5 comments on “To Love-ru, ou le fan service avec un grand F [NSFW]

  1. Ah, To Love Ru. Le manga que l’on a un peu honte d’avouer d’avoir aimé un tout petit peu quand même. La raison pour laquelle je m’y suis premièrement interessé est le fait que Kentaro Yabuki y travaillait. J’aimais bien Black Cat, mais reconnais que son histoire ne cassais pas trois pattes à un canard, peut-être étais-ce dû à un manque de maturité à l’époque. Il serait intéressant de voir une prochaine oeuvre originale de Yabuki après ce qu’il a traversé dans la vraie vie.

  2. Je veux pas dire mais… tu as présenté Ombre Dorée deux fois ^^
    Sinon le manga a l’air bien sympathique. Tu saurais pas où on peut trouver leTo Love Perfect Guide Book, à part sur le net ?

  3. Tu m’a piégé avec ta balise NSFW, je suis allé jusqu’au bout juste pour ça et au final c’est de la carotte cet article. :<

  4. Haha.

    Ouais alors je vais faire quelques corrections, parce que cet article j’y suis revenu plusieurs fois dessus et donc effectivement, il doit y avoir des erreurs qui traînent. Corrigons ça. Vite.

  5. « To Love-ru est donc, ô surprise en voyant la couverture du dernier tome, une série de type harem.  »

    En fait, si on se réfère aux lignes éditoriales pour classer les types de mangas, le manga de type « harem » n’a jamais existé… jusqu’à To Love Darkness. Le genre a donc été spécialement créé pour ce manga. Et comme ça marche d’enfer, je parie qu’on va en voir apparaitre plein d’autres !

    Sinon le poster qui est dans l’édition collector du premier tome en France est juste scandaleux…
    Je me demande encore comme il a pu être vendu sans que Tonkam se fasse allumer la gueule par les biens pensants…

Laisser un commentaire