.

Et c’est là que les ennuis commencent pour Sorata. Car Sorata est un type assez normal, à part qu’il aime beaucoup les chats, mais il sent que vivre à Sakura-sou va le brider et souhaite s’en aller au plus vite, quitte à faire adopter les chats dont il a la charge. Mais Chihiro, la prof, va lui coller sur le dos sa cousine Mashiro. Mashiro n’est pas comme tout le monde. C’est ce qu’on pourrait appeler un boulet.

mashiro

Mashiro ne sait rien faire seule. Elle ne sait pas s’habiller, mettre ses chaussures, se laver, cuisiner, prendre soin d’elle… Elle parle doucement, et est un peu difficile à appréhender… Sauf que Mashiro est une artiste de génie, qui vient d’être transférée à l’école d’art dont dépend le dortoir Sakura. Et elle bosse sur un manga. Sorata va donc devoir s’occuper d’elle comme on s’occupe d’un gosse (et encore, un gosse a plus de jugeotte qu’elle) en plus de sa propre voie qu’il va devoir trouver dans cette école d’art.

fightingvipers

Si la série ressemble à un harem a première vue, on se rend très vite compte qu’on a faux sur toute la ligne. Sakura-sou no pet na kanojo se montre plus comme une chouette petite comédie romantique sans couples particuliers. La partie comédie est assurée par Mashiro et Misaki en grande partie, qui forment un contraste tellement abusé qu’il en devient drôle (Mashiro est toute calme, tandis que Misaki est une boule d’énergie perpetuelle.) Sorata est aussi copain avec une fille de l’école, Nanami, qui souhaite devenir doubleuse. Et en plus elle a une ponytail, que demande le peuple ? Ayako Kawasumi ? Pas pour Nanami, mais elle double una utre personnage de la série ! La partie romance, elle est servie par des personnages a peu près normaux qui ne se sautent pas dessus à longueur de journée.

De plus, là où la série brille où on ne l’attendait pas, c’est sur les idées qu’elle véhicule. Loin de mettre en avant son fan service, la série se veut légère et prône le dépassement de soi pour accomplir ses rêves et ses objectifs. Cela se fera parfois dans la douleur, mais les personnages evoluent bien et une romance se met doucement en place. C’est réellement une bonne surprise, avec une animation très correcte et une réalisation qui tient la route.

mashiroroom

Au final je recommande très sincèrement Sakura-sou à quiconque apprécie les comédies romantiques légères. C’est frais, plein de vie et avec des personnages attachants et pas lourds du tout (on aurait pu craindre le pire avec Misaki) L’avenir nous dira si la série se tient au même niveau jusqu’à la fin mais pour le moment c’est chouette. Mashiro est choupi, Nanami est marrante, Jin a toujours la réplique qui tue, et Misaki sait mettre de l’ambiance. La surprise insoupçonnée de cette saison de rentrée 2012.

nanami

Prochainement, un article sur Girls und Panzer, et Robotics;Notes quand la série sera finie. Ah et aussi, n’oubliez pas le quartier libre qui va débuter dimanche soir !

Ah et autre chose.

Les évènements se bousculent et 2013 risque d’être une année importante pour moi. J’annoncerai ça prochainement, dés que cela sera possible. Mais je vous livre deux indices : ça a un rapport avec mon voyage au Japon en Mai 2013, et avec l’une des captures d’écran de cet article, mais sauras-tu trouver laquelle, et surtout ce qu’il va se passer ?

En cette saison d’automne, Kyoto Animation (que plus rien n’arrête) nous gratifie d’une enième adaptation de light novel, cette fois en douze épisodes. Chuunibyou Demo Koi ga Shitai!, qu’on peut traduire sommairement par « Elle se fait des films mais j’ai envie de l’aimer » sera abrégé en Chu2Koi pour toute la durée de cet article, son petit nom sur le net, afin de m’éviter d’écorcher son véritable nom trop souvent.

Si vous vous demandiez quoi regarder cette saison, je voulais tout d’abord vous parler de Robotics;Notes, mais étant donné la relative platitude de l’intrigue pour le moment, je préfére en savoir plus avant de vous en parler. De la même façon, j’aimerais bien vous parler de Sakurasou no pet na kanojo, mais ça va attendre que je puisse dire autre chose que « lol ils savent toujours pas dessiner des choux ces japonais. »

bibleblack

Soudainement, Bible Black.

Chu2koi nous narre donc l’histoire de Yuta, nouveau lycéen de son état. Et le lycée c’est classe, car ça permet de repartir du bon pied après un passage au collège douloureux. Le passé de Yuta n’a pas été douloureux, à vrai dire, mais plutôt embarrassant. Il rappellera peut-être de (bons) souvenirs à certains, mais je n’ai pas été le premier, ni le dernier je pense, à me faire des films de ouf dans ma tête quand j’avais cet âge, à me prendre pour un agent secret ou un être supérieur doté de pouvoirs spéciaux. Bien sûr, ce n’était pas au même point que yuta qui s’est aliéné de ses camarades de classe, mais soyons honnête, on a tous eu cette petite période fantaisiste où l’on prenait ses fantasmes pour des réalités.

rikka2

Rikka en goth loli. Ca lui va bien en plus.
Yuta était comme ça. Il se prenait pour le Dark Flame Master. Mais maintenant c’est fini. Il a du mal à jeter ses vieux accessoires de cosplay, mais bon… Le vrai problème, c’est que sa voisine du dessus va descendre en rappel et passer par son balcon. Et aussi le surprendre à refaire une petite réplique du Dark Flame Master. Elle est dans sa classe, il est grillé, ou tout du moins c’est ce qu’il croit… Il se trouve qu’en fait, Rikka est profondément attardée. Elle croit dur comme fer qu’il EST le Dark Flame Master, et qu’elle est là pour lutter contre le mal à l’aide de son Wicked Eye. Un oeil maléfique qu’elle dissimule avec un cache-oeil alors qu’elle n’est pas du tout blessée. Faut dire que les cache-oeil s’est devenu moe avec Another l’an dernier, alors qu’en fait c’était Rei Ayanami qui avait inventé ce fétiche quinze ans auparavant.

cheeleader

Joli Zettai Ryouiki
Bref, Yuta est dans la mouise. Il veut faire table rase de son passé, mais Rikka va l’en empêcher. Elle est tellement à fond dans son trip qu’on est presqu’obligé de la croire. A vrai dire, je m’attendais vraiment à ce qu’elle possède effectivement des pouvoirs spéciaux, mais non, rien de tout ça. Par contre, là où personelle ne l’attendait au tournant, c’est que bien que les personnages n’aient aucun pouvoir, ça n’empêche pas Kyoto Animation de se la pêter avec son budget d’animation pahraonique pour faire « comme si » avec des scènes de combat furieuses et imaginaires entre les personnages. A mi-chemin entre l’imaginaire et la réalité, voilà où se place Chu2koi.

baston

battle

Il faut le voir pour le croire. Ca rend mieux animé.
Lorsque j’ai vu le premier épisode, je ne savais honnêtement pas trop qu’en penser. Avec son opening complètement epileptique (sérieusement, faites gaffe, ça peut provoquer des crises, c’est pour ça qu’il a été un peu changé en cours de route, à partir du quatrième épisode) et sa réalisation impeccable sous tous rapports, Chu2koi m’a laissé de marbre au départ, pour ensuite se révèler fort plaisant et divertissant. Je ne pense pas que ça devienne bien sérieux, mais suivre les aventures de Yuta, Rikka et des autres personnages souffrant des mêmes maux qui vont les rejoindre est devenu ce que j’attends le plus chaque semaine, même si Robotics;Notes me plaît bien aussi.

Le pire c’est que Rikka n’est même pas chiante, et l’anime se permet même de glisser des références old school bien senties, comme Rikka qui tapote le konami code sur un distributeur ou sa « servant » qui récite l’incation du Dragon Slave en foutant un ventilateur près d’elle pour faire bouger ses cheuveux et sa jupe… Et si vous ne savez pas ce qu’est un Dragon Slave, allez vite réparer ça. Vite.

emo

KyoAni qui fait de la Emo Facial Distorsion. Plus rien n’est sacré.
Bref, une bonne petite série bien plaisante à suivre, où on sent que les animateurs se sont fait plaisir pour les passages imaginés par les personnages. Reste que je me demande où ça va aller, à part en harem classique, bien sûr.

Et mention spéciale à la prof qui piège Rikka en beauté dans l’épisode 3.

rikka

Ca ca m’a fait penser à Black Rock Shooter, je sais pas pourquoi.

Au printemps dernier débutait la diffusion de Hyouka, un anime tiré de light novels (surpriiiise) et réalisé par Kyoto Animation. Inutile de présenter le studio, sauf pour les deux du fond qui dorment : Full Metal Panic Fumoffu et The Second Raid, Air, Haruhi, Lucky Star, K-on, Nichijou, Clannad, Kanon 2006, ce sont eux. Et impossible de le nier, ils font un sacré boulot sur l’animation. Chacune de leurs productions transpire l’attention du détail, que cela soit avec les personnages principaux ou même les animations en fond là où de nombreux studios font des plans fixes de personnages qui parlent dans une salle de classe par exemple. En bref, si vous voulez en prendre plein les mirettes, il suffit de regarder un de leurs animes.

hyouka2

Hyouka, c’est l’histoire de Houtarou Oreki, un lycéen somme toute normal, mais qui tente de se faire remarquer le moins possible en économisant son energie. Un flemmard quoi. Sa soeur qui voyage partout va lui envoyer une lettre pour lui demander de rejoindre le club de littérature classique qui va disparaître. Sans trop y croire, il accepte et va jeter un coup d’oeil. Et c’est là qu’il va rencontrer la pétillante Eru Chitanda, qui veut ressuciter le club de littérature. Pourquoi ? Vous le saurez bien assez tôt. Houtarou va être rejoint par Mayaka et Satoshi, et à eux quatre, ils vont désormais représenter le club de littérature classique. Eru va en outre découvrir le talent caché de Houtarou pour résoudre des mystères en tous genres, ce qui va lui permettre de nourrir sa curiosité.

