4 comments on “La postface de Blind Spot (avec des vrais morceaux de révélation dedans)

  1. Je reste tout de même stupéfait de voir combien tu t’acharnes à préciser en début et fin de billet comme quoi, tout ton texte n’est pas basé sur un univers existant, alors que, bordel, Tokyo est tout ce qu’il y de plus matériel, et tu as fait tous ces efforts pour te documenter sur le sujet.
    De la même façon, tu avances que tu n’aime pas les limites et les contraintes. Mais mon grand, les limites, tu te les ai fixées toi-même avec ton cadre nippon.
    Et tu sais combien j’aime relever les contradictions.

  2. Tu aurais fait un très bon Phoenix Wright :p

    Ce que tu dis n’est pas faux, cependant j’estime que choisir un lieu et une époque relève de la contrainte zéro ou presque : il les faut bien de toutes façons pour écrire une histoire, sauf si tu parles de voyages dans le temps et l’espace, mais là n’était pas le but. Ce n’est pas aussi contraignant qu’un univers de fanfiction, tu en conviendras.

  3. Merci pour cette série, j’ai passé de très bons moments à la lire :D.

    Mon chapitre préféré reste le 11, pour ce qui est de son monologue intérieur lors de son entretien et de la partie où ses amis essayent de lui faire comprendre qu’elle doit se faire opérer.

    J’aurais bien voulu savoir ce que deviens Sato, le manager de Ayako, dans l’épilogue.

    Je me rends compte avec ce billet que le travail fournis sur cet oeuvre est titanesque.

    Encore merci pour se travail fournis sur Blind Spot.

  4. Sympa ces infos et précisions, c’est super intéressant :)
    J’ai adoré lire les idées qui n’ont pas fini dans le bouquin. Pour Karen lesbienne ça ne m’étonne pas du tout vu certaines scènes ahah, mais pas de raison de t’en vouloir, c’est rigolo. Et le coup de son background où elle était témoin d’un accident, dommage que tu l’aies pas gardé, l’idée me plait beaucoup. ^^.

Laisser un commentaire