5 comments on “To Love-ru, ou le fan service avec un grand F [NSFW]

  1. Ah, To Love Ru. Le manga que l’on a un peu honte d’avouer d’avoir aimé un tout petit peu quand même. La raison pour laquelle je m’y suis premièrement interessé est le fait que Kentaro Yabuki y travaillait. J’aimais bien Black Cat, mais reconnais que son histoire ne cassais pas trois pattes à un canard, peut-être étais-ce dû à un manque de maturité à l’époque. Il serait intéressant de voir une prochaine oeuvre originale de Yabuki après ce qu’il a traversé dans la vraie vie.

  2. Je veux pas dire mais… tu as présenté Ombre Dorée deux fois ^^
    Sinon le manga a l’air bien sympathique. Tu saurais pas où on peut trouver leTo Love Perfect Guide Book, à part sur le net ?

  3. Tu m’a piégé avec ta balise NSFW, je suis allé jusqu’au bout juste pour ça et au final c’est de la carotte cet article. :<

  4. Haha.

    Ouais alors je vais faire quelques corrections, parce que cet article j’y suis revenu plusieurs fois dessus et donc effectivement, il doit y avoir des erreurs qui traînent. Corrigons ça. Vite.

  5. « To Love-ru est donc, ô surprise en voyant la couverture du dernier tome, une série de type harem.  »

    En fait, si on se réfère aux lignes éditoriales pour classer les types de mangas, le manga de type « harem » n’a jamais existé… jusqu’à To Love Darkness. Le genre a donc été spécialement créé pour ce manga. Et comme ça marche d’enfer, je parie qu’on va en voir apparaitre plein d’autres !

    Sinon le poster qui est dans l’édition collector du premier tome en France est juste scandaleux…
    Je me demande encore comme il a pu être vendu sans que Tonkam se fasse allumer la gueule par les biens pensants…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.