Car Eru est une fille à la curiosité féline. Sa phrase fétiche, c’est « KININARIMASU ! » (en majuscules, c’est important) qu’on peut traduire par « Je ne peux pas m’empêcher d’y penser ! ». Elle lâche ça en général quand un mystère l’intrigue, avec de grands yeux illuminés. Une attaque à laquelle Houtarou, pourtant assez calme et posé, aura du mal à résister.

hyouka5

Comme on est dans un anime tiré d’un light novel, tout va se dérouler par arcs, avec des réalisations plus ou moins heureuses. J’entends par là que Hyouka a un contenu assez inégal. Certains arcs sont chiantissimes, et seuls un ou deux valent vraiment le coup (celui de la fête du lycée par exemple, très sympathique avec ses multiples intrigues. Celui du film était aussi pas si mauvais.) On se dit bien souvent « tout ça pour ça » mais c’est en oubliant un petit peu vite que l’on est en présence de lycéens qui vivent une vie somme toute normale. Dans Hyouka il n’y a pas de pouvoirs surnaturels en place, de grands méchants, de gros robots ou d’extra-terrestres. C’est cette normalité qu’on oublie un peu trop souvent qui fait que Hyouka est comme il est. Ca et le rythme assez chelou des différents arcs, ça n’aide pas vraiment à apprécier cette série de 22 épisodes.

hyouka1

Pourtant, quelque chose m’a poussé chaque semaine à regarder mon épisode de Hyouka. La réalisation tout d’abord, sacrément bien foutue qui fait que chaque épisode est un régal pour la rétine, et puis il y a ces personnages principaux comme secondaires, qui donnent envie de les voir s’animer. Je note d’ailleurs que si beaucoup reprochaient à Mio Akiyama de K-On d’être un moe blob sur pattes, je ne trouve personne pour en dire de même de Eru, qui pourtant à mes yeux est encore pire sur Mio sur ce point.

Dans un sens, ce focus sur les énigmes et mystéres que nos personnages rencontrent me fait un peu penser à l’un des mangas crées dans Bakuman. Au final, je pense surtout que ce ne sont pas la qualité et la profondeur des mystères qui sont si importants, mais plutôt la façon dont les personnages arrivent à leurs conclusions. En effet, dans pas mal de cas tout au long de la série, chaque personnage a une théorie sur ce qui a bien pu se passer pour telle ou telle énigme, et les autres personnages vont tenter de démonter sa théorie, ou bien l’affronter directement avec leur propre explication. On se croriait presque dans une affaire de Phoenix Wright.

hyouka3

Pour apprécier Hyouka, il faut juste prendre la série comme elle vient. Elle n’a rien d’un chef d’oeuvre de réflexion qui va vous faire creuser les méninges et il n’y a pas cent mille interprétations possibles. On reste dans le domaine de l’humainement réalisable. En général chaque arc se conclut avec toutes les intrigues résolues, ce qui est satisfaisant, certes, mais ne laisse pas beaucoup de place aux fans pour discuter, et donc faire vivre une série. Son but n’est pas non plus là me direz-vous, et c’est justement sur ça qu’il faut s’attarder : Hyouka n’est PAS un blockbuster. Hyouka est une série tranquille, sans grande envergure, avec des petits mystères sympathiques et des personnages somme toute attachants, mais en aucan cas Hyouka ne va chercher à vous émouvoir, ou à vous faire réfléchir. Parfois vous arriverez d’ailleurs aux mêmes conclusions que Houtarou sur certaines questions, et en fait je dirais même que c’est presqu’une bonne chose. Plutôt que de chercher le rebondissement poussif et capilotracté d’un Phoenix Wright, Hyouka est parfois prévisible, et ce n’est pas plus mal.

hyouka4

Parfois on a juste envie d’en prendre plein les yeux avec un divertissement simple qui ne nous force néanmoins pas à éteindre notre cerveau comme un K-On. Au final, beaucoup en attendaient trop de Hyouka, c’est tout.

…Bon, OK. Eru est quand même sacrément moe. Surtout avec une ponytail. Mais vous me connaissez bien maintenant.

Si vous voulez savoir ce qui a mangé mon âme après Diablo 3, hé bien il s’agit de Guild Wars 2.

boss

Un gros boss de zone

J’attendais le jeu avec impatience, ayant été un des premiers joueurs du premier opus. Je n’étais pas resté si longtemps que ça, mais j’étais revenu chaque fois pour chaque extension. Guild Wars avait cette aura qui le rendait unique. Un monde certes assez lambda, mais un style bien à lui, magnifique et varié, des mécaniques de jeu novatrice, et surtout, sans abonnement. On achète le jeu et hop c’est parti.

ArenaNet, les développeurs, ont su partir d’un pied nouveau pour Guild Wars 2 et ont fourni un jeu qui se rapproche un peu plus d’un MMO que son ancêtre. En bien ou en mal? Voyons voir ça.

shop

On sait aussi s’amuser dans le monde de GW2

La première chose à laquelle on est confrontés, c’est la création de personnage. GW2 se démarque déjà avec un petit questionnaire à choix multiples que l’on doit remplir pour déterminer la quête personnelle de son personnage. C’est la seule chose de vraiment novatrice, puisqu’on aura comme d’habitude à choisir race, classe, sexe, et look. Le choix de la race est purement esthétique et ne procure aucun bonus/malus selon la classe choisie après. Un peu dommage en soi, cela aurait néanmoins empêché des classes d’être viables avec telle ou telle race, et aurait donc potentiellement déséquilibré le tout. Le choix de la classe est déjà un peu plus surprenant car on y trouvera pas de moine. ArenaNet a fait le choix de se passer de la sainte trinité tank/healer/DPS et c’est plutôt rafraichissant. Chaque classe a en effet des capacités permettant de soigner, de tanker ou de faire des dégâts. Enfin, pour en revenir à la quête personnelle, sachez que ces choix n’auront que très peu d‘impact au final sur votre personnage : les choix modifient les quêtes de départs et a peu près jusqu’au niveau 30. passé ce niveau, vous aurez le choix entre 3 ordres à rejoindre, qui définiront les quêtes suivantes de votre histoire personelle, pour finir sur des quêtes communes peu importe vos choix. Bien sûr il sera parfois possible de choisir un angle d’attaque, comme par exemple détruire un convoi ennemi ou s’infiltrer dans leur base, ce qui ajoute un peu de variété, mais par exemple, ayant pris le choix d’avoir une soeur perdue dans mon hsitoire au début, une fois que je l’ai retrouvée, je n’ai plus jamais entendu parler d’elle. Le concept d’histoire personnelle est chouette, mais l’exécution est trop timide. De la même façon, selon comment on répond à certains NPCs, on fait monter sa jauge de charme, dignité ou brutalité, et ce au détriment des deux autres. Or, ces choix n’ont que peu d’influence, voir pas du tout (ou alors elle n’est pas évidente du tout.)

Mais un MMO n’est pas un jeu à histoire personnelle, ou bien je jouerais à Star Wars The Old Republic.

On sent que les développeurs ont tenté de tout faire pour vous simplifier tout ce qui était autrefois pénible. Les hubs de quêtes vous énervent ? C’est fini ça ! Vous trouviez la fabrication d’items pénible ? Fini tout ça aussi !

raton

Oui, on peut avoir un raton laveur en pet. Voilà pourquoi il ne blogue plus.

La killer feature de GW2, c’est son absence de quêtes comme on les connaissait avant : vous passez près d’une ferme, et une quête arrive dans un coin de l’écran sans que vous ne demandiez rien à personne. Vous voyez un bref texte qui vous explique que le fermier a besoin qu’on lui arrose ses plantes, qu’on le débarrasse de vers envahissants et qu’on promène ses vaches. Des actions très différentes qui augmenteront toutes une jauge une fois réalisée. Il n’y a donc pas qu’une seule façon de faire une quête, ce qui offre une grande variété à l’expérience PVE. De plus, plus il y a de joueurs qui participent, plus cela avance vite. Dés que la jauge est pleine, vous gagnez l’XP et l’or tant mérité. Vous pouvez alors aller revoir le fermier pour lui acheter des objets avec du « karma » (le karma est une monnaie permettant d’acheter des items spéciaux de certains NPCs). Ces « cœurs » tels que symbolisés sur la carte sont légion dans le monde de Guild Wars 2. Vous trouverez également des sites à explorer, ainsi que des « panoramas », endroits qui déclenchent une brève cinématique faisant le tour d’un paysage. Les développeurs se font chier à faire de jolis décors alors pourquoi pas vous récompenser si vous les regardez ? Chouette initiative qui favorise l’exploration, en tous cas.

