8 comments on “Ikoku Meiro no Croisée

  1. J’adore la série, autant en manga qu’anime pour le moment !

    ET bizarrement, je trouve que la France n’est pas spécialement fantasmé pour le coup, il semble y avoir une réelle recherche de réalisme, c’est la France de fin 19ieme (et vu certains détails, on peut penser une dizaine d’années après le Bunmeikaika),donc il faut tenir compte de l’époque (les anciens francs, le fromage etc, honnêtement ce n’est pas si « cliché » que ça, pour la couche plus ancienne de population française en tout cas). D’ailleurs le fromage au petit dej, cela me rappelle de la famille, et surtout quand je travaillais en auberge : la table du petit déjeuner était constitué de charcuteries et fromage entre autre, et bien c’était une des denrées que je devais le plus réapprovisionné car cela était prisé.
    Bon le « nous les français ont ne peut pas survivre sans fromage » ou un truc du genre fait un peu exagéré, mais on peut voir ça comme une exagération volontaire, pour montrer que le terroir français accorde une grande place à cette denrée ? Après tout on est je crois le deuxième pays consommateur de fromage, et on est considéré comme premier pays du fromage (avec la Hollande en second) bien que techniquement la Suisse est le vrai premier pays du fromage.

    M’enfin, on va pas en faire tout un fromage là u__u » »

    J’espère que le ton assez réaliste restera (ce dont j’en doute un peu, avec le personnage d’Alice on a un concentré de clichés français ET japonais, mais je crois que c’est un « fait exprès ») et si l’anime garde la trame du manga, on aura le droit à un tas de révélations sur le passé de Claude, de Yune, et beaucoup de larmes et sourires !

    Les graphismes sont très beau, en fait seul bémol pour moi, les génériques. J’accroche pas trop.

    Voilà mon petit avis sur une de mes séries coups de coeur 2011 ! Je ne savais pas que du staff Aria avait participé, d’où la beauté des graphismes entre autre alors.

  2. Pas que les japonais, Faust. Pour tout étranger, la France=Paris. A part les limitrophes, et encore. La faute a l’image très centralisé de Paris.

    « bien que techniquement la Suisse est le vrai premier pays du fromage »
    NON. c’est bien nous (au moins 1000 différents). Les Suisses n’étant pas assez rapide pour en faire autant. :p

    Sinon, le coté Spice an Wolf, je le vois surtout dans le coté univers de marchands, plus que le coté ancien. Surtout que ce n’est pas la même époque.

  3. « Je ne savais pas que du staff Aria avait participé, d’où la beauté des graphismes entre autre alors. »

    Pour info, le seul membre du staff d’Aria qu’on retrouve (en role majeur) sur La Croisée dans un Labyrinthe Etranger (nom international et donc à utiliser, comme l’était Puella Magi Madoka Magica), c’est Junichi Sato. (M.Aria, mais il a également fait de nombreuses autres choses, faudrait arrêter de le cantonner à Aria 😉 )
    Et sur « Croisée », il n’est qu’à l’écriture et au son. Il est donc très loin d’être le responsable de l’aspect visuel réussi de « Croisée ».

    Si une série a un staff très similaire à « Croisée », ce serait plutot Shugo Chara! : Kenji Yasuda (http://www.animenewsnetwork.com/encyclopedia/people.php?id=36193 ) est le réalisateur des deux, Junichi Sato (http://www.animenewsnetwork.com/encyclopedia/people.php?id=644 ) a également bossé sur la deuxième série de Shugo Chara!, c’est également le cas d’Atsushi Iwasaki, à la photographie ( http://www.animenewsnetwork.com/encyclopedia/people.php?id=18393 ) ou de Nanae Shinaji, à la couleur ( http://www.animenewsnetwork.com/encyclopedia/people.php?id=8544 ).

    Ne mélangeons pas tout 😉

    Je dois reconnaitre que dans les 3 staffs français ayant participé à la direction artistique, on retrouve l’ami Thomas Romain, le réalisateur d’Oban Star Racers et le créateur de Basquash!, qui a également un role dans Aria the Natural ainsi que Aria the OVA ~arietta~

    Pour l’instant, La Croisée dans un Labyrinthe étranger est une série qui mérite sa place, amha, dans le haut du panier de la saison avec une direction artistique travaillée, un rythme très bien étudié qui, bien que posé, ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer. Il va sans dire que Yune est un personnage absolument craquant, hâte d’en voir plus.

  4. pas une seul goûte de vin Oo je sais c est hyper clicher mais voila quoi France =paris+vin+fromage+pain

  5. Je rejoint l’avis de Dunya. Je trouve cet anime fortement réaliste et tout de même diablement sombre. La seule note de couleur sont les kimonos de Yune (et un peu les robes d’Alice). Le reste des couleurs sont terne et sombre. Il suffit de regarder les couleurs des vitraux choisies sur l’enseigne du première épisode. Nous allons du bleu foncée au jaune ambre. Les jeux de lumière sont très recherché et les scènes se passant la nuit ou tôt le matin sont extrêmement sombre avec des pièces éclairées généralement par une seule source de lumière relativement faible. Cette note reflète bien l’époque du 19ème avant l’arrivée de la fée électricité. Quand au débat « Yamato Nadeshiko » (la femme japonaise idéalisée), n’oublions pas que la dame française du 19ème siècle n’était guère mieux traitée.
    Pour ma part j’adore cet anime (bon en même temps il se passe à mon époque préféré).

Laisser un commentaire