9 comments on “C’était mieux à vent

  1. Le truc, c’est que je ne lisais ni Okaz ni Yoko. J’ai à peine feuilleté un Okaz, je crois que René-Gilles DB a écrit dedans…

    Y’avait quoi dans ces magazines ? On voit que les couvertures là.

  2. Diante.

    Bon bah en gros à l’intérieur il y avait des news sur un peu de tout, sur la BD, les jeux vidéos, les mangas et animes au japon et en France. En effet René-Gilles avait écrit des articles pour ça. Okaz ressemblait plus à un Fanzine pro bien épais avec dees BD amaeur, pas forcément anime à l’intérieur, mais souvent assez drôles.

    L’orientation du magazine était clairement là pour aguicher car il y avait de nombreuses pubs contenant des produits érotiques voire pornos en relation avec l’Anime, comme des CDs de CG H, des doujinshis…

    Il y avait également plein de petites annonces relatifs aux manga, anime et jeux vidéo évidemment. Ca parlait un peu aussi de cinéma, musique, c’était un peu fourre-tout en fait, et il n’y avait jamais de rubrique récurrente, ça changeait tout le temps.

    Son format de poche était pratique à lire.

    18 francs quand même… 😛

  3. Je me souviens avoir eut quelques unes de ces revues. Et avoir passé une annonce qui m’a bcp déçue. En effet ds le bulletin d’envoi, il y avait obligation de mettre son numéro de tél, ce que j’ai fait, mais je l’avais pas précisé ds le texte de mon annonce, ne souhaitant pas qu’il apparaisse. Pourtant ils l’ont publié et ensuite j’ai eut des coups de fil anonyme d’un obsédé… super qd ce sont mes parents qui répondent…

  4. J’ai celui avec le hot step et le dernier.

    18 francs ( c’était le prix des dragon ball en kiosque aussi… putain trop de souvenirs… T_T ) ça va : les mags de jeux était généralement à 30f (49f le player one 100, mais il y avait une K7).

    Ah il y avait aussi banzaï, 10 francs mais bon le format c’était pas ça!^^

  5. Bonjour…
    Marrant, je tombe sur ce billet ainsi :
    – je poste sur mon forum une photo de la couv’ et d’un article d’OKAZ 29 (ici : http://forum.cyna.net/index.php?top…)
    – quelqu’un me demande qui est sur la couv’
    – je réponds Mon-Mon, et pour être sûr je tape "Candy Mon-Mon" sur Google… Ce qui me fait atterrir sur un billet de ratonlaveur (obsédé :p)
    – et je clique sur le lien qui parle d’OKAZ et YOKO… Ce qui m’amène ici, où… On parle de moi, ah ah ! 😉

    Euh, qu’est-ce que je peux ajouter…?? J’ai été invité à bosser dans OKAZ par Jean-Paul Jennequin (à l’époque chef de rubrique), avec qui j’avais sympathisé lors d’une convention où je vendais mon fanzine. Mon premier article a été publié dans le n°23. J’ai continué jusqu’à la fin d’OKAZ, et sur toute l’existence de YOKO (sauf le n°1 qui n’avait aucun rédactionnel), ainsi que quelques autres trucs du même rédacteur-en-chef (Jean-Michel Berté). J’ai commencé petit (quelques courts articles par-ci par-là, un peu bancals par endroits), puis JM m’a un peu appris le métier et j’ai fini par faire pas mal de pages dans YOKO (jusqu’à 28 je crois). Je n’ai que de bons souvenirs de cette période.
    Evidemment, OKAZ et a fortiori YOKO étaient un peu raccoleurs sur les bords… Et par la suite ça a donné GEISHA qui était vraiment pathétique. Mais bon, il faut aussi se souvenir que cet organe de presse (Presse-Eco) était vraiment microscopique, c’était une petite entreprise à l’ambiance familiale, et qui n’avait pas beaucoup de moyens. JMB n’était pas un obsédé, mais il n’avait pas de "problème" à publier des trucs salaces, probablement du fait de son parcours initial (il était plutôt Echo des Savanes que Télérama, il me semble).
    Financièrement, même la présence de cul n’empêchait pas de faire compromis sur compromis, mais ça ne m’empêche pas d’être fier, encore maintenant, de ce magazine, de ce que j’y ai fait, et de ce que mes collègues d’alors y ont fait. C’est bien simple : en refeuilletant les numéros tout à l’heure pour y trouver l’article qui m’intéressait, je me suis mis à relire des articles de collègues, et je me disais, boudiou mais ça m’aurait fait plaisir qu’il continue à paraître, je l’aurais peut-être même acheté ! :p

    Et il y avait du beau monde dans l’équipe (permanente ou temporaire), que ce soit d’avant ou après OKAZ/YOKO :

    – Jean-Michel Berté était le rédac-chef de Micro News, il a continué par la suite avec Geisha puis tenté de se diversifier dans la BD généraliste avec Yeti (qui était très sympa mais n’a pas duré plus de quelques numéros). Je ne sais pas ce qu’il fait depuis (et j’aimerais bien le savoir !)
    – Jean-Paul Jennequin est un des Français les plus connus du monde du comics (actuellement rédac-chef de la revue Comix Club sur la BD en général),
    – Christophe Lemaire a été journaliste chez Canal+ (Journal du cinéma) et Mad Movies je crois (pas sûr… de mémoire…), la dernière fois que j’ai vu son nom c’était dans Brazil (maintenant Crossroads)
    – Christophe Goffette, lui, est devenu le fondateur de Brazil… (Le mythique mensuel sur le cinéma)
    – Olivier Aichelbaum a créé, quant à lui, le Virus Informatique et les Puces Informatiques (qui se voulaient le successeur spirituel de YOKO). Fait profil bas depuis l’affaire Guillermito où il ne tenait pas exactement le bon rôle… A définitivement arrêté ses magazines, on peut encore le lire sur acbm.com. Gère également okazoo.com, la version web des petites annonces, qui utilise le logo d’OKAZ… Pour nostalgiques 😉
    – Mathilde Rémy a travaillé un peu partout, notamment chez Joystick sous le nom de "Wanda", et si j’ai bien suivi maintenant elle travaille pour l’éditeur de "Empire of Sports".
    – Pierre Faviez est devenu responsable chez Mangas (la chaîne de télé) et AB Productions.
    – René-Gilles Deberdt est devenu beau, grand, riche, célèbre, intelligent, sportif et modeste. Il a quitté le milieu pour devenir bidouilleur de programmes, d’articles et de japoniaiseries. Il est l’auteur du jeu Kyodai Mahjongg, et de plein de sites web pour geeks. Il aime aussi parler de lui à la troisième personne.

    Et… Je m’arrête là.
    Parce que je ne me souviens plus des autres collaborateurs.
    Par contre, je me suis souvenu entretemps que j’avais déjà tapé tout ça il y a plus de trois ans, avec quasiment les mêmes infos, dans ce billet : http://nao.cyna.fr/1061/je-m'voyais
    Donc je m’arrête là.
    Parce que je me répète 😉
    Donc je m’arrête là.
    Parce q

Laisser un commentaire