Ces simili quêtes sont entrecoupées d’évènements dynamiques qui apparaissent de temps en temps : protéger un convoi, repousser une attaque de bandits, vaincre un mini boss… Les évènements ne manquent pas, et s’enchaînent même. Après avoir repoussé une attaque, vous voudrez peut-être attaquer à votre tour un camp de bandits, ce qui énervera leur chef, qui viendra tenter de vous botter les fesses. Ce ne sont que des exemples et les évènements dynamiques offrent une réelle bouffée d’air frais dans un monde autrement très statique. Le problème étant que plus on monte dans les niveaux, plus on rencontre d’évènements buggués qui ne commencent ou se terminent pas… Un peu frustré, on passe à autre chose, en espérant qu’il sera débloqué plus tard…

kyonko

Echec épique…

Ces quêtes posent un autre problème qu’on n’aperçoit pas au début : on s’allie avec les autres joueurs naturellement, mais il n’y a aucune communication nécessaire. Les gens se regroupent, tapent du monstre et font leur quête, mais les joueurs ne se parlent pas ou très peu. Cela ne favorise pas vraiment l’immersion et pour peu que l’on soit vraiment timide, on ne va pas tenter d’aller vers les autres… mais pour quoi faire au juste ? A part pour les zones de très haut niveau, je n’ai jamais eu besoin de l’aide d’autres joueurs pour faire les quêtes normales. Seuls les évènements demandent d’être à plusieurs, mais le fait que n’importe qui puisse rejoindre à tout moment la bataille sans autre forme de communication est grisant, mais finalement pas très social. J’ai souvenir de quelques rencontres sympathiques sur World of Warcraft ou Eve Online, parce que les joueurs étaient obligés de se parler pour avancer, pour faire certains endroits chauds ou des quêtes spéciales. Ici, les seuls moments où on est forcés de « grouper » sont les donjons, sortes d’instances. C’est assez regrettable et ne favorise pas vraiment le RP. Il y a soit-disant des serveurs centrés sur le roleplay, mais je me demande bien comment ils font… J’ai, comme je le disais, presque réussi à progresser seul jusqu’au niveau 75 : Avec un personnage à distance, le jeu m’a paru pour le moins assez facile. Pas assez difficile en tous cas pour nécessiter qu’un autre joueur vienne m’aider, sauf sur une quête personnelle récemment. C’est un peu comme participer à un DDOS avec des types de 4chan. Ce sont vos potes, vous êtes ensemble pour une même quête mais personne ne se connaît. Et j’ai du mal à voir comment on pourrait tout simplement « rencontrer » des gens dans ce jeu. A part dans les donjons.

buisson

Peu importe le MMO il y aura toujours des joueurs plein d’humour.

Le seul moyen de jouer en groupe efficacement, c’est via le système de guildes. Ici, chaque action qu’un membre fait ajoute des points d’influence qui permettent d’améliorer la guilde :a voir un coffre de guilde plus grand, des marchands d’arme et d’armure qui pourront vous mettre le blason de votre guilde dessus, ainsi que des bannières offrant des buffs temporaires et variés à vos membres de guilde. C’est plutôt sympa, et on sent que ça va pouvoir donner des choses intéressantes, quand on pourra acheter un hall de guilde par exemple pour se retrouver.

gun

Akimbo!

La progression des niveaux justement est très rapide. Trop diront certains mais il ne faut pas oublier que GW1 n’avait que 20 niveaux, et que l’aventure ne commençait réellement qu’au niveau maximum. Dans GW2 malheureusement, l’aventure PVE en est déjà aux trois quarts quand vous atteindrez le niveau 80 : mais cela n’est pas très important, puisque revenir dans une ancienne zone vous rabaisser au niveau de la dite zone. Cela permet de grouper aisément avec ses amis moins avancés et est une alternative au système de maître/disciple qu’on trouvait dans City of Heroes par exemple. Chaque niveau vous donnera un point d’aptitude à dépenser dans une catégorie qui augmente deux stats. Tous les 5 points dans une catégorie, une amélioration passive se débloque et ce jusqu’à 30 points (on a 70 points d’aptitude, ça commence au niveau 11). Plutôt efficace, ça permet de varier les builds, on regrettera juste un peu qu’il faille dépenser des pièces pour réinitialiser le tout, ce qui peut coûter bonbon. On gagne également des points de compétences qui permettent d’avoir justement de nouvelles compétences…

Et les compétences parlons-en ! C’était le fer de lance de GW1 et ça a été un peu complètement jeté par la fenêtre dans le 2 : vos compétences sont déterminées par le type d’arme que vous portez : une épée plus bouclier ou deux épées, ce n’est pas les mêmes compétences qui vont être disponibles. Vous pourrez en général passer d’un équipement à l’autre en plein combat. A cela s’ajoute une compétence utilitaire, et trois compétences de classe, ainsi qu’une élite. Cela fait peu quand on compare ça aux trouzaines de compétences de chaque classe de GW1 qui donnaient vraiment la possibilité de créer des personnages uniques. Seulement voilà, même en prenant en compte le dynamisme des combats, le fait qu’il faille énormément jouer sur le positionnement, sur le fait qu’on puisse créer des combos avec ses alliés (créez un mur de feu devant vous, votre pote archer décochera des flèches de feu, par exemple !), faire des esquives et tout ça, on a quand même ce petit arrière goût de simplicité alors qu’on aurait aimé personnaliser un peu plus notre façon de jouer.

groupe

Un groupe prêt pour l’aventure!

Heureusement il y a plein de choses à faire dans Guild Wars 2, et aussi du craft, autrement dit de la fabrication d’items. Ce procédé rendu très chiant dans les autres MMORPG auxquels j’ai eu à faire est rendu plus amusant par la découverte de recettes : il suffit de sélectionner un ingrédient, et on voit immédiatement avec quels ingrédients on peut le mélanger, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de possibilités, et on peut alors tenter de faire une recette. Les ingrédients incompatibles sont grisés, ce qui permet de voir très rapidement quand on peut faire une nouvelle recette. Le craft offre pas mal d’XP, et on peut aussi acheter assez facilement ce qu’il vous manque. Plutôt qu’un hôtel des ventes classique avec système d’enchères, le jeu laisse la possibilité de vendre aux plus offrant, ou de vendre à un prix que l’on fixe. De la même façon, quand on achète, on poste une annonce au prix que l’on souhaite, ou bien on achète au prix le plus bas. L’économie est très active, mais encore jeune, il y a donc pas mal d’erreurs et de disparités qui se combleront avec le temps.

A noter que le jeu a aussi un store qui utilise du réel argent, et vend principalement des boosts ou des objets cosmétiques, ainsi que des emplacements de personnages, de sac d’inventaire ou de banque supplémentaires. L’euro s’échange contre des gemmes, mais on peut aussi convertir ses pièces d’or en gemmes, et inversement (mais pas gemmes en euros !). C’est plutôt une bonne chose. Quelqu’un qui joue bien peut économiser pour se payer ce genre de choses.

decor2

Ce que l’on voit parfois comme « panorama » quand on les active.

craftLa malbouffe est partout.

Pour le PVP, il y a deux possibilités pour ceux qui aiment se mettre sur la gueule : le PVP structuré et le World vs World vs World. Le PVP structuré prend place dans des arênes, où vous rejoignez une équipe au pif ou bien pré-faite. De 5 ou 8 joueurs, il s’agit de s’affronter pour prendre possession de points de contrôle, un peu comme dans un Dominion à League of Legends, ou un jeu de King of the Hill. La première équipe arrivée à 500 gagne la partie. On y gagne de l’honneur qui permet de changer d’armure et d’armes, amis seulement de façon cosmétique ! Les armes et les armures ont les mêmes caractéristiques, et tout le monde à accès à des runes qui modifient tout ça. Runes gratuites bien entendu pour mettre tout le monde sur le même pied d’égalité. La différence entre deux personnages se fera donc au niveau de comment vous jouez et de votre choix de compétences, car tout le monde est monté au niveau 80 dés le début ! C’est très agréable et nerveux, et on se surprend à marquer quelques points même si on est pas très doué pour ça d’habitude.

L’autre aspect PVP du jeu, c’est le WvWvW. On dit World car en fait on s’affronte par serveurs interposés. Le serveur que vous avez choisi en créant votre premier personnage, pour être plus précis. Ce serveur jouera contre deux autres serveurs pendant une ou deux semaines pour le contrôle d’un vaste territoire avec beaucoup de forts, de campements et autres objectifs à capturer. Ce savoureux mélange de PVE et de PVP à grande échelle reprend un peu le concept du jeu solo, dans le sens où il y a de multiples façons de participer : que ça soit prendre des forts, faire des défenses héroïques, escorter des cargaisons de ravitaillement (qui permettent de fortifier les forts, construire des défenses…), prendre d’assaut des petits campements, aider des NPCs pour qu’ils se joignent à vous… Il y a énormément de possibilités que vous soyez en petit groupe ou faisant partie d’un « bus » (un gros groupe de joueurs en mouvement). Il faut suivre ce qu’il se passe, communiquer, frapper là où l’ennemi ne s’y attend pas, et ce sur quatre cartes différentes qui forment un grand territoire à conquérir. Il y a 3 serveurs qui se battent, ce qui assure un certain équilibre, car si un serveur devient trop fort, les deux autres peuvent s’allier pour le faire plier. Si les parties en WvWvW sont jouissives et rapportent moult récompenses : XP et karma tombent comme la neige à Noël et ile st tout à fait possible de faire l’impasse sur le PVE pour se concentrer sur le WvWvW afin de monter son personnage. Tout ça est bien idyllique, on aurait presque le mode de jeu en ligne ultime, si seulement on pouvait s’y connecter ! Le temps d’attente moyen pour se connecter à un champ de bataille est de 3 à 4 heures. Ouais, vous ne rêvez pas. En plus le système est terriblement mal foutu car on ne peut s’inscrire qu’à un seul des quatre champs de bataille à la fois, et on ne voit pas sa position dans la file d’attente. Il y a donc encore de sérieuses lacunes à combler, et il faut être très courageux pour oser faire du WvWvW.

bus

On contemple un bus qui passe. Surtout ne pas se faire repérer.

Qu’on se comprenne bien : j’attendais Guild Wars 2 avec une impatience non dissimulée. Je ne regrette pas et j’ai même passé des journées de mes vacances dessus. C’est un excellent jeu plein de bonnes idées qui nous rappelle que ArenaNet est un développeur avec un grand D (qui s’associe malheureusement au support calamiteux de NCSoft, allez comprendre), mais voilà, il a souffert d’erreurs de jeunesse qui ont été rapidement corrigées : le Comptoir (l’hôtel des ventes) inopérant, le système d’authentification des comptes qui se vautre, les zones pleines qui t’obligent à aller sur des serveurs de dépassement (quand une zone est trop pleine de joueurs, vous êtes déplacés sur un serveur de dépassement quand vous arrivez) sans qu’on puisse se rejoindre entre personnages d’un même groupe… D’autres problèmes plus généraux restent irrésolus à l’heure actuelle : le WvWvW inatteignable et les évènements et quêtes encore buggués ici et là. On pourrait penser à de simples erreurs de jeunesse, si seulement il n’y avait pas eu des tonnes de stress tests avant la sortie, où ArenaNet demandait aux joueurs de la bêta et à ceux qui ont préacheté le jeu de se connecter en masse et de jouer… mais on a honnêtement du mal à voir ce que ces stress test ont apporté étant donné les multiples problèmes de connexion la semaine de la sortie du jeu (à tel point que les développeurs ont cessé de vendre leur jeu sur leur site le temps de trouver des solutions), et l’indisponibilité du Comptoir… Les ennuis les plus importants sont maintenant corrigés, certes, mais ça fait toujours tâche d’huile, surtout quand le lancement de Guild Wars 1 à l’époque, n’avait suscité aucun problème majeur. Les fans du jeu vous rétorqueront que c’est normal, qu’on peut pas tout prévoir, qu’il faut être patient, etc etc, mais ils ont bien souvent du mal à retirer la poutre qu’ils ont dans l’œil alors que le jeu souffre de quelques problèmes. Rien d’insurmontable, mais il ne faut pas fermer les yeux dessus.

Guild Wars 2 est un excellent jeu incroyablement fun et plaisant à parcourir, mais qui n’est pas exempt de défauts. De là à l’encenser à 100%, il en faut pas exagérer. Il y a des problèmes purement techniques et des petits soucis qui seront vite corrigés, ça je ne me fais pas de souci : Guild Wars 1 avait à l’image de Team Fortress 2 avec Valve, bénéficié d’un suivi exemplaire de la part d’ArenaNet, chaque extension payante ou mise à jour gratuite apportant son lot de bienfaits, il n’y a pas de raison que Guild Wars 2 n’en bénéficie pas non plus. Surtout que les développeurs ont admis que le contenu gratuit en plus faisait partie du service qu’ils devaient aux joueurs dans une récente interview. Non, là où j’ai un peu plus peur, c’est sur les problèmes de fond qui vont être difficilement corrigeables car le jeu a été pensé ainsi : l’absence de nécessité de communiquer et grouper pour avancer (hormis le WvWvW, vers la fin du PVE et les donjons), l’anonymisation de vos compagnons lors des évènements et des quêtes, et la file d’attente interminable du WvWvW.

skill

J’ai pris un tir dans le genou

Bref, vous êtes fauché, vous ne voulez pas payer d’abonnement, vous aimez les MMO et vous avez un creux dans votre emploi du temps : foncez et achetez-le, vous ne le regretterez pas. Et si vous avez un Mac, sachez que le jeu sera très prochainement compatible avec MacOS X.

Après un hiatus de deux semaines, je reviens de vacances (des vraies, à la campagne et tout) mais pas trop loin d’Internet quand même. La preuve, j’ai passé déjà plus de 100 heures sur Guild Wars 2, le jeu qui mange mon âme après Diablo 3.

to_the_moon-poster2

Donc, j’aurais dû très logiquement vous faire un article long et carré sur Guild Wars 2, mais non, entre deux, je me suis fait happer par un mystérieux petit jeu qui est apparu sur Steam : To the moon.

Sorti l’an dernier déjà, To the moon n’est apparu sur Steam que la semaine dernière. Il s’agit d’un visual novel crée par Freebird Games. Pour ceux qui ont la flemme de cliquer sur le lien du visuel novel, je rappelle brièvement qu’il s’agit d’aventures généralement peu interactives qui se concentrent sur la narration d’une histoire. C’est comme un roman amélioré, avec des images, des sons, des voix et de la musique qui accompagnent le récit.

to-the-moon-4

Habituellement, les VN nous proposent un décor, un personange et une boite de dialogue… Ici, Freebird Games a utilisé ce bon vieux RPG Maker pour créer une histoire, représentée par du pixelart d’un fort beau gabarit. Tout cela fait penser aux bons vieux RPG sur Super NES de la grande époque.

Malheureusement je vais devoir vous en dire très peu sur l’histoire, car le mystère qui l’entoure au début fait intégralement partie de l’aventure et de l’expérience. Eva Rosaleen et Neil Watts se rendent dans un coin paumé au sommet d’une falaise où ils ont été appelés par un client à l’article de la mort. Les docteur Watts et Rosaleen sont des agents d’une boîte qui « vend du rêve » si l’on peut dire. Ils sont là pour exaucer un souhait et pour se faire, plutôt que de tenter de modifier le temps, ils vont plonger dans les souvenirs d’une personne pour y inscrire le désir du voeu au plus proche possible de l’enfance. Bien sûr, cela ne se fait pas en un claquement de doigts : quand on est vieux, les souvenirs les plus lointains sont les plus difficiles à atteindre… Sans compter que d’autres mystères et difficultés attendent nos deux agents…

moon3

To the Moon n’est pas une expérimentation élitiste qui tente de vous raconter une histoire d’une façon peu commune. Même si le gameplay est relativement simpliste (pas de combat, impossible de mourir…) et l’histoire linéaire, ça n’en fait pas moins une expérience touchante et pleine de rêves qu’on nous offre là, grâce à une écriture intelligente et des dialogues plein d’humour. Les personnages ont bénéficié d’un soin tout particulier, surtout les deux agents que le joueur contrôle qui se lanceront des piques à la figure régulièrement. Quand en plus l’OST est faite par la madame qui nous a servi l’OST très rigolote et mélodieuse de Plants vs Zombies, ça ne fait que renforcer l’ambiance de cette aventure. J’ai même eu des petites larmichettes à la fin, c’est vous dire.

ttm-ss3

A l’heure où j’écris ces lignes, le jeu est encore à -20% sur Steam et est donc à moins de 7€ au lieu de 10€. Et pour ne rien gâcher, le jeu est intégralement traduit en français, et d’une bien belle manière qui plus est. Ca ne vous occupera que quatre à cinq heures maximum, mais ça sera beaucoup plus intéressant qu’un Call of Duty. Si vraiment vous n’êtes pas convaincu, allez sur le site officiel où une démo gratuite d’une heure est proposée. Il y a déjà @Wyrine_fmx qui m’a remercié pour la découverte 🙂

9d382e8e1693196a2b2fe95ea3d96f07

Tari Tari, ça paye pas de mine, mais c’est très sympa à suivre. Oui, des fois je commence par la conclusion, comme ça.

C’est encore une auter agréable surprise de cet été 2012 : Tari Tari est le dernier rejeton de P.A. Works. Avant qu’un certain nombre de spectateurs un peu difficiles à satisfaire ne se mettent à aller vomir au souvenir de Angel Beats, Another ou Hanasaku iroha (bon ok, je laisse aller vomir pour Another, qui était assez raté au final.) sachez que tari Tari ne démarre pas de la meilleure des façons, mais sans qu’on sache trop pourquoi, se révèle fort agréable. Un peu comme K-on au final. On se surprend à vouloir voir la suite et à apprécier les personnages.

tt1

L’histoire tourne autour de Konatsu. Ejectée du club de chorale du lycée parce qu’elle a perdu ses moyens l’année précédente lors du grand récital en public, elle est bien décidée à chanter quand même, quitte à se mettre à dos la prof en charge du dit club. Elle va monter un club de chorale dissident avec l’aide de sa copine Sawa. Ensemble, elles vont tenter de trouver trois autres membres pour avoir les cinq requis pour faire un club. Quitte à changer un peu l’intitulé du club pour faire plaisir à tout le monde…

Il y aura surtout la mystérieuse Kyonko Wakana qui viendra leur donner un coup de main à contrecoeur, ayant abandonné la musique pour une raison étrange, alors qu’elle est douée. Deux garçons, dont un joueur de badminton et un mec qui a passé 12 ans à l’étranger (et qui a un peu du mal à se réhabituer au Japon) les rejoindront ensuite.

tt2

KININARIMASU

On va suivre les aventures de ce charmant petit groupe dans une ambiance estivale (ce qui colle bien à la saison.) Les séries sur un groupe de jeunes qui font un club est très à la mode depuis quelques années (allez, oserais-je dire depuis Haruhi Suzumiya ? Quand même pas, mais…) si bien qu’on a un peu du mal à les différencier les uns des autres. Comme je l’expliquais en parlant de Kokoro Connect, c’est un pan important de la vie lycéenne, où les élèves apprennent à travailler ensemble sur des projets, à prendre des responsabilités au sein de la vie de l’école (avec des objectifs comem faire quelque chose pour la fête de l’école ou le festival d’été…) Bref, c’est un passage obligé pour chaque élève, sauf certains qui préfèrent aller faire des petits boulots (ou même des courageux qui cumulent les deux, puis qui vont à leurs cours du soir. Tant qu’à faire.)

L’idée du club renégat est plutôt bonne en soi, mais c’est surtout la dynamique entre les personnages qui va donner de la consistance à la série. Rien que l’épisode du World Music Festival développe deux ou trois personnages d’un coup d’une fort belle manière. On est loin des problèmes de rythme constatés dans Hanasaku iroha.

tt3

Graphiquement c’est du P.A. Works, c’est plutôt joli, surtout dans les décors, et contrairement à Another c’est animé correctement. J’ai un peu de mal avec le charadesign de Konatsu par contre, et je sais pas trop pourquoi. La façon dont sont dessinés ses yeux sur son visage m’interpelle à chaque fois, alors qu’un personnage comme Sawa ou Wakana ne me fait pas cet effet là.

tt4

Je n’avais pas vraiment accroché au synopsis (j’ai failli écrire psygnosis, avis aux vieux joueurs.) et je me suis finalement décidé à regarder après avoir vu des images de Wakana. Ca n’a rien à voir avec sa petite queue de cheval, hein. Rien du tout. J’ai donc vraiment été surpris de passer un moment agréable et d’en redemander à la fin de chaque épisode. Sans être mémorable, Tari Tari permettra à ceux qui aiment le chant et la musique de passer un été sympatoche à n’en ps douter.

tt5

La seconde série de cet été après Sword Art Online, en ce qui me concerne, c’est bien Kokoro Connect. Une jolie surprise, comme vous allez le voir.

kc3

Le lycée. Les clubs… On ne s’en rend pas vraiment compte parce que dans nos lycées il n’y a pas autant de choses à faire mais au Japon il y a des écoles avec des tonnes de clubs. Cependant il y a toujours des élèves qui n’arrivent pas às e trouver un club pour une raison ou une autre. C’est comme ça que cinq élèves, deux garçons et trois filles (rien à voir avec une quelconque Brigade d’un anime peu connu), se retrouvent ensemble dans une salle de club. Ils forment le StuCS, un club culturel bidon. C’est ainsi que Taichi (fan de catch), Iori (présidente du club), Himeko (ancienne membre du club d’info), Yoshifumi (pote de Taichi), et Yui (qui ne savait pas trop où aller) vont se retrouver à plus ou moins glander dans leur salle.

kc1

Ca c’est jusqu’au moment où Taichi discutait dans la salle du club et en clignant des yeux se retrouve soudainement dans une salle de classe, devant le bureau de Iori… et aussi dans le corps de Iori. Le temps de « mesurer » la situation, Taichi est vite rapatrié dans la salle du club, où les cinq élèves réalisent que Taichi et Iori ont échangé leurs corps. L’effet se dissipe au bout de quelques minutes, et tout revient à la normale, sauf que plus tard dans la journée, bien après que l’école soit finie, ce sont deux autres membres du club qui échangent leurs corps. Après une petite enquête il semblerait que les changements se fassent de façona léatoire, jamais avec les mêmes personnes mais toujours entre membres de ce club…

kc4

Bien sûr, quelques gags un peu forcés en découlent, comme Yoshifumi qui se retrouve dans le corps de Yui et qui se trompe de toilettes, mais globalement, les personnages tentent plutôt de vivre avec ce phénomène étrange de façon à peu près sensée. Des règles sont établies, et c’est aussi l’occasion pour eux de finalement mieux se connaître… Ce qui fait surtout la force de Kokoro Connect, ce n’est pas tellement ses personnages, mais plutôt les interactions qu’il y a entre eux. J’irai même jusqu’à dire qu’à part Yoshifumi qui est aussi plat qu’une table à repasser, les autres personnages sont agréables et réserveront quelques surprises. J’ai une très nette préférence pour Iori, même si je ne sais pas trop pourquoi. En tous cas, Kokoro Connect prend vraiment par surprise à bien des moments (dans les épisodes 2 et 4 par exemple) et c’est plutôt agréable et rafraîchissant de voir qu’on peut encore se prendre à aimer une énième comédie romantique lycéenne qui se cotoient via un club. Au delà des surprises, les personnages réagissent de façon sensée à ce qui leur arrive. Certains prennent peur, certains trouvent ça cool…

C’est justement pourquoi Kokoro Connect est si symapthique. Plutôt que de se concentrer sur leur petit problème de changement de corps et comment le résoudre, nos héros tentent plutôt de s’adapter à la situation.

kc5

Techniquement parlant, c’est très propre même si ça ne casse pas trois pattes à un canard. On doit l’adaptation anime de ce light novel à Silver Link, qui nous a surtout sorti Baka to test. Je n’ai pas du tout aimé la réalisation de Baka to test, mais c’est sûrement parce que Kokoro Connect est bien plus sage niveau loufoqueries.

S’il vous manque une série cet été ou que vous avez juste envie de passer un bon moment, donnez sa chance au moins aux 3 premiers épisodes de Kokoro Connect. Vous ne le regretterez pas, surtout si les comédies romantiques légères (j’ai dit légères) sont votre tasse de thé.

kc2

Tout doit bien aller cette année pour Reki Kawahara : la saison passée son roman AxelTerizaki World (hoho) est adapté en animé par Sunrise, et cet été, c’est au tour de son autre oeuvre Sword Art Online d’être adaptée, cette fois par A1 Pictures, le studio à qui l’on doit entre autres Kannagi et The Idolmaster. Autant dire qu’avec A1, sa licence est entre de bonnes mains. Parce que bon, autant Kannagi était bien mais pas top, Idolmaster quand à lui était une belle tuerie, un anime fort plaisant à suivre et avec des personnages très bien restrancrits, sans parler de l’animation plutôt chouette.

sao1

SAO et Triple-Axel World (Ok, j’arrête.) partagent le même amour du jeu vidéo, mais au lieu de réalité augmentée, ici ça sera de la réalité virtuelle, comme on a pu en avoir dans Hack Sign et ses dérivés. Hack Sign envoyait du paté. Des décors magnifiques, des musiques de Yuki Kajiura à tomber par terre, des personnages intéressants… Sauf que c’était animé par Bee Train et qu’il y avait du Ali Project au générique. Par conséquent l’anime était relativement chiant, beaucoup plus chiant qu’un Noir sorti quelques années plus tôt. Ceci étant dit la fin de Hack Sign était chouette et m’avait beaucoup touché à l’époque sans que je ne me rappelle trop bien pourquoi.

On se retrouve donc ici dans un jeu en ligne type MMORPG. C’est neuf, ça vient de sortir, et Kirito installe le jeu sur son ordinateur avant de revétir le casque de réalité virtuelle et de plonger dans ce monde d’héroic fantasy somme toute très classique au premier abord. Kirito a participé à la beta du jeu et sait donc se débrouiller, il y rencontrera un autre personnage nommé Klein à qui il apprendra les rudiments du jeu. Comment taper du monstre sans se faire mal, glaner de l’XP et des items… Tout allait bien jusqu’à ce que Klein annonce qu’il attend sa pizza et qu’elle ne devrait pas trop tarder. Sauf que voilà, il n’y a pas d’option de déconnexion. Impossible de quitter le jeu.

Les personnages sont alors transportés après une annonce globale du jeu dans une cour où une sorte de divinité apparaît. C’est le créateur du jeu et il leur annonce cash que pour pouvoir se déconnecter, ils devront terminer le 100ème étage de la tour du jeu. Ah oui et que si quelqu’un dans la vraie vie tente de leur retirer le casque de réalité virtuelle, leur cerveau va griller. Même punition s’ils meurent dans le jeu. Pas de résurrection.

sao3

Les morts pleuvent déjà. Sur les 10 000 joueurs de cette version finale du jeu, déjà plus de 200 se sont « suicidés » de la sorte. Dans ce piège géant, notre héros accepte bon gré mal gré sa novuelle situation et part devant pour se faire de l’XP et des pièces d’or, qui semblent être limitées, bien que le monstre qu’il a tué au début avec Klein avait ressucité juste après. Etrange.

S’il n’y avait que ça… on a beau être dans une fiction, il y a quand même des choses qui m’échappent : comment un type qui ferait prisonnier 10 000 personnes avec danger direct de mort pour la plupart (et je suis prêt à parier qu’il n’y aura qu’un seul survivant à la fin…) peut s’en tirer comme ça ? Je veux dire, ça passe les premiers jours, mais la police devrait pouvoir le retrouver et le forcer à arrêter ça, rien qu’en prenant d’assaut la boîte qui a développé et publié le jeu… La série ne montre aucune image du monde réel, si ce n’est au tout début quand le héros met son casque, ce qui est une bonne excuse pour ne pas montrer davantage de ce qu’il se passe en dehors du jeu. Manque de pot, c’est un aspect que j’aimais beaucoup dans Hack Sign et qui n’était que très peu effleuré au final.

Il y a aussi le fait que techniquement pas mal de familles ne doivent pas être au courant du danger de retirer le casque, j’imagine bien les mecs qui meurent comme ça sans savoir pourquoi alors que c’est maman ou la femme ou la frangine qui a retiré le casque du joueur parce que sinon le dîner allait devenir froid.

sao2

Ce n’est pas le seul défaut de SAO à mes yeux : l’histoire est également carrément décousue, avec des sauts dans le temps bien trop espacés. Les puristes vous expliqueront qu’il y a respect de l’oeuvre originale et que A1 a choisi d’en faire un récit chronologique où l’on suit à chaque fois Kirito, mais ça a du mal à prendre une fois en anime, surtout quand tout un chapitre est condensé en un seul épisode et où on a bien du mal à s’apitoyer sur le sort des personnages qui meurent brutalement alors qu’on les a rencontrés 10 minutes plus tôt…

Après, l’animation est plutôt pas mauvaise pour du A1, les décors claquent bien, les personnages se distinguent bien les uns des autres… Limite, les musiques de Yuki Kajiura se font bien trop discrètes pour être mémorables, elle nous a habitué à bien mieux par le passé.

sao4

Le truc, c’est que Sword Art Online est une longue série de romans, avec de nombreux arcs. Difficile de ne pas être un minimum interessé quand on a déjà pratique du MMORPG en centaines d’heures (j’en ai plus de 1500 sur Eve Online. Et non je n’ai pas mis de zéro en trop.) On sent bien que l’univers a du potentiel, mais j’ai peur que l’anime ne nous en montre pas suffisament, ou bien trop rapidement pour qu’on puisse l’apprécier. Je reste persuadé que le roman doit offrir quelques explications sur les questions que je me posais plus haut mais que l’anime esquie pour le moment. C’est ce qui me pousse à continuer pour le moment.

Par ailleurs, la série est disponible chez Wakanim en streaming gratuit et légal, avec un sous-titrage en français de qualité et avant même la sortie des subs anglais. Que demande le peuple ?

screenshot004

Il aura fallu peu de temps à l’Internet pour faire de l’erreur 37 un meme suite à la sortie très très chaotique de Diablo 3. Mais avant d’aborder cette critique, les défauts et les qualités du titre, on va remettre le tout dans son contexte. Parce que le contexte, c’est important. C’est comme prendre un petit-déjeuner le matin.

screenshot015

Je ne vais pas vous faire l’affront de remonter aux prémices du genre : Diablo étant le digne fils des dungeon crawler, à savoir ces jeux où on enchaîne porte, monstre, trésor de façon répétée mais plus ou moins variée, grâce notamment à la génération aléatoire des niveaux des donjons que l’on parcourt. Cette génération aléatoire assure un sentiment de renouveau (ou presque) à chaque partie. Mais les donjons ne sont pas la seule chose de générée aléatoirement : les objets le sont également, ce qui fait énormément jouer la chance du joueur afin de trouver par exemple la fameuse « Epee Vorpale Vivifiante de Sincerité Trollesque Enflammée » et autres objets aux affixes rigolos et improbables.

Diablo sort donc en 1997. A l’époque, j’avais encore mon 486 DX 50, avec 4 Mo de RAM, et j’avais la haine, car le jeu était trèèèès gourmand pour l’époque, et DirectX 3 ne reconnaissait pas ma Sound Blaster 16. Du coup, pas de son, et le jeu ramait (ce qui le rendait paradoxalement plus facile.) La génération aléatoire, l’univers sombre, et la réalisation soignée signée Blizzard firent de Diablo un succès.

Un changement de PC et 3 ans plus tard, Diablo 2 voit le jour. Consécration d’un concept qui a déjà bien marché, Diablo 2 est plus varié, plus long, plus joli, mais aussi introduit le vrai jeu en ligne : on pouvait se retrouver sur le net avec de parfaits inconnus à arpenter les donjons du jeu, s’échanger objets et astuces pour tuer des mobs de monstres. La difficulté du jeu se modifiant dynamiquement selon le nombre de joueurs présents (jusqu’à 4), c’était un excellent jeu en coop à faire entre potes. Un peu comme un Serious Sam. Succès total.

Diablo 3 aurait pu sortir bien plus tôt si Blizzard n’avait pas accouché de l’imprimante à billets cosmique qu’est World of Warcraft. Ca tombe bien, WoW étant en perte de vitesse, Blizzard a bien besoin de renouveller sa garde robe de jeux. Après un Starcraft 2 fort réussi en 2010, voilà que Diablo 3 est annoncé pour Mai 2012. Mais pas forcément dans la bonne humeur.

screenshot003

L’aspect graphique un peu emprunté à WoW pour le côté cartoon ne plaît pas aux joueurs, mais alors pas du tout. Habitués à l’univers sombre de Diablo 1 et 2, ils se rebellent et Blizzard est bien obligé de faire des compromis. C’est pas encore ça, mais il y a un semblant de couleurs qui pêtent un peu moins que dans les premiers screens du jeu. Entre ça et les retours un peu pessimistes des beta-testeurs, c’était pas forcément gagné, et pourtant… Depuis le 15 Mai, date de sortie du jeu dans le monde, ce sont plusieurs millions d’exemplaires qui se sont écoulés.

Voyons maintenant à quoi nous avons affaire.

screenshot002

Diablo 3 ne change pas la recette de ses ainés ni de ses clones (car entre Diablo 2 et Diablo 3, de nombreux jeux se sont essayés au genre avec plus ou moins de succès. Le seul ayant a peu près percé étant Torchlight. Les Titan Quest, Dungeon Siege, et autres Hellgate London se sont lamentablement plantés en croyant pouvoir émuler le succès de Diablo 2 sans jamais parvenir à son niveau.) Diablo 3 en comparaison est bien un enfant de Blizzard : le jeu est d’une accessibilité trop rare, où le joueur est guidé sans être emmerdé par un tutorial trop cadré. L’interface est léchée et sans fioritures, claire net et précise, et il est impossible de s’y perdre. Elle fourmille d’ailleurs de petites idées toutes plus ingénueuses les unes que les autres : les quêtes à droite pour toujours savoir où on en est, les journaux et autres pans de l’histoire qui peuvent être écoutés pendant qu’on joue comme dans un Bioshock, ou encore des bulles d’aide sur tous les éléments de l’interface aident vraiment le joueur à se sentir à l’aise sans être frustré parce qu’on ne peut pas passer tel dialogue ou que telle boîte d’information lui bouche la vue.

Le jeu débute par la selection d’une classe pour votre personnage (vous pouvez en avoir plusieurs). Cinq classes sont disponibles :

  • Barbare : Un grand classique. Ca encaisse les dégats, ça en fait beaucoup, mais plus particulièrement au corps à corps. Ca se joue très facilement et c’est bien souvent la classe préférée des débutants.
  • Chasseur de démon : L’archer du jeu. C’est assez agréable à jouer, surtout que ça peut allumer les ennemis d’assez loin.
  • Féticheur : Le nécromant du jeu. En gros il a beaucoup de sorts de zone un peu chelous pour contrôler les ennemis et mieux les buter, mais il est un peu en carton pâte.
  • Sorcier : Fait beaucoup de dégats, mais n’encaisse pas des masses. Manipule les éléments dans des sorts ciblés ou de zone.
  • Moine : Classe un peu bâtarde, un mix entre le barbare et une classe de support avec de nombreuses auras et sorts destinés à faire le ménage parmi les ennemis. Il a surtout un taux d’esquive incroyable et un bonus de résistances assez (trop?) important.

En soi, on se rend compte après plusieurs heures de jeu que chaque classe est très agréable à jouer. Et c’est un peu incroyable que je vous dise ça, car j’ai souvent pour habitude dans les RPG de prendre une classe et de m’y coller, car le style de jeu des autres classes ne me plaît pas trop. Là, à part le féticheur que je kiffe moins que les autres, toutes les classes confèrent un sentiment de puissance fort agréable, et ce à tous les niveaux du jeu.

Car amener votre personnage du niveau 1 à 60 va vous prendre, grosso merdo, quelques jours de jeu intensif. Contrairement à n’importe quel MMORPG, la montée de niveau dans Diablo 3 se fait assez naturellement, sans qu’on ait l’impression qu’il faille farmer, farmer, farmer, et refarmer pour avoir son niveau. En l’occurence, vous serez amenés à refaire plusieurs fois le jeu pour atteindre le niveau 60 :

  • En Normal, le jeu est très simple. Un peu trop même. On s’ennuie un peu à l’acte 1, et les trois actes suivants se font sans grande peur pour sa vie. On atteint en général le niveau 25 à 30 à la fin du mode normal. Il faut être néanmoins 30 pour passer au mode de difficulté suivant :
  • En Cauchemar, ça commence à devenir un peu corsé, mais rien d’insurmontable. Je dirais que c’est un peu le mode « normal » de Diablo 3. On arrive en général au niveau 45-50 à la fin du cauchemar.
  • Ensuite vient le mode Enfer, où là ça commence à piquer très fort dés la moitié de l’acte 1 et surtout à l’acte 2. On commence à s’équiper en résistances en tous genre. Les actes 3 et 4 sont parfois difficiles à faire seul si l’on est pas préparé.
  • Enfin, il y a le mode Armaggedon, et là c’est le drame. Concrètement, il faut être niveau 60, et si vous êtes barbare ou moine, vous avez perdu au grand jeu de la vie, car les skills de ces personnages, ainsi que leur impossibilité de taper les ennemis à distance font que beaucoup de rencontres avec des monstres rares sont souvent mortelles et impossibles à surmonter. On peut toujours regénérer une partie ou éviter les monstres, mais c’est toujours très frustrant. Les monstres rares héritent de propriétés (4 en armageddon, 3 en enfer, 2 en cauchemar…) qui combinées entre elle peuvent être absolument imbucables. Par exemple « Peste », « Vampirisme », « Geolier », et « Lien de feu » sont tout à fait prenables à part, mais combinés dans un seul pack de monstres, c’est la mort assurée.

Le dernier mode de jeu est sans conteste celui qui offre le plus de challenge mais aussi de frustrations, car il faut avoir un excellent équipement pour espérer y arriver.

screenshot014

En marge de ces modes de difficulté, il existe un mode un peu spécial, appelé Hardcore.

Dans ce mode, il existe aussi 4 niveaux de difficulté, mais il y a une petite variante très amusante : si votre personnage meurt, il meurt pour de bon. Son équipement est perdu et le personnage est effacé. Autant dire qu’on fait beaucoup plus attention à sa vie, qu’on ne roule pas sur les ennemis sans discerner les menaces potentielles, et pour un ancien joueur de Eve Online comme moi, où toute mort était très pénalisante, c’est assez sympathique de jouer sur le fil du rasoir, avec les montées d’adrénaline que ça comporte, de se dire qu’on peut tout perdre sur un moment d’inattention… ou à cause du lag. Mais ça on y reviendra.

Fort heureusement, que ce soit en hardcore ou en normal, vos personnages partagent un coffre commun pour s’y passer des objets. Votre or ainsi que le niveau de vos artisans est aussi commun à vos personnages, mais attention ! Les personnages en hardcore et en normal ont leur propre compte, on ne peut pas farmer comme un porc en normal pour filer du bon équipement à son perso en hardcore, et inversement.

screenshot013

L’histoire de Diablo 3 n’étant franchement pas intéressante, on se contentera de son gameplay extrèmement bien rôdé, au point où on se demande si Blizzard n’a pas fait des expériences sur des animaux pour voir s’ils étaient capables de jouer à Diablo 3. Tout s’enchaîne le plus naturellement du monde : on découvre de l’équipement, on l’identifie en un clic, on tue des monstres, on loot, on est content. On ouvre un coffre, on est content. On monte de niveau, on est content. Chaque action du joueur est immédiatement récompensée, que ça soit par des objets qui brillent, des tas d’or qui font « cling cling » quand ils tombent au sol, la montée de niveau qui fait genre je suis invincible, bref, chaque clic est une récompense en soi. Même le simple fait de tuer des monstres est d’une violence des plus poétiques. Les corps se déchiquetent, volent, explosent, tombent, se décomposent, et tout ça à grand renforts de sons d’ambiance parfaitement maitrisés. Le bruit que fait le marteau du barbare quand il frappe le sol fera vibrer vos basses, c’est dire… Le moteur affiche des dizaines d’ennemis à l’écran sans trop sourciller, et même si la 3D n’est pas des plus belles, ni ne tire parte des dernières avancées de nos cartes graphiques, la direction artistique est tellement magnifique qu’elle rattrape le tout, comme on l’a déjà vu sur de nombreux jeux techniquement pas super bons, mais qui possèdent une aura, et une qualité graphique indéniables.

Même si comme je le disais le gameplay a été plutôt simplifié depuis Diablo 2 (les objets prennent une place égale, on a des portails pour rentrer en ville infinis, on peut identifier les objets comme on le souhaite, on peut dessertir un objet avec des gemmes dessus pour les réucpérer, etc.), on ne peut s’empêcher de regretter certaines simplifications, comme la progression du personnage qui est désormais linéaire : on peut changer de skill à sa convenance à n’importe quel moment comme dans un MMO, mais chaque niveau s’accompagne de nouveaux skills ou runes qui modifient les skills déjà existants et qui augmentent nos possibilités. Sauf que parfois, on en a clairement rien à cirer d’une nouvelle rune pour le sort de téléportation que l’on utilise déjà pas nous soit accordée à un niveau : nous ce qu’on veut, c’est faire plus d’explosions pyrotechniques avec le sort météore… Cela ramène la customisation du personnage sur son choix de skill, mais surtout sur son choix d’équipement, et c’est finalement le plus important dans Diablo 3. Vous verrez pourquoi.

screenshot012

Au passage, il est difficile de croiser un « clone » dans une partie. Les types d’armes ainsi que les skins d’armures, l’utilisation de teintures, et les objets légendaires qui ont une skin distincte de tout le reste permettent d’avoir une grande variété sur l’apparence de son personnage. Ces équipements deviennent de plus en plus jolis à chaque « palier » de niveaux lorsqu’on en change pour de nouveaux, et c’est fort agréable.

Finalement, la magie opère. On y revient, on refait une partie du jeu, on décide de monter un autre perso. On cherche une arme bien particulière, on va gagner un peu d’or, et durant notre périple, un ami ou deux nous rejoint et on partage le trucidage de démons à plusieurs, surtout que plus il y a de joueurs, plus la difficulté est elevée (les monstres ont plus de vie, et en armaggeddon, plus de force.)

screenshot016

Le jeu est comme ça : la plupart des succès (hauts faits) sont bien pensés, offrent parfois un challenge ou sont juste amusants à réaliser, tandis que d’autres se débloquent tout simplement en avançant dans le jeu, et offrent des récompenses permettant de personnaliser sa bannière, bannière que les autres joueurs voient et sur laquelle ils peuvent cliquer en jeu pour se téléporter près de nous. Tout a été pensé pour rendre le coop et le jeu en ligne de manière général fluide et intuitif, sans qu’on se prenne la tête pour savoir si tel perso a déjà fini telle quête ou pas, ou s’il peut nous rejoindre maintenant ou si l’on doit recréer une partie… On voit qui joue quoi et à quel endroit du jeu dans sa liste d’amis, on clique, ça rejoint immédiatement. C’est aussi simple que ça et on se demande pourquoi personne n’y a encore pensé avant. Bon ça peut amener à des petits soucis quand un ami vous rejoint au moment où vous vous tapez un gros mob (car dans ce cas, les monstres gagnent de la vie immédiatement tandis que votre ami charge la partie) mais globalement, c’est très agréable de pouvoir rejoindre ou se faire rejoindre à tout moment.

screenshot006

Ce qui nous amène à l’un des grands reproches de Diablo 3 : son lancement chaotique, amplifié par le fait que le jeu requiert un connexion internet permanente afin de jouer, et qu’à la manière d’un MMORPG, toute déconnexion intempestive dûe à un chat qui grignotte votre câble RJ11, ou bien votre FAI qui fait des siennes, vous fait arrêter la partie immédiatement. Le jeu hors-ligne est de facto impossible. Ubisoft a bien essayé lors de la sortie des Assassin’s Creed sur PC, et depuis essaye toujours de nous refourguer ce système de DRM sur ses jeux PC, mais là où Ubisoft n’offre rien d’intéressant en contrepartie, Blizzard a je pense fait ce choix pour plusieurs raisons que voici. Certaines sont plus valables que d’autres, mais c’est à chacun de juger :

  • Toute la partie génération de monstres, d’items et de donjons est faite côté serveur. Ce qui veut dire que pour un hypothétique mode hors-ligne, il faudrait un émulateur du-dit serveur. Cependant, cette façon de faire permet à Blizzard de faire de subtils réglages sans avoir à mettre à jour tous les clients du jeu : la difficulté est trop corsée sur ces monstres ? On peut la baisser facilement. Ce monstre donne de trop bons objets ? On va changer ça tout de suite… Bref, vous voyez l’idée. Je pense aussi que cela leur donne tout un tas d’informations sur la façon de jouer au jeu, ce qui peut les aider à prendre certaines décisions d’équilibrage.
  • Etant constamment en ligne, cela facilite énormément le jeu entre les joueurs : Il n’y a pas de différenciation entre personnage hors-ligne et en ligne, et on a pas besoin de vérifier si notre pare-feu ou routeur gère le fait d’héberger des parties, et on peut globalement s’amuser sans se soucier de tous les détails techniques un peu chiants quand on veut jouer en réseau. On clique, ça marche. C’est magique.
  • La lutte contre la triche : Quoi qu’on en dise, elle était bel et bien existante sur Diablo 2 et très difficile à endiguer (surtout passé quelques années de support). En déportant un maximum de calculs sur le serveur, la manipulation de données sur le client est beaucoup plus difficile. Ce renforcement de la sécurité est d’autant plus crucial et compréhensible par le fait que Blizzard a ouvert un hotel des ventes en argent réel. Et le vrai argent, les € comme les $, ça demande une sécurité encore plus renforcée que des pièces d’or virtuelles.
  • La lutte contre le piratage, mais ça c’était évident.

A la limite, la contrainte d’une connexion toujours active aurait pu passer comme papa dans maman si seulement les serveurs européens de Blizzard avaient tenu la charge. Les deux premiers jours de jeu ont été pour le moins difficiles. Une fois connecté, mieux valait ne pas se déconnecter du tout, car les chances de se reconnecter étaient quasi nulles. Il y a même eu une panne d’environ cinq à six heures le premier dimanche suivant la sortie du jeu, et seulement pour les serveurs européens, ce qui avait de quoi faire rager. Ceux qui débarquent trouvent ça honteux (et ils ont raison) quand on connaît les bénéfices dégagés par Blizzard grâce à World of Warcraft, mais quand on est un habitué des jeux de la firme, on ne peut que constater tristement que certaines choses ne changent guère. World of Warcraft, quelques années après sa sortie, avait également d’énormes problèmes de dimensionnement de ses serveurs.

screenshot011-2

Néanmoins, depuis, les choses se sont améliorées, et ces erreurs 37 en pagaille ne sont plus qu’un vestige du passé. Il n’empêche que la pillule laisse toujours un arrière goût amer, qu’on oublie néanmoins tout de suite dés qu’on est connecté et qu’on commence à jouer, le plaisir de jeu étant bel est bien là. On plonge dans sa partie tout de suite, on tue, on loot, on explore… Et même si de nombreux endroits du jeu sont les mêmes d’une partie à l’autre, il existe des donjons qui appraissent dans des parties mais ne sont pas là dans d’autres, permettant parfois de découvrir des endroits qu’on avait jamais visités avant lorsque l’on refait le jeu avec un autre personnage, un autre joueur, ou dans un autre niveau de difficulté. Nul doute que des extensions en ajouteront probablement encore plus. Outre les donjons, il y a aussi les évènements qui sont des mini-quêtes ou même certains marchands et monstres uniques, ce qui incite le joueur à recommencer. Personellement, bien que chaque partie ait un goût de déjà vu, les légères différences constatées à chaque génération d’univers ne m’ont pas encore lassées. Moi qui pourtant aime bien jouer à des jeux différents, j’ai passé beaucoup plus de temps sur Diablo 3 que sur beaucoup d’autres jeux récemment. Normalement, je dois avoir entre 200 et 250 heures de Diablo 3 en un mois. Ouais, ça fait beaucoup.

Ce qu’il faut retenir de cette contrainte de connexion obligatoire, c’est que dans une vaste majorité des cas elle n’est pas si contraignantes : on est déjà connecté en permanence sur Internet, et le confort apporté par cette contrainte est suffisant (à mes yeux tout du moins) pour que j’avale le médicament au goût amer. Par contre, ça n’empêche que si on est en déplacement, en voyage, en vacances, ou qu’Internet vous fait faux bond, il est impossible de continuer sa partie avant de retourner à la civilisation numérique…

screenshot007

L’autre aspect un peu controversé du jeu, c’est son hôtel des ventes. Comme je l’expliquais tout à l’heure, une grande partie de la customisation de son personnage, et donc de son efficacité, provient des objets équipés. Or, il se trouve justement que Blizzard a bâti un hôtel des ventes des objets, comme il en existe pour n’importe quel MMORPG. Cet hôtel permet de mettre en vente des objets que l’on a récupéré ou dont on ne se sert plus, en indiquant un prix de départ d’enchère et un prix maximum/immédiat d’achat. On peut également y chercher des objets ou consommables pour équiper son héros. Les mauvaises langues vous diront que Blizzard a sciemment mis un taux de drop des meilleurs objets très bas afin que le marché ne soit pas inondé par de trop bons objets, mais aussi pour forcer les joueurs à s’équiper sur l’hôtel des ventes… En pratique, cela est impossible à vérifier, on se gardera donc bien de dire que c’est une vérité.

Cependant, ce n’est pas le pire, si l’on peut dire : depuis vendredi dernier, il existe un hôtel des ventes en argent réel. le principe est le même que l’hôtel normal, si ce n’est que les pièces d’or sont remplacées par des euros. En pratique, on met un objet en vente et on choisit avant la vente si l’on veut que l’argent arrive sur notre porte-feuille Battle.net ou notre compte Paypal associé. On ne peut pas transférer du porte-feuille Battle.net vers Paypal, il faudra donc bien choisir au début. Le porte-feuille Battle.net permet ensuite de réinvestir de l’argent dans le jeu ou d’acheter d’autres jeux Blizzard, un peu comme ce que fait Steam finalement.

screenshot019

A-t-on atteint le point où un jeu vidéo n’est plus un jeu ? Le point de non retour ? Les plus pessimistes vous rabacheront que l’argent c’est le mal, mais pour le moment, impossible de dire si farmer le jeu et vendre des objets sur l’hôtel en argent réel est économiquement viable ou qu’il détruit le jeu étant donné qu’il vient d’ouvrir et qu’il faut que l’économie s’y stabilise. Il y a des joueurs qui se touchent en mettant des objets certes rares et précieux, à 250 € (le maximum autorisé sur le système d’enchères du jeu). Personellement j’ai fait partir une ceinture plutôt sympathique mais pas extraordinaire à 8 €. Blizzard prélève 1 € de taxe, et Paypal 15%, ce qui m’a donné à la fin, 24h plus tard, 5,95 € sur mon compte Paypal. Coup de bol ou pas ? Les prochains jours me le diront, mais il est très difficile d’évaluer le prix d’un objet non légendaire, car les objets rares et magiques étant générés aléatoirement, il est difficile de tomber sur exactement le même objet, tandis que les statistiques des objets légendaires sont connues et fixes.

screenshot020

De toutes façons, il est entièrement possible de jouer sans l’hôtel des ventes, en argent réel ou en virtuel. Bien sûr, acheter via de l’argent réel est très questionnable : d’une on fait marcher un système qui encourage certains à se faire de l’argent, mais d’un autre, on paye aussi pour des objets qu’on trouve habituellement en contenu téléchargeable payant dans d’autres jeux. Sauf que là, l’argent va dans la poche d’un joueur et pas d’une societé (ou très peu) qui n’a qu’à activer votre objet sur votre compte… Je n’approuve pas le fait d’acheter ses objets avec de l’argent réel, mais il faut reconnaître ici que le système est plus « juste » que le DLC habituel qu’on nous sert dans les autres jeux.

En outre, acheter via l’hôtel de pièces d’or s’apparente déjà plus à ce qu’on connaît déjà. Sous Diablo 2, il y avait des sites pour mettre en contact acheteurs et vendeurs. Sur des MMORPG tels que WoW ou Eve Online, un hôtel des ventes existe déjà sous une forme ou une autre. Il est certain que d’acheter un bon objet simplifie énormément le jeu (et encore…) mais est-ce si mal de payer un objet à un autre joueur avec la monnaie du jeu ?

Ce qui est sûr dans tout ça, c’est que pour l’hôtel en argent réel, Blizzard a surtout voulu s’octroyer une part du gateau du très juteux marché noir qui anime bien souvent les jeux en ligne, où de petites sociétés vous vendaient de manière détournée et non garantie (puisqu’aucun mécanisme n’existait dans le jeu pour ça) des pièces d’or en masse contre un peu d’argent réel. C’est dangereux pour le joueur (qui peut se faire arnaquer facilement) et ça ne rapportait rien à Blizzard, jusqu’à maintenant.

Pour conclure, malgré tous ces problèmes, que certains trouveront plus insurmontables que d’autres, je prends bien mon pied une fois en jeu. C’est sûr que quand on arrive pas à se connecter, c’est la rage qui domine, mais une fois connecté, on s’amuse bien, sans trop réfléchir, sans se prendre la tête, sans être vraiment dérangé par le jeu, sans être furax contre l’interface. Blizzard sait faire des jeux, ça ça ne fait aucun doute. C’est propre, léché, bien étudié. Y’a rien qui dépasse, pas un vilain bug qui ferait tâche (à part les soucis de connexion, j’entends.) et l’accessibilité est finalement au service du jeu : N’en avez-vous pas assez de ces jeux aux tutoriaux interminables qu’on ne peut pas passer ? Le genre de jeux où si on s’arrête un mois, c’est mort car on ne peut plus reprendre parce qu’on ne sait plus comment ça se joue ? Pour avoir mis un ami pas du tout joueur PC devant Diablo 3 pendant quelques heures, ce dernier a trouvé l’expérience agréable et la prise en main aisée bien que la souris ne soit pas son fort (il est plutôt joueur console). Ca ne veut pas dire que le jeu vidéo devient simple et idiot : ça veut juste dire qu’on peut encore créer des jeux où le fun immédiat prime. Des jeux dont on peut comprendre le fonctionnement en deux minutes tout en offrant une expérience agréable ? Ce que fait Blizzard, c’est ce que font Valve ou Nintendo pour le jeu vidéo : offrir une expérience simple mais intéressante, complexe mais facile à approcher et prendre en main.

Un jour, peut-être que les développeurs, occidentaux comme asiatiques découvriront que c’est ça le vrai génie du jeu vidéo.